Le niveau du Rouble

Les signes d’un nouveau ralentissement de la dépréciation du Rouble se multiplient. Il semble bien que les entreprises et les banques russes, confrontés à l’importance des remboursements d’emprunts à faire en décembre, ont massivement acheté du dollar, faisant baisser le rouble, dans les premiers jours de décembre. Cela expliquerait, sur un marché où du fait des sanctions américaines les liquidités en Dollar sont rares, l’évolution spectaculaire, mais non dramatique de ces derniers jours.

Graphique 1

A - RRvsUSD

Il convient à cet égard de bien regarder les évolutions des taux de changes.

Graphique 2

Taux de change du Rouble contre 6 autres monnaies.

Indice 100 au 1er janvier 2014.

 A - Compar TxdeC

Source : Banque Centrale de Russie et calculs de l’auteur. On peut vérifier cela avec le tableau suivant qui reprend les différentes valeurs des taux de changes depuis le début de cette année. On constate d’ailleurs que le taux de change après s’être déprécié jusqu’à la mi-mars s’est re-apprécié jusqu’en juillet 2014 avant de connaître une forte dépréciation durant l’automne :

Tableau 1

Evolution des taux de change en indice.

Roubles pour 1 Dollar

Roubles pour 1 Euro

Roubles pour 100JPYen

Roubles pour 1000 KR Won

Roubles pour 1 Fr Suisse

Roubles pour 1 BPD

29/01/2014

106,00%

105,10%

108,30%

103,70%

105,00%

106,80%

15/03/2014

112,20%

112,70%

115,70%

110,40%

113,80%

113,00%

09/07/2014

105,40%

103,90%

108,70%

110,00%

104,80%

109,50%

01/10/2014

120,60%

110,90%

115,60%

120,70%

112,60%

118,90%

12/11/2014

140,70%

126,60%

127,40%

135,60%

129,00%

135,20%

26/11/2014

137,71%

124,02%

122,52%

130,81%

126,48%

130,91%

04/12/2014

166,52%

149,29%

146,48%

158,11%

151,79%

157,78%

09/12/2014

163,23%

145,21%

141,14%

154,04%

147,77%

153,88%

Source : Banque Centrale de Russie On voit le saut extrêmement important du 26 novembre au 4 décembre, puis la stabilisation ultérieure. Pour l’ensemble des devises, le rouble s’est légèrement apprécié du 4 au 9 décembre. De même, l’écart entre le taux de change vis-à-vis du Dollar et des autres monnaies est important. Cela s’explique par l’ampleur des remboursements auxquels les entreprises russes (banques et entreprises industrielles) ont dû faire face dans cette période. Elles ont du acheter des dollars, ce qui a déstabilisé un marché des changes sur lequel le dollar se faisait rare en raison des sanctions.

Graphique 3A - Paiements à Venir

Montant des paiements

  Source : Banque centrale de Russie On constate que la forte dépréciation du Rouble correspond à un pic dans ces paiements, mais que la situation va se détendre dès le début de 2015. Il est donc certain que le taux de change va inverser sa tendance au premier semestre 2015. La question est de savoir jusqu’à quel point. Si le Rouble se stabilise autour de 50 roubles pour 1 USD, l’inflation sera forte l’année prochaine et pourrait atteindre 12%. Si l’on assiste à une remontée des prix du pétrole et que le Rouble sa stabilise autour de 40-42 roubles pour 1 USD, le taux d’inflation pourrait n’être que de 10%. Néanmoins, ceci implique que la Banque Centrale de Russie surveille les établissements qui pourraient se livrer à des spéculations sur le taux de change, l’entraînant plus bas que ce qu’il devrait normalement être. La menace a été très précise lors de la déclaration de politique générale faite par Vladimir Poutine devant les parlements le 4 décembre. Pour spectaculaire qu’elle ait été, la dépréciation du Rouble ne met nullement en cause la stabilité financière de la Russie. La balance commerciale reste excédentaire, avec un solde d’environ 10 milliards de dollars par mois. C’est amplement suffisant pour faire face aux paiements à venir. Le budget profite en réalité de cette dépréciation, ce qui devrait permettre au gouvernement de dépenser un peu plus en 2015. Notons qu’avec un taux d’inflation de 10% par an, même si la croissance en volume du PIB était nulle, il faudrait un déficit budgétaire de plus de 10% pour que le rapport dette/PIB se détériore. La Russie va donc rester un des pays les moins endettés du monde, ce qui n’est pas nécessairement un avantage et montre qu’à la condition de s’endetter en interne le pays dispose d’un fort potentiel pour investir et se développer.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *