Les leçons d’une crise

Le « modèle » de développement de la Russie a été le fruit de compromis qui ont évolué depuis 2000. Ces compromis ont permis la forte croissance des années 2000 à 2008. Les principaux traits de ces compromis ont été conservés, y compris lors de la crise de 2008-2010. Ces compromis semblent cependant avoir atteint la limite de leurs potentiels. Le freinage de la croissance, sensible dès 2013, en témoigne, et ceci donna naissance à l’époque à plusieurs travaux[1]. La situation actuelle, marquée à la fois par une forte baisse des prix du pétrole et par un affrontement entre les pays occidentaux et la Russie, rend par ailleurs ces compromis largement inopérants. En témoignent les prévisions fort sombres pour 2015, comme celles du Ministre des finances, M. Siluanov, annonçant une récession de -4% du PIB. Un nouveau modèle de croissance s’impose désormais, ce qu’a reconnu le Président Poutine lors de son adresse du 4 décembre. L’importance du débat sur ce sujet ne date d’ailleurs pas de ces derniers jours[2]. Mais, l’ampleur du tournant que risque d’imposer la nouvelle situation reste largement sous-estimée dans une partie de l’élite russe. En fait, la situation actuelle pourrait s’avérer très favorable à terme pour la Russie, si le gouvernement se décide à employer les bonnes solutions. On pourrait voir, d’ici quelques mois, se mettre en place un nouveau modèle de développement assurant l’indépendance complète du pays.

Un changement de paradigme ?

A la suite de la transition des années 1990, on a assisté à l’émergence de nouvelles configurations entre acteurs privés et acteurs publics en Russie. La crise de 1998 avait impliqué un basculement au profit des acteurs publics. Un compromis autour d’une stabilisation de ces configurations et une consolidation du rôle de l’Etat a été passé lors de l’arrivée de V. Poutine au pouvoir. Ce compromis a connu des évolutions au début des années 2000 entre les « interventionnistes » et les  « libéraux » au sein du gouvernement et plus généralement de l’élite russe. Si le gouvernement gardait la haute main sur certains secteurs, il ouvrait l’économie russe au capital étranger en ce qui concerne les autres et s’accommodait des règles de la globalisation financière[3]. Ceci entrainait une progressive disparition des barrières aux flux de capitaux, aboutissant à la libéralisation totale du taux de change à la fin de 2006. Ce compromis reposait sur l’idée que la Russie pourrait utiliser à son profit le système financier international pour financer son développement. Il correspondait aussi au souhait des grandes entreprises russes, que ce soit dans le domaine des hydrocarbures ou dans celui des métaux, de recourir à une croissance externe (par le biais d’acquisitions) afin d’atteindre la taille nécessaire pour affronter la concurrence mondiale[4]. Mais, il est clair que d’autres raisons, moins avouables, et liées à l’exportation du patrimoine industrielle de la Russie, étaient aussi présentes. On pouvait aussi s’interroger sur un modèle où la Russie produisait des matières premières pour importer par la suite les biens manufacturés issus de ces matières premières[5].

Ce compromis incluait aussi un accord sur une utilisation mesurée des moyens financiers issus de la rente des matières premières. Le rôle de cette rente avait eu tendance à monter à partir de l’été 2002, offrant plus de possibilités au gouvernement russe tandis que la Banque Centrale pouvait accroître très fortement ses réserves de change. La réaction à la hausse des prix du pétrole fut la définition des quatre « Priorités Nationales, définies par Vladimir Poutine en 2004 (Santé, Éducation, Logement et intégration agro-industrielle). Ces « Priorités » ont permis de canaliser une partie de l’investissement souhaité par les « interventionnistes », sans provoquer de déséquilibres macro-économiques importants. Il en a été de même pour les investissements liés aux jeux Olympiques de Sotchi, qui ont permis de moderniser les infrastructures de transport. La Russie a ainsi pu éviter le piège du « syndrome hollandais » et de conserver une économie aussi diversifiée que possible[6].

Cette stratégie fut initialement payante. La production industrielle connut un renouveau important dans des secteurs comme l’automobile (où l’on a produit plus d’1,7 millions de véhicules en 2012). La productivité du travail a enregistré une hausse spectaculaire, en particulier dans l’industrie manufacturière, hausse liée tant à l’investissement (important à l’époque) qu’à l’introduction de nouvelles technologies par le développement d’usines appartenant à des firmes occidentales, ou par un effet de diffusion dans l’industrie russe.

Tableau 1

Gains de la productivité du travail depuis 2002

 

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Productivité totale

107,0

106,5

105,5

107,5

107,5

104,8

95,9

103,0

103,8

Agriculture, chasse et économie forestière

105,6

102,9

101,8

104,3

105,0

110,0

104,6

90,0

119,9

Pêche

102,1

104,3

96,5

101,6

103,2

95,4

106,3

76,4

112,5

Secteur des matières premières

109,2

107,3

106,3

103,3

103,1

100,9

108,5

100,6

101,2

Secteur manufacturier

108,8

109,8

106,0

108,5

108,4

102,6

95,9

108,3

105,9

Réseaux de fourniture d’électricité, gaz et eau

103,7

100,7

103,7

101,9

97,5

102,1

96,3

99,0

99,9

Construction

105,3

106,8

105,9

115,8

112,8

109,1

94,4

98,7

102,8

Services commerciaux

109,8

110,5

105,1

110,8

104,8

108,1

99,0

98,8

104,8

Hôtellerie et restauration

100,3

103,1

108,5

109,2

108,0

109,2

86,7

94,5

101,2

Transport et communication

107,5

108,7

102,1

110,7

107,5

106,4

95,4

102,4

102,6

Source : Service fédéral des Statistiques

 Néanmoins, on pouvait aussi observer que cette politique aboutissait plus à une juxtaposition d’objectifs (et de pratiques) qu’à une démarche complètement cohérente. Les priorités nationales devaient ainsi être compatibles avec les règles fixées par Alexeï Koudrine et German Gref. Il faut noter que Alexeï Koudrine, ministre des finances, continuait de s’opposer à toute utilisation massive des fonds accumulés via les exportations dans l’économie russe, au prétexte des risques de déséquilibres macroéconomiques. La lutte contre l’inflation restait la pierre angulaire du crédo économique des autorités, ce qui ne correspondait pas au à la situation économique de la Russie après 2002[7]. La politique monétaire menée en Russie reste marquée par le souvenir de la crise de 1998. Le taux de change était considéré comme un bon indicateur de la stabilité sociale en Russie. La Banque Centrale de Russie maintenait une politique d’intervention sur le marché des changes qui dura jusqu’en décembre 2013.

Ceci conduisit à des taux d’intérêt en roubles très supérieurs à ce qui s’imposait pour le développement de l’économie, et constitua une nouvelle incitation à aller chercher à l’extérieur les ressources financières nécessaires pour développer l’économie. Une autre conséquence de la politique tant financière que monétaire inspirée par Koudrine, mais aussi par les autorités de la Banque Centrale de Russie fut une forte appréciation du taux de change réel du rouble. Cette appréciation, qui favorisait la décrue de l’inflation en Russie et qui avantageait la couche supérieure des consommateurs, fut compensé par les gains de productivité dans l’industrie. Mais, elle n’en pénalisait pas moins les producteurs industriels et agricoles, et donc en priorité le secteur non-rentier de l’économie.

Graphique 1

Taux de change nominal et réel du Rouble face au Dollar

A - Gr1 Données de la BCR et calculs réalisés au CEMI

 Cependant on voyait déjà des craquements apparaître dans ce compromis. La déclaration d’Alexeï Koudrine à la fin de janvier 2008 sur le rôle de « havre de stabilité » de la Russie, alors que montaient les inquiétudes liées à la crise des subprimes, témoignait de l’illusion que cette stratégie était durable[8]. L’endettement des grandes entreprises et des banques russes sur les marchés financiers internationaux devait se révéler un véritable problème quand le rouble baissa fortement lors de la crise financière de 2008. La crise économique mondiale (2008-2009) constitua en effet la première remise en cause de cette stratégie. L’Etat dut se porter au secours des entreprises trop dépendantes des liquidités internationales ou ayant souscrit des emprunts importants qu’elles ne pouvaient plus rembourser. Les années 2010-2013, furent marquées par « l’illusion » qu’un retour à cet équilibre serait possible. Mais, cette illusion s’est aujourd’hui dissipée. Il en résulta un nouvel accroissement de l’endettement des entreprises industrielles et des banques. Bien entendu, cet endettement correspondait aussi à des achats d’actifs importants, et la structure de l’actif et du passif des entreprises était équilibrée. Cependant la temporalité différente entre le passif et l’actif exposait les banques et les entreprises russes à des difficultés importantes en cas de baisse importante de la valeur du rouble.

Tableau 2

Endettement extérieur brut de la Fédération de Russie (passif) en milliards de dollars

 

30/06/2013

30/09/2013

31/12/2013

31/03/2014

Total de l’endettement extérieur

707,76

716,25

728,86

715,82

Gouvernement de la Fédération de Russie

55,93

62,67

61,74

53,63

Banques

211,92

207,08

214,39

214,02

Autres agents financiers

18,97

17,56

15,96

15,33

Autres agents

420,94

428,94

436,76

432,83

Dont Crédits

261,32

264,30

268,40

266,33

En pourcentage du total
Gouvernement de la Fédération de Russie

7,9%

8,7%

8,5%

7,5%

Banques

29,9%

28,9%

29,4%

29,9%

Autres agents financiers

2,7%

2,5%

2,2%

2,1%

Autres agents

59,5%

59,9%

59,9%

60,5%

Source : Banque centrale de Russie

Le gouvernement russe a déployé en effet beaucoup d’efforts pour réorienter le commerce international de la Russie vers l’Asie et pour développer une zone de libre-échange avec certains des pays de l’ex-Union soviétique. Le principe d’une diversification des partenaires commerciaux est judicieux. Il est clair que la Russie, dont l’Europe est le premier partenaire commercial, a « importé » en partie la récession ou la stagnation que connaît depuis 2012 le continent européen et qu’il risque de connaître pendant encore plusieurs années. Cette situation n’a été perçue que progressivement au sein des élites politiques et économiques de la Russie. Mais, elle a entraîné un changement important dans la stratégie du gouvernement. De ce point de vue, on peut parler d’un réajustement pragmatique de la politique économique de la Russie[9]. En fait, cela pose le problème d’une possible « dé-globalisation » de l’économie russe et, par là même, d’une remise en cause des équilibres que l’on pouvait percevoir dans les stratégies de développement. Si l’on veut réorienter le modèle de développement vers une économie plus « autocentrée », il est évident que les croissances du revenu réel de la population, de la consommation et de l’épargne, vont devenir des indicateurs essentiels pour le pilotage de l’économie. Ceci impliquera un tournant plus « social » de la politique économique, car la répartition des revenus deviendra à terme aussi importante que l’évolution de leur masse.

Les conséquences des changements géostratégiques de l’année 2014.

Les relations entre les Etats Unis, l’Union européenne et la Russie se sont dégradées de manière considérable depuis le début de 2014. Non qu’elles aient été bonnes avant. Les contradictions entre les politiques étrangères étaient flagrantes depuis environ trois ans. Mais, l’initiative russe sur les armes chimiques en Syrie avait montré que des collaborations étaient possibles. Ces collaborations sont nécessaires, que ce soit pour les Etats-Unis qui ne peuvent s’extraire d’Afghanistan sans le soutien implicite de la Russie, ou pour la France qui est largement tributaire des moyens de transports lourds russes pour ses opérations en Afrique. La responsabilité de cette dégradation était plutôt à chercher du côté des Etats Unis et de l’Union européenne[10].

Le mécanisme des sanctions et des contre-sanctions qui joue aujourd’hui à plein, pèse lourdement sur les anticipations des différents acteurs économiques, en particulier en Europe occidentale. Les pertes de croissance pourraient atteindre 0,5% du PIB en Allemagne, 0,25% en France, mais aussi 0,8% en Hongrie et 1% en Pologne.

Les différentes étapes dans le processus de sanction, mais aussi les réponses qui y ont été apportées de la part du gouvernement russe, construisent un contexte psychologique particulier, dont l’importance va largement au-delà des effets réels des mesures prises de part et d’autre. Du côté des Etats-Unis et des pays de l’UE on a un ensemble de mesures incluant tant le domaine des coopérations industrielles que celui des transactions financières. Ce sont ces dernières sanctions qui semblent de loin les plus importantes. Les Etats-Unis ont décidé dans le cours du mois de juillet d’étendre ces sanctions au secteur de défense, concernant alors la compagnie d’Etat des constructions navales (OSK) et la compagnie d’Etat des constructions aériennes (OAK). Nous avons, ensuite, les sanctions qui tombent sous le régime SSI des sanctions sectorielles[11].  Il s’agit d’une interdiction pour des entreprises russes d’emprunter à plus de 90 jours sur les marchés financiers internationaux. Ces sanctions interdisent tant l’accroissement de la dette extérieure des entreprises privées, que le roulement de cette dette (roll-over) quand cette dernière arrive à maturité. Or, ceci produit naturellement une forte pénurie de dollars en Russie alors que les besoins des entreprises sont importants.

Tableau 3

Montant des remboursements par trimestre

T3-2014 T4-2014 T1-2015 T2-2015  T3 2015  T4 2015  T1 2016  T2 2016
Intérêts

7,438

7,121

6,65

5,911

5,678

5,42

5,475

4,828

Principal

59,165

47,105

31,833

23,545

18,256

27,983

15,893

21,276

TOTAL

66,603

54,226

38,483

29,456

23,934

33,403

21,368

26,104

Source : Banque Centrale de Russie

A ceci est venu s’ajouter la spectaculaire baisse des prix du pétrole, qui étaient de l’ordre de 110 USD le baril à la fin de 2013 et qui sont en ce début d’année autour de 60 USD. Cette baisse importante (-45%) est sans doute en partie liée à la volonté américaine d’affaiblir la Russie. Mais d’autres phénomènes ont aussi joué, comme la volonté des grands producteurs (Arabie Saoudite en tête) de limiter le développement de la production de pétrole à partir des sables bitumineux au Canada ou depuis les forages dans les couches de schistes aux Etats-Unis. Ces deux industries ont un seuil de rentabilité au-dessus de 60 USD le baril, et probablement autour de 80 USD[12]. La combinaison de ces deux facteurs, les sanctions financières américaines et la baisse du prix du pétrole, a provoqué la crise sur le taux de change. Mais, cette crise est révélatrice d’une crise du modèle de croissance ou plus précisément elle fait éclater au grand jour les contradictions existantes entre des morceaux de politiques divergentes mit bout-à-bout. Cette crise va rendre nécessaire une clarification et une mise en cohérence de la politique économique.

Le choc sur le taux de change de fin décembre et ses conséquences.

Le taux de change du rouble s’est déprécié depuis janvier 2014. Une partie de ce mouvement correspondait à la surévaluation antérieure du Rouble, et était naturelle. Mais, depuis le début du mois de juillet, cette dépréciation s’est progressivement accélérée, jusqu’aux événements spectaculaires des 12 au 18 décembre 2014 qui sont liés à une attaque spéculative. Les conséquences sur l’économie russe en sont connues : choc inflationniste du fait de la hausse brutale des produits importés, réduction importante des investissements pour cette même raison et une interruption momentanée de ces importations à cause de l’incertitude sur le taux de change. Il est évident que cela va entraîner une récession momentanée en Russie au premier semestre 2015.

Cependant, la politique de la Banque Centrale a eu aussi des conséquences négatives. Les autorités russes ont décidé de lutter contre l’attaque spéculative par des instruments de marché et non par le rétablissement du contrôle des capitaux. Ceci impliquait une forte hausse des taux d’intérêts (de 10,5% à 17%). Cette politique a un coût. Si ces taux devaient s’inscrire dans la durée, ils étrangleraient l’économie russe et en particulier l’investissement. Si une politique de lutte contre la spéculation par des moyens de marché peut être efficace, comme cela a été prouvé le mercredi 17 décembre, le coût, tant direct qu’indirect de cette politique en devient rapidement croissant. Dans l’esprit du gouvernement, cette stratégie n’est pas appelée à durer. Il est clair qu’il espère qu’avec le mois de janvier prochain les pressions baissières sur le rouble vont se calmer. Néanmoins, si la spéculation s’avérait soutenue politiquement par certains pays, ce qui semble être la situation actuelle, ceci pourrait ne pas être le cas. On voit que le taux de change oscille entre 55r/1USD et 61r/1USD sur le marché. Ces oscillations sont suffisantes pour empêcher un retour au calme sur le marché. Dans cette situation, la meilleure solution pour la Russie consisterait à introduire rapidement des mesures réglementaires de contrôle des capitaux bien que les autorités se refusent pour l’instant à considérer cette option. En effet, si l’engagement du Ministère des Finances et de la Banque Centrale au profit du rouble devait se poursuivre dans le cours du mois de janvier, il faudrait alors reconsidérer sérieusement les différentes options possibles et le contrôle des capitaux en premier lieu.

Il est par ailleurs évident que la Russie ne peut continuer à se financer à l’étranger, en comptant sur l’ampleur de ses exportations de matières premières pour équilibrer ses comptes. Cela revient à une question qui est fréquemment posée est de savoir si le pire pour la Russie était des prix mondiaux des matières premières faibles ou élevés. Certains experts soutiennent que des prix élevés des matières premières bloquent le processus de modernisation et de diversification de la Russie. Il est exact que des revenus très importants issus des matières premières peuvent créer un sentiment d’euphorie économique qui n’est pas favorable à des réformes de structure. Cependant, on ne peut nier qu’il est de l’intérêt de la Russie que les prix restent élevés ne serait-ce que pour pouvoir financer ces dites réformes. En fait, les matières premières représentent un atout indiscutable pour l’économe russe. Encore faut-il en comprendre la logique d’utilisation.

Ceci soulève la question des prix et plus précisément celle des fluctuations importantes qu’ils sont susceptibles de connaître. Cette instabilité est largement liée au développement très important d’une financiarisation des marchés de matières premières avec le développement des pratiques dites “over-the-counter” (OTC)[13] mais aussi le développement des marchés d’options et de dérivés. Cependant, le rôle moteur dans le développement de cette financiarisation a bien été celui des pratiques “over-the-counter” (OTC) où le volume des contrats a été multiplié par 14 de 1998 à 2006. De même, les contrats d’options ont eux aussi connu un développement spectaculaire depuis la fin des années 1990. De fait, on voit un écart de plus en plus important entre les volumes des contrats « financiers » et ceux des contrats « physiques » [14].

Graphique 2

A- Gr1BIS

Ceci fait des marchés des matières premières des proies rêvées pour la spéculation et les spéculateurs. On comprend que, dans ce contexte, la volatilité des cours soit extrême[15]. Ceci rend d’autant plus intéressant, dans une optique de stabilisation d’une trajectoire de croissance, le fait de transformer ces matières premières dans le pays producteur. Le plus le bien sera transformé, le moins sera-t-il susceptible d’être la victime de cette volatilité extrême qui caractérise les cours des matières premières[16].  Il est donc de l’intérêt bien compris de la Russie de développer des filières de transformation des matières premières qu’elle produit, des produits agricoles au pétrole en passant par les métaux ferreux et non-ferreux, afin d’échapper aux problèmes que soulèvent cette volatilité particulière des cours des matières premières.

Graphique 3

Répartition des matières premières suivant leur valorisation et la volatilité de leurs cours

A - GR1TER

Source: CEMI-EHESS

Gaz (1): gaz conventionnel / Gaz (2): gaz de schiste

Par ailleurs il a été souligné que les activités extractrices pouvaient favoriser la modernisation et la diversification de l’économie. C’est absolument exact, et c’est un fait souvent ignoré des profanes. En effet, ces activités font de plus en plus usage de techniques avancées voire très avancées, qu’il s’agisse du processus d’extraction ou de recherche de nouvelles sources. Les effets induits de ces activités sur le reste de l’industrie sont potentiellement loin d’être négligeables. Ils peuvent conduire à la mise en place de filières modernisatrices dans le tissu industriel russe, en particulier en ce qui concerne les compresseurs, les robots, l’électronique de télécommande, etc… Cela implique cependant l’entrée en Russie d’entreprises étrangères qui maîtrisent ces techniques (soit sous la forme d’investissements directs soit sous celle de cession de licences). De même, la disponibilité de ressources importantes, incluant l’agriculture, peut être la base du développement d’industries de transformation, qui elles-mêmes seront très sophistiquées. L’agriculture ne sera plus, et ce dès un proche avenir, productrice uniquement de produits alimentaires. Les biotechnologies et les biomatériaux utiliseront de plus en plus la matière première en provenance de l’agriculture. Cela implique le renforcement des activités agricoles, et le développement d’une chaîne complète de transformation, incluant la biochimie et le développement des biomatériaux.

Mais, si le financement interne est possible, il exige que des mécanismes efficaces de rapatriation des profits d’exportation mais aussi de leur distribution à toute l’économie soient rapidement mis en place. On voit ici tout l’intérêt que le gouvernement pourrait tirer de la situation actuelle, qui a aboutit à l’affaiblissement d’un certain nombre de banques, pour procéder aussi rapidement que possible à une réforme bancaire de grande ampleur. La mise en place d’un modèle de développement « autocentré » met en lumière la dimension stratégique du taux d’intérêt mais aussi celle d’un système bancaire performant. En effet, tant que l’on considère que le rouble doit être stabilisé par des instruments de marché, ces taux resteront nécessairement élevés. Or, ils freinent, voire empêchent, l’économie russe de se diversifier et de profiter de la dépréciation du rouble qui rend les producteurs russes plus que compétitifs que ce soit à l’exportation ou sur le marché intérieur. Dès lors, on voit que ce n’est pas tant la crise du taux de change que les méthodes utilisées pour la contrecarrer qui risquent de faire plonger l’économie dans une récession en 2015, alors que la production industrielle connaissait une embellie notable grâce à la dépréciation du rouble (Graphique 4).

Graphique 4

 A - GR2

Données en glissement (YtoY)

Source : Banque Centrale de Russie

La Banque Centrale de Russie et le Ministère des Finances apparaissent alors comme les principaux obstacles mis à une diversification de l’économie russe et les principaux facteurs de récession.  Il est évident qu’il faut désormais réfléchir à une nouvelle logique de croissance, ce qui avait été évoquée il y  a plus d’un an[17]. Des solutions intermédiaires existent entre le contrôle des capitaux et la situation actuelle. Si la Banque Centrale s’avère décidée à maintenir des taux d’intérêts élevés, le gouvernement pourrait décider d’en prendre une partie à sa charge afin d’alléger le poids pesant sur les entreprises russes. Des mesures de ce type, appelées « bonification de taux d’intérêts » furent appliquées en France dans les années 1960. Mais, leur coût budgétaire est élevé. De même, le gouvernement peut décider d’engager des investissements importants, que ce soit dans les infrastructures ou en ouvrant un compte de subventions dont les entreprises russes pourraient bénéficier. On sait que de telles subventions ont déjà été décidées pour l’agriculture. Ceci pourrait permettre le développement d’entreprises dans les secteurs de l’innovation technologique. Cependant, il est clair que de telles mesures aboutiront à renforcer le poids de l’Etat dans l’économie.

En tout état de cause, ce poids est appelé à monter dans les circonstances actuelles. Seule une impulsion importante en provenance de l’Etat peut relancer l’économie après le choc qu’elle a subi au mois de décembre. Si cette impulsion est donnée, après un mauvais premier semestre, la croissance pourrait reprendre au deuxième. Sur l’année 2015 on pourrait limiter la récession à -1% et prévoir une croissance d’environ 3% pour 2016. Tout, ici, dépend de l’action du gouvernement. Cependant, il importe de bien comprendre qu’il ne s’agit plus de mesures provisoires, dictées par une crise momentanée, mais que ces mesures doivent aboutir au pivotement du modèle de croissance de la Russie. L’activité de transformation des matières premières russes, mais aussi l’activité d’innovation, doivent devenir progressivement plus importante. Tel est l’enjeu du débat actuel sur la politique économique qui pourrait aboutir à la conquête par la Russie de sa complète indépendance économique.


[1] Glazyev S. Yu. et Fetisov G.G., (2013) « On the strategy of sustainable development of Russia’s economy » in Economic and Social Changes, n° 25 (1/2013), pp. 18-28.. Vercueil J., (2013) «Russie : la «stratégie 2020» en question. Une analyse du substrat productif et financier de la politique industrielle», Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, vol. 44, n°1, pp. 169-194.

[2] Ivanter V.V. Nekipelov A.D. et Glazyev S.Yu (2013), « Problemy Dolgosrotchnogo Sotsial’nogo-Yekonomitcheskogo Razvitija », Yekonomitcheskie i Sotsial’nye Peremeny n°30 (6/2013), p.14-25. Disponible aussi sur http://www.ras.ru/news/shownews.aspx?id=4f0a07fe-8853-4eda-9428-574f5fcf0654

[3] Clément-Pitiot H. (2011), «L’insoutenable légèreté de la globalisation financière», Revue de Défense Nationale, 2011, pp. 33-42

[4] Durand C et M. Lautier, (2013) « Too Big Too Quick? An Institutional and Systemic Overview of the Rise of Russian Metallurgical Transnationals», Revue d’économie industrielle , n°142, 2012/2, pp. 41-76

[5] Sapir J. (2011), « Soglasovanie vnytrennykh u mirovykh cen na cyr’evye produkty v strategii yekonomitchekogo razvitija Rossii », [ Dynamiques des prix mondiaux et internes des matières premières dans la stratégie de développement économique de la Russie] in Problemy Prognozirovanija, n° 6 (129), 2011, pp. 3-16

[6] Oomes N et Kalcheva K., (2007),  Diagnosing Dutch Disease: Does Russia Have the Symptoms? Document de Travail du FMI/IMF, WP 07/102, IMF, Washington DC

[7] Sapir J., (2010), « What Should Russian Monetary Policy Be » in Post-Soviet Affairs, Vol. 26, n° 4, Octobre-Décembre 2010, pp ; 342-372.

[8] Sapir J. (2008B), « Vozmozhnosti i Riski ‘Gavani Stabil’nosti’ »  [Possibilités et risques d’un « havre de stabilité »] in Rossija v Global’noj Politike, n°2/2008, mars-avril. Consultable aussi sur le site, http://www.globalaffairs.ru/numbers31/9482.html

[9] Clément-Pitiot H. (2014), «La stratégie de l’économie russe en perspective: le choix du pragmatisme?», Note de l’Observatoire franco-russe, 2014, n°6, 26 p.

[10] Mearsheimer J., « Why the Ukraine Crisis is the West’s fault », Foreign Affairs, septembre/octobre 2014, http://www.foreignaffairs.com/print/138884 .

[11] Office of Foreign Assets Control (2014), Sectoral Sanctions Identifications List, 16 juillet 2014, U.S. DEPARTMENT OF THE TREASURY 1500 PENNSYLVANIA AVENUE, N.W. WASHINGTON, D.C. 20220 http://www.treasury.gov/ofac

[12] Rystad Energy, Morgan Staley Commodity Research. Certaines sources font état d’un coût réel supérieur à 80 USD pour le pétrole de schiste.

[13]  On appelle « Over-the-counter » des contrats bilatéraux dans lesquels les deux parties se mettent d’accord sur les termes du dit contrat. Ces contrats sont gérés par téléphone ou par ordinateur.

[14]  Data from: Bank for International Settlements, Semi-annual OTC Derivatives Statistics, December 2006, Basel

[15] Bank for International Settlements, BIS Quarterly Review, vol. 26, (June 2008)

[16]  Alquist R., and L. Kilian, “What do We Learn From The Prices of Crude Oil Futures” in Journal of Applied Econometrics, Vol. 25, n°4, 2010, pp. 539-573.

[17]  Ivanter V.V., Uzyakov M.N, Ksenofontof ,M. Yu., Shirov A.A., Panfilov B.S., Govtvan’ O. Dzh., Kuvalin D.B., Porfiriev B.N., « Novaya Yekonomika Politika – Politika Yekonomitcheskogo Rosta », (2013), in Problemy Prognozirovaniya, n°6 (141), pp. 3-16.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *