Zone Euro: sous les discours lénifiants la crise continue de se développer (II)

19 octobre 2012
Par

II. Études de cas

Les deux cas que nous allons étudier sont des pays dont l’importance économique est différente (si l’Espagne est la 4ème économie de la zone Euro la Grèce est une économie bien plus petite) mais dont l’importance politique dans les prochains mois pourrait bien être équivalente. Ces deux pays sont sous la menace d’un effondrement total de l’économie et de la société à relativement court terme (6 mois à un an).

  1. La situation en Grèce

La situation de la Grèce est aujourd’hui dominée par une contraction des crédits et des dépôts dans les banques. Ce phénomène affecte tant les entreprises que les ménages. Son importance tant à s’accroître depuis l’été 2010 et semble prendre un tour tragique depuis le début de l’année 2012.

(i) Les conséquences de la pénurie de liquidités

Cet effondrement est en partie le résultat d’une contrainte de liquidité sur les ménages qui s’est fortement accrue depuis le début de la crise dite « de la dette » en Grèce. Les dépôts d’épargne se sont ainsi réduits de plus d’un tiers depuis janvier 2010.

Source : Banque Centrale de Grèce.

Mais, l’accroissement de la contrainte de liquidité n’explique pas tout. L’évolution du montant des crédits est, de ce point de vue, très intéressante mais aussi très inquiétante. Le montant des crédits, pour les ménages comme pour les entreprises, montre une diminution nette depuis le printemps 2010. Mais, on constate une accélération du processus depuis le début de l’année 2012.

Source : Banque Centrale de Grèce.

Source : Banque Centrale de Grèce.

Les dépôts des entreprises quant à eux se contractent rapidement depuis le début de 2010, et le mouvement est là relativement régulier. Ces dépôts ont perdu environ 55% de leur valeur (nominale) depuis décembre 2008. On peut penser que les entreprises ont déplacé leurs dépôts en partie sur des banques situées dans des pays de la zone Euro moins exposés à la crise. Néanmoins, cette très forte baisse ne peut que signifier des problèmes de liquidité très grave pour les entreprises.

(ii) Le développement du troc et des systèmes de paiement alternatifs

En fait, et de nombreuses sources en témoignent, on est en présence d’un retour à l’économie de troc en Grèce[1]. Ce mouvement peut être considéré comme faisant partie des stratégies de survie de la population en face de l’austérité sauvage qui lui est imposée. Mais, le développement de systèmes de paiement alternatifs (TEM en grec) indique que ces stratégies sont en train de se consolider. La ville de Volos (qui est la 5ème de Grèce) sert de laboratoire pour ce développement et l’on a pu constater dès ce printemps que de nombreux commerçants, voire des petits industriels, acceptaient ce système[2].

Bien entendu, ces systèmes ne peuvent se substituer entièrement à l’espace monétaire encore dominé par l’Euro. Mais leur rapide développement pourrait expliquer des formes de résilience de la part des petites industries et du petit commerce[3]. Le point négatif est que la base fiscale va alors disparaître pour l’État, à moins que ce dernier n’accepte de reconnaître les TEM. Mais, dans ce cas, cela signifierait qu’il reconnaisse qu’une partie de l’économie grecque est déjà sortie de la zone Euro.

Plus profondément, ces systèmes, tout en assurant la résilience d’une économie locale sont incapables d’assurer le financement des activités exportatrices dont la Grèce a désespérément besoin. En fait, le développement du troc et des TEM confronte les entreprises restées dans l’économie « en Euro » à des non-paiements de plus en plus fréquents et répétés qui non seulement fragilisent leurs positions, mais découragent les banques de leur accorder des prêts. Ce système de survie est incapable d’engendrer une dynamique positive pour l’économie grecque. Au début du mois d’octobre 2012, un survey réalisé par des économistes de la Banque Centrale de Grèce estimait que le tiers des entreprises (et plus de 50%pour les PME/PMI) avaient recours au troc ou au TEM. La fraction de la population qui avait recours au troc ou au TEM s’élevait à 40%, avec des différences régionales très importantes[4].

(iii) La situation des entreprises

L’analyse du mouvement des crédits aux entreprises par grands secteurs est, de ce point de vue, très instructif. Le montant des crédits aux entreprises du commerce se réduit de manière régulière sur l’ensemble de la période. On constate, cependant, une accélération du processus à partir de l’été 2011. Le montant des crédits aux entreprises du secteur industriel (au sens large) montre une stabilité relative jusqu’à l’été 2011. Mais, après cette date, la baisse est très forte. Les encours de crédits, toutes maturités confondues, baisse de 15% en un an. Si l’on tient compte des crédits dont la maturité excède un an, on voit que cette baisse concerne très largement les crédits à court terme, soit ceux qui sont les plus importants pour le cycle de production des entreprises. Ce point est d’une importance capitale. En effet, si les entreprises grecques ne peuvent plus financer leur cycle de production de manière satisfaisante, il est illusoire d’espérer qu’elle pourront profiter de la baisse importante des salaires qui a été mise en place par les différents plans d’austérité. En d’autres termes, la dévaluation interne à laquelle s’est livrée le gouvernement grec ne servira à rien dans ces conditions.

Source : Banque Centrale de Grèce.

On vérifie cela immédiatement sur le processus de production et d’investissement.

Source : Service Hellénique des statistiques, octobre 2012.

En ce qui concerne la production industrielle, on constate un effondrement de celle-ci dans ses différentes branches, qui commence à se produire à l’été 2012. La production est ici indiquée en pourcentage du mois correspondant de 2005. Il n’est pas surprenant que les résultats soient sensiblement inférieurs à 100. Mais, ce qui est significatif est le tournant que semblent avoir pris la majorité des branches de l’industrie à partir de l’été 2012. Les chiffres, encore provisoires, du mois de septembre confirment que c’est bien à un effondrement de la production industrielle que l’on est confronté. Des branches, comme celles produisant les biens de capital ou les biens de consommation durables, semblent pratiquement à l’arrêt avec des montants mensuels de production qui sont égaux, voire inférieurs, à 30% du montant du mois correspondant de 2005. Par ailleurs, l’investissement baisse considérablement et ceci depuis maintenant plusieurs années. C’est, bien entendu, la conséquence directe de la contraction du crédit qui affecte la trésorerie des entreprises grecques. Mais, indirectement, la contraction du crédit, qui touche aussi les ménages, a un effet non négligeable sur l’investissement.

Source : Service Hellénique des Statistiques, octobre 2012.

Non seulement les entreprises investissent moins parce qu’elles sont dans une situation financière plus difficile et ont plus de difficultés à se procurer des liquidités, mais la baisse de la demande des ménages, impliquant une contraction de la demande interne, n’incite pas non plus à l’investissement. Les anticipations des entreprises ne peuvent être que négatives. Ceci confirme le mouvement de départ hors de Grèce, et dépit de la baisse des coûts, d’un certain nombre de grandes entreprises. L’effondrement du commerce, dont l’indice (sur une base 100 en 2005) est passé de 148 au second trimestre 2008 à 90 au second trimestre de 2012 (soit une baisse de 40%) ne peut que conforter les anticipations très négatives des entrepreneurs sur la situation de la Grèce. Il faut ici ajouter que la combinaison de facteurs objectifs (la sortie de l’économie monétaire pour une partie des acteurs, la chute des crédits et donc des dépôts, la forte baisse de l’activité et de l’investissement) combinés à des facteurs subjectifs (les anticipations des entrepreneurs mais aussi d’une grande partie de la population) ne peut qu’avoir un effet très délétère sur la situation tant économique que sociale.

Source : Service Hellénique des Statistiques, octobre 2012.

(iv) La Grèce, une « petite » Russie ?

Ces évolutions rappellent immanquablement celles qui ont été observées en Russie, en particulier de 1995 à 1998[5].

La transition en Russie a été en effet marquée par des phénomènes relativement semblables avec un développement du troc et une amorce de fragmentation de l'espace monétaire. Outre des transactions en nature, ou par l'intermédiaire d'instruments financiers (les Veksels) qui ne sont pas compensables en monnaie, on a vu se développer l'usage d'instruments monétaires alternatifs à la monnaie nationale: usage du dollar, mais aussi de Veksels émis cette fois par des banques régionales et circulant comme une véritable monnaie alternative. Ces derniers phénomènes se retrouvent dans d'autres pays de l'ex-URSS, comme en Ukraine. Le troc et la fragmentation monétaire peuvent être conjointement analysés comme un signe majeur de dysfonctionnement de l'économie sous l’impact de politiques alors dites de « stabilisation » mais dont la violence n’avait rien à envier aux politiques d’austérité à l’œuvre en Grèce[6]. Si l'on additionne le troc et les Veksels, il est probable que le troc, sous une forme directe ou indirecte, représentait entre 60% et les trois-quart des échanges interentreprises à la veille de la crise financière. Les conséquences fiscales d’une telle sortie de l’économie « officielle » gérée en Roubles a eu des conséquences dramatiques sur la collecte fiscale. Entraînant alors l’État à emprunter dans des proportions de plus en plus importantes, cette situation a abouti au défaut de la Russie sur sa dette souveraine et à une dévaluation massive en août 1998. Mais, il est frappant de constater que ceci n’a pas entraîné l’effondrement de l’économie russe mais au contraire son redémarrage. Alors que les prix des hydrocarbures restent faibles (et le resteront jusqu’à l’été 2002) la Russie renoue dès 1999 avec une forte croissance[7].

L’histoire de la Russie contient donc à la fois des indications sur ce qui attend la Grèce à relativement brève échéance, mais laisse présager que cette sortie de crise pourrait en définitive se révéler positive pour la population Grecque.

  1. La situation de l’Espagne

La situation espagnole, pour apparaître moins désespérée que celle de la Grèce, n’en est pas moins tout aussi sérieuse. En effet, avec un certain retard sur la Grèce, on voit se manifester les mêmes pathologies.

(i) Les limites de la dévaluation interne

L’Espagne a elle aussi appliqué une politique drastique de dévaluation interne, à un coût très élevé en termes de chômage puisque l’on a atteint les 25% de la population active en juillet 2012. Les résultats en restent cependant limités.

Source : Banque Centrale d’Espagne.

L’Espagne a bien réduit son déficit de balance commerciale, qui atteignait près de 9% du PIB, mais elle ne l’a pas supprimé. Le déficit reste actuellement de l’ordre de 4% du PIB. Cette baisse est due dans une large mesure à la contraction des importations, qui avaient atteint 285 milliards d’euros en 2007. Mais, cette baisse est également répartie entre la population et les importations de biens de capital pour les entreprises, ce qui évidemment n’est pas une bonne nouvelle. On constate même que la formation du capital (qui se fait dans une large mesure par le biais d’importations de machines et d‘équipement) qui s’était redressée du second trimestre 2010 au troisième trimestre 2011, recommence à fortement diminuer.

Source : Banque Centrale d’Espagne.

La réduction du déficit commercial n’apparaît donc pas soutenable. Mais, de plus, cette réduction des investissements et de la formation du capital, a des conséquences sur l’activité potentielle du pays. La chute du PIB sur les années 2012 et 2013 combinées pourrait s’élever à -6% contre une prévision – pour le moins optimiste – de -2,6% faite par la banque Centrale d’Espagne. On constate d’ailleurs sur le graphique ci-dessus que le mouvement de baisse s’accélère au second trimestre de 2012. Les prévisions du nombre de chômeurs seront donc à réviser. Une étude réalisée par la banque Citigroup fait état d’un niveau de 30% de la population active en 2014, ce qui est cohérent avec une baisse du PIB de -6% sur 2012 et 2013[8].

Cette dégradation de la situation sociale va entraîner de nouvelles charges budgétaires et, dans le même temps, la contraction de l’économie qui va s’accélérant va provoquer une contraction des recettes fiscales. Il est très peu probable que l’Espagne atteigne l’objectif (révisé) de -6% de déficit budgétaire en 2013. L’Espagne apparaît ici comme un cas d’école d’une austérité auto-destructrice. Les plans de réduction du déficit public qui ont été lancés ont provoqué et vont provoquer dans les deux ans qui viennent une contraction très forte de l’activité économique. Si, comme l’indiquent les études récentes, le multiplicateur des dépenses publiques est très supérieur à 1, il faut s’attendre à ce que la dépression soit violente du dernier trimestre 2012 au premier trimestre 2014.

(ii) Un investissement en berne

Si l’Espagne ne connaît pas encore la logique de démonétarisation qui est en œuvre en Grèce, elle connaît par contre une évolution des investissements qui est très inquiétante. Les banques sont en effet fragilisées par la contraction de l’activité économique. C’est ce qui explique que le taux des crédits non remboursés soit passé de 0,75% en 2006 à 10,5% en août 2012. Dans ces conditions, les banques ont très fortement ralenties leurs activités de crédits que ce soit à la population ou aux entreprises. La formation brute de capital fixe (FBCF) dans les entreprises non-financières se ralentit alors que la destruction de capital augmente rapidement. En résultats, l’accroissement net du capital fixe se réduite rapidement, ce qui contribue à réduire les possibilités des entreprises espagnoles de profiter des opportunités d’exportation qui seraient ouvertes par la déflation interne. L’économie espagnole, qui a réussie à réduire son déficit de balance commerciale sera dans l’incapacité de maintenir cette situation à terme.

Source : Banque Centrale d’Espagne

Ces données signifient en effet, par rapport à l’Allemagne et même à la France, la compétitivité de l’industrie espagnole est appelée à décroître. Elle deviendra de plus en plus fonction de l’élément prix, ce qui contraindra le gouvernement espagnole a aller de plus en plus loin sur la route de la déflation interne avec les conséquences dévastatrices de cette dernière.

(iii) La question des régions

L’Espagne connaît un problème spécifique, celui de ses différentes régions. La crise exacerbe les différences en leur sein et les conflits que certaines entretiennent depuis longtemps avec le gouvernement central.

La dégradation récente de la note de 7 régions, survenant après celle du pays tout entier, indique bien l’ampleur du problème [9]. Le gouvernement a effectivement mis en place un fond d’aide, qui vient cependant gréver un peu plus ses dépenses budgétaires au moment ou les plans d’austérité sont de plus en plus mal supportés. Mais, ce fond ne représente pas une garantie absolue, en particulier si le gouvernement n'y injecte pas l'argent à un rythme suffisant pour assurer la couverture des besoins de financement régionaux. Ces besoins ont été estimés à 18 milliards d’euros. Mais les six régions qui ont déjà demandé de l’aide l’ont fait pour un montant total de 16,6 milliards d'euros. La Catalogne a ainsi réclamé 5,023 milliards d'euros, et Valence dit avoir besoin de 4,5 milliards tandis que l'Andalousie réclame 4,9 milliards d’euros. Dans ce contexte, les revendications de plus grande autonomie, voire d’indépendance, commencent à se faire jour. Le cas emblématique est celui de la Catalogne, région relativement plus riche (par habitant) et où le taux de chômage n’atteint que 14,5% alors qu’il est de 25% en moyenne pour l’Espagne. Le parlement catalan, où les partis indépendantistes ont la majorité, avait déposé un projet de référendum sur l’indépendance au mois de septembre 2012. Le Parlement espagnol à rejeté cette motion lors d’un vote le mardi 9 octobre, ouvrant de fait le conflit qui couvait depuis plusieurs années entre le gouvernement central et le gouvernement provincial.

Ce cas est emblématique des logiques dont la crise est porteuse. Sous l’impact d’une austérité sauvage les liens entre régions se distendent là ou ils étaient déjà affaiblis, et menacent de se rompre là où ils étaient déjà distendus.

On constate donc que la situation espagnole, loin de s’améliorer comme on peut l’entendre ici ou là, continue, hélas de se dégrader. Combinée à l’évolution particulièrement dramatique de la situation de la Grèce, cela signifie que des ruptures dramatiques peuvent survenir dans chacun de ces deux pays durant l’année qui vient. Pour la Grèce, il est probable que ceci surviendra d’ici le printemps prochain et ce ne sont pas les mesures décidées à Bruxelles qui pourront y changer grand chose

Ce texte fait suite à "Zone Euro: sous les discours lénifiants la crise continue de se développer", publié le 18 octobre 2012.

On peut lire la suite dans "Zone Euro: sous les discours lénifiants la crise continue de se développer (III)", publié le 22 octobre 2012.

Citation

Jacques Sapir, “Zone Euro: sous les discours lénifiants la crise continue de se développer (II)”, billet publié sur le carnet Russeurope le 19/10/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/343

[1] Poggioli S., « Modern Greeks return to ancient system of Barter », NPR, 29 novembre 2011, URL : http://www.npr.org/2011/11/29/142908549/modern-greeks-return-to-ancient-system-of-barter

[2] Lowen M., « Greece bartering system popular in Volos », BBC-News Europe, 11 avril 2012, URL : http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-17680904?print=true

[3] Tachibana Y., « People need some way out':Bartering takes hold in austerity-wracked Greece », NBC News, 15 juin 2012, URL : http://worldnews.nbcnews.com/_news/2012/06/15/12234560-people-ne…e-way-out-bartering-takes-hold-in-austerity-wracked-greece?lite

[4] Communication privée de deux économistes de la BCG, 18 octobre 2012.

[5] Sapir J., "Russia's Crash of August 1998: Diagnosis and Prescriptions", in Post-Soviet Affairs, vol. 15, n°1/1999, pp. 1-36. Idem, "A l'épreuve des faits...Bilan des politiques macroéconomiques mises en oeuvre en Russie", in Revue d'études comparatives est-ouest, vol.30, n°2-3, 1999, pp 153-213.

[6] Sapir J., "Le consensus de Washington et la transition en Russie: histoire d'un échec", in Revue Internationale de Sciences Sociales, n°166, décembre, pp. 541-553.

[7] Sapir J., "The Russian Economy: From Rebound to Rebuilding", in Post-Soviet Affairs, vol. 17, n°1, (janvier-mars 2001), pp. 1-22.

[8] Penty C., « Spain Banks Face More Losses as Worst-Case Scenario Turns Real », Bloomberg, 17 octobre 2012, URL : http://www.bloomberg.com/news/print/2012-10-17/spain-banks-face-more-losses-as-worst-case-scenario-turns-real.html

[9] AWP/AFP, « Espagne: S&P abaisse la note de sept régions, après celle du pays », Romandie, le 17 octobre 2012, URL : http://www.romandie.com/news/n/Espagne_SP_abaisse_la_note_de_sept_regions_apres_celle_du_pays93171020121929.asp


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Thématiques, Euro, Types de publications, Notes, Thématiques, Russie

3 commentaires pour “ Zone Euro: sous les discours lénifiants la crise continue de se développer (II) ”

  1. Etudiant le 21 octobre 2012 à 12:17

    M. Sapir,

    Merci pour cette analyse. Lorsqu'on a lu cet article, on ne peut s'empêcher de réfléchir à ce qui se passera dans les prochains mois au... Maroc !

    En effet, non seulement l'UE est son premier partenaire commercial, mais au sein de ce bloc, les économies avec lesquelles les échanges sont les plus importants pour l'économie marocaine sont celles l'Espagne et de la France.

    La situation semble être en train de déraper au Maroc : les comptes publics sortent des clous, et les impôts et taxes se multiplient : denrées de première nécessité, carburants, et depuis hier, revenus de certaines entreprises et de certains ménages...

    Comment alors ne pas faire le rapprochement entre ce contexte et la tournée de Mohammed VI au Moyen-Orient en cours ? Ce roi s'est en effet toujours montré avare en matière de déplacements officiels. La tournée qu'il effectue en ce moment a suscité une certaine ironie de la part des pétromonarchies du Golfe qui notent que le souverain marocain a pourtant ignoré leurs invitations des années précédentes, au profit de l'Elysée ou de la Maison Blanche...

    Son désintérêt avéré pour les questions économiques et politiques, ainsi que le petit pèlerinage qu'il effectué à la Mecque dans la foulée ajoutent à la confusion, car ce genre de choses ne lui ressemble pas non plus, malgré son titre de "Commandeur des Croyants".

    On assiste donc à une multiplication d'indices étranges concernant ce pays, difficiles à interpréter compte-tenu de la longévité de cette dynastie (350 ans).

    Ne pensez-vous donc pas qu'il serait intéressant d'ajouter aux cas du Portugal et de l'Espagne que vous étudiez régulièrement dans vos papiers, le cas du Maroc ?

    Même si des données économiques crédibles sur ce pays font actuellement défaut, et connaissant votre intérêt pour la Russie, le fait qu'un fonctionnaire des RG français parle du Maroc en 2006 en disant : "Le Maroc, c'est la Russie en 1916 !" vous convaincra peut-être d'inclure ce vieux pays dans vos analyses.

    Cordialement,

    • Jacques Sapir le 21 octobre 2012 à 18:03

      Cher Ami,

      Votre réaction me semble convaincante.
      Je vois bien les canaux de déstabilisation qui vont de l'Espagne au Maroc.
      Il faut que je réfléchisse à ce problème, mais il pourrait envahir notre ordre du jour assez rapidement.

      Merci encore

      Jacques Sapir

  2. BA le 20 octobre 2012 à 21:57

    Vendredi 19 octobre, vers 18 heures :

    Espagne : deux nouvelles régions demandent une aide financière à l'Etat.

    (développement, les Asturies réclament aussi une aide)

    Madrid (awp/afp) - Les régions espagnoles des îles Baléares et des Asturies ont annoncé vendredi demander une aide d'un montant total de 616,7 millions d'euros au fonds de secours créé par l'Etat central, se joignant ainsi aux six régions ayant déjà réclamé plus de 16 milliards.

    Les Baléares solliciteront une aide de 355 millions d'euros et sur cette somme, "189 millions correspondent à des échéances de dette et le reste au financement du déficit", a expliqué le gouvernement régional dans un communiqué.

    Cette région de la côte méditerranéenne, prisée par les touristes britanniques, français et allemands, affichait fin juin une dette publique de 4,673 milliards d'euros, soit 17,5% de son PIB, selon la Banque d'Espagne, au-dessus de la moyenne des 17 régions (14,2%).

    La région des Asturies, au nord de l'Espagne, avait à la même date une dette publique de 2,256 milliards d'euros, soit 9,8% du PIB.

    "Nous faisons appel au fonds de liquidité régional pour 261,71 millions d'euros", a indiqué à l'AFP une responsable du gouvernement régional, qui a chiffré l'ensemble de ses besoins à 423 millions mais demandera le reste de la somme auprès de banques.

    Ces annonces ont été mal accueillies à la Bourse de Madrid, qui cédait 2,18% à 14H56 GMT, souffrant aussi de déclarations à Bruxelles de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a affirmé que la recapitalisation directe des banques espagnoles, qui veulent demander 40 milliards d'euros à la zone euro, ne sera pas possible à titre rétroactif.

    Au total, huit régions ont déjà sollicité le fonds de liquidité (FLA) annoncé en juillet par le gouvernement espagnol et activé fin septembre.

    Avant elle, la Catalogne a réclamé 5,433 milliards d'euros (BIEN 5,433), Valence dit avoir besoin de 4,5 milliards et l'Andalousie, région la plus peuplée d'Espagne, a demandé 4,906 milliards.

    La région de Castille-La Manche, très endettée, a annoncé qu'elle demanderait une aide de 848 millions d'euros, celle de Murcie a prévu de réclamer 527,9 millions et les îles Canaries sollicitent, elles, 756,8 millions.

    Toutes ces demandes dépassent donc désormais les 17,5 milliards d'euros, mais le gouvernement a assuré que le montant total prévu pour ce fonds, 18 milliards d'euros, serait suffisant.

    Son financement est apporté à hauteur de 8 milliards d'euros par des émissions obligataires privées souscrites par des banques, pour 6 milliards par un prêt de la loterie nationale, et pour les 4 milliards restants, directement par le Trésor.

    (AWP / 19.10.2012 18h00)

    http://www.romandie.com/news/n/Espagne_deux_nouvelles_regions_demandent_une_aide_financiere_a_l_Etat88191020121800.asp

Laisser un commentaire

Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales
Fondation Maison des sciences de l'homme
creative-commons-by-nc-nd

Les billets publiés sur le carnet Russeurope sont placés sous licence Creative Common. Ils peuvent être repris à condition de citer l\'auteur, l\'url de la page correspondante, de ne pas modifier le contenu, de ne pas en tirer commerce.

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Présentation

Ce carnet a pour fonction de rendre accessible mes travaux, qu’il s’agisse de working papers, de note de positionnement ou de notes brèves, portant sur l’économie européenne et sur la Russie. Il comprend des textes qui portent à la fois sur la crise de l’Euro et les origines de cette crise et sur l’économie de la Russie (depuis les problèmes macroéco- nomiques jusqu'à ceux de l'économie régionale, en passant par la finance).

_____________________

This blog aims at the dissemination of some of my research works, including working papers, position papers or brief notes focusing either on the Russian economy (from macroeconomy to regional economics and finance) or on the European one, with a special attention to the Eurozone crisis.

Jacques Sapir

Jacques Sapir

Diplômé de l'IEPP en 1976, a soutenu un Doctorat de 3ème cycle sur l'organisation du travail en URSS entre 1920 et 1940 (EHESS, 1980) puis un Doctorat d'État en économie, consacré aux cycles d'investissements dans l'économie soviétique (Paris-X, 1986).
A enseigné la macroéconomie et l’économie financière à l'Université de Paris-X Nanterre de 1982 à 1990, et à l'ENSAE (1989-1996) avant d’entrer à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1990. Il y est Directeur d’Études depuis 1996 et dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il a aussi enseigné en Russie au Haut Collège d'Économie (1993-2000) et à l’Ecole d’Économie de Moscou depuis 2005.

Il dirige le groupe de recherche IRSES à la FMSH, et co-organise avec l'Institut de Prévision de l'Economie Nationale (IPEN-ASR) le séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie.