Russie-URSS-Russie

Je poste ici un assez long papier de réflexion méthodologique sur l’histoire sociale (et politique) de la Russie.

——————

La comparaison entre deux époques d’un même pays, comme dans le cas de la Russie d’avant 1914 avec l’URSS ou de cette dernière avec la Russie actuelle, est un exercice privé de sens s’il se limite à dresser la liste de ce qui est semblable (les soi-disant archaïsmes) ou de ce qui est différent. Il n’y a d’intérêt à se livrer à une telle comparaison que si l’objet en est de suivre des processus, d’observer comment des éléments nouveaux s’appuient, s’articulent sur des éléments anciens, ou au contraire les transforment voire les détruisent. Il faut alors être attentif aux questions que soulèvent ces différentes trajectoires. Traduisent-elles des logiques de diffusion de l’innovation, que celle-ci concerne les institutions ou les pratiques, les produits comme les formes d’organisation, par percolation ou par renversement des obstacles; les innovations repérables sont-elles à même de profiter des éléments préexistants ou au contraire ces derniers les limitent-ils, aboutissant à cantonner le changement dans des espaces clos? La comparaison ne vaut donc qu’à travers ce qu’elle nous donne à voir comme éléments de généralité ou au contraire de spécificité. Elle est l’autre face d’une tentative à penser en terme de modèle, c’est à dire de propositions cohérentes et de relations synthétisées. Radicalement opposée à une démarche platement empiriste, elle vise à soumettre le modèle à une critique salutaire pour éviter l’enfermement dans une axiomatique d’autant plus rigoureuse qu’elle serait en réalité de nature circulaire.

L’usage de la comparaison est, on l’aura compris, une démarche parallèle à celle de l’interdisciplinarité[1]. Cette dernière est avant tout programmatique et non accumulative; elle procède non pas d’emprunts successifs, ad hoc, mais de l’élaboration de programmes visant à répondre aux limites de chaque discipline, tout en en respectant les règles propres de justification et de controverse. Cette interdisciplinarité, qui récuse la fusion des disciplines comme leur enfermement sectaire, se pratique avant tout par l’échange d’objections. La comparaison transhistorique, on le devine, est une source féconde de telles objections, à condition de ne pas tenter de lire le passé à travers la norme, implicite ou explicite, d’un futur magnifié. Il n’est pas de représentation plus perverse que celle des « lendemains qui chantent », que ceux-ci soient le socialisme ou le marché généralisé. Le passé est alors entièrement soumis à une vision normative du futur, à laquelle il ne sert que de justification, positive ou négative.

Mais, cette comparaison soulève alors la question de la « spécificité », que cette dernière concerne des caractéristiques de la société étudiée, ou qu’elle concerne au contraire un fait majeur dans l’environnement dans lequel se développe cette même société. Et, ici, il nous faut bien entendu considérer la spécificité de la situation créée par la guerre de 1914-1918. Les guerres sont, naturellement, des moments de ruptures sociales particulièrement importants. Mais, la guerre de 1914-1918, parce qu’elle concentre en elle toute une série de caractéristiques poussées à l’extrême, qu’il s’agisse de la violence tant individuelle que sociale, qu’il s’agisse de la mobilisation totale, rêvée ou réelle, de la société, constitue bien un environnement hautement spécifique. Le fait que cet événement soit survenu au moment où la société russe traversait spontanément un phase de transformations importantes a constitué un choc dont l’importance ne saurait être sous-estimé.

 

 Russie, URSS, Russie : le choc de 1914.

L’histoire économique et sociale de la Russie et de l’URSS, s’inscrit sur une période longue qui fut traversée par plusieurs conflits armés : Guerre de Crimée, Guerre Russo-Turque de 1876-77, Guerre Russo-Japonaise (1904-1905), Première et Deuxième Guerre mondiale. Mais, ces conflits n’ont pas tous la même importance. Les trois premières guerres sont des tests de résilience de la société et de l’économie russe. Si elles ont un rôle important sur des choix politiques, elles affectent assez peu les formes d’organisations de la société et de l’économie. Il n’en va pas de même pour la Première Guerre Mondiale. Ce conflit apparaît souvent, pour certains auteurs, comme fondateur dans les ruptures que la Russie a connues et qui ont données naissance à l’URSS. Voilà qui repose la problématiques des continuités, des accidents et des ruptures dans le cours de l’histoire sociale.

 

Accidents et ruptures

Considérer que la comparaison transhistorique puisse être une démarche fructueuse a un certain nombre de conséquences. Il faut en particulier éviter de tomber dans une logique qui ne privilégierait qu’une continuité déterministe, obscurcissant le rôle des ruptures. La dimension mythique à laquelle la révolution d’Octobre a été haussée, par ses thuriféraires comme par ses adversaires acharnés, conduit d’ailleurs nécessairement à reprendre la question des ruptures, réelles ou imaginaires. Dans son livre consacré à ce qu’il appelle l’illusion du communisme, F. Furet très justement insiste sur l’importance de la guerre de 1914-1918 comme événement fondamental[2]. La description du conflit et des conséquences morales et psychologiques est frappante et sonne très juste. Cependant, à l’exception d’une évocation de la mobilisation à partir de Ernst Junger, la dimension de l’économie de guerre y est totalement occultée. Ceci n’est pas sans conséquence pour notre compréhension du système soviétique.

La guerre moderne, dont la Guerre de Sécession fut en un sens l’origine et le prototype, implique une interaction forte entre organisation sociale et production mises simultanément au service de fins militaires. Cette interaction fut portée à son apogée lors du premier conflit mondial, dont nous commémorons actuellement le centenaire (1914-2014). N’aborder ceci qu’à travers la mobilisation des hommes, et la question militaire, est fortement réducteur car on aboutit alors à l’occultation de la dimension organisation. On peut être légitimement surpris de l’absence dans le livre de F. Furet de certaines références, comme les ouvrages de G. Feldman[3], F. Guarneri[4] et de G. Hardach[5], pour ne point parler ici de travaux plus spécialisés et portant sur les conséquences de l’expérience du premier conflit mondial. De même, est plus que regrettable l’absence de référence à l’œuvre remarquable de B. Carroll[6]. Il ne s’agit point ici d’exiger d’un auteur une présentation exhaustive du contexte et des sources. Une telle démarche n’aurait aucun sens, car l’exhaustivité n’a en réalité aucune limite. Tout travail en sciences sociales commence par un découpage, nécessairement arbitraire, du sujet. La gêne ici provient de l’accent mis dans les premières pages de l’ouvrage sur la guerre de 1914-1918. Dans la mesure où on veut y voir, à juste titre, un événement fondateur, il faut l’envisager dans son entièreté. Limiter le champ de ses explorations n’est pas neutre, et révèle en contrepoint un projet idéologique.

La focalisation sur la dimension politique laisse ainsi dans l’ombre l’immense révolution économique qui s’accomplit, tant dans les faits que les esprits, comme contrepoint nécessaire et obligé aux horreurs quotidiennes du front. Ce faisant, on se prive d’un élément essentiel pour l’intelligence de la rupture représentée par la « Grande Guerre ». La démarche politiciste[7], non comme prise en compte de la dimension politique et des représentations qui lui sont associées, mais au sens d’une relégation valant dénégation de la dimension économico-sociale aux marges du raisonnement, retire alors pertinence et intelligibilité à l’idée pleinement justifiée de s’attaquer au traumatisme de 1914-1918 pour comprendre l’expérience soviétique. Car cette révolution, si elle a son épicentre dans les manières de travailler et de produire, s’accompagne de transformations essentielles tout autant dans le domaine des représentations que dans celui des équilibres politiques. Pour ces derniers, pensons par exemple à l’institutionnalisation du rôle de partenaire dévolu aux syndicats, qui n’eut pas été possible sans leur participation aux structures de l’économie de guerre[8]. Les représentations politiques elles aussi ont été fortement affectées par le conflit.

 

La révolution russe et Walther Rathenau

Que Furet insiste sur la manière dont la Révolution russe a été reçue par les grands historiens de la Révolution française est intéressant et important. Qu’il oublie d’analyser l’évolution de nombreux dirigeants allemands, dont W. Rathenau qui fut tout à la fois homme politique éminent du Zentrum allemand, grand industriel et responsable de l’organisation de l’économie de guerre allemande, est à cet égard édifiant. Car voilà un homme politique qui, à la suite de son expérience en tant qu’administrateur de l’économie de guerre allemande, se permit d’écrire : « …la nuit, je suis bolcheviste. Mais le jour, quand je vois nos ouvriers, nos fonctionnaires, je ne le suis plus ou pas encore. »[9]

Au-delà de cette citation, certes spectaculaire mais que l’on peut considérer comme relevant d’une provocation volontaire, d’autres réflexions de Rathenau ne sont pas moins intéressantes. Dans une série d’essais qu’il publia immédiatement après la guerre, on trouve ainsi des passages aux connotations extrêmement importantes quand on pense au développement futur du système soviétique :

« Les expériences économiques faites pendant la guerre nous permettent de diriger notre industrie dans le sens d’une économie plus proprement nationale[10]« . Puis :« L’époque de la mécanisation, issue de l’énorme condensation de la population, a, comme tous les événements naturels non voulus, amené un équilibre naturel, inévitable, involontairement organique et non volontairement organisé. Sans l’intervention d’une catastrophe mondiale, cet équilibre aurait pu se maintenir encore quelques siècles, malgré tous les gaspillages, les inimitiés et les ruines; maintenant, la nécessité a mûri les vertus de la mécanisation; ce que la nécessité morale n’a pu obtenir, la nécessité matérielle l’accomplira. L’obligation de ménager les forces et les matières transformera l’équilibre chancelant en un équilibre réfléchi et organisé.[11]« 

Ces lignes, soulignons-le, ont été écrites par un personnage qui n’est pas marxiste et ne l’a jamais été, et qui a combattu dans ses écrits et ses actions le courant social-démocrate. C’est, répétons le, un chef d’entreprise et aussi un des grands hommes politiques et administrateurs de l’État allemand durant la guerre. Or, il aboutit, sous la pression de son expérience personnelle, à des conceptions mais aussi à des formulations, que les bolcheviques et Lénine ne renieraient pas. Il n’a pourtant guère de sympathie pour l’expérience soviétique, mais c’est qu’il la trouve trop empirique et pas assez organisée. Quand Rathenau écrit les essais dont ces citations ont été extraites, on est encore en pleine guerre civile en Russie. Pour lui, il faut planifier et non se livrer à des improvisations. En un sens, il reprocherait même aux bolcheviques de manquer de rigueur et de continuité dans un projet organisateur.

Le cas Rathenau a ici valeur de symbole. Il illustre une dimension de la rupture fondamentale que la Première Guerre mondiale a représentée. En ce sens, il y a un plein accord avec l’importance que Furet donne à cet événement dans son livre. Mais, en se fixant uniquement sur la dimension politique, en cherchant en fait non pas à établir le statut de rupture fondatrice de ce conflit, mais à le présenter comme une condition permissive au déploiement d’un projet politique dont il souligne au contraire la continuité, il en rabote le sens et en limite l’interprétation à celle d’un accident. Ceci conduit bien évidemment à construire ce qu’il appelle le communisme comme un élément d’ordre avant tout intellectuel et de nature transcendantale. Après tout, ceci est sans doute logique de la part de quelqu’un qui a voulu nous donner, pour reprendre son titre, l’histoire du passé d’une illusion. On retrouve d’ailleurs des démarches similaires dans l’ouvrage de W. Laqueur ou de M. Malia. Mais nul ne peut faire disparaître la dimension réelle de la Première Guerre mondiale, même s’il est vrai que prendre en compte cette dimension pourrait corroder le cœur même de l’interprétation que l’on nous donne du phénomène soviétique, comme fruit de l’union illégitime entre le marxisme et le blanquisme.

 

Le modèle de l’économie de guerre.

Il est évident que ce furent les représentations économiques qui subirent les transformations les plus importantes durant les quatre années du conflit. En un sens, on peut considérer que l’économie de guerre, qu’il s’agisse de celle du premier ou du second conflit mondial, a légitimé la notion de planification[12]. De cela, certains des économistes des pays soumis à l’ordre soviétique en étaient bien conscients. On trouve ainsi chez le grand économiste et théoricien de la planification polonais O. Lange un passage très révélateur :

« Je pense que, pour l’essentiel, elle (i.e. l’économie socialiste) peut être décrite comme une économie de guerre sui generis. Les méthodes de l’économie de guerre ne sont pas particulières au socialisme car elles sont aussi utilisées dans les pays capitalistes lors des conflits. Elles furent développées durant le premier et le second conflit mondial. Dans les pays capitalistes, des méthodes similaires furent utilisées durant la guerre, pour les nommer la concentration de toutes les ressources pour une fin unique, qui est la production du matériel militaire, et une allocation centralisée de ces ressources afin d’éviter des fuites vers des emplois considérés comme non essentiels (tout ce qui n’est pas directement connecté avec la poursuite de la guerre). L’allocation des ressources par des voies administratives, selon des priorités administrativement établies, et un large usage des incitations politiques pour maintenir la productivité et la discipline du travail par des appels au patriotisme furent des caractéristiques des économies de guerre. (…) Ceci montre clairement que de telles méthodes de planification centralisée et de gestion ne sont nullement particulières au socialisme, mais qu’elles sont plutôt des techniques de l’économie de guerre. La difficulté commence quand ces méthodes sont identifiées à l’essence du socialisme et sont considérées comme essentielles. (…) Bien des camarades dans mon pays se sentent mal à l’aise devant le programme de notre gouvernement d’abolir les livraisons obligatoires (de la paysannerie). Ils craignent que ceci implique de renoncer à quelque principe du socialisme. Je leur réponds d’habitude en leur demandant si ils se rappellent qui introduisit pour la première fois en Pologne les livraisons obligatoires pour la paysannerie. Elles furent introduites durant la Première Guerre Mondiale par l’armée d’occupation du Kaiser Guillaume II dont je ne pense pas qu’il puisse être tenu par quiconque comme un champion du socialisme.[13] »

L’intérêt de cette longue citation vient de ce qu’elle contient quelque chose d’absolument essentiel pour qui veut comprendre de quelle fracture le système soviétique est issu. L’argumentation de O. Lange est même renforcée par le fait que, durant la Première Guerre Mondiale les dirigeants allemands ne recoururent pas seulement aux livraisons obligatoires, mais qu’ils pensèrent un plan de réorganisation de l’agriculture prévoyant le regroupement forcé des paysans dans des structures collectives placées sous le contrôle de l’État. Ces kolkhozes avant l’heure, imaginés au début de 1917, avaient pour objet de soumettre plus complètement la production agricole à la logique de l’économie de guerre[14]. Le projet avorta en Allemagne, avant tout parce que l’effondrement de l’Empire tsariste permettait aux troupes allemandes d’occuper l’Ukraine, et ainsi de prélever sur l’extérieur les ressources agricoles nécessaires. Incidemment, la théorisation par Ludendorff de cette colonisation agraire vers l’est va jouer un rôle important dans la constitution du projet hitlérien tel qu’il sera exprimé dans Mein Kampf.

Cette péripétie éclaire aussi d’un jour un peu différent la collectivisation soviétique. Pour tenter d’en comprendre le mécanisme on invoque souvent l’hostilité fondamentale des bolcheviques au monde paysan ou leur vision dogmatique de la logique de la production agricole. Ces éléments sont incontestablement présents, de même qu’une énorme ignorance de la réalité du monde rural russe. Il n’en reste pas moins qu’il conviendrait cependant d’en relativiser l’importance compte tenu du précédent allemand.

 

Organisation et mobilisation

Il faut donc revenir ici à la dimension organisation, qui est essentielle. Sans elle, sans la mise en place d’une expertise bureaucratique et de ses instruments, la mobilisation s’effondrerait vite[15]. L’enthousiasme a une durée de vie limitée face au déluge de feu de la guerre moderne. La dimension organisation de la guerre implique la mise en place et l’extension progressive de normes et de règles qui lui sont propres. Ces dernières se fondent sur les notions de régularité, de prévisibilité, de contrôle aux différents points de la chaîne administrative, de décision collective prise dans des collèges d’experts, du calcul rationnel opposé à l’enthousiasme et à la précipitation. En cela, elles sont contradictoires aux notions qui sous-tendent la dimension de mobilisation et qui renvoient à l’action discrétionnaire et autoritaire, à la domination du sentiment sur le calcul. En même temps, la réussite de l’économie de guerre passe par la complémentarité de ces deux dimensions. Seule, la mobilisation permet d’imposer l’organisation, d’en légitimer les formes particulières et l’extension du domaine de compétence, d’en accroître la prégnance en lui soumettant des portions croissantes de la société. Seule l’organisation permet à la mobilisation d’être efficace, en garantissant la possibilité matérielle de nourrir et d’armer les masses mobilisées.

L’unité réalisée entre ces principes contradictoires durant le premier conflit mondial en a masqué les oppositions irréductibles. Ce qui semblait naturel reposait en réalité sur des compromis subtils, certains institutionnalisés et d’autres informels. Comme toujours ils ne pouvaient avoir une pertinence absolue, et, en de nombreux cas, la dimension mobilisation a menacé de désarticuler la dimension organisation. On peut en trouver des exemples dans le plan de production des munitions adopté en Allemagne à la fin de 1916, ou dans certains programmes d’armement hitlériens en 1944[16]. Il est fondamental de prendre conscience que le débat soviétique des années vingt entre « téléologues » et « généticiens » dans le domaine de la planification[17] avait déjà eu lieu en Allemagne durant l’été et l’automne 1916, aboutissant d’ailleurs, comme en Union soviétique par la suite, à la victoire des « téléologues  » (ceux pour qui le volontarisme tient lieu de doctrine) aux « généticiens » (les partisans de la rationalité organisationnelle), avec d’ailleurs les mêmes conséquences désastreuses pour la production[18]. La tension permanente entre ces deux dimensions a induit un processus d’innovations institutionnelles et administratives, que l’on retrouve tout autant dans le cas des économies de guerre que dans l’histoire économique de l’URSS. Il reste parfaitement inintelligible tant que l’on ne s’attarde pas sur la révolution économique initiée en 1914, et surtout tant que l’on confond, en raison de leur complémentarité, mobilisation et organisation.

 

L’identification des ruptures pertinentes est ainsi une tâche à la fois nécessaire et difficile, qui ne souffre pas les approximations idéologiques. Le système soviétique doit probablement autant à la Première Guerre Mondiale, prise alors dans sa totalité de révolution militaire, économique, sociale et culturelle, qu’à des héritages, qu’ils soient ceux du passé russe, ou des représentations véhiculées dans le mouvement ouvrier et la social-démocratie européenne d’avant 1914. Cette dette est d’ailleurs d’autant plus nette si l’on considère l’émergence du système soviétique non pas à partir d’octobre 1917, mais en tenant compte des transformations induites en Russie par le déclenchement de la guerre dès 1914. A bien des égards l’organisation de l’économie que l’on qualifie de soviétique s’est constituée avant même que les bolcheviques n’arrivent au pouvoir.

Le cas de l’économie de guerre sur lequel on vient de s’attarder illustre alors un autre problème, celui de l’identification des inflexions sur une trajectoire, de la présence, à certains moments historiques, d’embranchements et de bifurcations. Mais cette identification ne constitue cependant qu’un premier pas. Elle appelle alors une analyse des conditions qui rendent, à partir d’un point de changement identifié, la reproduction des conditions de ce changement plus ou moins stable, plus ou moins à même de perdurer. Des continuités peuvent s’enraciner dans des ruptures, si celles-ci donnent naissance à des irréversibilités, locales ou générales[19]. La notion de sentier en émerge comme la synthèse dynamique de la prise en compte simultanée de la rupture et des continuités.

 

La notion de sentier historique : périls et pertinence

Une fois que l’on se situe dans la perspective de l’histoire longue, il faut donc se confronter à la notion de sentier historique. Cette dernière permet de repousser deux approches également idéalistes, l’idée d’un déterminisme d’ordre supérieur, dont une illustration fut donnée par la théorie du marxisme vulgaire de l’emboîtement des modes de production, et celle de l’absence totale de détermination laissant les acteurs en face de leur liberté et de leurs responsabilités. Ces deux approches supposent symétriquement la capacité totale des agents à prévoir l’avenir, ce qui implique en fait une forme de l’état stationnaire bien connu des économistes ou des physiciens. Pour que le déterminisme total soit pertinent il faut que les contraintes soient immuables, ce qui nécessite de postuler une absence d’interaction dynamique entre les éléments du système. De même, pour nier toute détermination, il faut supposer aux individus une capacité à connaître le futur aussi bien que le passé, ce qui suppose en fait l’inexistence du futur si ce n’est sous la forme d’une reproduction à l’identique du passé.

 

Sentier et effet de sentier.

La notion de sentier s’impose tant en économie qu’en histoire. Pour cette discipline, une relecture des évolutions dans l’historiographie de l’histoire économique conduit ainsi à: « …souligner que le changement en histoire économique dépend du trajet préalablement parcouru et qu’à un moment donné plusieurs issues sont possibles sur lesquelles des acteurs individuelles sont à même d’influer.[20] »

Remarquons tout de suite qu’il est question ici de plusieurs issues possibles, mais non de dire que tout est possible. En fait, la pluralité de ces possibles est elle-même dépendante de certaines décisions qui, volontairement ou involontairement, peuvent introduire des éléments de rigidité décisionnelle ou au contraire permettre de les limiter[21].

La problématique de la spécificité historique des trajectoires de développement n’est pas nouvelle. Les travaux pionniers d’Alexandre Gerschenkron en avaient montré l’importance. La redécouverte de la pertinence de la notion de trajectoire et de l’importance des conditions initiales, thèmes éminemment gerschenkroniens, s’est faite à travers l’économie de l’innovation et du changement technique[22]. A cet égard, il faut souligner que, pour Brian Arthur, la « path dependency » est bien une alternative radicale au paradigme néoclassique dont se nourrit l’économie standard[23]. L’emploi des notions de trajectoire est devenu fréquent chez les auteurs qui opèrent au sein du paradigme institutionnaliste ou évolutionaire[24].

L’importance prise par la problématique des irréversibilités dynamiques (la notion de trajectoire stabilisée) dénote d’ailleurs un usage croissant d’éléments empruntés au paradigme institutionnaliste[25], et ce même par des auteurs qui opèrent au sein du champ de l’économie orthodoxe. Ceci est particulièrement sensible dans le cas de l’analyse de la transition, où la notion d’institution fait désormais irruption dans la problématique standard[26]. En ce sens, il semble bien que l’injonction « tous institutionnalistes » notée par Robert Boyer quant aux tendances actuelles de l’analyse des changements systémiques s’applique de manière particulièrement évidente dans le cadre des études sur la transition[27].

Pour les institutionnalistes, les différences renvoient moins à des phénomènes relevant de l’analyse en statique comparative (la dotation en facteurs de production) qu’à des phénomènes relevant des dynamiques institutionnelles. Les processus de privatisation adoptés, la nature des formes dominantes de propriété qui se stabilisent à partir de ces processus, enfin la combinaison des modes de coordination, semblent les principaux facteurs de ces divergences. Les économies, une fois passé le choc immédiat de la transition, témoignent d’une très forte « dépendance par rapport au chemin »[28]. L’introduction des transitions asiatiques dans l’échantillon accentuerait naturellement l’effet de divergence. L’économie chinoise n’a pas traversé l’équivalent de la dépression transitionnelle et semble calée de manière très stable sur une trajectoire de forte croissance. Un même phénomène général, la sortie du système de type soviétique, peut donc entraîner l’émergence de trajectoires spécifiques plus ou moins stabilisées en fonction des conditions de départ.

La notion de sentier a ici l’immense mérite de permettre de penser à la fois la présence de possibles embranchements, et donc de choix, et le fait que des décisions antérieures ainsi que leurs effets, intentionnels ou non, conditionnent les choix futurs.

Cette notion est d’autant plus importante que l’on s’efforce de penser la réalité soviétique. Elle a été l’un des thèmes majeurs de la conférence qui s’est tenue à Philadelphie en 1991 et qui portait sur une comparaison entre la Russie et l’Allemagne au XXème siècle[29]. Pour autant, si cette notion a une considérable pertinence, elle n’est pas sans périls. Son usage dans le cas de la Russie et de l’URSS implique certaines précautions.

 

Le risque de l’homogénéisation forcée

Un premier danger que l’on peut courir consiste à vouloir raboter les différents moments d’une hétérogénéité sociale pour affermir l’idée de la spécificité d’une trajectoire. Dans le cas de la Russie, ceci prend la forme d’une affirmation de l’unité du système, de 1917 à son écroulement en 1991.

On peut trouver ainsi des traces de cette démarche dans l’ouvrage de M. Malia[30] ou dans celui de F. Furet[31], en particulier quand ce dernier, au détour d’un développement assène des affirmations comme :

« … la défaite du groupe (l’Opposition ouvrière), suivie de l’interdiction des fractions, brisait le seul thermomètre qui restât sur l’état de la société et de l’opinion.[32] »

Ou encore : « Sur une société brisée et un pays frappé de crainte le Parti d’Octobre 17 a fait rapidement régner une dictature terroriste.[33]« .

Ces deux citations sont symptomatiques d’une vision de la société soviétique qui ne fait que refléter, en l’inversant, le discours stalinien. D’une part on affirme que le parti est le seul thermomètre de l’opinion et de la société, de l’autre que la seconde est brisée. Ainsi se reproduit l’image d’une société dont les conflits et les opinions auraient convergé vers le parti et qui aurait accepté un ordre nouveau, éradiquant les anciennes structures. Rien n’est pourtant plus loin de ce constat que la situation réelle de la société soviétique durant la NEP.

L’existence d’importants conflits sociaux organisés jusqu’en 1929 au moins est assez largement documentée dans des sources n’exigeant pas du lecteur la maîtrise du russe[34]. Qu’il s’agisse des grèves qui paralysent l’industrie textile en 1924, ou d’autres mouvements que l’on retrouve dans diverses branches de l’industrie jusqu’en 1927/1928. Il est vrai que, dans la très grande majorité des cas ces grèves sont déclenchées hors des syndicats[35] ; néanmoins ces derniers finissent par les avaliser assez rapidement et, différence essentielle avec ce que l’on connaîtra par la suite en URSS, elles ne donnent pas lieu à une répression brutale[36]. La presse syndicale, nationale ou régionale, s’en fait assez largement l’écho, que ce soit par des articles ou par le biais des fameuses « lettres de lecteur ». Même en 1929, alors que les organisations syndicales sont mises au pas, on peut encore lire dans le quotidien syndical Troud :

« Aux usines Shagov, 800 tisserands ont refusé de participer à la concurrence socialiste. Ils tirent argument de ce que l’on ne peut plus augmenter la production, car la journée de travail a déjà été intensifiée et les normes déjà relevées. Les conditions de travail, on les désigne déjà du nom de « sweating system »; avec encore la concurrence socialiste, voilà qui sent l’exploitation capitaliste à plein nez.[37] »

 

L’importance des contestations sociales.

Au sein même de l’appareil communiste, et plus précisément dans son organisation de jeunesse, le Komsomol, on constate une importante contestation sociale qui se manifeste au moins jusqu’au VIIème congrès de mars 1926. A la tribune, devant les dirigeants du parti, des représentants des sections ouvrières du Komsomol dénoncent ouvertement les conditions de travail et d’existence faites aux salariés. Certains parlent même d’exploitation et de capitalisme d’État[38]. En ce qui concerne les campagnes, qui sont le cœur réel de la société soviétique de l’époque et non les villes, ici encore il faut se défaire de l’idée d’une grande passivité, simplement troublée par l’enrichissement d’une petite minorité (les koulaks). En réalité le monde rural connaît un profond mouvement de transformation qui favorise le paysan « moyen » au détriment des deux extrêmes. L’épicentre de ce mouvement est localisé dans la commune rurale et dans des pratiques collectives spontanées, comme la suprjaga [39].

Prendre en compte la vigueur comme la multiplicité des mouvements sociaux entre 1921 et 1929 n’implique pas de les mythifier. Dans bien des cas, surtout dans la classe ouvrière, ils ont été réactifs et défensifs plus qu’innovants. Mais c’est le lot commun de la plupart des luttes ouvrières. On peut par ailleurs considérer (ce qui n’est pas mon cas) que la dimension innovante, comme dans les luttes pour l’établissement d’un salaire collectif menées par les jeunes ouvriers de la métallurgie et du textile[40], conduisent à une impasse. Enfin, il faut se rendre compte que ces mouvements n’ont pas pu trouver leur traduction politique, même si leur impact a été loin d’être nul.

C’est à ce niveau que la critique du système du parti unique, de l’élimination des fractions et des tendances au sein du PCUS, peut trouver sa pertinence. Contrairement à ce que semble croire F. Furet, la dictature du parti ni ne brise ni n’homogénéise la société. Mais, et ceci est fondamental, elle interdit aux luttes et mouvements sociaux qui se développent, de trouver les formes d’apparition politique qui leur conviennent. Il est alors possible à l’une des fractions du pouvoir de manipuler ces mouvements à des fins qui lui sont propres. La société n’est pas brisée par le parti comme le croit Furet[41], mais ce dernier est en mesure de monopoliser les formes globalisées d’expression des mouvements sociaux, ce qui est important mais n’est pas la même chose.

 

Stalinisme et luttes sociales

Se dessine ici une des caractéristiques du stalinisme qui échappe complètement à la vision manichéenne et simplificatrice de Furet. Il n’est pas seulement l’expression de la rencontre entre des pratiques blanquistes et une génération de militants aux appétits de pouvoir aussi grands que leur savoir était limité. Il prend aussi la forme d’une subversion de la subversion. Staline n’hésitera pas à revêtir les habits de l’ultra-gauchisme lors de la « révolution culturelle » de la fin des années vingt[42]. En pratiquant un ouvriérisme anti-ouvriers[43], car mettant d’autant plus sur un piédestal un ouvrier mythique qu’il s’en prenait aux conditions de vie et de travail des ouvriers réels[44], il s’attaquait au pouvoir des cadres techniques et bureaucratiques, ces représentants de la logique de l’organisation, qui constituent la base sociale de ses adversaires politiques, et en particulier de Boukharine. Si le procès de Shakty, un des premiers procès staliniens qui se tint de manière symbolique dans l’une des localités au cœur du bassin charbonnier traditionnel, en est la version policière[45], l’appui donné à la contestation ouvrière de la gestion industrielle et économique de la NEP en est la légitimation sociale et politique. Bien sûr, Staline abandonnera les « conférences de production »[46] et dénoncera le mouvement une fois qu’il aura discrédité ses opposants. Mais on s’aveugle sur la réalité du stalinisme, et donc sur ses capacités d’attraction, si on oublie sa capacité à chevaucher un mouvement social, voire à instrumentaliser pendant certaines périodes des revendications spontanées naturelles et légitimes, par exemple contre l’ordre technique et bureaucratique. Il faut en effet insister sur le fait que les revendications sociales qui s’attaquent à la dépossession des individus des éléments de maîtrise de leur propre existence, que ce soit dans le travail ou dans la vie sociale, par les logiques de l’organisation ou celles du marché ne portent pas en elles spontanément un projet de refus de l’ordre rationnel au profit d’un ordre charismatique. Ces revendications traduisent une double exigence, celle de la démocratie ou du contrôle démocratique étendu dans la vie sociale, mais aussi celle de pôles de stabilité sans lesquels il ne peut y avoir de changements. Confondre ces exigences avec un conservatisme est un contresens profond quand il n’est pas une simple malhonnêteté ; on connaît ce discours qui, dans les années vingt en Russie parlait des mentalités « égoïsto-cupides » des ouvriers[47], et qui aujourd’hui dans le cours de la transition insiste sur les réflexes conservateurs d’un prétendu « homo sovieticus ». Outre que l’exigence de contrôler ce qui influe sur sa propre existence est légitime, et met en lumière une des asymétries fondamentales du salariat où l’employé est obligé d’assumer la part de risque des décisions économiques de l’entreprise sans avoir été partie prenante des décisions[48], la revendication des « acquis » doit être comprise à partir des limites inhérentes aux procédures cognitives que l’on a mentionnées plus haut. Si on admet bien, comme les travaux de ces trente dernières années nous y invite, que l’on ne peut innover qu’à partir de routines maintenues dans d’autres secteurs, alors les tentatives de bouleverser la totalité des conditions d’existence, dans le travail comme dans la protection sociale, sont autodestructrices et la défense des « acquis » est au contraire la condition première du changement.

 

III. Revendications et représentations.

Ce que l’expérience soviétique met aussi en évidence, c’est que si ces revendications ne peuvent se doter de leur représentation, ou de leur traduction, politique autonome, elles peuvent alors être particulièrement manipulables. La contestation de l’ordre rationnel qu’elles portent est en fait une contestation de rapports sociaux qui s’expriment à l’intérieur de cet ordre. Cependant, parce qu’elles ne peuvent se manifester que comme une contestation apparente de l’ordre rationnel, elles sont susceptibles d’être captées ou instrumentalisées par des projets qui, à un moment ou à un autre, sont porteurs de valeurs opposées à l’ordre rationnel (culte du chef, de la race, de l’ethnie…). C’est donc un enseignement majeur d’une relecture de l’histoire de l’URSS que de mettre en évidence la place des institutions de la démocratie qui sont les conditions nécessaires, même si elles ne sont pas suffisantes, d’émergence d’une individualité autonome de ces mouvements sociaux.

 

Comment la mobilisation réorganise la société.

On retrouve ici le couple contradictoire mobilisation/organisation que l’on a déjà évoqué. La dimension organisationnelle implique la composante de l’ordre rationnel ; mais elle nécessite aussi, pour être mise en mouvement la dimension de mobilisation. A cet égard, les conflits sociaux, quand ils donnent naissance à des expressions politiques autonomes sous la forme de syndicats et de partis, contribuent au succès de l’organisation à la fois par la contestation qu’ils introduisent et canalisent, mais aussi parce qu’ils créent, dans un système démocratique, des espaces de controverse qui permettent des redéfinitions de choix stratégiques qui ne peuvent émaner de manière légitime de l’organisation, donc de l’ordre rationnel. On doit donc enrichir ici notre perception des mécanismes du changement social en introduisant deux autres ordres, qui sont l’ordre démocratique (l’élection, la responsabilité et la représentativité des mandants), et l’ordre patrimonial (la fidélité assise sur la redistribution de ressources préalablement capturées). Un autre enseignement que l’on peut tirer de l’expérience soviétique c’est que la quasi-disparition de l’ordre démocratique, quand elle ne s’accompagne pas de dangereuses bouffées de l’ordre charismatique, aboutit au développement de l’ordre patrimonial. Les revendications ouvrières, et plus généralement sociales, quand elles n’ont pas été instrumentalisées politiquement, ont engendrées des mécanismes de régulation assis sur le patrimonialisme. Qu’il s’agisse des formes de la promotion sociale en URSS de 1928 à la fin des années cinquante (autre dimension essentielle de la réalité soviétique sur laquelle et Furet, et Malia et Laqueur sont dramatiquement muets), ou du rôle des entreprises, industrielles ou non, comme autant de systèmes politiques et sociaux, on est en présence d’une généralisation des modes clientélistes et des rapports de fidélité interpersonnels. On ne doit minimiser ni l’un ni l’autre. L’accès à l’éducation supérieure, où les admissions dans les technicum ont été multipliées par dix entre 1928 et 1930 tandis que celles dans les écoles d’ingénieurs augmentaient dans un facteur de 7 entre 1928 et 1932[49] a été un instrument de légitimation du pouvoir soviétique. Ce mouvement, qui passait bien évidemment par le bon vouloir du responsable politique ou économique local, a concerné plus d’un million d’ouvriers entre 1928 et 1933, sur une classe ouvrière d’à peine plus de deux millions de personnes en 1928[50]. A ce nombre, il faut ajouter les promotions internes qui ont permis à des ouvriers d’occuper des postes de contremaître (master’ ) ou de technicien sans formation préalable. Quant au rôle social des entreprises, il est une des caractéristiques majeures du système soviétique, au point qu’il ne serait pas exagéré de parler d’un corporatisme rampant.

 

Clientélisme et opportunisme.

Il y a eu en réalité beaucoup d’opportunisme dans la politique de Staline. Loin de représenter la réalisation d’une utopie, dont la NEP n’eut été alors qu’une interruption malencontreuse[51], le tournant de la fin des années vingt s’explique largement par la conjugaison de luttes sociales et de luttes politiques. Parce que les premières ne pouvaient acquérir une expression autonome, et là la faute en incombe clairement à Lénine mais aussi aux opposants de Staline comme Trotski qui n’ont pas remis en cause le principe du parti unique, elles ont pu être instrumentalisées au profit des secondes. Mais vaincre les adversaires intérieurs n’avait guère de sens si ce devait être pour régner sur un pays faible, à la merci de voisins plus ou moins dangereux. De plus, pour vaincre ces adversaires dans le parti, il avait fallu obtenir l’appui de nombre de responsables locaux et régionaux. Pour ces derniers, l’industrialisation signifiait la construction d’usines dans leur circonscription et ainsi le développement de leur propre sphère de pouvoir.

Cette dimension est particulièrement importante si on la confronte à la logique de l’ordre patrimonial. La relation clientéliste, pour se développer, exige que les ressources administrables augmentent sans cesse. On aboutit alors à une dynamique des interactions entre les aspects économiques et anthropologiques du pouvoir. Le développement de l’industrie engendre l’émergence de contestations diverses ; l’impossibilité de voir se stabiliser des formes organisées de contestation dans un cadre démocratique, et l’impraticabilité d’une mobilisation permanente dans un univers industriel font du patrimonialisme une solution fonctionnelle. Cette dernière exige cependant un accroissement des ressources distribuables qui pousse à accélérer les rythmes de développement de l’industrie, engendrant de nouvelles tensions et de nouvelles contestations.

Le mouvement d’accroissement permanent des objectifs du premier plan quinquennal, qui en fait plus un instrument politique qu’économique ne renvoie ainsi que très partiellement aux mythes idéologiques du pouvoir soviétique et bien plus fondamentalement aux logiques de légitimation sociale et politique dans un système qui reste relativement divers. Une fois engendré, ce mouvement d’industrialisation accéléré va se reproduire du fait même de ses propres déséquilibres. En particulier, les pénuries qui se manifestent en permanence engendrent des comportements de précaution de la part des acteurs économiques ; ils aboutissent à un accroissement de la demande qui engendre une représentation de l’économie soviétique limitée par un développement trop lent.

 

L’industrialisation : un révélateur de la complexité d’une situation.

L’industrialisation accélérée est à la conjonction de mythes politiques, de démarches stratégiques s’inscrivant dans une évidente continuité par rapport aux projets du temps du tsarisme[52], de luttes sociales et de mécanismes économiques. En un sens, il est clair que la direction soviétique répète ici l’erreur des projets modernisateurs russes, avec l’illusion qu’un effort intense et de courte durée est susceptible d’amener le pays à parité avec ses voisins plus développés.

Mais, si la mobilisation est indispensable pour lancer un tel mouvement[53], la gestion de ce dernier nécessite le recours à l’organisation. D’où les contorsions d’un Staline, une année ultra-gauche, dénonçant les cadres et les ingénieurs, vilipendant le savoir « bourgeois », et l’autre proclamant la nécessité du technicien. En vérité, il n’y a nul plan dans tout cela, si ce n’est la volonté résolue de survivre à ses erreurs, de garder le pouvoir envers et contre tout. Un bon exemple en est l’utilisation opportuniste de l’assassinat de Kirov, dont on sait aujourd’hui qu’il fut le fait d’un homme déséquilibré agissant de manière complètement isolée et non d’un complot prémédité par un chef omniscient[54]. Les purges des années trente ne sont pas ainsi consubstantielles à l’industrialisation comme le croit F. Furet, au prix d’un flagrant anachronisme[55]. Elles ne sont pas non plus « inutiles » si on les replace dans la logique des affrontements sociaux qui prennent naissance avec le fantastique développement des fonctions d’organisation liées à l’ampleur même de l’industrialisation. Elles traduisent l’incapacité, après 1935, à réactiver de manière efficace la logique de la mobilisation pour limiter le pouvoir des tenants de l’organisation. Que le mouvement stakhanoviste ait fait long feu est ici une bonne indication du changement qualitatif qu’il y a eu entre les années vingt et les années trente[56]. Faute de pouvoir pleinement pratiquer la subversion de la subversion, Staline doit s’en remettre totalement à un processus qui rapidement le dépasse[57]. De ce processus, F. Furet ne nous offre que la vision de la vulgate stalinienne, dont il a simplement retourné la conclusion. Plus largement, le couple organisation/mobilisation permet de comprendre la vacuité de l’interrogation de Hannah Arendt sur la signification des purges « quand la bataille est gagnée », que reprend P. Bouretz dans sa défense du concept de totalitarisme[58]. La logique des purges n’est pas, ou pas seulement, celle de la folie de Staline (même si cette dernière est avérée) ou de l’idéologie. Elle s’enracine dans des tensions sociales accumulées incapables de trouver une expression autonome et leur rencontre avec une tactique politique (on est en deçà même du projet stratégique) de la part de dirigeants tentant d’échapper à une controverse en justification sur leurs actions[59].

Limer la spécificité du stalinisme peut alors se comprendre. Outre que le terme est mal choisi pour désigner une période historique, il est incontestable que l’on retrouve des éléments des années trente tant dans la période antérieure que dans les périodes ultérieures. Mais limer cette spécificité se fait à un coût cognitif exorbitant ; on s’interdit ainsi de penser la démesure propre à l’URSS de ces années[60], et aussi la réaction engendrée par celle-ci dans les années cinquante et soixante.

Penser en terme de sentier ne signifie pas le prendre pour une autoroute, à moins de retomber dans les erreurs d’un déterminisme primaire. Ce qui caractérise un sentier, par opposition par exemple à une trajectoire balistique, c’est qu’il est imprévisible pour les acteurs qui l’empruntent et que ces derniers, par les choix qu’ils font à divers embranchements construisent le chemin qu’ils parcourent, même si ce n’est pas celui qu’ils croyaient prendre au départ.

 

La notion de contingence.

Une autre notion-clé qui émerge alors est celle de la contingence. Dire que les causalités sont multiples ne signifie pas qu’elles soient égales, ni même que leur hiérarchie soit permanente. Les structures d’interaction se déforment avec le temps, obligeant alors le chercheur à modifier en partie son projet, à accorder plus ou moins d’importance à tel ou tel aspect. A cet égard, les relations entre ce qui relève du politique et ce qui relève de l’économique est certainement un des éléments les plus délicats à manipuler dans une analyse de l’expérience soviétique. On est ici en fait au cœur du débat sur la pertinence ou non du concept de totalitarisme, car ce dernier aboutit à dissoudre l’économique dans le politique, et le politique dans l’idéologique[61].

Comprendre l’unité profonde des formes économiques et politiques, qui s’exprime à travers le refus de toute « économie pure » comme de toute « politique pure » est un pas essentiel si l’on veut avancer de manière fructueuse dans l’analyse des niveaux de détermination. Pour tenter d’illustrer le propos, on peut recourir à deux citations de l’ouvrage de M. Fainsod qui représenta en son temps une tentative exemplaire d’analyse en profondeur de la réalité soviétique[62]. Cet ouvrage est d’autant plus intéressant que son auteur reprend à son compte le concept de totalitarisme, mais conserve assez de lucidité pour ne pas tenter de passer la réalité au lit de Procuste du concept. Une présentation en parallèle ici s’impose.

Il, (i.e.; Staline) développa un système de hiérarchies bureaucratiques empiétant l’une sur l’autre et en concurrence, dans lequel le Parti et la police tous les deux ensemble, tout en s’interpénétrant et en se surveillant réciproquement, pénétraient et contrôlaient les forces armées, l’administration et les autres secteurs organisés de la vie sociale. Il réserva à sa propre autorité ultime la direction et la coordination du système en ne fournissant aucun point de solution définitive aux différences et conflits fors lui même. De la confusion des lignes d’autorité, il fit une vertu en tenant à la fois les contrôleurs et les contrôlés pour responsables de l’accomplissement des plans et de l’exécution des directives. Il capitalisa la diffusion du pouvoir parmi ses subordonnés pour les empêcher de défier le sien[63]. Les grandes hiérarchies bureaucratiques du Parti, de la police secrète, des forces armées, de l’administration et de l’industrie restaient soumises à sa direction, mais elles fonctionnaient aussi comme des centres d’influence en tant que tels. Chacune d’elles représentaient une collection de compétences dans laquelle Staline devait puiser pour atteindre ses fins. Les individus pouvaient être, et étaient sacrifiables, mais l’appareil dans son ensemble était indispensable[64].

 

A lire ces lignes, on ne peut qu’être frappé par la force du propos. Et pas seulement parce que la description qui y est faite d’un système anti-système rappelle étrangement les pratiques du pouvoir russe depuis 1993[65]. Il y aurait cependant là matière à digression. Si un pouvoir que l’on dit démocratique et qui, factuellement, a respecté en juin-juillet 1996 les formes de l’élection démocratique, peut s’accompagner du même processus de désinstitutionnalisation du pouvoir que celui que l’on a connu dans les années trente, alors ce dernier ne peut être directement imputé aux caractéristiques idéologiques soviétiques.

En indiquant l’importance des appareils bureaucratiques, au-delà de la question des individus, Fainsod touche du doigt ce qui sépare l’URSS des années vingt de celle du début des années cinquante. L’industrialisation, pour laborieuse et souvent inefficace qu’elle ait été, a apporté un degré de complexité à la société soviétique qui en détermine de nouvelles pratiques. Pour reprendre la métaphore du sentier, le promeneur s’est transformé en même temps qu’il parcourait un certain chemin. Le coeur de cette transformation est un phénomène bien connu des économistes, la division du travail. L’industrialisation, la production de biens de plus en plus complexes, impliquent des niveaux croissants de division technique du travail. Mais, ces derniers sont aussi liés à des niveaux croissants de division sociale du travail. La distinction entre ces deux niveaux est souvent fluctuante, tant dans nos économies que dans le système soviétique. On n’en verra pour preuve les variations dans l’équilibre entre le marché et la firme, avec des phases d’intégration technique, puis de division en centres de gestion séparés. A cet égard, il convient de rappeler que l’origine de la théorie des coûts de transaction de R.H. Coase, qui est au coeur du courant néo-institutionnaliste, tient dans cette double interrogation: pourquoi faut-il des organisations dans les économies de marché, pourquoi une économie planifiée ne peut-elle pas fonctionner comme une entreprise unique[66]?

Cette double division du travail constitue le problème de la coordination comme la question fondamentale des économies modernes. Or, et c’est ici que l’on retrouve le problème du monisme évoqué ci-dessus, une large proportion des analyses de l’URSS, ou des discours tenant pour tel, fétichisent un mode de coordination, que ce soit le marché ou l’organisation. La fétichisation du premier peut passer par la confusion entre ce qui relève du marchand (succinctement la division du travail) et ce qui relève du marché (qui implique la double liberté de pouvoir contracter quand on veut et avec qui on veut). La fétichisation du second transparaît dans la négation de la décentralisation de fait des agents dans le système soviétique. Or, qu’il se soit agi de l’autonomie de facto de décision des directeurs d’entreprise[67], de celle des travailleurs choisissant leur emploi[68], de celle enfin des administrations centrales engagées dans des luttes intestines permanentes pour faire prévaloir leurs intérêts, jamais la société soviétique n’a pu se réduire à une structure centralisée soumise au joug absolu d’un despote[69]. Son épaisseur même est constituée par les procédures à travers lesquelles les agents défendaient leur autonomie, les procédures de contrôle que l’on tentait de leur imposer[70], et en fin de compte les compromis tacites et instables entre autonomie et contrôle[71].

 

Centralisation et décentralisation.

L’irréductible décentralisation ex-ante du système soviétique a pour corollaire l’émergence des modes de la globalisation du système. Or ces derniers, les modes de coordination mais aussi les formes de légitimation des modes de coordination, et enfin les systèmes de cohérence entre des modes différents, renvoient aux articulations entre l’économique et le politique.

On pouvait retrouver dans le système soviétique les quatre formes que nous connaissons dans nos sociétés soit le marché (les deux libertés), l’organisation hiérarchique (aucune des libertés), le marché asymétrique (on ne peut pas contracter quand on veut mais on est libre de contracter avec qui on veut), enfin le réseau (on peut contracter quand on veut mais pas avec qui on veut). Or, chacune de ces formes implique des rapports de pouvoir particuliers et des stratégies spécifiques. Qui plus est, le mode de combinaison entre ces formes est lui même le produit non seulement de limites spécifiques à la production ou à l’échange (degré d’incertitude, spécificité des actifs et des techniques employées, plus ou moins grand degré de substituabilité des produits ou au contraire de complémentarité), mais aussi de l’espace ouvert aux formes de protestation et d’expression des conflits d’intérêts.

Il est ainsi difficile de comprendre la mise en place d’une structure corporatiste dans l’entreprise soviétique en faisant abstraction des incertitudes qui pèsent sur la production, et du rôle accordé au travail humain comme élément de flexibilité interne de l’organisation productive. Mais, en même temps, ce corporatisme n’est pas complètement intelligible si on ignore le système politique soviétique et en particulier la manière dont il déniait aux travailleurs toute expression organisée autonome. De même, les fonctionnements en réseau qui articulent les espaces corporatistes locaux en des systèmes plus ou moins intégrés sont inintelligibles en dehors de la compréhension de « l’esprit de famille », la semejstvennost’ [72], qui est un ressort essentiel du fonctionnement de l’élite et un contrepoids important et permanent à « l’esprit de parti », la partitnost’, qui semble devoir être l’horizon absolu de certaines analyses occidentales.

Cette unité du politique et de l’économique, qui n’exclut pas que suivant les contingences il devienne légitime d’insister sur l’un ou l’autre, se retrouve aussi dans nos sociétés. Ces dernières, et ce que l’on appelle abusivement l’économie de marché (mieux vaudrait dire en fait une économie avec des marchés), sont tout autant le produit de l’esprit d’initiative de l’entrepreneur que de celui des syndicats ou de l’intervention publique instrumentée par une administration soumise au contrôle d’assemblées représentatives. Et si les formes corporatistes que l’on pouvait repérer à la fin du XIXème siècle ont tendu à se dissoudre, c’est aussi en raison de la capacité des forces syndicales et politiques représentant les salariés à imposer le principe d’une protection sociale au niveau de la branche puis national, à travers la multiplication des accords collectifs et de leur institutionnalisation sous forme législative ou réglementaire. Mais ceci implique un État, incarnant une volonté politique forte et vécu comme l’ultime garant de la cohésion sociale, comme le rappelle R. Castel dans un article récent[73]. Or, justement, le système de parti unique dont les tendances et fractions sont bannies, que l’on a connu en URSS, s’il n’étouffe pas nécessairement la diversité sociale, est par contre rigoureusement contradictoire avec l’émergence d’un État autonome et légitime.

Il y a ici quelques leçons importantes à retenir. Penser l’expérience soviétique n’a de sens que s’il s’agit de comprendre la complexité du sentier. Penser cette expérience pour tenter de comprendre la Russie actuelle implique aussi de s’attacher à ce qui, dans le sentier soviétique, a pesé dans les représentations, les habitudes, les contraintes qui ont induit les choix de la période 1985-1992.

 

Là encore, on est en présence d’enseignements importants de l’expérience soviétique qui justifient que l’on y revienne, non pour régler des comptes avec son propre passé ou dans des stratégies de justification a posteriori, mais pour comprendre ce qui se déroule actuellement en Russie, et accessoirement certaines des tendances de notre propre société. L’histoire de l’URSS reste ainsi un objet universel, dont l’intérêt dépasse de loin le cercle des seuls spécialistes. Elle nécessite une approche interdisciplinaire où le respect minimum que l’on doit aux méthodes de construction des faits et de vérification n’interdit nullement de tenter de présenter les hypothèses aptes à synthétiser les différents éléments issus de la recherche empirique.

 

 

[1] On se réfère ici à B. Lepetit, « Les Annales. Portrait de groupe avec revue », in J. Revel et N. Wachtel (eds.) Une École pour les sciences sociales, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales et Le Cerf, Paris, 1996, pp. 31-48.

[2] F. Furet, Le passé d’une illusion – Essai sur l’idée communiste au XXème siècle, Robert Laffont et Calmann-Lévy, Paris, 1995.

Notons tout de suite que cet ouvrage a un caractère ambigu. On pourrait le lire comme une simple histoire intellectuelle du philo-soviétisme, voire du communisme de la Troisième Internationale, auquel cas il ne concernerait pas notre objet. Cependant son auteur constitue ses arguments non pas à partir des grands thèmes de l’idéologie soviétique, mais en considérant leur articulation entre l’idéologie et la « réalité » de l’expérience soviétique dont il se constitue implicitement l’historien et par là entre, volens nolens, dans le cadre de notre propos.

[3] G.D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany : 1914-1918, Princeton University Press, Princeton, N.J., 1966.

[4] F. Guarneri, Battaglie economiche tra la due grandi guerre, Garzanti, Milan, 2 vol., 1956.

[5] G. Hardach, The First World War, University of California Press, Berkeley et Los Angeles, 1977.

[6] B.A. Carroll, Design for Total War. Arms and Economics in the Third Reich, Mouton, La Haye, 1968.

[7] Une telle démarche n’est que l’image inversée de l’économisme qui a dominé le discours communiste et la vulgate marxiste dans l’après-Seconde Guerre Mondiale.

[8] Pour la France, voir J. Maurin, « L’économie de guerre en France en 1914-1918 », in J. Maurin, (ed.) L’économie de guerre du XVIème siècle à nos jours , Université Paul Valéry, Montpellier, 1989 ; en ce qui concerne l’Allemagne, G.D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany, op. cit.

[9] W. Rathenau, La Mécanisation du Monde, trad. J. Vaillant, Aubier Montaigne, Paris, 1972, p. 34.

[10] W. Rathenau, La Triple Révolution, Éditions du Rhin, Paris-Bâle, 1921, p. 9.

[11] Idem, p. 23.

[12] Voir par exemple Sir O. Francks, Central Planning and Control in War and Peace, The London School of Economics, Londres, 1947.

[13] O. Lange, « Political economy and socialism » in O. Lange, Papers in Economics and Sociology, Pergamon Press et PWN, Londres Varsovie, 1970, p. 102. Le texte cité a été écrit à la fin des années cinquante et fait référence aux réformes introduites par Gomulka à la suite de ce que l’on a appelé l’Octobre polonais de 1956.

[14] G.D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany, op. cit.

[15] Par exemple, dans le cas des États-Unis lors du second conflit mondial, on peut lire dans l’histoire officielle de la mobilisation industrielle :

« The planning branch became the principal arm of the Assistant Secretary (of War) in carrying out his mandate under the National Defense Act » ; R. Elberton Smith, The Army and Economic Mobilization, Center of Military History, US. Army, Washington D.C., 1985, p. 40.

[16] G.D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany, op. cit., et B.A. Carroll, Design for Total War. Arms and Economics in the Third Reich, op. cit.

[17] A. Erlich, The Soviet Industrialization Debate, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1960 ; voir aussi, M. Lewin, Stalinism and the seeds of Soviet reforms, Sharpe & Pluto Press, Londres et New York, 1991, chapitres 4 et 5.

[18] G.D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany, op. cit.

[19] Pour une discussion générale du concept, voit R. Boyer, B. Chavance, O. Godard, Les figures de l’irréversibilités en économie, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1991, « Introduction ».

[20] M. Aymard et G. Postel-Vinay, « Développement, croissance et cycle, ou l’histoire en porte-à-faux », in R. Boyer, B. Chavance, O. Godard, Les figures de l’irréversibilités en économie, op. cit., p. 384.

[21] A. Gerschenkron, « Reflections on the Concept of « Perequisites » of Modern Industrialization » in A. Gerschenkron, Economic Backwardness in Historical Perspective – A Book of Essays, op. cit., pp. 31-51.

[22] Voir P. David, (1985) « Clio and the economics of Qwerty » in American economic Review, numero special Proceedings of the annual conference, vol. 75, et B. Arthur, Y.M. Ermoliev et Y.M. Kaniovski, (1987) « Path dependent processes and the emergence of macrostructure » in European Journal of Operational Research, vol. 30, 1987 .

[23] B. Arthur, (1990), « Positive Feedbacks in the Economy », in Scientific American, n°262, fevrier, pp. 92-99, p. 99.

[24] G. Dosi et L. Orsenigo, « Coordination and Transformation: An Overview of Structures, Behaviours and Change in Evolutionary Environments », in G. Dosi et alii (edits.), Technical Change and Economic Theory, Columbia University Press et Francis Pinter,New-York et Londres (1988) .

[25] Voir l’état du débat théorique dressé dans O. Favereau, (1991) « Irréversibilités et institutions: problèmes micro-macro » in R. Boyer, B. Chavance et O. Godard, (edits.), Les figures de l’irréversibilité en économie, Éditions de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, pp. 69-98.

[26] Voir, O. Havrylyshyn et R. van Rooden, « Institutions Matter in Transition but so do Policies », IMF Working Paper WP/00/70, IMF, Washington (DC), 2000.

[27] Voit R. Boyer, « Variété du capitalisme et théorie de la régulation » in L’Année de la régulation n°6, 2002-2003, presses de la FNSP, Paris, pp. 125-193 (2003), p. 126.

[28] B. Chavance et E. Magnin, « L’émergence d’économies mixtes ‘dépendantes du chemin’ dans l’Europe centrale post-socialiste », in R. Delorme (ed.), A l’est, du nouveau – changement institutionnel et transformations économiques, l’Harmattan, Paris, pp. 115-154 (1996).

[29] Les travaux de cette conférence vont être publiés dans I. Kershaw et M. Lewin (eds.), Dictators Unleashed : Historical Approaches to Nazism and Stalinism, Cambridge University Press, Cambridge, à paraître dans le cours de 1996. On peut avoir une première idée de ces travaux à travers : I. Kershaw, « Retour sur le totalitarisme. Le nazisme et le stalinisme dans une perspective comparative », in Esprit , n°218, janvier – février 1996, pp. 101-121.

[30] M. Malia, La Tragédie Soviétique, op. cit.

[31] F. Furet, Le passé d’une illusion – op. cit..

[32] Idem, p.156.

[33] Idem, p.169.

[34] On pense ici en particulier à S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, Marcel Rivière, Paris, 1956 ; S. Schwarz, G. Bienstock et A. Yugow, Management in Russian Industry and Agriculture, Cornell University Press, Ithaca, NY, 1948 ; W. Chase, Workers, Society and the Soviet State : Labor and Life in Moscow, 1918-1929, Illinois University Press, Urbana, Ill, 1987.

[35] « Nekotorye nedotchety raboty prof-organizatsij », in Bol’chevik, 30 juillet 1925, pp. 76-77.

[36] La participation des syndicats soviétiques aux luttes ouvrières leur sera reprochée ; il faudra néanmoins attendre 1928 pour que les organisations syndicales soient grosso modo normalisées. J.B. Sorenson, The life and death of Soviet Trade-Unionism, 1917-1928, Praeger, New York, 1969.

[37]Troud , 3 juillet 1929, p. 3.

[38] J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière et rapports sociaux en URSS de 1924 à 1941, 2 vols., Thèse de 3ème cycle, EHESS, Paris, 1980, vol. 1, pp. 209-217.

[39] D. Atkinson, The end of the Russian Land Commune, Stanford University Press, Stanford, Ca., 1983 ; S. Grosskopf, L’alliance ouvrière et paysanne en URSS : 1921-1928. Le problème du blé, Maspéro, Paris, 1976.

[40] Sur ces mouvements, outre les sources de la presse soviétique, il faut signaler qu’il existe une source occidentale : F. Ward, In place of profit, Scribner’s & Son, New York, 1933.

[41] « Au milieu des années vingt, déjà, la dictature terroriste du parti a détruit la société russe, malgré la pause temporaire de la NEP » ; voilà ce que la passion partisane fait écrire en contradiction avec le plus élémentaire respect des sources et de l’historiographie de ces vingt dernières années. F. Furet « Sur l’illusion communiste », in Le Débat , n°89, mars-avril 1996, pp. 162-176, p. 167.

[42] S. Fitzpatrick, Education and social mobility in the Soviet Union, 1921-1931, Cambridge University Press, Cambridge, 1979.

[43] Pour l’analyse de cet épisode, J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière … op. cit., vol. 2, pp. 358-367.

[44] Sur ce point la source la plus intéressante reste J. Chapman, Real Wages in Soviet Russia Since 1928 , Harvard University Press, Cambridge, (Mass.), 1963.

[45] Sur cet épisode, voir K.E. Bailes, Technology and Society under Lenin and Stalin, Princeton University Press, Princeton, 1978, pp. 69-140.

[46] Une description de ce mouvement est donnée dans C. Bettelheim, Les luttes de classes en URSS, T-II, Le Seuil, Paris, 1977.

[47] J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière … op. cit., vol. 1.

[48] Ce point est fort bien analysé dans un ouvrage assez ancien, D.H. Robertson, The Control of Industry, Cambridge University Press, Londres, 1923, pp. 89-96. Pour cet auteur, cette asymétrie, parce qu’elle ne peut se résoudre que dans les revendications salariales, est l’une des causes des crises économiques. Cet aspect du livre est d’ailleurs commenté favorablement dans la préface écrite par J.M. Keynes.

[49] S. Schwarz, G. Bienstock et A. Yugow, Management in Russian Industry and Agriculture, pp. 110 et 111.

[50] J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière … op. cit., vol. 2, pp. 340-342.

[51] Qualifié par F. Furet de « pause temporaire », voir F.Furet, « Sur l’illusion communiste » in Le Débat, n°89, mars-avril 1996, p. 167.

[52] Le terme stratégique est ici à prendre dans sa conception la plus large, celle d’un projet de développement de l’État, et non dans son acception plus restreinte de projet militaire. Dans un autre texte, F. Furet commet une grossière erreur quand il écrit que la destination de l’industrialisation est presque uniquement militaire. Voir F. Furet, « Sur l’illusion communiste » op. cit., p.168. Sur les interactions entre les choix industriels et les choix militaires, J. Sapir Le Système Militaire Soviétique, La Découverte, Paris, 1988 ; Idem, La Mandchourie Oubliée – Grandeur et Démesure de l’Art de la Guerre Soviétique, Éditions du Rocher, Paris, 1996.

[53] Voir à cet égard le mouvement des volontaires ouvriers partant « collectiviser les campagnes », in L. Violla, The Best Sons of the Fatherland, Oxford University Press, Oxford-New York, 1987.

[54] A. Kirilina, L’Assassinat de Kirov, Le Seuil, Paris, 1995.

[55] F. Furet, Le Passé…, op. cit., p. 176. Sur les recherches actuelles portant sur cet épisode : J. Arch. Getty et R.T. Manning, Stalinist Terror -New Perspectives, Cambridge University Press, Cambridge, 1993. En ce qui concerne les nouvelles estimations du nombre des victimes de la terreur, A. Blum, Naître, vivre et mourir en URSS, Plon, Paris, 1994.

[56] F. Benvenuti, Fuoco sui sabotatori! stachanovismo e organizzazione industriale in URSS 1934-1938, Valerio Levi, Rome, 1988 ; S.H. Siegelbaum, Stakhanovism and the Politics of Productivity in USSr, 1935-1941, Cambridge University Press, Cambridge, 1988.

[57] G.T. Rittersposrn, Simplifications staliniennes et complications soviétiques : tensions sociales et conflits politiques en URSS, 1933-1953, Éditions des Archives Contemporaines, Paris, 1988.

[58] P. Bouretz, « Penser au XXème siècle : la place de l’énigme totalitaire », in Esprit, n°218, janvier-février 1996, pp. 122-139, p. 131.

[59] G.T. Rittersposrn, Simplifications staliniennes et complications soviétiques : tensions sociales et conflits politiqus en URSS, 1933-1953, op. cit.

[60] La notion de démesure a été proposée par M. Lewin in La formation du système soviétique, op. cit. Pour une discussion plus générale, J. Sapir, La Mandchourie Oubliée, op. cit.

[61] Voir la lumineuse analyse de ce processus de dissolution celle du non lieu de ce concept dans I. Kershaw, « Nazisme et Stalinisme. Limites d’une comparaison » in Le Débat , n°89, op. cit, pp. 176-189. On lira aussi un texte complémentaire, I. Kershaw, « Retour sur le totalitarisme: le nazisme et le stalinisme dans une perspective comparative », in Esprit, n°218, janvier-février 1996, pp. 101-121.

[62] M. Fainsod, How Russia is Ruled, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1953. Les citations sont ici reprises de la troisième édition de 1965.

[63] Idem, p. 578.

[64] Idem, p. 578.

[65] J. Sapir, Le Chaos Russe, La Découverte, Paris, 1996.

[66] R.H. Coase, « The Nature of the Firm », in Economica , vol. 4, 1937, pp. 386-405. Voir aussi, R.H. Coase, « The Nature of the Firm: Origin », in O.E. Williamson et S. Winter (eds.), The nature of the firm. Origins, Evolution and Development, Oxford University Press, Oxford-New York, 1993, pp. 34-47. Voir aussi A. Ben-Ner et E. Neuberger, « Toward an economic Theory of the Firm in Centrally Planned Economy », in Journal of Institutional and Theoretical Economics, n°5, 1988, pp. 839-849.

[67] D. Granick, Management of the Industrial Firm in the USSR, Columbia University Press, New York, 1954. V. Andrle, Managerial power in the Soviet Union. The social position of industrial enterprise directors 1963-1973, Ph.D., Université de Birmingham, 1975.

[68] Ja. Sonin, Vosproizvodstvo rabotchej sily v SSSR i balans truda, Gosplanizdat, Moscou, 1959.

[69] « The relation of enterprise directors to the officials of the higher organs of planning and management is one of formal subordination, a large measure of factual autonomy, and recurrent conflict. (…) The plant directors have to exercise discretionary judjgement and initiative when applying the directives to the concrete situation of their enterprises. ». V. Andrle, Managerial power in the Soviet Union. The social position of industrial enterprise directors 1963-1973, op. cit., p. 207.

[70] J. Sapir, L’économie mobilisée, La Découverte, Paris, 1990.

[71] A. Gerschenkron, « Industrial Enterprise in Soviet Russia », in A. Gerschenkron, Economic Backwardness in Historical Perspective – A Book of Essays, op. cit., pp. 270-295.

[72] B. Moore Jr., Soviet Politics : The dilemma of Power, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1950.

[73] R. Castel, « Pour entrer dans le XXIème siècle sans brader le XXème », in Le Débat, n°89, op. cit., pp. 90-97.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *