La crise de la globalisation

Les 14-15 mai 2015 se tiendra à l’Université de Saint-Pétersbourg un congrès en l’honneur de la mémoire de l’académicien Likhatchev. Je publie ici la contribution envoyée à cette occasion.

———————

La crise de la globalisation

Le nouveau contexte et les défis pour les économies nationales.

 

 

En ce début de xxie siècle, nous vivons l’amorce d’un reflux de la globalisation économique, ce que l’on appelle la « mondialisation » ou la « globalisation ». L’histoire et la politique reprennent leurs droits. Ceci se traduit par le retour des États, que l’on disait naguère impuissants, et le recul des marchés, que l’on prétendait omniscients. Cette globalisation – ou mondialisation – a suscité bien des opinions contradictoires. Elle a été adulée par les uns tout comme elle fut vilipendée par d’autres. Aujourd’hui qu’elle recule, certains y verront une régression alors que d’autres applaudiront un progrès.

Pourtant, il ne devrait pas y avoir de problèmes à penser ce phénomène de la dé-mondialisation ou de la dé-globalisation. Le monde a déjà connu bien des épisodes de flux et de reflux. Mais ce phénomène survient il est vrai dans le sillage d’une crise majeure. La crise de la finance international de 2007-2009, que l’on appelle soit « crise des subprimes » soit « crise Lehmann Brothers », n’est d’ailleurs pas terminée. Ses effets se font encore sentir. Alors se réveillent de vieilles peurs. Et si cette dé-mondialisation annonçait le retour au temps des guerres ? Mais ces peurs sont propagées en réalité soit par ignorance, pour les uns, soit par intérêts, pour les autres. Il convient de rappeler ici que, la globalisation, ou la mondialisation, ne fut pas, ne fut jamais « heureuse ». Le mythe du « doux commerce » venant se substituer aux conflits guerriers n’est qu’un mythe éculé. Toujours, le navire de guerre a précédé le navire marchand. Les puissances dominantes ont en permanence usé de leur force pour s’ouvrir des marchés et modifier comme il leur convenait les termes de l’échange.

Il faut ici rappeler que de phénomène historique clairement identifiable par l’histoire économique et l’anthropologie, la « mondialisation » est apparue sous la plume de ses thuriféraires comme un être doté de conscience et d’omniscience, capable de réaliser le bonheur de tous. Cette fétichisation d’un phénomène réel pose alors le problème du niveau d’aliénation des sociétés qui sont plongées dans la « mondialisation ». Ceci nous fait oublier que, produit de l’action humaine, elle était condamnée à connaître le sort des autres produits de l’action humaine, et donc à disparaître. On a voulu la comparer à une force transcendante pour mieux masquer les intérêts qu’elle a servis. En ceci, il faut voir une capitulation de la pensée.

 

  1. Les origines.

 

La mondialisation a résulté de la combinaison de la globalisation financière, qui s’est mise en place avec la dissolution du système hérité des accords de Bretton Woods en 1973, et de la globalisation marchande, qui s’est incarnée dans le libre-échange[1]. À chacune de leurs étapes, ces dernières ont imposé leurs lots de violences et de guerres dont nous voyons aujourd’hui le résultat : une marche généralisée à la régression, tant économique que sociale, qui frappe d’abord les pays dits « riches » mais aussi ceux que l’on désigne comme des pays « émergents ». Elle a conduit par ailleurs à une surexploitation des ressources naturelles plongeant plus d’un milliard et demi d’êtres humains dans des crises écologiques qui vont chaque jour empirant. Elle s’est accompagné d’agressions constantes, où le droit a dû s’incliner devant « la raison du plus fort », du Kosovo (en 1998) à l’Irak (2003[2]) et la Lybie (2011). Elle a aussi provoqué la destruction du lien social dans un grand nombre de pays et confronté là aussi des masses innombrables au spectre de la guerre de tous contre tous, au choc d’un individualisme forcené qui laisse présager d’autres régressions, bien pires encore[3].

C’est donc bien l’ouverture du commerce international, depuis les années 1970 et 1980, qui a marqué les esprits. Le développement économique aurait, durant les trente dernières années, largement été porté par le commerce international. Ce large développement du commerce international, réel ou supposé, s’est aussi accompagné de l’accélération brutale de la transformation de l’ensemble de la vie en marchandise. Ceci n’est que la logique immanente du système capitaliste. Ce processus fut décrit par Karl Marx et Friedrich Engels dans le Manifeste du parti communiste dès 1848. Cette double transformation, à la fois quantitative et qualitative de la circulation des marchandises, est bien la première chose qui frappe l’imagination. Pourtant, on a vu, en 2008 et 2009, le commerce international diminuer au prorata de la baisse de la production dans les grands pays industrialisés. Le commerce ne crée donc pas de valeur par lui-même. C’est au contraire la croissance dans les principaux pays qui tire le commerce.

 

Un artefact statistique ?

Il convient de se demander si l’on n’a pas été en face d’une erreur due aux statistiques. En effet, le phénomène de croissance, qu’il s’agisse de celle du produit intérieur brut (PIB) ou de celle du commerce international, a très bien pu être surestimé, et ce pour diverses raisons. En premier lieu, le PIB ou le PNB[4] ne mesurent que les biens et services qui sont mis sur le marché. Par définition, tout ce qui est autoconsommé ou échangé hors mécanismes de marché n’est pas comptabilisé dans le PIB et le PNB. C’est un problème majeur dans des pays en voie de développement où une large partie des activités économiques dites traditionnelles ont lieu « hors marché ». Le basculement des activités de la sphère non marchande vers des activités qui ont lieu dans la sphère marchande induit une hausse du PIB à production égale. La croissance du PIB peut ne pas refléter celle de la richesse[5].

De plus il faut considérer que les mesures de la croissance du commerce international ne prennent en compte que les flux qui sont enregistrés. Or le simple passage de ce qui était un « commerce intérieur » en un « commerce international » (par exemple dans le cadre de la transition des économies du système ex-soviétique) s’est traduit par la hausse brutale de ce dernier. De plus, la hausse des flux du commerce international a été liée à l’évolution que ces économies ont connue durant les premières années de leur transition. Ainsi, dans le cas de l’ex-URSS, une large partie de la production d’aluminium et d’acier n’a plus trouvé d’emplois au sein même de l’économie, en raison de la baisse des activités manufacturières. L’exportation de ce surplus a été immédiate. On a, dans le même temps, assisté à un phénomène de substitution des produits importés aux productions locales, qui a été favorisé par l’évolution brutale du taux de change. Enfin, il faut avoir à l’esprit la hausse du prix des matières premières qui s’est manifestée pendant une bonne partie de cette période. Les matières premières, à l’exception de la période 1998-2002, ont vu leur prix monter de manière significative.

Une partie de la croissance du commerce mondial peut ainsi être attribuée à un effet de « révélation » d’un commerce qui se produisait au sein d’autres cadres statistiques tout comme à des effets de valorisation liés à des contextes particuliers. Cette possibilité impose de repenser les liens de causalité qui vont de la croissance au commerce. Des travaux, parmi lesquels on doit inclure ceux de Dollar, en 1992[6], de Ben-David, en 1993[7], de Sachs et Warner, en 1995[8], et de Edwards en 1998[9], ont cherché à établir cette causalité. Mais, ces travaux posent pour certains des problèmes statistiques importants et, de ce fait, s’avèrent peu robustes[10].

 

Mondialisation et spécificité des économies nationales.

En fait, la globalisation n’est synonyme de croissance que quand elle peut s’appuyer sur un projet de développement national, souvent articulé à une idéologie nationaliste. La globalisation marchande ne donne des résultats que dans la mesure où l’on ne joue pas son jeu mais où d’autres acceptent de le jouer. Ceci est particulièrement vrai en Extrême-Orient[11], mais peut aussi se constater dans bien d’autres pays. Voici qui nous renvoie à la question des politiques nationales et à la problématique de l’État développeur qui renaît dans le débat depuis quelques années[12]. Cette problématique est en réalité au cœur du réveil industriel de l’Asie.

Le fait que les pays d’Asie qui connaissent la plus forte croissance sont les mêmes que ceux systématiquement violé les règles de la globalisation établies et codifiées par la Banque mondiale et le FMI est souligné par Dani Rodrik[13]. En fait, ce sont ces politiques nationales qui ont été les véritables moteurs de la croissance et qui constituent les véritables variables critiques pour la croissance et le développement, et non l’existence ou non de mesures de libéralisation du commerce international. Cette globalisation, loin d’aboutir à la dissolution des économies nationales, a au contraire dans un certain nombre de cas renforcé leurs spécificités.

 

La globalisation financière.

La globalisation financière, il faut le rappeler, est née de la décomposition du cadre de Bretton Woods. Ceci s’est joué en deux temps, d’abord en 1971 puis en 1973. Il faut savoir que, en bonne logique, on ne doit plus parler aujourd’hui de système de Bretton Woods, mais bien d’un système « étalon dollar », que nous connaissons encore aujourd’hui et que certains ont appelé « Bretton Woods II ». C’est à partir du passage au système des taux de change flottants que les innovations financières ont commencé à proliférer.

Le cadre relativement organisé, mais incomplet – les pays du système communiste de l’époque, soit l’URSS, les pays de l’Europe de l’Est, la Chine, le Vietnam et Cuba, n’y participent pas –, qui résultait de ces accords, avait protégé les pays qui y étaient soumis du retour des crises financières. Pourtant, très rapidement, en fait dès le début des années 1980, sous la pression des innovations financières mais aussi de la financiarisation de l’économie que ces dernières induisent, les réglementations internes à chaque pays vont être progressivement démantelées. Les prises de position pour une libéralisation totale des mouvements de capitaux se fondent alors sur l’affirmation que sont une idée du passé[14]. Le Fonds monétaire international (FMI) devient le vecteur de cette idée et impose, chaque fois qu’il le peut, un démantèlement des contrôles sur les capitaux. Aux États-Unis on assiste à la vague finale de démantèlement de la réglementation qui emporte le dernier vestige des mesures prises à la suite de la crise de 1929, le Glass-Steagall Act. Le FMI chercha alors à imposer comme norme non pas la simple convertibilité « de compte courant » mais celle « de compte de capital »[15]. On trouve à l’origine de cette offensive le chief economist du « Fond », Stanley Fisher[16], mais aussi le Trésor américain, en particulier son secrétaire de 1999 à 2001, Lawrence Summers[17]. En voulant étendre de la manière la plus absolue la liberté des capitaux, le FMI est alors devenu l’instigateur de la plus globale des machines infernales. La crise de 1997-1999, produit des politiques du désordre monétaire qui ont été celles des autorités américaines et du FMI depuis 1973, est un moment de rupture important. On peut en effet considérer que de cette crise sont issues bien des critiques pertinentes de la globalisation financière[18].

A l’issue de ces crises, et en particulier de celle de 2007-2009, en 2010, le FMI a dû reconnaître, devant l’évidence des effets déstabilisateurs des flux de capitaux de court-terme[19], que ces contrôles sur les capitaux de court terme, étaient nécessaires et devaient figurer dans la « boîte à outil » de chaque gouvernement. Le basculement idéologique auquel on a assisté en un peu plus de vingt ans est ici spectaculaire[20] .

 

  1. Le nouveau contexte économique.

 

Le résultat de ces crises a été de discréditer la financiarisation de l’économie internationale et de souligner la nécessité d’une réforme. Il a fallu la crise actuelle pour que le sujet soit explicitement abordé. Cependant, la délégitimation de l’ordre monétaire et financier international tel qu’il avait été imposé par les États-Unis a commencé dès 1998. Par ailleurs ces mêmes crises ont suscité les stratégies qui ont conduit à la crise actuelle. L’importance de la crise de 1997-1999 n’a pas été suffisante pour que l’on mette en place des solutions structurelles[21]. Ceci a convaincu de très nombreux pays que leur salut passait dans l’accumulation de réserves de devises considérables. Ces pays ont développé des stratégies de prédation du commerce international. Ces stratégies ont, à leur tour, déséquilibré les pays développés par les effets de déflation salariale qu’elles induisaient. La crise de l’endettement des ménages américains en est issue. Il se constitue ainsi un cercle vicieux du désordre monétaire international[22].

On constate cependant que la question du contrôle des mouvements de capitaux constitue un enjeu immédiat du conflit entre les gouvernements qui veulent recourir à de tels mécanismes et les États-Unis[23]. La défense de la souveraineté économique des États n’est pas compatible avec les objectifs de la politique américaine. Robert Wade, qui a été l’un des grands spécialistes des stratégies industrialistes des pays asiatiques[24], identifie ainsi la question du contrôle sur les mouvements des capitaux aux conflits à venir entre les États-Unis et les pays souhaitant conserver la souveraineté de leur politique économique[25].

 

Peut-on réglementer la globalisation financière ?

La crise actuelle, survenant après beaucoup d’autres, a suscité un nouvel élan pour la réglementation des marchés. Cependant, les efforts ont été jusqu’à présent peu couronnés de succès, à l’exception d’un durcissement des règles concernant les « paradis fiscaux » ainsi que d’une volonté de limiter certaines rémunérations. Depuis plus de vingt ans que l’International Organization of Securities Commissions (IOSCO) a établi une liste des objectifs et des principes de la réglementation des marchés[26]. Une étude de 2007, soit antérieure au déclenchement de la crise, notait néanmoins les limites de cette réglementation[27]. La réglementation prudentielle a pris une importance croissante sur les marchés financiers depuis le début des années 1980, au fur et à mesure que s’épanouissait la globalisation financière et, avec elle, la financiarisation des économies. Elle n’est cependant pas un fait complètement nouveau. Depuis le xviie siècle, on connaît l’existence de réglementations de place. Ces réglementations étaient à l’origine un ensemble de normes et de règles communes adoptées par les opérateurs[28]. Ces réglementations avaient alors pris la forme de réglementations prohibitionnistes qui visaient à freiner l’innovation financière en limitant les marchés sur laquelle elle peut s’exprimer et le nombre des acteurs susceptibles d’intervenir sur ces marchés. Il faut ici citer les différentes mesures prises à la suite de la grande crise financière de 1929. Sans le phénomène de l’accumulation de créances douteuses, il ne saurait y avoir de crises. Sans leur dissémination, cette crise resterait locale. Ce phénomène est un moment essentiel dans la crise car il permet de comprendre la contamination qui se développe dans les principales places financières de la planète[29]. Or, ces réglementations prohibitionnistes ont été démantelées, les unes après les autres, depuis 1985.

La crise actuelle a été aggravée par les nouvelles règles comptables (mark to market). Elle se traduit par des incertitudes sur la solvabilité des établissements et sur une détérioration de leur position générale. Le fait que ces règles établissent en principe une « juste valeur », définie par rapport à un marché « normal[30] », montre bien l’existence d’un problème conceptuel majeur de ces règles.

En effet, cette « juste valeur » est supposée aider à stabiliser le marché et ses anticipations. Or elle ne peut apparaître que si le marché est déjà stable, faute de quoi l’on ne peut discerner ce qu’est la juste valeur. Mais la condition de la stabilité du marché est, justement, que les titres se négocient à cette juste valeur. La confiance qui détermine cette juste valeur suppose qu’elle soit réalisée sur le marché, qui ne peut cependant fonctionner qu’à partir de cette juste valeur[31]. Cette logique de la circularité du raisonnement est typique du mode de pensée libéral d’inspiration néoclassique. Le caractère tautologique de la « juste valeur » a été montré quelques décennies auparavant par Édouard Challe[32].

 

Vers le retour de réglementations prohibitionnistes ?

Le FMI, que l’on ne peut guère suspecter d’hétérodoxie économique, a signalé que ce concept de « juste valeur » conduisait à accroître les risques d’instabilité financière[33]. Ceci aboutit à remettre en cause l’idée même de réglementation prudentielle. Pourtant, c’est bien du vide engendré par la disparition progressive des réglementations extérieures au marché que sont venues les réglementations prudentielles[34].

La réglementation prudentielle a, régulièrement, été mise en défaut dans les crises qui se sont succédées depuis celle de 1987. On l’a encore vu dans les heures les plus brûlantes de la crise de septembre et d’octobre 2008. L’autorité des marchés financiers de Londres décide alors d’interdire provisoirement les ventes à découvert (short selling). Ce mouvement est imité dans la nuit par la Securities and Exchange Commission (SEC) de Wall Street[35].

On doit alors procéder à une lecture critique des compliments faits à la réglementation prudentielle américaine par Michel Aglietta et Laurent Berrebi en 2007[36]. Ces deux auteurs instituaient l’exemple américain en norme à suivre pour l’Europe[37]. On s’étonne alors de ce que la crise ait pu avoir lieu. Si les autorités américaines ont dû intervenir, catastrophe après catastrophe, dans une dramatique réédition des pathologies de la défense linéaire dans le domaine militaire, que reste-t-il donc de cette « action correctrice précoce » et de la dimension « anticipatrice » de la démarche ? La mythification des capacités prudentielles du système américain, que le déroulement des « folles journées » de septembre 2008 est venu cruellement démentir[38], ne découle donc pas de l’ignorance. La confiance exagérée – et en réalité indue – dans le pouvoir des règles prudentielles provient d’une confiance plus globale dans le fonctionnement des marchés financiers. Ce n’est pas un hasard si Michel Aglietta a considéré, dès le début des années 1990, que la globalisation financière était une « aventure obligée[39] ».

La discipline de marché ne prend sens que si elle peut s’appliquer également à tous les acteurs de ce marché. Si l’on considère, de manière réaliste, que l’égalité sur le marché est un mythe, alors il nous faut abandonner le principe de la discipline de marché comme principe régulateur de ce dernier. En fait, l’histoire même des spéculations et des crises, depuis la fameuse « folie » des tulipes jusqu’à la présente crise[40], montre l’inanité du recours à la « discipline du marché » comme formule salvatrice. Des travaux théoriques montrent l’importance du risque de la contagion, et ce en dépit de toutes les réglementations prudentielles possibles. Si un marché peut être, en effet, considéré comme un mécanisme permettant la diversification des risques[41], la possibilité de contagions s’y exprime avec une virulence toute particulière même si certains auteurs ont tendance à confondre diffusion et contagion[42]. On peut parler de contagion quand, à la suite d’un choc, on a une brutale corrélation positive entre les retours de divers investissements. Si ces retours devenaient négatifs ou simplement orientés à la baisse, on pourrait entrer dans un processus qui fut décrit par Hyman P. Minsky sous le nom de « debt-deflation »[43].

C’est donc bien vers ce que l’on a appelé des réglementations prohibitionnistes, c’est-à-dire des réglementations limitant l’espace de liberté laissé à l’innovation financière et aux agents, qu’il faut désormais se tourner. Ces réglementations sont les seules à même de réduire l’incertitude radicale qui plane au-dessus de ces marchés. Mais la question de la compatibilité de telles réglementations avec le cadre de la globalisation financière telle qu’elle s’est développée depuis maintenant une quarantaine d’année doit être posée. Nous pouvons avoir l’un ou l’autre mais certainement pas les deux à la fois.

 

  • La crise de la globalisation.

 

La crise actuelle a montré les limites non seulement de la globalisation financière mais aussi du système monétaire international. Nous vivons dans un système d’étalon-dollar qui a clairement montré qu’il était à bout de souffle. Par ailleurs, on vérifie depuis 2009 l’impossibilité de faire vivre l’Euro comme monnaie alternative dans le cadre des institutions de l’Union Economique et Monétaire. La crise structurelle de l’euro résulte en effet dans une large mesure des conditions dans lesquelles fut réalisée son introduction mais aussi de l’incomplétude insurmontable des institutions qui l’encadrent[44]. En fait, les économies ont un taux d’inflation qui correspond à leurs structures productives, financières et sociales ; chercher à vouloir se situer en-dessous de ce taux ne peut qu’entraîner des dommages durables sur l’économie et sur la société[45]. Dès lors, il faut penser la permanence de taux d’inflation divergents entre pays différents. Or la monnaie unique impose un cadre commun qui conduit à des différences importantes entre les niveaux de compétitivité au fur et à mesure que l’on avance dans le temps.

Dans le même temps, on assiste à des mécanismes de « re-nationalisation » tant des flux financiers que des flux de marchandises[46]. Il est clair, et tous les indicateurs le montrent, que nous sommes entrés dans une crise de la globalisation qui va redonner aux Etats, du moins à ceux qui auront su identifier à temps les problèmes les plus importants, un pouvoir important sur l’économie internationale.

 

Crise de la globalisation financière.

Des auteurs ont pourtant cherché à montrer que les déficits américains pouvaient être compensé par l’épargne des pays asiatiques[47]. Dans un tel système, appelé « Bretton Wodds II », ces déficits auraient été parfaitement soutenables et le système aurait pu être considéré comme stable, une position que ces auteurs ont récemment réaffirmé[48]. De même a-t-on connu la thèse de l’excès d’épargne ou global saving glut, popularisé par Ben Bernanke[49], le président de la Réserve fédérale américaine, mais aussi par Lawrence Summers[50]. En fait, l’instabilité du système était intrinsèque et s’est traduite par le développement rapide de dettes dites « toxiques » que la globalisation financière a alors répandues dans diverses banques et établissements financiers de la planète. D’autres auteurs avaient tiré la sonnette d’alarme dès 2005[51].

Quant à l’hypothèse de l’excès d’épargne, elle s’appuyait sur la très critiquable théorie des fonds prêtables, dont Keynes avait montré l’inanité dès 1937[52]. Loin d’être un mécanisme de stabilisation de la globalisation financière, ceci a entraîné une croissance des déséquilibres. Les solutions qui peuvent être apportées de l’intérieur à la globalisation financière ne font qu’en accélérer la crise[53]. La crise du dollar est dans ces conditions appelée à s’amplifier

Aujourd’hui, ces deux monnaies se confortent dans leurs malheurs réciproques et l’euro apparaît bien comme l’ultime ligne de défense du dollar. Que l’euro vienne à éclater et le dollar sera immédiatement en première ligne face à la spéculation internationale. La solution, qui a l’assentiment de dirigeants européens et de certains économistes américains[54], serait bien entendu que l’euro remplace le dollar comme pivot monétaire du système international. De nombreux dirigeants, en particulier les dirigeants français, se sont laissé bercer par cette solution. Mais une telle solution est parfaitement illusoire et la crise que l’on connaît depuis septembre 2009 au sein de la zone euro ne fait que le confirmer. La crise actuelle a donné naissance à un doute persistant sur le futur et la viabilité de l’euro. En effet, l’euro a fonctionné, au mieux, comme l’équivalent, du point de vue des taux de change, d’un étalon Or. Mais ce fut sans apporter la flexibilité qu’offre le maintien de monnaies nationales, celle qui permet de dévaluer une monnaie quand l’économie du pays rencontre des difficultés structurelles.

Pour se constituer en monnaie de réserve internationale, il faut bien autre chose qu’une économie relativement homogène (ce que n’est pas la zone Euro). La force du dollar provenait en réalité de la position particulière des États-Unis du point de vue géostratégique. L’Europe et la zone euro n’ont nulle vocation à remplacer les États-Unis dans ce rôle et n’en n’ont certainement pas les moyens quand bien même ils en auraient le projet. Il est donc clair que la zone euro ne pourra pas tenir très longtemps dans cette situation.

La globalisation financière atteint aujourd’hui ses limites. Elle confronte non seulement les gouvernements des principaux pays mais aussi les opinions publiques et les forces sociales organisées (syndicats, associations) au dilemme suivant. Soit on se contente de modifications marginales afin de laisser une chance à la libéralisation financière de se perpétuer[55], et ses pathologies mortifères nous entraînerons dans une succession de crises, toujours plus violentes, toujours plus destructrices pour le tissu social. Soit une décision est prise de limiter de manière drastique la globalisation financière. Le processus de déglobalisation, ici, ne peut être que politique et volontariste. Ceci ne veut pas dire, bien sûr, que les mesures par lesquels il pourrait être incarnées ne doivent pas être techniquement cohérente[56]. Par ailleurs, des limites à la globalisation financière apparaissent déjà spontanément et de manière inorganisée dans plusieurs endroits du monde[57]. Il convient donc de les mettre en cohérence.

Dès lors, une question se pose. Cette déglobalisation peut-elle être le fait d’un pays ou doit-elle nécessairement être le fait de groupes de pays tentant de s’affranchir de manière organisée et coordonnée de ce système ? Il est clair que l’on ne pourra pratiquer une déglobalisation ordonnée que dans le cadre de groupes de pays. Mais la déglobalisation peut aussi ne pas être ordonnée. Devant l’inertie ou la mauvaise volonté de ses partenaires, un pays a le droit de penser à sa propre situation. Un pays peut aussi prendre une série d’initiatives afin de mettre ses partenaires au pied du mur et de les obliger soit à accepter une situation de loin inférieure en efficacité à celle du pays au départ, soit de le suivre.

 

La fin de la globalisation marchande.

La globalisation marchande a, elle aussi, atteint aujourd’hui les limites du supportable. C’est une évidence à la fois du point de vue écologique quand on regarde les dégâts provoqués dans le monde entier par la logique de développement dit « global » que nous avons suivie depuis une vingtaine d’années, et d’un point de vue économique et social.

C’est une évidence d’un point de vue économique. Non seulement la globalisation marchande s’est avérée incapable d’aider les pays en voie de développement, mais aussi elle conduit à de profondes régressions sociales dans les pays développés. De ce point de vue, elle apparaît comme une politique qui « appauvrit les pauvres des pays riches et enrichit les riches des pays pauvres ». Mais la globalisation a aussi atteint ses limites politiques. L’échec des négociations du « cycle de Doha » le prouve. Nous sommes donc confrontés à un basculement de paradigme dont on ne sait encore ni le temps qu’il prendra pour se matérialiser, ni les formes qu’il adoptera.

L’heure est venue de revenir à des politiques nationales coordonnées, qui sont seules capables d’assurer à la fois le développement et la justice sociale[58]. Ces politiques sont déjà à l’œuvre dans un certain nombre de pays. À cet égard, le retard qui a été pris sur le continent européen est particulièrement tragique. Sous prétexte de construction d’une « Europe » dont l’évanescence politique se combine à l’incapacité de mettre en œuvre de réelles politiques industrielles et sociale, nous avons abandonné l’horizon de ces politiques. Mais, comme le rappelle Dani Rodrik, le problème n’est plus le pourquoi de telles politiques mais il doit désormais en être le comment[59]. De telles politiques se doivent d’être globales et d’inclure la question du taux de change et celle de l’éducation et du développement des infrastructures.

Il faut aujourd’hui constater que sur la plupart de ces points l’Union européenne, telle qu’elle fonctionne, s’avère être un redoutable obstacle. C’est en effet à l’Union Européenne que l’on doit les politiques d’ouverture qui ont accéléré la crise structurelle de nos industries depuis les années 1990. C’est toujours à l’Union européenne que l’on doit la détérioration croissante du système d’infrastructures dans le domaine de l’énergie et du transport qui fit pendant longtemps la force de notre pays. Il est possible de changer ces politiques. Mais, si les résistances devaient apparaître comme trop fortes, il faudrait se résoudre à re-nationaliser notre politique économique. Une action au niveau européen est certainement celle qui nous offrirait le plus de possibilités, mais on ne doit nullement exclure une action au niveau national si un accord se révélait temporairement impossible avec nos partenaires. Une dé-globalisation marchande est donc en marche, parce que le phénomène de la globalisation marchande a atteint ses limites, tant sociales qu’écologiques, et devient aujourd’hui une menace pour une partie des classes dirigeantes dans certains pays.

 

Nous assistons aujourd’hui à un processus de désintégration d’une grande partie de l’ordre économique international qui s’était construit de 1971 à la fin des années 1990. Cette désintégration peut se faire de manière très chaotique. C’est ce qui a commencé d’ailleurs. Mais, elle peut aussi se faire dans un cadre plus concerté, à la condition de reconnaître que c’est aux Etats qu’il convient de décider, et le cas échéant de coordonner, les politiques économiques. En fait, les tentatives pour faire durer quelques années de plus des institutions qui sont mortes depuis longtemps, comme c’est le cas avec la zone Euro ou avec les divers traités de libre-échange que l’on s’obstine à vouloir faire signer (comme le TTIP), ne peuvent qu’engendrer le chaos. Il convient donc de prendre la pleine mesure de la crise actuelle et de ses conséquences et de redonner aux Etats les moyens de ce qu’il leur revient de manière légitime : le contrôle sur les structures économiques[60].

[1] Sapir J., « Le vrai sens du terme. Le libre-échange ou la mise en concurrence entre les Nations » in D. Colle (dir), D’un protectionnisme l’autre. La fin de la mondialisation ?, PUF, « Major », 2009.

[2] Sapir J. « Endiguer l’isolationnisme interventionniste providentialiste américain » in La Revue Internationale et Stratégique, n°51, automne 2003, pp. 37-44.

[3] Voir J. Généreux, La Grande Régression, Seuil, 2010.

[4] Le produit intérieur brut (PIB) mesure les productions réalisées sur une base territoriale alors que le produit national brut (PNB) mesure les productions réalisées sur une base nationale.

[5] J’ai analysé ce paradoxe, qui est bien connu de tous les spécialistes du développement, dans Les Trous noirs de la science économique (Albin Michel, 2000 ; rééd. Points/Seuil, 2003, p. 48-49). Voir aussi E. Kraev, Estimating GDP Effects of Trade Liberalization on Developing Countries, Londres Christian Aid, 2005.

[6] D. Dollar, « Outward-Oriented Developeng Economies Really Do Grow More Rapidly: Evidence From 95 LDC, 1976-1985 », Economic Developemnt and Cultural Change, 1992, p. 523-554.

[7] D. Ben-David, « Equalizing Exchange: Trade Liberalization and Income Convergenge », Quarterly Journal of Economics, vol. 108, n° 3, 1993.

[8] J. Sachs, A. Warner, « Economic Reform and The Process of Global Integration », Brookings Paper on Economic Activity, n° 1, 1995, p. 1-118.

[9] S. Edwards, « Opennes, Productivity and Growth: What We Do Really Know? », Economic Journal, vol. 108, mars 1998, p. 383-398.

[10] Voir F. Rodriguez, D. Rodrik, « Trade Policy and Economic Growth: A Skeptics Guide to the Cross-National Evidence » in B. Bernanke, K. Rogoff (dir.), NBER Macroeconomics. Annual 2000, Cambridge (MA), MIT Press, 2001.

[11] Voir Amsden A., (1989), Asia’s Next Giant: South Korea and Late Industrialization , Oxford et Londres, Oxford University Press.

[12] Voir T. Mkandawire, « Thinking About Developmental States in Africa », Cambridge Journal of Economics, vol. 25, n° 2, 2001, p. 289-313; B. Fine, « The Developmental State is Dead. Long Live Social Capital?  », Development and Change, vol. 30, n° 1, 1999, p. 1-19.

[13] D. Rodrik, « What Produces Economic Success?  » in R. Ffrench-Davis (dir.), Economic Growth with Equity: Challenges for Latin America, Londres, Palgrave Macmillan, 2007. Voir aussi, du même auteur, « After Neoliberalism, What? », Project Syndicate, 2002 (www.project-syndicate.org/commentary/rodrik7 ).

[14] R. Dornbusch, « Capital Controls: An Idea Whose Time is Past » in S. Fischer et al., Should the IMF Pursue Capital-Account Convertibility? Essays in International Finance n° 207, Princeton (N. J.), Princeton University Press, 1998, p. 20-27.

[15] Voir J. J. Polak, « The Articles of Agreements of the IMF and the Liberalization of Capital Movements » in S. Fisher et al. (dir.), Should the IMF Pursue Capital-account Convertibility?, op. cit.

[16] Voir S. Fisher, « Capital Account Liberalization and the Role of the IMF », conférence donnée au séminaire du FMI « Asia and the IMF », Hong Kong, 19 septembre 1997.

[17] Sur les liens entre ces personnes et leur implication dans des opérations désastreuses en Russie, voir J. Sapir, Les Économistes contre la démocratie, Albin Michel, 2002, chap. i.

[18] Voir J. A. Ocampo, J. G. Palma « Dealing with Volatile External Finances at Source: The Role of Preventive Capital Account Regulations » in J. E. Stiglitz, J. A. Ocampo (dir.), Capital Market Liberalization and Development, Oxford, Oxford University Press, 2007.

[19] G. L. Kaminsky, C. M. Reinhardt, C. A. Vegh, « When it Rains, it Pours: Procyclical Capital Flows and Macoreconomic Policies », IMF Discussion Paper, Washington (D. C.), FMI, août 2004.

[20] Voir J. Ostry et al., « Capital Inflows: The Role of Controls », International Monetary Fund Staff Position Note, Washington (D. C.), FMI, 2010.

[21] Voir H.-J. Chang, J. G. Palma, H. Whittaker, Financial Liberalisation and the Asian Crisis, Londres, Palgrave, 2001.

[22] Voir J. Bibow, « The International Monetary (Non)-Order and the “Global Capital Flows Paradox” », Levy Economics Institute Working Paper, n° 531, Annandale-on-Hudson (N. Y.), Bard College, avril 2008.

[23] Voir B. J. Cohen, « Contrôle des capitaux : pourquoi les gouvernements hésitent-ils ? », Revue économique, vol. 52, n° 2, mars 2001, p. 207-232.

[24] Il faut ici citer son remarquable ouvrage R. Wade, Governing the Market. Economic Theory and the Role of Government in East Asian Industrialization, Princeton (N. J.), Princeton University Press, 1990.

[25] R. Wade, « The Coming Fight Over Capital Controls », Foreign Policy, vol. 113, hiver 1998/1999, p. 41-54.

[26] IOSCO, Resolution on the Regulation of Securities Market, Madrid, avril 1983 ; IOSCO, Objectives and Principles of Securities Regulation, Madrid, septembre 1998 ; OICV-IOSCO, Methodology for Assessing Implementation of the IOSCO Objectives and Principles of Securities Regulation, Madrid, octobre 2003.

[27] A. Carjaval, J. Elliot, « Stengths and Weaknesses in Securities Market Regulations: A Global Analysis », IMF Working Paper, Washington (D. C.), FMI, novembre 2007.

[28] Voir W. Bagehot, Lombard Street. A Description of Money Market (1873), Londres, John Murray, 1917.

[29] Voir H. P. Minsky, Stabilizing an Unstable Economy, New Haven (Conn.), Yale University Press, 1986.

[30] Financial Accounting Standards Board, « FASB Interpretation n° 46. Consolidation of Variable Interest Entities », FIN 46R, Norwalk (Conn.), décembre 2003.

[31] Voir E. Brian, C. Walter, « Puissance de calcul et conditions de prévision » in E. Brian, C. Walter (dir.), Critique de la valeur fondamentale, Springer, 2007, p. 165-182.

[32] É. Challe, « Valeur fondamentale et efficacité informationnelle », in E. Brian, C. Walter (dir.), Critique de la valeur fondamentale, Springer, 2007, p. 26-54.

[33] Containing Systemic Risks and Restoring Financial Soundness, op. cit., p. 64, box 2-4, et p. 65.

[34] Sapir J., « L’illusion prudentielle » (Ch. 8) in C. Walter (sous la direction de) Nouvelles normes financières – S’organiser face à la crise, Paris-Berlin-Heidelberg-New York, Springer-Verlag France, mai 2010, pp. 161-188.

[35] Voir S. Kennedy, « SEC Bans Short Selling Hundreds of Financial Stocks. Regulator Says Ban Is Needed to Protect Market Integrity; Banking Stocks Soar », Marketwatch.com, 19 septembre 2008(http://www.marketwatch.com/News/Story/sec-bans-short-selling-hundreds/story.aspx?guid=%7BFF3CA343%2D2485%2D4B0C%2DB971%2D7FBFA0AD4611%7D ).

[36] M. Aglietta, L. Berrebi, Désordres dans le capitalisme mondial, Odile Jacob, 2007, p. 121.

[37] Ibid., p. 127.

[38] Voir J. Sapir, « Sept jours qui ébranlèrent la finance », Actualités de la recherche en histoire visuelle, 22 septembre 2008, www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/22/816-sept-jours-qui-ebranlerent-la-finance  ; « Une décade prodigieuse. La crise financière entre temps court et temps long », Revue de la régulation, n° 3, 2e semestre, 2008, disponible sur le site de la revue (regulation.revues.org/document4032.html).

[39] M. Aglietta, A. Brender, V. Couderc, Globalisation financière : l’aventure obligée, Economica, 1990.

[40] Voir J. Gravereau, J. Trauman (dir.), Crises financières, Economica, 2001.

[41] R . Herring, A. Santomero, « What is Optimal Regulation? », Pennsylvania Financial Institution Center, Philadelphie (Pa.), Université de Pennsylvanie, 2000.

[42] F. Allen, D. Gale, « Financial Contagion », Journal of Political Economy, vol. 108, n° 1, 2000, p. 1-33 ; E. Nier, J. Yang, T. Yorulmazer, A. Alentorn, « Network Models and Financial Stability », Journal of Economic Dynamics and Control, vol. 31, p. 2033-2060.

[43] H. P. Minsky, « The Financial-Instability Hypothesis: Capitalist Processes and the Behaviour of the Economy » in C. Kindleberger, H. Laffargue (dir.), Financial Crises: Theory, History and Policy, Cambridge, Cambridge University Press, 1982.

[44] Sapir J., Faut-il sortir de l’Euro, Le Seuil, Paris, 2012. Idem, Les scénarii de dissolution de l’Euro, (avec P. Murer et C. Durand) Fondation ResPublica, Paris, septembre 2013.

[45] Voir G. A. Akerlof, W. I. Dickens, G. I. Perry, « Options for Stabilization Policy », Brookings Institution Policy Brief, n° 69, février 2001.

[46] Sapir J., La démondialisation, Le Seuil, Paris, 2011.

[47] M. P. Dooley, D. Folkerts-Landau, P. Garber, « An Essay on the Revived Bretton Woods System », NBER Working Papers Series, n° 9971, Cambridge, National Bureau of Economic Research, 2003.

[48] M. P. Dooley, D. Folkerts-Landau, P. Garber, « Bretton Woods II Still Defines the International Monetary System ». NBER Working Papers Series, n° 14731, Cambridge, National Bureau of Economic Research, 2009.

[49] B. Bernanke, « The Global Saving Glut and the U. S. Current Account Deficit », remarques, Federal Reserve Board, 10 mars 2005.

[50] L. H. Summers, « Reflections on Global Current Account Imbalances and Emerging Markets Reserve Accumulation », L. K. Jha Memorial Lecture, Reserve Bank of India, mars 2006.

[51] N. Roubini, B. Setser, « Will the Bretton Woods 2 Regime Unravel Soon? The Risk of a Hard Landing in 2005-2006 », New York, Mimeo/New York University, 2005.

[52] J. M. Keynes, « Alternative Theories of the Rate of Interest », Economic Journal, vol. 47, n° 4, 1937.

[53] Voir J. Bibow, « Insuring Against Private Capital Flows: Is It Worth the Premium? What Are the Alternatives? », International Journal of Political Economy, vol. 37, n° 4, p. 5-30, septembre 2008.

[54] M. Chinn, J. Frankel, « Why the Euro Will Rival the Dollar », International Finance, vol. 11, n° 1, p. 49-73, 2008.

[55] Voir M. Aglietta, « Comprendre la crise du crédit structuré », Lettre du CEPII, n° 275, février 2008.

[56] Voir C. Goodhart, P. Avinash, « How to Avoid the Next Crash », Financial Times, 30 janvier 2008.

[57] Voir K. P. Gallagher, B. Coelho, « Capital Controls and 21st Century Financial Crises: Evidence from Colombia and Thailand », PERI Working Paper Series, n° 213, Amherst (Ma.), University of Massachusetts Amherst, janvier 2010.

[58] Sapir J., « Le protectionnisme et la fureur de ses ennemis » in H-J Chang, S. Halimi, F. Lordon, F. Ruffin et J. Sapir Le Protectionnisme et ses ennemis, Éditions Les Liens qui Libèrent, Paris, 2012, pp. 55-72. Voir aussi, Sapir J., « Retour vers le futur : le protectionnisme est-il notre avenir ? » in L’Economie Politique, n°31, 3ème Trimestre 2006.

[59] D. Rodrik, « Industrial Policy: Don’t Ask Why, Ask How », Middle East Development Journal, 2008, p. 1-29.

[60] Sapir J., « L’économie est-elle une anti-politique? » in Cahiers d’économie politique, n°47, automne 2004, pp. 111-126.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *