L’Euro contre l’Europe

On connaît le parti euro-sceptique AfD en Allemagne, qui est entré dans les assemblées de certains lander lors des dernières élections. Ce dernier vient de rédiger un mémorandum sur la question de la Grèce, qui est particulièrement intéressant par les points sur lesquels il insiste. Ainsi, AfD, qui se prononce à la fois pour une sortie de la Grèce de la zone Euro, mais aussi pour une dissolution générale de cette dernière est particulièrement sensible aux réactions anti-allemandes qui sont en train de se développer en Europe. C’est un thème que j’avais développé dans une note intitulée « Haïr l’Allemagne ? » publiée le 20 février 2015 sur ce carnet[1]. Ce texte insiste ensuite sur les problèmes insolubles posés à la compétitivité des pays membres de la zone Euro s’ils ne peuvent déprécier leur monnaie face à des économies qui sont de loin bien plus compétitive en raison d’une accumulation de facteurs (tant le capital que la formation de la main d’œuvre ). Il souligne enfin que les stratégies dites de « dévaluation interne » se sont révélées à la fois très coûteuses d’un point de vue social en Europe, et largement inefficace d’un point de vue économique. Elles ont plongé une partie de l’Europe dans la trappe de « l’Euro-Austérité » comme je l’indique depuis plus de deux ans.

Un débat européen.

Le débat à désormais lieu dans de nombreux pays de la zone Euro, en Allemagne (où il est porté tant par AfD que par une partie de Die Linke autour d’Oskar Lafontaine) qu’en Italie. Dans ce dernier pays, les prises de position de Stefano Fassina (ancien ministre et député du Parti Démocrate de centre gauche)[2], mais aussi celle d’hommes politiques de tout bord (de Forza Italia au Movimente 5 stelle) indique que la situation est en train de devenir critique. Ce débat a lieu au Pays-Bas, et aussi en Espagne. La France reste le seul pays où l’omerta de l’UMP et du PS a étranglé ce débat, qui est pourtant fondamental tant pour l’avenir de notre pays que pour l’avenir de l’Europe qui se dessine sous des couleurs de plus en plus sombres du fait de l’existence de l’Euro.

De fait, la question de l’Euro n’est pas seulement économique et financière. Elle l’est, à l’évidence, et l’on dit les conditions exigeantes, et jamais remplies, telle qu’une large Union de transferts, une union budgétaire et une union sociale, qu’il aurait fallu réunir si l’on avait voulu faire de l’Euro une réussite. Cela ne fut pas fait, et c’est l’ensemble des peuples des pays de l’Union Economique et Monétaire qui en paye la facture. Mais, la question de l’Euro est aussi, et désormais avant tout, une question politique. Ayant prétendu – certainement à tort – que l’Euro serait l’achèvement de l’Union européenne, les dirigeants des pays membres sont désormais terrifiés par la perspective de l’échec, que même les plus bornés d’entre eux aperçoivent, et par les conséquences politiques qu’ils en pressentent. Ils croient, et cela bien à tort, que la fin de l’Euro sonnerait le glas de l’Europe. Ils ne se rendent pas compte que c’est l’existence même de l’Europe qui dresse les peuples les uns contre les autres, qui ravive de vieux antagonismes, qui fait aujourd’hui de la guerre économique entre les pays membres le quotidien en attendant que l’affrontement militaire, il faut aujourd’hui le craindre, ne vienne se substituer à cette guerre économique. L’Euro détruit aussi chacun des pays membres en dressant les travailleurs contre les travailleurs, en inventant de nouveaux clivages selon que l’on profite de l’Euro (en réalité une petite minorité) ou que l’on voit son cadre de vie et de travail détruit par l’Euro, ce qui est désormais le quotidien d’une majorité. La réalité, et il faut en avoir conscience, est que l’Euro détruit l’Europe, non seulement dans ses structures institutionnelles, ce qui n’est après tout qu’un moindre mal, mais dans ses tréfonds politiques et culturels. L’Euro, c’est la guerre. Et c’est pourquoi la dissolution de la zone Euro n’est pas seulement un objectif économique souhaitable, c’est aussi une urgence politique de notre temps.

 

Alternative für Deutschland (AfD):

Manifeste pour le rétablissement économique de la Grèce

 

Alternative für Deutschland (Une alternative pour l’Allemagne) est un parti pro-européen qui souscrit fondamentalement aux principes de compétitivité, de subsidiarité et de bonne entente entre les nations européennes, persuadé que chaque nation européenne doit avoir la maîtrise de son destin économique. Dans ce but, AfD :

  •  Constate avec inquiétude que la politique qui consiste à sauver l’euro à tout prix (politique soutenue par le gouvernement Allemand) a conduit à une forte réaction anti-Allemande en Grèce.
  •  Souligne qu’une monnaie surévaluée a détérioré sans espoir d’amélioration la compétitivité de l’économie grecque, a contribué à y développer un chômage de masse et a enfermé une « génération perdue » dans une situation sans issue,
  •  Estime que le maintien de l’union monétaire sous sa forme actuelle est contraire aux intérêts de la société et de l’économie grecques, économie qui a besoin d’une forte dévaluation pour retrouver la voie de la reprise,
  •  Condamne la situation actuelle qui contraint les contribuables européens à porter à bout de bras une union monétaire qui a fait faillite et qui prolonge les souffrances de la population grecque, cette politique n’ayant aucune sorte de justification, ni économique, ni morale,
  •  Souligne que l’on ne peut attendre de l’Allemagne qu’elle réduise son niveau de compétitivité pour résoudre la crise de l’eurozone, tandis que la « dévaluation interne » ne peut réussir à améliorer la compétitivité de la Grèce,
  •  Soutient fermement que l’Europe dans son ensemble devrait se consacrer à améliorer sa compétitivité pour s’assurer une position de leadership sur la scène mondiale,
  •  Insiste sur le fait qu’il est de l’intérêt commun des contribuables européens et de la population grecque de mettre un terme à l’Union monétaire sous sa forme actuelle. Plus on la prolonge, plus lourdes seront les pertes que subiront à la fois les contribuables européens et la population grecque qui a déjà subi les effets destructeurs de la politique d’austérité,
  •  Affirme que tout projet de restructuration de la dette grecque doit être assorti d’un dispositif négocié de sortie de Grèce en dehors de la zone euro,
  •  Réaffirme qu’une telle sortie ne doit pas signifier une sortie de l’Union Européenne, ce que démontrent les exemples de plusieurs pays de l’Union qui ont à la fois une économie prospère tout en ne faisant pas partie de la zone euro,
  •  Soutient qu’au vu des dommages durables que la participation de la Grèce à l’union monétaire a infligé à ce pays il est essentiel de favoriser un retour de l’économie grecque à la croissance,
  •  Appelle les dirigeants européens à préparer l’ensemble des mesures juridiques et économiques qui pourront réduire le coût de la sortie de l’euro, à la fois pour la Grèce et pour l’ensemble des pays de la zone,
  •  Appelle les partis centristes européens, à collaborer à la mise en œuvre d’une procédure de sortie négociée pour les pays qui sont actuellement confrontés à de sérieuses crises économiques ; faute de quoi les partis extrémistes, de gauche et de droite, vont continuer à renforcer leur emprise sur la scène européenne.

 

[1] http://russeurope.hypotheses.org/3462

[2] Voir son interview du 26 mars 2015 sur http://www.liberoquotidiano.it/news/politica/11762844/Stefano-Fassina—L-euro.html#.VPcHBDnMRAo.twitter


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *