Stratégie industrielle russe

La question de la diminution de la dépendance de l’économie russe aux importations a été l’un des thèmes abordés dans la conférence organisée par la Banque Centrale d’Autriche ou Oesterreichische Nationalbank le vendredi 29 mai à Vienne[1]. Ce thème a été mis au premier rang des priorités gouvernementales par le Président V. Poutine, qui a insisté sur la nécessité d’une stratégie de substitutions aux importations, dès la fin du mois de mai 2014. Un an après que cette nouvelle priorité ait été définie, il importe d’ne tirer un premier bilan. A cet égard, il apparaît désormais qu’il ne s’agit pas d’une priorité conjoncturelle mais bien d’un nouveau paradigme devant structurer dans la durée le modèle de développement de la Russie. En un sens, la crise ukrainienne et les sanctions prises par les pays de l’OTAN auront créé un nouveau contexte qui aura permis ce basculement de politique économique.

 

L’état des lieux.

L’économie russe est une économie largement ouverte aux échanges internationaux, c’est ici une évidence, et elle ne peut complètement se fermer. Les exportations ont largement le fait de matières premières (qu’il s’agisse des hydrocarbures ou d’autres produits, incluant les matières premières agricoles) avec cependant un petit bloc d’exportations de biens manufacturés pour lesquels la Russie semble conserver un avantage comparatif évident. Les importations de la Russie sont composées à 42% de biens d’équipements et de transports, à 27% d’autres produits manufacturés (incluant les biens de consommation), à 13 % de biens agricoles et de produits alimentaires et à 12% de produits chimiques et pharmaceutiques. Une large part des produits importés est constituée de produits qui sont par ailleurs nécessaires à des productions locales. Ainsi, dans la production automobile russe, près de 30% des composants sont importés. Certaines activités sont plus dépendantes que d’autres. Ainsi, la Russie importe massivement des machines-outils (90%), des produits de l’électronique, de l’industrie médicale et des équipements utilisés dans l’industrie agro-alimentaire.

On voit immédiatement se dégager trois caractéristiques de ces importations. La première est que tout accroissement de la production finale de la part de l’industrie résidente en Russie impliquera en amont de nouvelles importations d’équipements. C’est essentiellement cette caractéristique qui a été visée par les prises de position de Vladimir Poutine. La seconde caractéristique est qu’il y a à l’évidence un grand espace ouvert à une stratégie de substitution aux importations au niveau de la consommation finale. On a beaucoup parlé ces derniers mois de l’industrie agro-alimentaire, mais ce marché potentiel touche aussi des biens industriels. Une troisième caractéristique est que l’effet-prix et l’effet-qualité sont étroitement mélangés dans cette dynamique des importations. Bien entendu, on peut identifier des productions où l’effet-prix joue directement (essentiellement dans l’agro-alimentaire) et des productions ou la question de la qualité, voire de l’image, des produits est essentielle. Mais, et cela a été abordé dans la conférence (et lors des discussions qui ont eu lieues en marges des sessions) pour les cas majoritaires des effets mélangeant la composante prix et la composante qualité, la part de ces effets dépend de l’ampleur de la dépréciation monétaire que l’on connaît. Ainsi, une dépréciation monétaire modérée (-10% environ) n’induira que de très faibles effets en matière de substitution alors qu’une dépréciation plus forte (-25%) et considérée par les acteurs économiques comme durable, pourrait induire des transferts de techniques dont les effets deviendraient, avec le temps, irréversibles.

L’opposition classique entre un effet-prix et un effet-qualité, si elle reste pertinente en statique ne capture pas la logique des stratégies de substitution aux importations qui se modifient en fonction de l’ampleur de la dépréciation monétaire, mais aussi des capacités d’investissement qui sont attribuées à ces stratégies. Cela implique que les relations linéaires, qui sont largement utilisées dans les modèles macroéconomiques cherchant à mesurer l’impact d’une dépréciation monétaire sur les phénomènes de substitution aux importations, ne sont pas valides. On peut ici estimer que la mise en place d’une stratégie de substitution aux importations qui soit réussie dépend dans une large mesure de l’ampleur de la dépréciation de la monnaie et de la durabilité de cette dite dépréciation. Cela implique la mise en place d’institutions monétaires particulières qui assurent alors la cohérence de la politique de change avec les autres instruments de politique industrielle et économique.

 

La situation au début de 2015

C’est dans ce contexte qu’il faut envisager le développement des stratégies de substitution aux importations en Russie. De ce point de vue, plusieurs faits sont évidents :

  1. Il y a eu un mécanisme de substitution, réel mais modéré, qui a touché l’industrie mécanique et la métallurgie. La production de tubes et tuyaux pour les gazoducs, oléoducs, et divers systèmes de transport de liquides, a bien augmenté, entraînant avec elle une partie de l’activité métallurgique.
  2. Des mouvements du même ordre semble affecter l’industrie automobile où la part des composants importés se réduits et où certaines fabrications ont été transférées en Russie. Le fait que la région de Kalouga, où sont installés de nombreux équipementier, connaisse une forte dynamique positive témoigne de ce phénomène. A contrario, l’exportation vers la Russie de véhicules est devenue de plus en plus difficile.
  3. On signale des montées en production dans les industries optiques, optroniques et électroniques, ceci correspondant à une substitution forcée de produits frappés par les sanctions occidentales dans un certain nombre de cas, mais aussi à un avantage de coût, à la suite de la forte dépréciation du rouble dans d’autres. Les informations sur la part des composants importés sont ici très fragmentaires. Il semble que l’on ait assisté à la fois à une substitution des importateurs (des firmes allemandes ou américaines ayant été remplacées par des firmes chinoises et taiwanaises) mais aussi, dans certains cas, une réelle substitution aux importations avec le développement de composants produits par l’industrie russe.
  4. La substitution aux importations a été relativement faible dans le domaine agro-alimentaire. Dans ce secteur, le point de comparaison était fourni par ce qui s’était produit en 1998-1999 à la suite de l’ample dépréciation qui avait accompagnée la crise financière d’août 1998. Or, on constate qu’en dépit d’une dépréciation importante du rouble, surtout à partir de novembre 2014, et de l’effet des sanctions russes touchant les importations de produits en provenance des pays de l’UE, la substitution aux importations a été relativement faible. On a assisté essentiellement à une substitution des importateurs. Les importations en provenance des pays de l’UE ont été remplacées par des importations en provenance des pays d’Amérique Latine (Argentine et Brésil), de la Turquie, des pays d’Asie Centrale, voire de la Chine.

 

Le phénomène de la substitution aux importations a donc été réel, et il explique tant le rebond de la production industrielle à partir d’avril 2014 que la résilience de l’industrie dans la crise. Mais ce phénomène reste relativement modéré, surtout si on le compare aux ambitions du gouvernement russe. Il faut donc tenter de comprendre quels sont les obstacles à la mise en œuvre d’une substitution aux importations bien plus élargies.

 

Les limites du processus.

On peut considérer que trois facteurs ont eu tendance à limiter les effets de la stratégie de substitutions aux importations.

Le premier de ces facteurs se révèle dans la comparaison avec 1999-2000. Ce qui frappe aujourd’hui, surtout si l’on compare ce qui se passe avec ce qui s’était produit en 1999 et 2000, tient au fait que l’industrie russe travaille désormais à proximité de ses capacités techniques de production. Le taux d’utilisation des capacités de production est souvent supérieur à 80%. La différence est ici massive avec 1999. L’industrie souffre d’une pénurie de main d’œuvre qualifiée, qui correspond au « trou » dans l’enseignement supérieur provoqué par les années 1990-2000 et leurs conséquences. Il y a aujourd’hui peu de capacités industrielles « dormantes » en Russie qui pourraient être réactivées par la forte dépréciation du Rouble.

Le deuxième facteur vient du manque d’investissement. Dans une situation où les capacités dites « dormantes » sont faibles, il faut développer un fort investissement qui permette non seulement de se hisser au niveau technique des production à substituer, mais aussi d’atteindre des conditions de rentabilité suffisante. Ici se pace le débat sur le niveau optimal de dépréciation. Plus l’investissement sera fort et moins la dépréciation nécessaire sera importante. L’investissement a donc été insuffisant, et cela se voit en particulier dans l’industrie agro-alimentaire. Les taux d’intérêts pratiqués par la Banque Centrale sont un obstacle en ce qui concerne l’investissement des grands groupes. Pour les entreprises de taille moyenne, il est clair qu’il faut attendre qu’elles accumulent des profits pour encore une certaine période avant de pouvoir relancer l’investissement par l’autofinancement. L’inadaptation du système bancaire au financement des entreprises de taille moyenne est aussi un facteur qui contribue à maintenir l’investissement au-dessous de son niveau optimal. Ici, une stratégie plus agressive de la part de l’Etat pourrait permettre de faire le relais entre la situation présente et le possible retour en force de l’investissement privé.

Le troisième facteur qui limite aujourd’hui le mouvement de développement d’une substitution aux importations apparaît dans les coûts salariaux. Compte tenu de la pénurie relative de travailleurs qualifiés, du moins dans certains domaines, cette hausse des coûts salariaux obère les capacités des entreprises à réaliser des profits leur permettant d’investir. Une solution pourrait être trouvée dans les gains de productivité. Mais, ces gains ont déjà été importants ces dernières années. La question de la profitabilité des entreprises apparaît donc comme critique au succès durable d’une stratégie de substitution aux importations. Elle devrait inciter le gouvernement à accepter un niveau du taux de change nominal qui corresponde à une dépréciation forte du taux de change réel (taux de change/différence des taux d’inflation).

 

Quel bilan ?

Globalement, l’orientation générale de l’économie russe vers la reconquête de son marché intérieur est indéniable. On peut dire, comme l’ont souligné plusieurs des intervenants de cette conférence, que les sanctions offrent à la Russie une possibilité exemplaire de réorienter son économie sur la production manufacturière et sur l’innovation. Les indices en ce sens qui existent sont à cet égard encourageants. Les efforts consentis depuis maintenant plus de sept ans sur le développement de technoparcs et d’incubateurs d’entreprises, est en train lentement de porter ses fruits[2]. On doit ici signaler que l’engagement du gouvernement russe dans cette stratégie lui ouvre aussi la possibilité de renouer le dialogue avec une partie des jeunes scientifiques, en offrant à ces derniers des perspectives crédibles de matérialisation de leurs projets. Mais cette restructuration implique aussi une sérieuse réforme du système, qu’il s’agisse de la mise e place des institution garantissant la pérennité de droits de propriété sur l’innovation et ses produits ou des institutions spécialisées dans le financement des entreprises. Il faudra à cet égard que la politique du gouvernement fasse preuve d’une continuité dans l’action. De même, il faudra garantir le maintien d’un cadre qui soit favorable aux entreprises (en particulier du point de vue du taux de change). Enfin un effort de l’Etat est attendu, à la fois pour rationaliser son action et pour soutenir l’investissement par des investissements publics importants, et qui ne se démentent pas. On rappellera ici que la baisse des investissements constatée en 2012 et 2013 fut essentiellement liée à la baisse des investissements publics, ceux du secteur privé ayant continué à progresser.

D’une manière générale, si la dépréciation monétaire a été un instrument clé – et cette nouvelle stratégie aurait été impossible tant que le rouble était surévalué jusqu’en décembre 2013 – elle ne donnera tous ses fruits que si elle est associée dans une stratégie économique de longue durée. Telle est aussi la leçon que l’on peut tirer du premier anniversaire de la priorité donnée à la politique de substitution des importations.

[1] Cette note s’inspire des discussions qui ont été animées par Birgit Niessner, Head of Analysis Countries, Raiffeisen Bank International AG, Alexander Libman Associate, Deutsches Institut für InternationalePolitik und Sicherheit, Yaroslav Lissolvolik Deutsche Bank, Moscou, Peter Havlik, Research Economist , WIIW, Vienne,

[2] Je tiens ici à remercier les responsables des technoparcs d’Astrakhan, de Novosibirsk et de Kazan qui ont accueillis les chercheurs du CEMI-EHESS ces dernières années.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *