La diplomatie russe, entre Asie et Euro(pe)

Les discussions qui ont eu lieu les 24 et 25 octobre à Moscou, dans le cadre du « Club Valdaï » auxquelles l’auteur a participé ont permis de clarifier un certain nombre de points concernant la diplomatie de la Russie. L’un de ces points, et non le moindre, qui fut affirmé tant par M. Andrei Pushkov (Président de la Commission aux Affaires Étrangères de la Douma) que par M. Serguei Ivanov (ancien Ministre de la défense et actuellement chef de l’Administration Présidentielle) est que la Russie, désormais, mettait l’accent sur ce qu’il est convenu d’appeler le « soft power ». L’un et l’autre ont en effet déclaré que les éléments de puissance militaire, s’ils restaient importants dans des crises localisées, avaient perdu une partie de leur signification au profit des éléments de puissance économique, mais aussi de l’influence politique et culturelle. C’est la confirmation d’une évolution importante pour la diplomatie russe. Elle implique le développement d’une « diplomatie économique » dont le but n’est pas seulement de renforcer les positions de la Russie mais de lui permettre de tisser des relations importantes dans le domaine économique, mais aussi politique. Cela va bien au-delà de ce que l’on a appelé ces dernières années la « diplomatie du pétrole et du gaz ».

Or, cette diplomatie économique de la Russie connaît aujourd’hui des transformations importantes. Il n’est pas faux de considérer qu’elle oscille aujourd’hui entre une attraction pour l’asie, et plus spécifiquement la zone Asie-Pacifique, et une déception par rapport à l’Europe qui se concrétise dans le jugement sévère porté par le Président Poutine sur la crise de l’Euro. Il est important, du point de vue d’un pays européen comme la France, de les connaître si l’on ne veut se retrouver, d’ici quelques années, relégué dans une position de peu d’importance.

(i) Une relative priorité pour l’Asie

Durant les quatre jours que le Forum a duré, il a été plusieurs fois rappelé que le XXIe siècle serait celui de l’Asie. C’est une formule certes trop usée pour paraître originale. Elle est aujourd’hui, de plus, inexacte. De fait, l’Union Européenne reste, avec les Etats-Unis, le principal marché mondial. Mais il est aussi vrai que si l’on regarde la dynamique des évolutions depuis une génération, la montée en puissance des pays émergents, et en particuliers de ceux de l’Asie, est impressionnante. Il fait donc peu de doutes que la zone Asie-Pacifique est appelée à prendre une importance considérable dans les dix années qui viennent. Déjà, des monnaies de pays de cette zone, comme l’Australie ou Singapour, commencent à être utilisées comme des monnaies de réserve à l’échelle régionale. Aussi la Russie, sans renier son appartenance culturelle à l’Europe, doit en tenir compte. Dès aujourd’hui, le volume de son commerce avec la Chine dépasse, avec plus de 70 milliards de dollars de chiffre d’affaires celui qu’elle réalise avec l’Allemagne et qui reste autour de 60 milliards. L’émergence d’un tropisme asiatique au sein des élites russes devient, dans ces conditions, de plus en plus sensible. Il s’accompagne d’ailleurs d’un regain d’intérêt pour les modèles de développement asiatiques (Chine, Corée, Japon, Taiwan). Le rôle de l’État y fut, et souvent y reste, important1. C’est en particulier le cas pour le développement de branches industrielles à hautes technologies2.

Ce basculement vers l’Est, souhaité et même recherché, ne peut cependant pas être immédiat. La Russie restera dépendante de ses relations avec les pays de l’Union européenne. Mais le message envoyé était clair : l’influence de l’Union Européenne ne pourra qu’aller en diminuant. Si, en 2010, l’Union Européenne était de loin le premier partenaire commercial de la Russie avec 48% des échanges, le poids de l’Asie du Sud-Est connaissait une forte et régulière croissance avec un total de 19%, ce qui la plaçait devant les pays de la CEI avec seulement 14,9%, et loin devant les Etats-Unis avec 3,8%. On comprend alors l’importance qu’a revêtue pour la Russie la Présidence des pays de l’APEC, qu’elle a exercé en 2011-2012. La Russie pense donc pouvoir trouver en Asie une bonne partie des techniques dont elle a besoin et qu’elle achetait jusque-là essentiellement dans des pays européens et secondairement aux Etats-Unis. L’apparition dans des entreprises russes de machines-outils produites au Japon, en Corée du Sud ou à Taiwan, le prouve. Le développement de ce commerce doit se faire, à partir de 2013, en monnaies locales (Rouble et Yuan) pour la Chine. La Russie espère aussi développer des accords monétaires de ce type avec le Japon, et la Corée. Un autre message qui était clairement envoyé par les autorités russes était qu’elles voulaient se passer, autant que faire se peut, du Dollar et de l’Euro dans leurs relations économiques avec les pays d’Asie.

Le développement de ces relations inclut, bien entendu, la question des investissements directs. Les Chinois ont obtenu des conditions avantageuses pour investir en Russie et entendent le faire à la fois dans le domaine des infrastructures et dans un certain nombre de branches qualifiées de « stratégiques » par Vladimir Poutine, comme l’énergie nucléaire, l’espace et l’aéronautique. Des accords, certes encore restreints, ont été passés dans le domaine de l’exploitation pétrolière. Par ailleurs, un accord similaire devrait être conclu avec l’Inde, qualifié par S. Ivanov de « partenaire stratégique »3.

(ii) Quel rôle pour l’Organisation de Coopération de Shanghai ?

Cette priorité donnée aux relations avec les pays d’Asie implique un rôle relativement actif de la diplomatie traditionnelle Russe dans cette région. La Russie conçoit son rôle diplomatique comme devant faciliter les relations entre la Chine et le Japon, entre la Chine et l’Inde et – indirectement – entre l’Inde et le Pakistan. Elle ne conçoit pas ce rôle comme nécessairement antagonique avec celui des Etats-Unis, mais constate que ces derniers ne peuvent jouer le rôle de « facilitateur » des relations diplomatiques comme auparavant. Les problèmes rencontrés par l’OTAN et les Etats-Unis en Afghanistan montrent le relatif épuisement des pays occidentaux dans ces régions. Dans ce contexte, elle entend faire jouer de plus en plus l’Organisation de Coopération de Shanghai, dont le rôle a évolué ces dernières années du militaire à l’économique. L’OCS fut initialement créée pour lutter contre le « séparatisme » et le « terrorisme ». C’est très clairement le contenu de la convention de Shanghai, signée en 2001. Depuis 2002 existe une structure intégrée de lutte anti-terroriste, qui conduit tous les ans des manœuvres incluant les forces des pays membres (Chine, Kazakhstan, Kirghizstan, Russie, Tadjikistan et Uzbekistan)4.

Mais, depuis 2006, un secrétariat économique a été mis sur pied, qui travaille désormais avec un consortium bancaire réunissant les plus grandes banques des pays membres. Il est très clair, pour les pays fondateurs de l’OSC, que seul le développement économique de cette région du monde peut garantir sa stabilité politique. En outre, le développement des pays de l’Asie centrale pourrait ralentir de flux d’immigration vers la Russie qui risque de déstabiliser cette dernière. Les dirigeants russes savent que leur pays aura besoin dans les vingt ans qui viennent d’une main d’œuvre immigrée, mais ils savent aussi qu’une arrivée trop rapide de migrants pourrait provoquer des réactions hostiles dans la population russe, comme c’est déjà le cas à Moscou ou à Saint-Pétersbourg. Il est donc logique qu’ils accordent la priorité au développement des pays d’Asie Centrale, et plus particulièrement l’Uzbekistan et le Tadjikistan. C’est donc dans ce cadre que l’Union Douanière entre le Belarus, le Kazakhstan et la Russie doit être compris. Cette Union Douanière, appelée à s’étendre vers l’Uzbekistan et – pourquoi pas – l’Ukraine, renforcerait la cohérence de l’OSC.

(iii) La Russie, l’Europe et l’Euro

La montée en puissance de l’Asie dans la diplomatie russe doit aussi être comprise dans le contexte de la crise qui frappe aujourd’hui l’Union Européenne et la zone Euro. Sur ce dossier, les autorités russes ont tenu ces derniers jours deux discours. Le premier, qui fut celui de MM. Pushkov et Ivanov, a consisté à rappeler le soutien de la Russie aux efforts de la construction européenne. L’UE représente en effet près de 50% du commerce extérieur de la Russie, et non loin de 40% des réserves de cette dernière sont constituées de titres libellés en Euro. M. Pushkov a d’ailleurs déclaré que la Russie était prête, le cas échéant, à une aide particulière à la Grèce.

Le second discours, tenu par Vladimir Poutine, a consisté en une critique en règle de l’Euro et des politiques menées au sein de la zone Euro depuis ces deux dernières années. Tout en conservant les formes diplomatiques, et en insistant sur le fait qu’il faisait entière confiance dans les gouvernements des pays de la zone Euro, on ne pouvait pas ne pas être frappé par son ton extrêmement pessimiste quant au futur de cette zone.

Ce que Poutine a dit le 25 octobre lors de la rencontre avec les membres du Club Valdaï

 

En raison de l’importance du sujet, on rapporte ici aussi fidèlement que possible les propos qui ont été tenus le 25 octobre.

 

La crise est en réalité bien plus profonde qu’une crise de la dette. Nous savons, par l’expérience, que l’accumulation d’une dette n’est qu’un symptôme. Les gouvernements et les institutions de la zone Euro ont commis une grave erreur en prenant la crise de l’Euro par la question de la dette. La crise de la zone Euro est bien plus grave et bien plus profonde que la crise de la dette.

Quand on veut faire une monnaie unique (en russe monnaie commune) il faut tenir compte de 4 facteurs : le niveau technologique (i.e. technique) des pays de cette zone monétaire, les problèmes de compétitivité relative et d’harmonisation des marchés du travail (i.e. l’Europe sociale), les problèmes de l’intégration politique et les problèmes d’une communauté de langage. Cela n’a pas été le cas en Europe. L’Euro a été réalisé pour des raisons politiques avant tout, et sans tenir compte de ces facteurs. La crise actuelle était donc inévitable. On a voulu réaliser un pas en avant d’une ampleur considérable, et on l’a fait sans préparations. Voilà une autre erreur. Une approche bien plus pragmatique et bien moins dogmatique aurait été nécessaire.   

Quand la crise a éclaté, les réponses ont été inadaptées. On n‘a traité que les symptômes de la crise, un pays après l’autre, et sans plan organisé. Cela ne peut que conduire à l’échec. Le système de pouvoir politique est le pire qu’il soit. On a les coûts du fédéralisme mas pas les avantages ni la coordination. Je ne vois aucune coordination réelle par le passé ni dans l’avenir à bien lire les différents accords qui ont été signés. Soit les pays de la zone Euro adoptent un véritable (Tchistny) fédéralisme – mais savent-ils seulement ce que cela impliquera en flux de transferts – ou il leur faudra trouver une autre solution. Si le fédéralisme complet n’est pas possible, alors il faudra se donner des marges importantes de flexibilité.

Nous sommes disposés à aider les gouvernements européens s’ils se décident pour une politique raisonnable.

Il semble donc clair que la Russie se prépare à un éclatement où a une dissolution de la zone Euro. De fait, on voit bien qu’en l’absence d’une solution fédérale dont le coût pour l’Allemagne serait prohibitif, il n’y a pas d’autres alternatives qu’un appauvrissement continu  des pays de l’Europe du Sud ou une dissolution de l’Euro5. De fait, le choix de cette dernière solution pourrait finir par s’imposer quand le coût du maintien de la zone Euro sera considéré comme trop élevé dans un certain nombre de pays6. La Russie cherche alors la solution qui serait le moins traumatisante pour elle. Il est donc probable que les Euros que détient actuellement la Banque Centrale de Russie au titre de ses réserves sont dans leur grande majorité constitués de titres allemands. À bien écouter cependant le Président, et en tenant compte de la figure obligée que sont les formules diplomatiques, il est évident qu’un profond pessimisme sur les capacités des pays européens à maîtriser la crise de l’Euro s’est installé chez les autorités russes.

Dans le même temps, Vladimir Poutine a insisté sur les projets communs qu’il était possible de monter entre la Russie et les pays de l’UE et a signalé sa disponibilité à faire tout ce qu’il serait possible pour éviter que l’UE et la zone Euro n’entrent dans une période de longue récession et d’effacement économique. Il a, à plusieurs reprises, insisté sur des projets dans le domaine des infrastructures et du développement des technologies avancées qui pourraient être mis en commun. Il a en particulier insisté sur des projets russes dans le domaine de la recherche et de l’éducation, dont le bénéfice pourrait être étendu à des chercheurs européens, et qui pourraient être développés par la suite sous la forme de co-financement.

(iv) La constitution d’un « nouveau centre de pouvoir » eurasiatique

Face à une Asie qui se développe rapidement et à une Europe qui est en crise, et qui risque de le rester pour de nombreuses années, la Russie entend développer les institutions de l’Union Douanière Eurasiatique (Russie, Belarus, Kazakhstan) et constituer cette dernière en un « centre alternatif de pouvoir économique ».Le discours des autorités russes a cependant été peu spécifique à cet égard. Il est clair qu’elles voient aussi dans l’union douanière la possibilité de constituer un marché de plus grande taille que ne l’est la Russie d’aujourd’hui pour absorber un part de la production de l’industrie russe reconstruite. Ceci deviendrait certainement plus crédible si d’autres pays pouvaient dans les années à venir rejoindre cette union douanière, comme l’Uzbekistan, la Kirghizie, et l’Ukraine.

L’intégration financière et monétaire semble cependant devoir marquer le pas, et cela est très probablement la conséquence de la crise de l’Euro. Les autorités russes ont pris la mesure des difficultés d’une union monétaire et du coût que doit assumer le pays le plus riche. Le sujet ne semble donc plus d’actualité aujourd’hui. En revanche, le développement de Moscou comme place financière locale, tournée vers les pays de l’Union Douanière Eurasiatique, est un projet qui refait parler de lui. Le nombre de transactions réalisées en roubles augmente régulièrement. Mais, cette augmentation est freinée, paradoxalement, par la très faible dette publique (11% du PIB en 2011 et 9% à l’horizon de 2013) de la Russie.

En effet, pour que le rouble devienne une monnaie de réserve, il faudrait que les Banques Centrales des autres pays de l’Union douanière puissent détenir des titres d’États libellés en roubles. Les autorités russes ont eu, sur ce sujet, des déclarations contradictoires. La Russie a bien le projet de faire du rouble une monnaie de réserve, mais elle espère aussi faire baisser le niveau de sa dette publique. Or, ceci est clairement contradictoire. On peut parfaitement comprendre la très grande sensibilité des autorités russes à la dette publique. N’oublions pas la crise de 1998, et le défaut qu’elle a entraîné. La réticence des autorités à augmenter la dette s’explique parfaitement. Il n’en demeure pas moins que la dette publique russe devrait au moins doubler, soit se situer autour de 22%-25% pour que le rouble ait une chance d’être utilisé comme une monnaie de réserve dans un certain nombre de pays. Or, on en est loin. Un palliatif pourrait être trouvé si l’État garantissait certaines des dettes des sociétés dont il est propriétaire (GAZPROM, ROSNEFT). En l’état, l’idée de faire du rouble une monnaie de réserve régionale restera un projet ou, au mieux, n’avancera que très lentement.

L’Union Douanière Eurasiatique représente un projet important, mais qui restera pour l’instant limité, sauf si la Russie réussissait à l’ouvrir rapidement sur de nouveaux pays comme l’Ukraine et l’Uzbekistan. Néanmoins, la nécessité d’un tel projet ne disparaîtra pas avec le temps car les problèmes de l’Europe et de la zone Euro ne peuvent qu’aller en s’aggravant. La Russie a effectivement besoin d’une institution économique internationale qui puisse servir de sas tant par rapport à la puissance économique de la Chine et de la zone Asie-Pacifique qui ne cesse d’augmenter que par rapport à l’Europe. Mais, le développement de cette institution dans la période actuelle va demander toute l’ingéniosité dont les dirigeants russes sont capables.

English Version

Russian Diplomacy, Between Asia and the Euro(pe)

Citation

Jacques Sapir, “La diplomatie russe, entre Asie et Euro(pe)”, billet publié sur le carnet Russeurope le 27/10/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/390

 


 

  1. F.C.Deyo, (éd.), The Political Economy of the New Asian Industrialism, Cornell University Press, Ithaca, (NY.),1987; R.Wade, Governing the Market – Economic Theory and the Role of Government in East Asian Industrialization, Princeton University Press, Princeton, (NJ.), 1990. []
  2. D.C. Mowery, « Economic theory and government technology policy », in Policy Sciences, n°1/1983, pp.27-43. []
  3. Gen. V. Trubnikov, « I believe that Russia’s Only real Strategic Partner is India », Moscow Defense Brief, n°4, 2012, pp. 6-10. []
  4. À ces 6 pays s’ajoutent des pays « observateurs » : l’Inde, l’Iran, la Mongolie, le Pakistan et l’Afghanistan, et deux pays qui ont le statut de « partenaires », le Sri-Lanka et le Belarus). []
  5. Artus P., « Trois possibilités seulement pour la zone euro », NATIXIS, Flash-Économie, n° 729, 25 octobre 2012. []
  6. Artus P., « Honnêtement, ne serait-il pas plus raisonnable de casser l’euro ? », NATIXIS, Flash-Économie, n° 723, 24 octobre 2012. []

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *