Présentation du Prof. Ivanter

Séminaire Franco-Russe sur les problèmes monétaires et financiers du développement de la Russie.

Intervention du Prof. Ivanter, directeur de l’Institut de Prévision de l’Economie (Académie des Sciences), académicien et membre du Conseil National de Sécurité de la Fédération de Russie.

Il existe dans l’économie plusieurs mythes, comme celui d’un effondrement économique de la Russie ou des conséquences dramatiques d’un défaut. Il n’y a pas de catastrophe économique en Russie, mais il y a des problèmes, et aussi des changements. Il convient d’en faire le bilan à la fin du 1er semestre 2015.

 

Les perdants et les gagnants de la situation actuelle

Le problème le plus évident, et aussi le plus spectaculaire, est celui de l’effondrement du marché de l’automobile. Le volume va décroître cette année de 30%. C’est un choc, mais un choc limité. Les secteurs de l’industrie réagissent de manière très diversifiée au nouveau contexte économique et financier.

D’autres secteurs sont au contraire en pleine expansion, comme la métallurgie et l’agro-alimentaire. Deux facteurs ont joué un rôle important dans le renouveau de l’agriculture et de l’industrie agro-alimentaire : la dépréciation et les contre-sanctions. Mais la dépréciation du rouble a porté un coup important à l’investissement à la fois à cause d’une hausse des prix des biens d’investissements qu’en raison d’une incapacité des entreprises de se refinancer sur les marchés. Le temps qu’elles trouvent des mécanismes leur permettant de contourner ce problème, l’investissement en souffre. C’est un problème important aujourd’hui, mais c’est un problème limité, et dont on voit bien qu’il va peu à peu disparaître d’ici la fin de cette année. Un autre problème important est la rupture des liens économiques avec l’Ukraine. Cette rupture a eu des effets négatifs pour l’industrie de défense. Mais, on assiste aujourd’hui au développement d’entreprises qui se substituent à la production des entreprises ukrainiennes.

 

La responsabilité de la Banque Centrale

Aujourd’hui on voit bien que les problèmes se concentrent dans le logement – et c’est le problème des taux d’intérêts – et le commerce de détail. Ces deux secteurs sont ceux où le PIB a le plus baissé. La raison principale réside pour le logement dans la structure du financement. Les logements sont largement financés par un système participatif des ménages qui se financent par des hypothèques. Les taux d’intérêts sont aujourd’hui tels qu’il y a un effondrement des hypothèques. Ces mêmes taux d’intérêts empêchent les entreprises de construction de se refinancer auprès des banques. On voit donc que le problème est essentiellement lié à la politique monétaire de la Banque Centrale. La question de l’accès aux technologies avancées n’est pas affectée par les sanctions. Là où la Russie est compétitive, les échanges continuent sans problèmes. Mais là où la Russie n’est pas compétitive, les sanctions n’ont rien changé.

Les taux de croissance ont baissé depuis 2013, et les causes en sont connues. La politique économique et monétaire n’était pas et n’est toujours pas adaptée à la situation de la Russie, et ceci n’est pas nouveau. Les principes n’en sont pas nécessairement faux. Il en va ainsi pour l’accroissement des réserves comme pour la lutte contre l’inflation. La décision de la BCR d’augmenter ses réserves jusqu’à 500 milliards de dollars a surpris tout le monde. Etait-elle nécessaire ? Pourquoi une telle mesure et surtout quelle sera sa durée ? Mais, même si elles sont en principe correctes, leur application ne correspond pas à la situation. On le voit quant à la crise du rouble de décembre 2014.

 

Les conséquences de la crise du rouble de décembre 2014

Cette crise a eu des conséquences importantes. Ce fut une défaite pour la Banque Centrale qui a perdu le contrôle de la situation, et qui n’a pu rétablir cette dernière qu’avec l’aide directe du Ministère des Finances et des pays alliés à la Russie. Cet échec à eu des conséquences importantes pour la Banque Centrale. De fait, il y a eu des changements au sein de la BCR et M. Tulin, banquier professionnel, a pris la réalité du pouvoir dans la BCR. La position de la BCR consiste depuis ces dernières années à dire que TOUS les investissements réalisés dans le secteur d’Etat sont inefficaces, ce qui est largement faux. Mais, on s’attendrait alors que la BCR aide massivement les entreprises privées mais c’est à l’Etat de la faire par des baisses d’impôts). Ce que fait la BCR c’est de ne financer (indirectement bien sur) ni le secteur d’Etat ni le secteur privé. On arrive donc à la conclusion qu’il n’y a pas de politique économique et monétaire réelle, que la BCR et du gouvernement. Seulement une réaction à des changements immédiats. M. Tulin a dit récemment qu’il était prêt à financer divers projets, mais le Ministère de l’Economie n’intervient pas pour désigner les projets qui seraient dignes de financement. Or, la Banque Centrale de Russie ne peut pas tout. Ce n’est pas sa tache que de faire de l’étude de projets.

 

Une absence de politique ?

Et c’est la le principal problème. Les acteurs économiques ne peuvent s’adapter à une politique trop fluctuante, à ce qui correspond en réalité à une absence de stratégie. Il y a donc un réel problème de crédibilité de la politique économique (gouvernement) et monétaire (BCR). Ceci est un véritable problème car, dans le même temps, on peut penser que certains pays mènent une véritable « guerre économique » contre la Russie. Il est donc essentiel que la Russie ait une politique économique lisible par tous. En Russie, on sait que le Président de la Banque Centrale de Russie est nommé par le Parlement sur proposition du Président. On peut comprendre que les autorités aient des scrupules de remercier une personne qui a été désignée il y a un an. C’est une réaction honorable, mais elle est inappropriée. La présidente de la Banque Centrale a perdu une bonne part de sa crédibilité par sa réaction inadaptée lors de la crise de décembre 2014.

 

En conclusion, quand les autorités disent qu’il y a une vraie stabilité sociale, elles ont raison. Il n’y a pas d’effondrement en vue, et l’on voit que l’économie est en train de revenir à une situation de relative stabilité. Mais, en même temps nous voyons se développer des signaux inquiétants dans l’économie, qui sont le fait de l’absence de politique économique et monétaire. Bien entendu on pourra dans cette situation atteindre un taux de croissance de +1,5% mais l’écart avec les pays émergents (Chine, Inde) va s’accroître, de même avec les Etats-Unis. Ce n’est pas une situation saine. Il est donc urgent que l’on ajuste la politique économique à la situation réelle du pays, et que la Russie se dote d’une politique économique claire. Mais, il est évident qu’un tel changement de politique devra aller de paire avec un changement des responsables du gouvernement. Ce changement doit être espéré pour cet été ou le début de l’automne.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *