La vie sous les sanctions

Présentation d’Anton MOISEEV, chercheur à l’Institut de Prévision des l’Economie, Académie des sciences de Russie, à la 49ème session du séminaire Franco-Russe (Paris).

Le taux de change d’équilibre se situera vers 52-53 RR pour 1 USD, tant pour des raisons fiscales que pour des raisons économiques. L’économie restera limitée par le manque de liquidité, à moins d’un changement dans la politique de la BCR. Le budget va continuer d’être strict dans les dépenses « courantes » et d’administration, mais sera relativement expansionniste pour les dépenses « sociales ». Les dépenses militaires resteront neutres. L’économie russe sera dans une situation de rationnement des liquidités au troisième trimestre si rien n’est fait d’ici là.

La question des sanctions financières – les seuls qui ont une importance réelle – doit maintenant être posée. Ces sanctions contraignent les emprunts qui peuvent être faits par des entités russes, tant dans le temps (moins de 3 mois) que dans le volume. Ces sanctions entraînent un solde de remboursements nets de la Russie vers des pays occidentaux, en particulier les Pays-Bas, le Royaume uni, l’Irlande et l’Allemagne. Cette position s’explique par des remboursements alors qu’aucun nouvel emprunt n’a été accordé. Par contre on voit se développer un solde d’emprunt net de la Russie vis-à-vis de la Chine et des pays d’Extrême-Orient. La position vis à vis de la France est neutre.

La baisse du financement extérieur pour les banques se voit sur la VTB et sur la Sberbank. Pour l’instant, il n’y a pas d’effondrement des crédits aux ménages. Mais, il y a eu un quasi-arrêt des crédits en devises aux ménages. Cependant la structure des dépôts a changé. On note un effondrement des dépôts à 3 ans et plus, et une très forte augmentation des dépôts à moins d’un an. Les ménages ont donc restructuré leurs dépôts vers le court terme. Le système bancaire est cependant relativement stable.

Les sorties de capitaux incluent donc les remboursements très importants, plus de 120 milliards de dollars au 2ème semestre de 2014, et environ 54 milliards pour le 1er semestre de 2015. Pour le 2ème semestre, les montants à rembourser devraient être de 40 milliards. La situation est revenue à son niveau de 2012. Les très grands remboursements de 2014 ont été en partie financés sur les réserves de la Banque Centrale.

La question se pose alors de savoir sur quels fonds peuvent se faire ces remboursements. En fait, les réserves sont :

  • 300 milliards pour la BCR en devises (sans les SDR)
  • 55 milliards pour la BCR en or
  • 150 milliards pour le Ministère des finances.

On voit que ces réserves sont amplement suffisantes. De plus, les exportations de la Russie rapportent de l’argent, qui permet de couvrir une partie des dettes accumulées. Ces dettes sont, pour les entreprises d’Etat ou soutenues par l’Etat, d’environ 300 milliards de dollars.

La diversification du système financier est en train de progresser à grand pas. Le système « SWIFT-Alternate » mis en place par la Chine et la Russie sera opérationnel d’ici quelques mois. La banque des BRICS et le fond de soutien monétaire des BRICS (les deux choses sont différentes) sont d’ores et déjà opérationnels, mais n’atteindront leur plein potentiel qu’au début de l’année 2016. Or, on est en face d’une crise de confiance généralisée dans les institutions monétaires et financières mondiales. C’est d’ailleurs cette situation qui a engendrée le développement d’institutions alternatives. Cette crise de confiance devrait continuer à s’approfondir.

Admettons que l’on revienne, même de manière provisoire, à l’étalon-Or. Les désordres seraient considérables dans l’économie mondiale. Nous n’avons pas d’équivalent d’un tel retour. En fait, on peut penser que l’on ira plus vers une multiplication des monnaies de transaction.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *