Le Grexit, ce mal contagieux !

A - 1 SAPIRTranscription de l’interview donnée à Alexandre ARTAMONOV de Radio-SPUTNIK (Russie), le mercredi 15 juillet 2015.

МЕЖДУ ПРОЧИМ_ГРЕКСИТ – ЗАРАЗНАЯ БОЛЕЗНЬ!

Тема материала: Греция рассматривается, как паршивая овца ЕС. Похоже, что ее выход из еврозоны является немецким заказом.

Эксперт: крупный экономист финансового профиля Жак Сапир.

Заставка

 

Le Grexit s’avère être un mal aussi contagieux que dangereux. Il se répand au grand galop, vitesse grand V, touchant par ses peurs et la panique soufflant sur les places boursières, les pays du Sud européen. Le Portugal, l’Espagne, l’Italie, et même la nordique Islande peuvent tomber comme des fruits mûrs dans le panier de la crise. En même temps, peut-être que pour soigner le mal, il faut le vivre jusqu’au bout sans s’y soustraire. Jacques Sapir nous explique un peu le mécanisme de la solution qui pourrait être la bonne : savourons-le ensemble avec vous !

Jacques Sapir. La question de la crise grecque est en vérité une question qui dure depuis 2010. Oui, bien entendu, la Grèce s’est mise dans une situation désastreuse, en partie de sa faute, mais ce qui a été fait a servi en effet à transférer une partie de la dette de la Grèce qui était dans les banques européennes et pour tout dire, dans les banques allemandes, françaises et italiennes, aux Etats ! Et donc c’est maintenant aux Etats de la zone euro, à travers deux instruments – le Fond Européen de la Stabilisation financière et le mécanisme européen de stabilité que se trouvent en très grande partie la dette grecque.

Mais la crise est venue du fait que le nouveau gouvernement grec avait pour mission de dire : ce dont nous avons besoin est une réduction du poids de l’endettement grec mais nous n’avons pas besoin d’argent supplémentaire ! Si on nous fait justement cette réduction du poids de notre dette, nous pourrions en réalité payer ce que nous devons. Nous pourrions vivre sans demander de nouveau de l’argent aux pays européens.

Mais là-dessus il y avait une opposition absolue de l’Allemagne, car, d’une certaine manière, l’Allemagne est coincée avec les Allemands ! Angela Merkel a dit aux Allemands deux choses : elle a dit d’une part : « Vous ne paierez pas de sommes supplémentaires pour la Grèce ! » Et elle leur a dit d’autre part : « Et bien entendu, les Grecs nous rembourseront en totalité ! » Or ces deux choses sont fausses ! On sait très bien que la Grèce ne pourra rembourser la totalité de ce qu’elle doit. Et donc il va falloir que l’Allemagne comme la France, comme l’Italie accepte une certaine perte sur l’argent que nous avons prêté à la Grèce. Et puis, deuxièmement, il va falloir redonner de l’argent à la Grèce. Alors l’Allemagne a décidé, d’une certaine manière, de se battre pour expulser la Grèce de la zone euro !

Pourquoi ? Eh bien, parce que si la Grèce est expulsée de la zone euro, l’Allemagne n’a plus à lui donner de l’argent puisque la Grèce ne fera plus partie de cette zone. Par contre, les dirigeants allemands, le ministre des finances ou la chancelière, savent très bien que si sortie il y a, la Grèce fera défaut sur sa dette. Ainsi donc l’Allemagne perdra une partie de l’argent qu’elle a prêté. Mais dans ces conditions-là Mme Merkel pourra toujours dire : « C’est la faute aux Grecs ! C’est eux qui ont fait défaut et ne veulent pas payer ! » Et elle pourra éviter de dire : « Nous ne reverrons pas une partie de notre argent contrairement à ce que je vous ai dit parce que j’y suis allé un peu trop vite en besogne ! » Telle est la raison fondamentale de la position allemande. Après on voit très bien que la France a été absolument catastrophée par cette position. Parce que la France tient à l’existence de la zone euro mais pour des raisons qui sont essentiellement idéologiques ! Il y a de ce point de vue une sorte de confusion faite en France entre la zone euro, l’Union Européenne et l’Europe qui sont trois choses différentes quand même !

Donc la France a fait pression. Elle n’a pas été la seule. Il y a aussi l’Italie et, en sous-main, les Etats-Unis. Et l’Allemagne a dû accepter que la Grèce reste dans l’euro. Mais alors elle a exigé des conditions qui étaient réellement insupportables. Et on voit depuis ces dernières heures, que tout le monde est en train de prendre conscience que l’accord signé le 13 juillet ne sera pas appliqué. D’une certaine manière, il est d’ores et déjà caduc. Ce qui va reposer, à relativement court terme, la question de l’expulsion de la Grèce hors de la zone euro, appelée communément le Grexit !

  1. RS. Est-ce que cette expulsion serait suivie par l’effritement de l’UE ou bien la Grèce représente vraiment la brebis galeuse et la lie de l’économie européenne ?

Jacques Sapir. C’est exactement le calcul fait par les dirigeants allemands ou, plus exactement, qu’ils prétendent faire. Mais en réalité, on sait bien que le poids de la Grèce n’est pas simplement son poids économique. Actuellement le PIB de la Grèce ne représente que 2% du PIB global de la zone euro. Mais tout le monde comprend que si la Grèce est expulsée, immédiatement on va commencer à se poser la question qui sera le pays d’après ? Le Portugal, l’Espagne, voire est-ce que cela ne sera pas l’Italie ? Et donc on peut penser qu’une expulsion de la Grèce entraînera un effet de réaction en chaine qui va faire imploser la zone euro ; En un sens, on peut penser aujourd’hui que les dirigeants allemands ont pris leur parti de la disparition de la zone euro. L’Allemagne peut très bien survivre en revenant au deutsch mark. D’une certaine manière, ils ne voient pas l’intérêt d’une zone euro dans laquelle l’Allemagne serait constamment appelée à donner de l’argent aux pays qui ont des difficultés plus ou moins grandes. Donc, en réalité, du côté allemand, il y a cette espèce de constat : si la zone euro doit éclater on y survivra ! Mais François Hollande est l’enfant spirituel de Jacques Delors ! Il s’y oppose ! Alors même que pour la France, ou pour un pays comme l’Italie, il y aurait des avantages non négligeables à l’éclatement de cette zone euro !

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *