Macron et le fantôme du fédéralisme en zone Euro

Notre Ministre de l’économie, Emmanuel Macron, a fait, il y a quelques jours des déclarations importantes sur l’Euro dans un journal allemand, le Süddeutsche Zeitung. Il y détaille ses propositions, établies en commun avec le Ministre allemand de l’économie, M. Sygmar Gabriel (SPD). Ceci a été largement repris dans l’hebdomadaire français Le Point[1]. Cette déclaration n’est pas nouvelle. Mais, venant après la crise qu’a connue la zone Euro avec la Grèce au début de l’été 2015, elle prend une signification particulière. En fait, elle revient à admettre la nature politique de l’Euro et à indiquer que ce dernier doit être désormais le cadre de la gouvernance économique.

 

Ce que Macron dit

Il faut donc étudier les déclarations d’Emmanuel Macron. Après avoir renouvelé un appel à de nouveaux transferts de souveraineté impliquant qu’une large part de la politique économique française soit transférée à Bruxelles par le biais d’un « gouvernement économique de la zone Euro », il ajoute que ce gouvernement pourrait «veiller aux transferts financiers nécessaires lorsqu’un pays est affecté par une crise» mais aussi «promouvoir les réformes souhaitables pour éviter les divergences entre nos économies[2]». Il s’agit en réalité de transférer le pouvoir décisionnel à un commissaire européen, en laissant aux gouvernements nationaux une simple capacité d’application.

Les compétences de ce commissaire économique à la zone Euro seraient ainsi définies «le gouvernement de l’euro serait conduit par un commissaire aux compétences étendues», qui pourrait «attribuer des moyens d’investissement ou parler de politique du marché du travail ».

Trois choses ici sont à noter. La première est qu’il est fait référence à des « transferts financiers » mais uniquement quand un pays « est affecté par une crise ». Or, l’expérience des Etats (qu’ils soient unitaires ou fédéraux) montre que ces transferts doivent (et sont) être permanents. La deuxième chose à noter est qu’il est fait référence dans les « compétences étendues » aux « moyens d’investissements ». Mais, rien n’est dit sur le nécessaire rééquilibrage entre le niveau d’investissement des pays ni sur le financement de ces derniers. Et pour cause : cela impliquerait de reconnaître la nature permanente (ou en tout cas de très long terme) des transferts financiers. Une troisième chose importante à noter est que Macron évoque à la fois qu’il convient de promouvoir « promouvoir les réformes souhaitables pour éviter les divergences entre nos économies » et, dans les compétences étendues conférées au futur commissaire européen que ce dernier serait habilité à « ou parler de politique du marché du travail ». Nul par il est fait mention d’une « Europe sociale » ou d’une harmonisation des législations sociales en Europe. La question est réduite au « marché du travail ».

 

Convergence et mythes

Le discours qui tend à l’instauration d’une structure fédérale au niveau de la zone Euro est en réalité ancien. Il ne se limite d’ailleurs pas aux déclarations des ministres. Michel Aglietta et Nicolas Leron reviennent sur cette idée de « fédéralisme » dans la zone Euro dans un article (en anglais) du 11 septembre 2015[3]. Ils insistent sur ce qu’ils appellent « l’incomplétude » de la zone Euro, dont ils soulignent qu’elle a été mise en évidence par la crise grecque de fin juin et début juillet. Rappelant que la monnaie peut aussi être analysée comme un bien public, ils ajoutent « Un bien public par excellence, une monnaie, ne peut fonctionner sans un lien organique avec le pouvoir politique. Elle requiert un souverain »[4]. Ils insistent plus loin en précisant que l’Euro est incomplet (et ne peut donc pas fonctionner, ce qui engendre des crises à répétitions) parce qu’il ne fait pas référence à une dette sociale commune.

Ce point n’est pas nouveau. L’idée que l’Euro implique la construction d’un Etat fédéral a déjà été avancée par Aglietta[5]. De même, la confusion faite entre la notion de « dette sociale » et l’usage social de la Dette est ancienne pour qui suit les travaux de cet auteur. On s’en est expliqué il y a quinze années de cela[6]. En fait, Aglietta ne cesse de répéter les mêmes choses depuis maintenant près de 10 ans en ce qui concerne l’Euro. Et les problèmes qu’il identifie dans le fonctionnement de l’Euro sont réels, avec des constats d’ailleurs largement partagés[7]. Certaines de ses remarques sont justes. Mais, leur répétition sur une aussi longue période devrait alerter un esprit ne serait-ce que (légèrement) critique. Si la remarque concernant la nécessaire « unification » politique pour faire fonctionner l’Euro ainsi que les remarques sur la tout aussi nécessaire union fiscale et sociale sont pertinentes, elles n’ont jamais été suivies d’effets. L’Euro est appelé à rester une monnaie incomplète non par manque d’imagination des politiques mais au contraire par desseins de ceux-ci, ou du moins de certains d’entre-eux. L’Euro est une monnaie au service d’un projet politique : la réalisation d’une grande régression sociale par rapport aux cadres sociaux et économiques construits de 1945 aux années 1980. Cette régression est nécessaire pour la consolidation du pouvoir des « 1% les plus riches » sur la large majorité de la population européenne. C’est pourquoi Emmanuel Macron, qui est un homme intelligent et lucide, ne parle que de transferts transitoires, et réduit la question sociale au simple « marché du travail ». Car, comme on le dit dans Hamlet, « il y a de la méthode dans cette folie ».

 

Les conditions du fédéralisme

L’existence d’institutions fédérales nécessite deux choses. Tout d’abord qu’il y ait un peuple, non au sens ethnique, religieux, ou même linguistique (que l’on pense à la Confédération Helvétique) mais au sens de la communauté politique. Autrement dit que des éléments de culture politique soient partagés, que des institutions, des règles implicites soient communes. Or, l’histoire des Nations européennes a été aussi, et peut-être même avant tout, l’histoire de la spécification de cultures politiques différentes. Cette inexistence d’un « peuple européen », en dehors de tous les délires racistes de certains, constitue le premier obstacle, largement irrémédiable, sur la route du fédéralisme européen. De fait, le discours de la mouvance dite « identitaire », parce qu’il reprend des thèmes racistes, se trouve en parfaite adéquation avec tant l’Euro que le fédéralisme d’une « grande patrie » européenne, peuplée de blonds dolichocéphales aux yeux bleus…

Mais il y a une autre chose qui, à court terme, gène considérablement tous ceux qui voudraient faire du « fédéralisme » européen. C’est le coût économique de ce fédéralisme. Si l’on veut faire un fédéralisme qui fonctionne réellement il faudra dégager des moyens économiques importants[8], ne serait-ce que pour équilibrer les avantages acquis de compétitivité. La compétitivité allemande n’est pas que le produit de gains de productivité et d’une faible inflation. C’est aussi un gain en qualité des produits, en capacité à « monter en gamme ». Ceci peut se mesurer par la comparaison des dépenses de Recherche et Développement (R&D) tant publiques que privée. Ici l’écart avec les pays du « sud » de la zone Euro est important, et régulier, sur longue période. En se limitant à quatre pays du « Sud », c’est-à-dire l’Espagne, la Grèce, l’Italie et le Portugal, le total se monte à 257,71 milliards d’euros par an. Ce total n’est pas le total de tous les transferts (d’autres pays ont des besoins), et il n’inclut pas la contribution communautaire (qui est un coût net pour des pays comme l’Allemagne et la France), mais il couvre les besoins nécessaires pour que puisse survivre la zone Euro hors les besoins financiers immédiats, qui impliquent déjà une contribution non négligeable de l’Allemagne et de la France. Si l’on y ajoute les sommes nécessaires pour permettre à ces pays de se relever de l’austérité qui leur a été imposée, et de compenser les dommages causés à leurs sociétés, on approche des 300 à 320 milliards d’euros par an. Il s’agit ici bien entendu de transferts nets sur seulement 4 pays. Environ 90% de ces sommes devraient être financées par l’Allemagne, soit entre 270 et 288 milliards d’euros. On est clairement bien au-delà de ce qui est tolérable pour ce pays[9].

 

La stratégie allemande

Même en tenant compte d’un possible financement partiel par la Banque Centrale Européenne, il n’en reste pas moins que l’on est sur des niveaux qui sont impossibles à financer pour l’Allemagne, que celle-ci en ait ou non la volonté. Dès lors, on peut comprendre la stratégie de Mme Merkel qui cherche à obtenir un droit de contrôle sur les budgets des autres pays via des propositions de « fédéralisme » qui lui donnerait le contrôle politique sur les dépenses publiques, mais qui se refuse à envisager une « union de transferts » qui serait cependant la forme logique que prendrait une structure fédérale pour la zone Euro. C’est bien pour cela que l’Allemagne vient de refuser toute mesure qui permettrait en réalité à l’Union bancaire de fonctionner[10]. Il faut donc comprendre que, derrière le terme de « fédéralisme » se cachent deux réalités absolument opposées : pour l’Allemagne, l’idée d’un contrôle sur le budget des autres et pour la France et l’Italie, l’idée d’une évolution vers l’Union de transfert. Cette opposition est irréductible. Il ne pourra y avoir de « fédéralisme » qu’aux conditions de l’Allemagne, c’est à dire l’acceptation par les autres pays d’un droit de contrôle de cette dernière sur leurs budgets.

Il convient donc de tirer toutes les conséquences de ceci : le fédéralisme n’est pas aujourd’hui possible et il est sans objet de disserter sur le fait de savoir s’il serait une bonne ou une mauvaise solution. Il ne reste donc que deux possibilités : soit l’appauvrissement rapide des pays du « sud » de la zone Euro, avec les conséquences politiques extrêmement déplaisantes que l’on devine et qui pourraient bien aboutir à une remise en cause de l’Union Européenne elle-même, soit la dissolution de la zone Euro pour permettre les réajustements nécessaires sans recourir à des transferts massifs.

Il est donc important de regarder ici la réalité en face. L’idée d’un « autre Euro » ou d’un « Euro démocratique », que reprennent des personnalités politiques de gauche, soit sincèrement soit pour masquer leur connivence de fond avec la politique austéritaire, est une idée mort-née. Poursuivre dans l’Euro, c’est accepter la destruction de la totalité des acquis sociaux, et en particulier dans le domaine du travail, qui ont été accumulés depuis 1945. C’est accepter que les travailleurs ne soient plus que des « pauvres bêtes portant sur leur dos leurs peaux à tanner ». C’est pourquoi seule une dissolution de la zone Euro est aujourd’hui envisageable.

 

Notes

[1] Le plaidoyer de Macron pour un « gouvernement de la zone euro » in Le Point, le 31 août 2015, http://www.lepoint.fr/economie/le-plaidoyer-de-macron-pour-un-gouvernement-de-la-zone-euro-31-08-2015-1960710_28.php

[2] Les citations sont tirées de Le Point, le 31 août 2015, http://www.lepoint.fr/economie/le-plaidoyer-de-macron-pour-un-gouvernement-de-la-zone-euro-31-08-2015-1960710_28.php

[3] Aglietta M. et Leron Nicolas, The Eurozone: Looking For The Sovereign, not postée le 11 septembre 2015 sur le blog SocialEurope, http://www.socialeurope.eu/2015/09/eurozone-looking-sovereign/

[4] « A public good par excellence, a currency cannot function without an organic link to political power: it requires a sovereign »

[5] Aglietta M, Zone Euro : éclatement ou fédération, Michalon, Paris, 2012

[6] Voir Sapir J., Les trous noirs de la science économique – Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Albin Michel, Paris, 2000 et Idem, « Le troc et le paradoxe de la monnaie » in Journal des Anthropologues, n°90-91, décembre 2002, pp. 283-304. Sur les fondements de cette confusion, voir Sapir J., « Réponse à Deleplace et Orléan » in Multitudes, n°9, mai-juin, pp. 196-199.

[7] Sapir J., « La Crise de l’Euro : erreurs et impasses de l’Européisme » in Perspectives Républicaines, n°2, Juin 2006, pp. 69-84.

[8] Sapir J., “Le coût du fédéralisme dans la zone Euro”, billet publié sur le carnet Russeurope le 10/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/453

[9] Artus P., « La solidarité avec les autres pays de la zone euro est-elle incompatible avec la stratégie fondamentale de l’Allemagne : rester compétitive au niveau mondial ? La réponse est oui », NATIXIS, Flash-Économie, n°508, 17 juillet 2012.

[10] Godin R., Pourquoi l’Allemagne refuse le dernier pilier de l’Union bancaire, La Tribune, 11 septembre 2015, http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/pourquoi-l-allemagne-refuse-le-dernier-pilier-de-l-union-bancaire-504515.html


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *