Les raisons du chômage

La forte hausse des chiffres des « demandeurs d’emplois » au mois d’août 2015 laisse planer un doute sur les prévisions de croissance du gouvernement. Ceux-ci, d’abord établis à 1,2% ont été ramenés à 1%. Mais, même ces chiffres, qui restent très médiocres, risquent d’être démentis par les évolutions du 2ème semestre 2015.

En effet, la croissance du PIB moyenne du PIB par trimestre était de 0,47% de janvier 2010 au quatrième trimestre 2011. Puis, sous l’effet des soi-disant « réformes Fillon », cette croissance s’est arrêtée. Elle ne fut plus, en moyenne par trimestre, que de 0,15% du 4ème trimestre 2011 au 2ème trimestre 2013 quand on peut raisonnablement penser que l’influence des mesures prises par le dernier gouvernement du quinquennat de Nicolas Sarkozy s’est estompée. Mais, la politique économique impulsée par François Hollande, et mise en œuvre tant par Ayrault que par Valls, s’est avérée tout aussi calamiteuse. Sur les 8 trimestres qui séparent le 2ème trimestre de 2013 du 27me trimestre de 2015, la croissance moyenne par trimestre n’est que de 0,11%, soit moins de 1% sur le total des 2 années écoulées.

Graphique 1

Croissance trimestrielle (indice 100 au 1er T. 2010)

A - Agr1

Cette continuité entre la politique « Fillon-Sarkozy » et la politique « Ayrault/Valls-Hollande », explique la forte croissance du nombre des demandeurs d’emplois depuis l’été 2011. La croissance relativement élevée du 1er trimestre de cette année apparaît comme un phénomène de « rattrapage », qui a pu être encouragé par :

  • la chute du taux de change de l’Euro face au Dollar.
  • Les faibles prix de l’énergie.

Mais, les effets positifs de ces deux facteurs semblent avoir cessé dès le 2ème trimestre de 2015. Il convient ici de regarder les facteurs de croissance du PIB.

Tableau 1

Contribution à la croissance du PIB (en points de croissance du PIB)

  2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Contribution de la consommation finale 1,8 0,5 0,7 1,3 0,5 0,3 0,6 0,7
Contribution de la FBCF 1,2 0,2 -2,1 0,5 0,5 0,1 -0,1 -0,3
Contribution du solde du commerce extérieur -0,8 -0,3 -0,3 -0,1 0,0 0,5 0,0 -0,5
Contribution de la variation des stocks 0,2 -0,2 -1,1 0,3 1,1 -0,6 0,2 0,2
Total 2,4 0,2 -2,9 2,0 2,1 0,2 0,7 0,2

Source : INSEE

 

On constate que si la contribution de la consommation finale fut, en 2013 et 2014, supérieure à ce qu’elle fut en 2011 et 2012, la contribution l’investissement (la FBCF) est restée plus faible et la contribution du solde du commerce extérieur aussi. En fait, seule la variation des stocks vient compenser ces effets récessifs. En fait la production industrielle, qui aurait dû être la plus favorablement influencée par la baisse de l’Euro et la baisse des prix des hydrocarbures, se contracte depuis le mois de mai. Cela peut se comprendre pour les raisons suivantes :

  • La baisse de l’Euro face au Dollar ne joue pas sur le commerce avec les partenaires de la zone Euro ou les pays dont la monnaie est indexée sur l’Euro. Ces pays rassemblent environ 60% du commerce extérieur (et même 65% pour ce qui est des exportations).
  • Au sein de la zone Euro, la France doit faire face à une concurrence accrue des pays réalisant une dévaluation interne comme l’Espagne, le Portugal, et dans une moindre mesure l’Italie.
  • Les sanctions prises par l’UE contre la Russie et les contre-sanctions prises en rétorsion par la Russie contre les pays de l’UE affectent sensiblement notre capacité à exporter sur l’un des marchés « hors-Zone Euro » les plus importants pour notre économie.
  • L’impact des prix des hydrocarbures est relativement faible en France en raison du poids restreint de ces hydrocarbures dans la balance énergétique.

 

De ce point de vue, l’étude publiée par ALTARES sur les défaillances et sauvegardes d’entreprises en France au 1er trimestre 2015 est assez inquiétante, et elle explique en partie le mouvement des chiffres des demandeurs d’emplois. Sur 1 an, les défaillances d’entreprises ont augmentée de 7,6%, dont 47% chez les micro-entrepreneurs mais surtout 26% dans les PME de 20 à 49 employés. C’est là que le bat blesse.

Tableau 2

Défaillance par taille de l’entreprise

Evolution du T1 de 2014 au T1 de 2015
0 salarié ou inconnu 22,10%
1 ou 2 salariés 47,00%
3 à 5 salariés 7,90%
6 à 9 salariés 11,40%
10 à 19 salariés 11,60%
20 à 49 salariés 26,40%
50 à 99 salariés -5,10%
100 à 199 salariés 16,70%
200 salariés et plus -7,70%
TOTAL FRANCE 7,60%

Source : Enquête ALTARES

 

De plus, et ce point est à souligner, le pourcentage de défaillance des entreprises monte avec l’ancienneté de celles ci. Il est relativement faible pour les entreprises de moins de 3 ans mais devient véritablement important pour les entreprises de plus de 10 ans. La dégradation de la situation financière pour de nombreuses PME est aussi à noter.

Tableau 3

Défaillance par âge des entreprises

Défaillances au 1T 2014 Défaillances au 1T 2015 Variation
moins de 3 ans 2 587 2 508 -3,10%
3 à 5 ans 5 238 5 598 6,90%
6 à 10 ans 4 239 4 518 6,60%
11 à 15 ans 1 719 1 928 12,20%
16 à 50 ans 2 598 3 026 16,50%

Source : Enquête ALTARES

 

La dimension régionale de cette situation est aussi un facteur important dans l’analyse. Les régions Centre et Champagne-Ardenne connaissent un dérapage significatif puisque l’accroissement des défaillances y atteint environ les 15 %. Mais, le pire se situe dans la région Poitou-Charentes où l’on franchit le cap des 21 % d’accroissement dans le nombre des défaillances. En Auvergne, en Lorraine et dans le Midi-Pyrénées la hausse des défaillances est voisine de 12 %. Par contre le Nord-Pas-De-Calais, l’Aquitaine et les Pays-de-la-Loire s’inscrivent sur des tendances proches de la moyenne nationale et qui sont comprises entre + 6 % et + 7 %. Font un peu mieux que la moyenne nationale (7,6 %) des régions comme la Bourgogne, le Limousin et la Picardie où ce nombre de défaillances n’augmente que de + 5 %.

Graphique 2

Carte des défaillances d’entreprises

A - Acarte

Ces indications montrent que l’on peut être légitimement inquiet pour les résultats du 2ème semestre 2015. Ces résultats auront certainement une influence sur la situation politique. De ce point de vue, il faudra comparer la carte du vote (et en particulier les résultats du vote pour les listes FN) avec la carte ci-dessus.

Mais, de manière plus générale, ces indications confirment l’échec tragique de la politique économique menée par François Hollande, politique qui se situe, il convient de le préciser, avec celle menée par son prédecesseur.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *