Air France – suite

Le préfet du 93, M. Philippe Galli apporte de nouveaux éléments dans une interview qu’il a donnée au Figaro[1], sur les incidents de lundi dernier lors du Comité Central d’Entreprise d’Air France, incidents qui ont donné lieu à de très nombreux commentaires. Il indique qu’il avait été averti du risque de débordements violents à cette occasion, confirmant ainsi les dires des syndicalistes de la CGT et de FO. Il ajoute aussi que : « L’objectif était de ne pas interrompre le fonctionnement de la plateforme aéroportuaire et d’éviter que les éventuels manifestants ne bloquent les pistes et les voies d’accès au bâtiment des personnels navigants ». Ceci est parfaitement compréhensible.

Il insiste aussi sur le fait que la direction d’Air France ne souhaitait pas voir les forces de l’ordre « en tenue » dans le périmètre du CCE soit disant pour éviter de « provoquer ». Admettons cette interprétation, car elle est parfaitement plausible. Il n’en reste pas moins que, et c’est là ou le bat blesse, il ajoute : « «des agents en civil accompagnaient les cortèges du personnel (…) La manœuvre d’exfiltration a été improvisée ». Or, le préfet indique aussi que 5 sections de CRS (une centaine d’hommes) étaient sur les lieux. Les forces de l’ordre ont bien reçu pour consigne de protéger le PDG d’Air France, M. Frédéric Gagey, mais la tâche d’exfiltrer le DRH (M. Xavier Broseta) a été laissée à la charge des équipes de sécurité d’Air France et le préfet reconnaît (et déplore) que : «La manœuvre d’exfiltration a été improvisée». Ceci conduit à poser les questions suivantes :

  1. Qui a décidé du traitement différent du PDG et du DRH dont on pouvait penser que, dans le contexte tendu qui était prévisible, il serait une cible évidente pour les manifestants ? Est-ce la police ou la compagnie Air France qui a pris cette décision ?
  2. Une fois cette décision prise, comment se fait-il qu’une équipe de sécurité n’ait pas prévu l’exfiltration de M. Broseta dans les mêmes conditions que celles qui avaient été utilisées pour le PDG ? Dans la mesure ou l’on pouvait s’attendre à des incidents, ce que le préfet du 93 reconnaît explicitement, comment se fait-il que Air France n’ait pas fait bénéficier M. Broseta (et M. Plissonnier) des mêmes garanties que celles offertes au PDG ?

La différence de traitement entre M. Gagey et M. Broseta est flagrante et elle pose question. Si M. Broseta et M. Plissonnier (responsable des vols Long-Courier) avaient bénéficié des mêmes conditions de sécurité que M. Gagey il n’y aurait pas eu d’incidents mettant en cause ces deux personnes. Dès lors, et comme il est clair que les autorités, tant d’Air France que de la police, pouvaient s’attendre à des débordements, et en avaient même été prévenus, la question de fond est de savoir si cette différence de traitement correspond à la vision hiérarchique des choses régnant à Air France ou si elle relève d’une stratégie délibérée consistant à offrir aux manifestants des boucs émissaires afin de pouvoir utiliser politiquement l’émotion suscitée par cet incident.

L’interview du préfet du 93 ne permet donc pas d’exclure une provocation de la part de la direction d’Air France, qui aurait mis en danger deux de ses dirigeants, MM. Broseta et Plissonnier, afin de capitaliser politiquement sur l’émotion suscitée par l’incident. Ceci conduit à une nouvelle lecture de ce qui s’est passé le lundi 5 octobre. L’hypothèse d’une action machiavélique de la part de la direction d’Air France ne peut donc pas être écartée.

 

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/10/08/01016-20151008ARTFIG00144-violences-a-air-france-la-version-du-prefet-du-93.php


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *