Faut-il croire les modèles de prévision?

La question de la fiabilité des modèles de prévisions macro-économiques est aujourd’hui à nouveau posée, qu’il s’agisse de la France (cas du modèle MESANGE utilisé par le Trésor et l’INSEE) ou de la Commission Européenne. L’enjeu est d’importance. Il s’agit de savoir si différents organismes officiels n’ont pas systématiquement, et peut-être à dessein, sous-évalué l’ampleur de la récession, voire de la dépression, que connaissent aujourd’hui les pays du sud de la zone Euro, et si les prévisions de croissance émises par le gouvernement français, sur la base du modèle MESANGE peuvent avoir une quelconque crédibilité.

Le 9 novembre 2012, Jesse Frederik[1] postait sur le blog de la Real-World Economic Review (un site que je recommande à tous) un court papier où il montrait, preuve à l’appui, que la Commission Européenne s’était régulièrement trompée en ce qui concerne ses prévisions sur la Grèce, sous-estimant largement l’effet dépressif des mesures mises en œuvre. On pourrait ajouter la même chose concernant l’Espagne et le Portugal. Sur l’Espagne, les statistiques officielles sont régulièrement corrigées à la baisse, mais dix-huit mois après leurs publications… Ce problème n’est pas une nouveauté en économie. De 1992 à 1999, les prévisions des divers organismes (FMI, OCDE) sur la Russie se sont régulièrement révélées fausses. Après le défaut et la dévaluation, ces erreurs ont persisté. J’avais écrit en janvier 2001, dans la revue américaine Post-Soviet Affairs[2] à ce sujet les lignes suivantes :

« What happened in 1999 and 2000 proved that forecasts of a complete economic breakdown, so fashionable among western and some Russian experts particularly once the liberal team had been pushed aside, were a dismal professional and analytical failure. One has to remember that in April 1999 IMF was still forecasting a new -7% slump when it was by then fairly obvious that a strong economic rebound had begun. The actual growth figure for 1999 was + 5,4% which makes the IMF mistaken by more than twelve GDP points[3]. Even when acknowledging that neither econometrics nor economic forecasting have ever been exact sciences, that pushes standard error margins far beyond what is usually admitted. »

[Ce qui arriva en 1999 et 2000 a prouvé que les prévisions d’un effondrement économique total, qui étaient tellement en vogue parmi les experts occidentaux et certains experts russes en particulier une fois l’équipe libérale mise de côté, constituèrent un sombre échec tant professionnel qu’analytique. Il faut se souvenir qu’en avril 1999 le FMI prévoyait toujours une contraction du PIB de -7% alors qu’il était évident qu’un fort rebond économique avait commencé. Le chiffre de la croissance pour 1999 devait s’établir à + 5,4%, ce qui implique une erreur du FMI de plus de 12 points. Même en comprenant que ni l’économétrie, ni les prévisions économiques aient jamais été une science exacte, cela est bien au-delà de ce qui est communément admis en matière de marges d’erreurs.]

Il est donc patent que les divers organismes officiels, qu’il s’agisse du FMI, de l’OCDE, de la Commission Européenne, tout comme les instituts des gouvernements nationaux, ne sont pas d’une fiabilité extrême dans leurs prévisions. Mais il est aussi patent que les erreurs, qui somme toute sont normales puisqu’il s’agit de prévisions, sont en fait régulièrement orientées dans le même sens. Et ceci exige quelques explications.

Les erreurs des modèles dits « standards » ont en réalité plusieurs explications, qui peuvent parfois se conjuguer.

  • (a) Des spécifications irréalistes issues de la théorie néo-classique qui continue d’imprégner (même s’ils ne s’en rendent pas toujours comptes) les modélisateurs. C’est en particulier le cas dans les modèles issus du « nouveau consensus » macroéconomique, et qui continuent d’intégrer des hypothèses complètement irréalistes, mais qui sont cohérentes avec une idéologie économique néo-libérale. Et pourtant, ces modèles ont été présentés comme des progrès considérables pour la modélisation[4]. On retrouve ce problème dans le modèle MESANGE utilisé par le Ministère des Finances français[5]. L’une de ces hypothèses est la « clause de transversabilité »[6] qui implique qu’aucun agent ne peut faire défaut et qui induit une disparition des banques et de leur rôle dans le modèle[7]… Ces modèles ont été critiqués[8], et parfois même par leurs propres concepteurs[9], mais pour l’instant les modélisateurs semblent relativement sourds à ces critiques.
  • (b) Une confusion entre paramètres et variables. Les modèles sont tous fondés sur l’idée que l’économie est une mécanique dont les évolutions sont toutes probabilisables[10] ; or, l’économie se rapproche bien plus de la métaphore d’un être vivant. Cela implique que certains coefficients sont considérés comme constant dans le temps et non liés à d’autres variables, alors qu’en réalité on observe empiriquement des fluctuations importantes de valeur de ces paramètres en fonction justement de l’évolution de ces variables. C’est par exemple le cas du multiplicateur des dépenses publiques dont on sait qu’il permet de déterminer ce que sera l’évolution du PIB futur à partir d’une hausse ou d’une baisse de ces dépenses publiques (incluant les mesures fiscales). La Commission Européenne s’en tient à des valeurs autour de 0,5 (et les modélisateurs de MESANGE semblent avoir adopté pour la version la plus récente du modèle, une valeur de 0,7[11]), alors que l’on sait que les valeurs réellement observées sur l’Italie et l’Espagne sont de 2,2 à 1,7. Le FMI, lui-même, a récemment adopté des valeurs autour de 1,2, ce qui explique les prévisions plus pessimistes du récent rapport World Economic Outlook publié en octobre 2012.
  • (c) Des hypothèses adoptées « pour simplifier » mais qui altèrent en profondeur la dynamique du modèle. Les modélisateurs se facilitent la vie (pourquoi pas…) en adoptant des simplifications importantes de la réalité dans leurs modèles. Ce serait acceptable, si ces modèles n’avaient pas pour objet de « simuler » la dite réalité. C’est ainsi que le comportement des ménages ne tient en général aucun compte du contexte (alors que l’on sait aujourd’hui l’influence considérable des contextes sur les préférences[12]). De même, la rationalité des agents n’est elle-même jamais définie par rapport à un contexte donné[13]. Dans le même esprit, on adopte la règle de « l’agent représentatif »[14], ou encore que les salaires sont « parfaitement indexés » sur les prix, hypothèse retenue pour que le modèle (MESANGE en l’occurrence) démontre « une convergence de l’économie vers un sentier de croissance équilibré »[15]. On constate que des points de vue normatifs sont ainsi largement présents dans des modèles utilisés pour « simuler » la réalité.
  • (d) Une large dose d’idéologie. Elle permet d’expliquer certains des à priori que l’on constate dès la construction des modèles, mais aussi l’interprétation qui est faite de certains de leurs résultats. Ainsi, la flexibilité du marché du travail est toujours positive, ou des mesures libérales ne peuvent qu’accroître la croissance. Ceci permet aux modélisateurs de ne pas trop s’interroger sur les écarts qu’ils peuvent constater entre la réalité et les prévisions de leurs modèles, et considérer que ces écarts sont « normaux » et ne remettent pas en cause la structure du modèle.

Au total, on peut constater empiriquement que non seulement les modèles utilisés jusqu’à présent tendent à sous-estimer l’impact des politiques d’austérité, mais qu’ils donnent de plus des visions très pessimistes de l’impact de politiques non-conventionnelles (comme en Russie en 1999). Ceci n’est que le résultat des fondements idéologiques sur lesquels ils sont construits. Aussi, quand le Ministre du Budget, M. Jérôme Cahuzac se permet de déclarer à propos des derniers chiffres donnés par la Commission Européenne, et qui ont le malheur d’être inférieur à la prévision de croissance de 0,8% à laquelle il s’accroche :

« Par le passé, ladite commission n’avait pas vu venir les crises, quand d’aucuns, peut-être, les annonçaient, et la même commission n’avait pas vu venir les reprises quand d’autres les prévoyaient[16] »

il se trompe et de cible et de jugement. Si l’on peut reprocher quelque chose aux modèles utilisés par la Commission Européenne, c’est bien leur optimisme quant aux résultats des politiques d’austérité. Le papier de Jesse Frederik le prouve. De plus, et pour autant qu’on le sache, Jérôme Cahuzac n’est guère connu pour avoir vu venir une crise… Quand Pierre Moscovici, Ministre des Finances, déclare : « Les prévisions que nous avons établies sont des prévisions volontaristes, nous en sommes conscients. Elles sont au-dessus du consensus des économistes. Mais elles ne sont pas d’un optimisme insensé, elles sont réalistes »[17], il est – bien entendu – dans son rôle. Mais nul n’est obligé de la croire. En fait, il s’appuie sur les résultats du modèle MESANGE auquel, tout comme n’importe quel profane, il prête des vertus quasiment magiques.

Enfin, quand Karine Berger, secrétaire nationale du PS et ci-devant économiste à l’INSEE, dans l’émission Politiques, sur LCP diffusée le 9 novembre[18] s’accroche à ces prévisions, on peut la comprendre : elle défend une politique et MESANGE est un peu son enfant. Mais quand elle refuse de répondre à la question posée sur la valeur du multiplicateur des dépenses publiques utilisée dans ce modèle, elle trahit le fait que c’est bien là que le bât blesse. Elle devra choisir entre sa position au PS et l’éthique du scientifique. Ce qui est insupportable n’est pas qu’elle défende le gouvernement, mais qu’elle le fasse en prétendant se couvrir de l’éthique scientifique.

En fait, on peut aussi s’interroger dans un autre sens. Les prévisions cataclysmiques sur une sortie de l’Euro ne sont-elles pas aussi fiables que feu la prévision du FMI sur la Russie après le défaut et la dévaluation ? Il y a gros à parier que les conséquences d’une dissolution de l’Euro seraient beaucoup moins épouvantables que ce que l’on veut bien en dire. Ici encore, il ne s’agit pas de contester le droit à certains de défendre à tout prix la monnaie unique. C’est une opinion politique, et comme telle elle est légitime. Mais, mentir, chercher à faire peur, pour imposer son opinion est clairement inacceptable.

Au total, tout ceci introduit un doute sur la valeur même des modèles. Alors, il faut rappeler ici une citation du grand économiste polonais Michal Kalecki, qu’Ignacy Sachs, qui fut son élève, aimait tant à citer dans les séminaires de l’EHESS : « un économistes peut commettre deux erreurs, la première consiste à ne pas calculer et la seconde à croire en ce qu’il a calculé ». Il faudra toujours que les économistes fassent des calculs. Mais pas du calcul sans principe, où l’on adopte une équation parce qu’elle vous semble théoriquement juste même si elle n’est pas validée par la réalité, où l’on postule des coefficients uniquement pour aboutir au résultat escompté. Le calcul économétrique doit se déprendre de l’idée que l’économie est une immense mécanique, dont on pourrait isoler certaines variables et postuler des relations intangibles. Tout est toujours contextuel.

Mais, dans le même temps, il faut avoir le courage de reconnaître que le calcul n’est pas l’unique forme de démonstration en économie[19]. L’analogie historique et ce que les historiens appellent le story-telling sont des approches tout aussi légitimes.

Citation

Jacques Sapir, “Faut-il croire les modèles de prévision?”, billet publié sur le carnet Russeurope le 12/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/458

 


[1] Jesse Frederik, Folly from Olly. The disasterous quality of the economic predictions of the European Commission, URL : http://rwer.wordpress.com/2012/11/09/folly-from-olly-the-disasterous-quality-of-the-economic-predictions-of-the-european-commission/

[2] Jacques Sapir, « The Russian Economy: From Rebound to Rebuilding », in Post-Soviet Affairs, vol. 17, n°1, (janvier-mars 2001), pp. 1-22.

[3] J. Sapir, « Problèmes et perspectives de l’économie russe au début de 2000,” Géographie, Économie et Société, 2, 1:93-114, 1st quarter 2000.

[4] J. Gali and M. Gertler, “Macroeconomic Modelling for Monetary Policy Evaluation”, Journal of Economic Perspectives, Vol. 21, n°4, 2007, pp. 25-45.

[5] Céline ALLARD-PRIGENT, Cédric AUDENIS, Karine BERGER, Nicolas CARNOT, Sandrine DUCHENE, Fabrice PESIN, PRÉSENTATION DU MODÈLE MÉSANGE. Modèle Économétrique de Simulation et d’Analyse Générale de l’Économie, Direction de la Prévision, Document de Travail, mai 2002, http://www.tresor.economie.gouv.fr/file/326640 , p.6.

[6]  O.J. Blanchard et S. Fisher, lectures on Macroeconomics, MIT Press, Cambridge, MA, and London, 1989, chap. 2.

[7] M. Goodfriend, et R.G. King, (1997), “The New Neoclassical Synthesis and the Role of Monetary Policy” in Bernanke B.S., and J.J. Rotemberg (edits), NBER Macroeconomic Annual 1997, MIT Press, Cambridge, MA.

[8] Goodhart, C. A. E., The Continuing Muddles of Monetary Theory: A Steadfast Refusal to Face Facts, paper presented at the 12th Conference of the Research Network Macroeconomics and Macroeconomic Policy of the Macroeconomic Policy Institute/Institut für Makroökonomie, Berlin, Octobre 31–Novembre 1, 2008. Idem “The Foundation of Macroeconomics: Theoretical Rigour versus Empirical realism”, papier présenté à la Conference on the History of Macroeconomics, Louvain-la-Neuve, Belgium, Janvier 2005

[9] W.H. Buiter, “Central Banks and Financial Crises” paper presented at the Federal Reserve Bank of Kansas Symposium on Maintaining Stability in a Changing Financial System, Jackson Hole, Wyoming, August 21-23n 2008, document téléchargeable à l’URL: http://www.kc.frb.otg/publicat/sympos/2008/Buiter.09.06.08.pdf

[10] T. Haavelmo, «The probability approach to econometrics » in Econometrica, vol. 12, 1944, supplément.

[11] Caroline KLEIN et Olivier SIMON, Le modèle MÉSANGE réestimé en base 2000. Tome 1 – Version avec volumes à prix constants, Direction des Études et Synthèses Économiques, INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES, Document de Travail, 2010, p.12, http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/docs_doc_travail/G2010-03.pdf, encadré p. 74.

[12] Tversky, Amos and Daniel Kahneman, “Rational Choice and the Framing of Decisions,” Journal of Business, 59, 4, part 2:251–278, Octobre 1986 ; Idem, “Loss Aversion in Riskless Choice: A Reference-Dependent Model,” Quarterly Journal of Economics, 106, 4:1039–1061, Novembre 1991

[13] A. Tversky, « Rational Theory and Constructive Choice », in K.J. Arrow, E. Colombatto, M. Perlman et C. Schmidt (edits.), The Rational Foundations of Economic Behaviour, Basingstoke – New York, Macmillan et St. Martin’s Press, 1996, p. 185-197. Voir aussi J. Sapir, « Novye podhody teorii individual’nyh predpotchenij i ee sledstvija » (New Approaches of Individual Preferences and Their Condequences) in Ekonomitcheskij Zhurnal, Vol. 9, n°3/2005, pp. 325-360.

[14] Comme si l’économie ne comptait qu’un ménage et qu’une entreprise, décrétés « représentatifs »…

[15] Caroline KLEIN et Olivier SIMON, Le modèle MÉSANGE réestimé en base 2000. Tome 1 – Version avec volumes à prix constants, op.cit, p.12,

[17] D. Hebert, « Moscovici : ‘’nos prévisions de croissance sont volontaristes mais réalistes’’ », Nouvel Observateur, 11 novembre 2012, http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20121111.OBS8946/pierre-moscovici-nos-previsions-de-croissance-sont-volontaristes-mais-realistes.html

[19] Jacques Sapir, « Calculer, comparer, discuter: apologie pour une méthodologie ouverte en économie », in Économies et Sociétés, série F, n°36, 1/1998, numéro spécial, Pour aborder le XXIe siècle avec le développement durable, édité par S. Passaris et K. Vinaver en l’honneur du professeur Ignacy Sachs, pp. 77-89..


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *