PODEMOS et le populisme

Seconde partie de la recension du livre de Christophe Barret

A - 01 Barret-Podemos

On a dit, dans un précédent billet[1], tout le bien qu’il fallait penser du livre de Christophe Barret PODEMOS – Pour une autre Europe (publié aux éditions du CERF à Paris en novembre 2015[2]). C’est un ouvrage utile, important et bienvenu. C’est aussi un ouvrage d’une rare honnêteté qui ne cèle rien des limites et des contradictions de son objet. C’est, enfin, un ouvrage qui pose des questions importantes sur l’espace politique actuel. C’est à cette dimension que nous allons maintenant nous intéresser.

 

Combat pour la démocratie et populisme

La question de la démocratie, qui dérive de celle de la souveraineté, est centrale à l’émergence de Podemos, tout comme elle fut centrale dans le mouvement des Indignés. Tout ceci est fort bien écrit dans le livre de Barret[3]. Mais, ceci pose le problème de la distinction entre une démocratie « formelle » et la démocratie « réelle ». La définition qu’il attribue à Chantal Mouffe est intéressante : ce qui distinguerait un système réellement démocratique serait sa capacité à transformer radicalement la société[4]. Il est clair que, dans les systèmes légalistes qui sont actuellement dominants en Europe, systèmes qui fonctionnent de plus sous la pression de la finance internationale et avec des transferts de souveraineté importants[5], on est ici loin du compte. Mais, ceci n’est pleinement compréhensible qu’à partir de la typologie établie par Carl Schmitt des quatre formes d’Etat[6].

Schmitt récuse les anciennes distinctions, qui proviennent des modèles traditionnels tels que Platon et Aristote les avaient développés. Il le fait parce qu’ils sont des États sans administrations. Et il est indéniable que l’émergence d’une administration, autrement dit d’un corps intermédiaire entre le souverain et le peuple chargé de la gestion des dimensions techniques du pouvoir, a changé radicalement la donne des catégories politiques. Cette naissance des administrations va de pair avec la complexification croissante des sociétés mais aussi des taches de gouvernement. C’est ce qui condamne le mythe marxien de l’Etat transparent qui pourrait « dépérir ». Schmitt considère alors que ces formes traditionnelles sont inaptes à penser le monde moderne[7]. Il saisit le pivotement du monde moderne, pivotement qui est lié à la généralisation de l’économie décentralisée et du capitalisme[8]. Il y a bien une rupture importante, liée aux formes de la production et de l’échange, et que l’on peut dater de la fin du XIIIème siècle à la première moitié du XIXème. C’est l’émergence du capitalisme, depuis ses premiers balbutiements dans les cités italiennes et dans les grandes foires de la fin du Moyen-Âge jusqu’à son triomphe sous la forme d’un Prométhée déchaîné[9], qui a provoqué cette rupture essentielle dans les formes de l’Etat.

Schmitt propose alors à leur place un système de quatre idéaux-types, lui-même développé comme une suite de couples opposés. Nous avons donc tout d’abord le couple définit par l’État Législateur (le modèle de la démocratie légaliste) sui s’oppose à l’État gouvernemental (celui du Souverain tout puissant). Puis, nous avons un autre couple, celui constitué par l’État Juridictionnel (le pouvoir du juge), qui s’oppose à l’État Administratif (celui de la bureaucratie). Nous vivons aujourd’hui dans des systèmes politiques qui s’apparentent à l’Etat législateur, et il en découle une tendance immanente à dépolitiser le politique[10].

Dès lors, il faudrait lire l’analyse du contexte politique de la naissance de Podemos à la lumière des analyses de Carl Schmitt. Le fait que Chantal Mouffe soit une des grandes spécialistes de la pensée de Schmitt nous y invite[11]. C’est cette aspiration de la société à une repolitisation du politique qui justifie le tournant populiste[12], un point très important dans l’ouvrage de Barret. Ce dernier montre toute l’importance de ce tournant dans la naissance de Podemos[13]. Il se fait que j’explique des choses assez similaires dans mon ouvrage qui paraîtra au mois de janvier 2016[14].

 

La « compradorisation » des élites : point aveugle du livre ?

Mais, avant de s’interroger sur les conséquences de tournant populiste, il faut s’interroger sur l’absence d’un concept clef dans le livre de Christophe Barret : celui d’élites compradores. Barret insiste, et à juste titre, sur ce que les changements survenus depuis les années 2000 en Amérique Latine apportent à la compréhension de la politique européenne aujourd’hui[15]. Il cite en particulier la thèse soutenue par l’un des penseurs de Podemos, Inigo Errejon Galvan[16] et consacrée à la Bolivie. Les liens de Podemos avec les mouvements latino-américains sont nombreux et complexes, du Venezuela à l’Argentine[17].

Pourtant, jamais il ne fait usage de cette catégorie importante d’élites compradores. C’est une catégorie qui permet de comprendre bien de choses. Une élite compradore (ou une bourgeoisie compradore[18]) tire sa position sociale et son statut de sa relation avec une puissance étrangère qui domine, que ce soit économiquement ou politiquement le pays d’origine de cette élite (et de cette bourgeoisie). Les phénomènes de compradorisation des élites ont été particulièrement importants dans des pays formellement indépendants mais en réalité soumis indirectement à une puissance étrangère. C’est pourquoi ce concept a une importance toute particulière pour comprendre et l’Amérique Latine et la Chine d’avant 1949. Or, il faut aujourd’hui se demander si, en Europe même, on n’assiste pas à un compradorisation des élites politiques du fait des institutions européennes mais aussi de la puissance économique allemande. Cette compradorisation a été, en réalité, au cœur de ce que l’on a appelé la « transition démocratique » en Espagne, mais aussi au Portugal et même en Grèce. Il faut noter que dans le chapitre 7 du livre de Barret qui est consacré, en partie, à l’analyse de la « transition démocratique » (et que l’on devrait mieux désigner comme une transition à la démocratie), il n’y a aucune mention du rôle extrêmement important des grandes fondations allemandes, qu’il s’agisse de la Konrad Adenauer Stiftung (liée à la CDU-CSU) ou de la Friederich Ebert Stiftung (liée au SPD). Pour avoir, à l’époque, été proche de certains des acteurs de la transition espagnole, je peux témoigner personnellement de l’influence, qu’elle soit directe ou indirecte, de la Friederich Ebert Stiftung tant sur le PSOE que sur le PCE. Il y a bien eu, à cette époque, une tentative pour pré-déterminer le jeu politique qui se mettait alors en place sur les décombres du franquisme. Or, ceci est clairement anti-démocratique comme le montre Adam Przeworski [19]. Pour cet auteur, la démocratie ne peut résulter d’un compromis sur un résultat. Toute tentative pour pré-déterminer le résultat du jeu politique, que ce soit dans le domaine du politique, de l’économique ou du social, ne peut que vicier la démocratie

En réalité, ce concept de compradorisation permet de comprendre le tournant vers une pratique politique clientéliste et la montée de la corruption au sein des appareils politiques, qu’il s’agisse du Parti Populaire ou du PSOE. On voit, d’ailleurs, qu’il ne s’agit pas d’un phénomène uniquement espagnol. La corruption et le népotisme ont gangréné tant le PASOK que la Nouvelle Démocratie en Grèce, et sont largement (mais pas uniquement) le produit d’une compradorisation des élites grecques. Cette compradorisation permet alors de comprendre le rétrécissement des bases électorales de ces différentes organisations, leur abandon de tout projet national, et leur soumission tant au cadre européen qu’aux dirigeants politiques allemands. Cette compradorisation explique pourquoi se sont développés des slogans comme « nous sommes les 99% » ou « eux et nous », qui ont été à la base du mouvement des Indignés et par voie de conséquence de Podemos. Mais, dans le même temps, cette homogénéisation de la société contre une « caste » qui devient haïssable porte en elle le risque d’autres dérives. Christophe Barret en rend bien compte[20]. Cette critique fut portée contre Podemos par un de leurs adversaires, et cette critique touche à un point sensible. En fait, s’il est dans la logique du populisme de chercher à unifier le « peuple » contre la caste que l’on veut renverser, cela n’implique pas que ce « peuple » soit homogène, loin de là. Il ne faut pas confondre un processus politique (l’unité) avec un état de fait mythifié (l’homogénéité).

 

Retour sur l’hypothèse populiste

Ceci nous conduit à revenir, par des chemins différents, sur l’hypothèses populistes que Christophe Barret présente comme structurante, et assumée, dans la naissance de Podemos. Et il est vrai que l’électorat de Podemos lors des élections européennes et municipales semble bien être « transversal », ce qui est une des caractéristiques d’un mouvement populiste[21]. Barret y consacre d’ailleurs tout le chapitre 5 de son ouvrage, mais – au-delà – revient sur ce thème à de multiples occasions. On a déjà dit que l’influence idéologique d’Ernesto Laclau fut, sur ce point, extrêmement importante[22]. Le thème du populisme a déjà été largement exploré par Pierre-Alain Taguieff qui, dans un ouvrage de 2002, écrit après le score de Jean-Marie le Pen à l’élection présidentielle (17%), cherchait à analyser les différentes versions et facettes du phénomène populiste[23]. Dans cet ouvrage, Pierre-Alain Taguieff se donnait pour objectif de dresser un bilan général et classé de ce qu’on appelle « populisme » et des mouvements qui l’avaient revendiqué ou pratiqué, bref selon ses propres mots, de « passer du nommer au connaitre, en passant par le repérer et le décrire[24]». C’est aussi à cela que nous invite Christophe Barret à propos de Podemos.

Il faut ici remarquer la figure du populisme est ancienne dans l’espace politique. Le terme n’a pas toujours eu la connotation péjorative qui lui colle à la peau dans les démocraties occidentales[25]. A la fin du XIXème siècle en Russie le « populisme » (Narordnitchestvo) fut l’un des courants révolutionnaires les plus importants, bien avant l’émergence de la social-démocratie russe et des Bolcheviki. La référence qui est ici pertinente par rapport à Podemos est le paradigme latino-américain des Peron, Vargas mais aussi Chavez. Taguieff insiste alors sur l’importance du charisme d’un leader interclassiste, de type paternaliste mais qui se révèle « anti-statu quo », et aujourd’hui – ce n’est pas Taguieff qui parle ici – anti-mondialisation. Taguieff repère aussi la dimension nationaliste qui est très forte dans les populismes latino-américains. Pour Taguieff, huit traits au minimum le caractérisent, qui vont de la capacité de mobiliser les masses populaires à celle de contrôler d’en haut les évolutions économiques et sociales. Mais on peut en ajouter bien d’autres. Au total, il y a de grandes différences entre le « justicialisme » argentin (qui est explicitement un des objets d’analyse de Laclau) et le fascisme ou le nazisme. On ne trouve pas dans le populisme latino-américain de projet totalitaire ou d’endoctrinement de masse. De même on chercherait en vain le parti-armée, l’eugénisme, le racisme, ou encore un expansionnisme.

On voit que l’assimilation réalisée en Europe occidentale par certains publicistes à courte vue et au front bas entre « populisme » et « extrême-droite » ne tient pas, même si des mouvements d’extrême-droite peuvent chercher à utiliser les habits du populisme. Le point important est ici la citation que fait Christophe Barret d’Ernesto Laclau : « le populisme, loin d’être un obstacle, garantit la démocratie, évitant qu’elle ne se transforme en simple administration »[26]. C’est une thèse centrale, mais aussi une thèse directement héritée de Carl Schmitt et de sa typologie des quatre formes d’Etat.

Dès lors, il faut comprendre l’émergence du populisme non point comme une pathologie mais au contraire comme un antidote aux poisons issus de l’Etat législateur et de sa tendance permanente à dépolitiser le politique[27]. De ce point de vue, il apparaît comme la solution nécessaire et indispensable à un renouveau de la démocratie réelle, c’est à dire à la souveraineté du peuple enfin recouvrée. C’est aussi à cette conclusion que je suis arrivé, mais par des chemins différents, inspirés en partie par l’économie, dans mon propre ouvrage[28]. Il faut alors s’interroger sur les conditions qui ont permis à Podemos de comprendre cette caractéristique de la période actuelle, alors que, pour l’avoir manquée, le Front de Gauche en France se condamne à des scores qui aujourd’hui sont mêmes inférieurs à ceux de son quasi-homologue espagnol, Izquierda Unida.

 

Agonisme et antagonisme

Mais, l’usage d’une dynamique populiste confronte toujours le mouvement politique qui s’y livre à la question de la définition du « peuple » et de son « unité ». Rappelons ici qu’il convient de ne pas confondre la notion d’unité, qui est une construction politique momentanée avec celle d’homogénéité. Ce qui caractérise donc une dynamique populiste c’est bien la construction de l’unité face aux « élites », à la « caste » dominante, ou tout simplement à une bourgeoisie devenu compradore. Cela pose le problème des espaces où dominent des relations antagonistes d’autres espaces marqués par des relations agonistes.

La divergence entre ces deux notions a été explorée en particulier par Chantal Mouffe, qui est indirectement une des grandes sources d’inspiration pour Podemos[29], comme le montre bien l’ouvrage de Christophe Barret. Elle provient d’une tentative pour distinguer le politique de la politique. Le premier est lié à la dimension d’antagonisme qui existe dans les rapports humains, un antagonisme qui se manifeste alors sous une forme politique dans la construction du rapport ami/ennemi mis en évidence par Carl Schmitt[30]. Le second vise à établir un ordre afin de pouvoir organiser la coexistence humaine (ce que l’on pourrait aussi nommer les modes de coordination) dans des conditions qui sont toujours conflictuelles car traversées par le politique[31]. L’agonisme qualifie dès lors un rapport entre des adversaires mais dans un cadre qui est admis par tous. Ceci permet de comprendre pourquoi l’affrontement agonistique, loin de représenter un danger pour la démocratie, est en réalité sa condition même d’existence. En fait, l’existence d’une démocratie réelle, et non réduite à ses formes électorales, implique le conflit[32] – et c’est là que l’on se sépare radicalement de la formule dite de « démocratie apaisée » qui n’est rien d’autre que la fin de la démocratie – mais ce conflit vise à créer les bases d’un consensus momentané qui construira le cadre des formes et médiations politiques qui se dérouleront alors dans ce relatif consensus. De ce point de vue il n’y a rien de plus dangereux pour la réalité de la démocratie que de vouloir pré-organiser un mode de coordination[33].

La lutte contre des élites largement gagnées par la compradorisation, ou contre une bourgeoisie ouvertement compradore, relève de l’espace du politique, au sens où c’est bien d’une lutte antagoniste, d’un conflit irrémédiable entre ami/ennemi qu’il s’agit. Mais, l’organisation du cadre dans lequel s’organise la compétition pour la prééminence dans le camp des adversaires à ces élites compradorisées relève, quant à elle, de la logique agonistique, c’est à dire d’un conflit entre adversaires mais non entre ennemis. On comprend immédiatement l’importance de l’articulation entre ce qui relève de l’antagonisme et ce qui relève de l’agonisme. C’est l’une des questions clefs de la lutte politique pour la démocratie. On comprend aussi l’importance de cette articulation pour un mouvement qui se réclame de la dynamique populiste comme Podemos.

Mais, c’est ici que l’absence de réflexion sur le concept de compradorisation dans le livre de Christophe Barret pose un réel problème. Podemos, et c’est de là que viennent les « ambiguïtés programmatiques » qui sont par ailleurs fort bien décrite dans le neuvième chapitre de l’ouvrage de Barret, n’a pas construit une pensée claire de ce qui relève pour lui de l’antagonisme. Or, cette définition est nécessaire si l’on veut pouvoir penser de manière claire l’espace des relations qui, elles, relèveront de l’agonisme.

Désigner l’ennemi c’est aussi permettre de reconnaître qui sont ses amis. Désigner l’ennemi, préciser quel sera l’espace des relations antagonistes, est donc nécessaire à la définition de l’espace des relations agonistes. Mais, si Podemos hésite sur ce point, ses véritables adversaires, les élites compradores d’Espagne et l’ensemble des institutions européennes, incluant bien entendu la zone Euro, elles n’hésiteront pas. Podemos sera rapidement confronté à des problèmes de définition politique dans lesquels il peut se perdre, comme Syriza s’est de fait perdu pour ne pas avoir assumé la logique de son combat, ou au contraire pleinement se trouver. Ce dilemme est d’ailleurs aujourd’hui celui de tous les mouvements politiques radicaux dans les pays européens.

 

Ce débat est loin d’être tranché. Mais, ce qui est évident est que l’ouvrage de Christophe Barret, parce qu’il permet de poser ce débat, est une contribution formidable à la réflexion politique, que ce soit sur Podemos ou, plus généralement, sur le devenir des forces politiques dans les pays européens. Il invite à reconsidérer l’hypothèse populiste, ce qui est une importante contribution aussi pour la France. Mais, cette reconsidération gagnerait à être éclairée par le concept de compradorisation des élites, qui est aujourd’hui très probablement un concept clefs et qui permet à la fois de poser le cadre des affrontements politiques mais aussi de définir les limites précises du couple entre le conflit antagoniste et les relations agonistes, entre les ennemis et les adversaires.

 

Notes

[1] http://russeurope.hypotheses.org/4591

[2] Barret C., Podemos – Pour une autre Europe, Paris, Editions du Cerf, 2015, 246p,

[3] Barret C., Podemos – Pour une autre Europe , op.cit., En particulier p. 23-25.

[4] Idem, p. 56

[5] Comme avec le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance, dit TSCG, URL : http://www.consilium.europa.eu/media/1478399/07_-_tscg.en12.pdf

[6] Schmitt C., Légalité, Légitimité, traduit de l’allemand par W. Gueydan de Roussel, Librairie générale de Droit et Jurisprudence, Paris, 1936; édition allemande, 1932

[7] Schmitt C., Légalité, Légitimité, p. 47.

[8] Qui sont deux choses liées mais différentes. Voir Sapir J., Les Trous Noirs de la Science Economique, Paris, Le Seuil, 2000.

[9] Landes D.S., The Unbound Prometheus: Technological Change and Industrial Development in Western Europe from 1750 to the Present, Cambridge-New Yorck, Cambridge University Press, 1969.

[10] Bellamy R., (1994). ‘Dethroning Politics’: Liberalism, Constitutionalism and Democracy in the Thought of F. A. Hayek. British Journal of Political Science, 24, pp 419-441

[11] Mouffe C., (ed.), The Challenge of Carl Schmitt, Verso, Londres, 1999,

[12] Laclau E., La Raison Populiste, FCE, Buenos Aires, 2005 ; voir aussi Mouffe C., On the Political. Abingdon – New York: Routledge, 2005

[13] Barret C., Podemos – Pour une autre Europe , op.cit., En particulier p. 103-109.

[14] Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Editions Michalon, 2016.

[15] Barret C., Podemos – Pour une autre Europe , op.cit., En particulier le chapitre 2.

[16] Errejon Galvan I., La lucha por la hegemonia durante el primer gobierno del MAS en Bolivia (2006-2009) : un analisis discursivo, Mémoire pour la thèse de doctorat, Universidad Complutense de Madrid, Facultés des Sciences Politique et de Sociologie, 2012.

[17] Et le legs des travaux d’Ernesto Laclau sur le péronisme apparaît comme très important. Voir Laclau E., Nou Nuevas reflexiones sobre la revolución de nuestro tiempo , Nueva Visión, Buenos Aires, 2000

[18] Le terme a été construit en concept par Nicos Poulantzas Les Classes sociales dans le capitalisme aujourd’hui, Paris, Éditions du Seuil, 1974.

[19] Przeworski, « Democracy as a contingent outcome of conflicts », in J. Elster & R. Slagstad, (eds.), Constitutionalism and Democracy, Cambridge University Press, Cambridge, 1993, pp. 59-80.

[20] Barret C., Podemos – Pour une autre Europe , op.cit., voir p. 124-125.

[21] Barret C., Podemos – Pour une autre Europe , op.cit., voir pp. 35-36.

[22] Laclau E., La Razón Populista, FCE, Buenos Aires, 2005

[23] Taguieff P-A, L’illusion populiste, 2002, Paris, Éditions Berg International.

[24] Idem, p. 18.

[25] Ce que remarque finement Maurice Tournier dans sa recension du livre de Taguieff. Maurice TOURNIER, « Pierre-André Taguieff, L’illusion populiste », Mots. Les langages du politique, 75 | 2004, mis en ligne le 23 avril 2008, pp. 147-149.

[26] Barret C., Podemos – Pour une autre Europe , op.cit., voir p. 109.

[27] Bellamy R., « Dirty Hands and Clean Gloves: Liberal Ideals and Real Politics », European Journal of Political Thought, Vol. 9, No. 4, pp. 412–430, 2010

[28] Voir Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, op.cit., chapitres 3 et 4.

[29] Voir Mouffe C., The Democratic Paradox, Londres et New York, Verso, 2000, et, du même auteur, Agonistics: thinking the world politically, Londres, Verso, 2013.

[30] Schmitt C., Théologie politique, Paris, Gallimard, 1988.

[31] Mouffe C., « Politique et agonisme », in Rue Descartes , 2010/1 (n° 67), p. 18-24.

[32] A. Bentley, The Process of Government (1908), Evanston, Principia Press,1949 ; Guizot F., Histoire de la civilisation en Europe, rééd. du texte de 1828, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1985

[33] Holmes S., “Gag-Rules or the politics of omission”, in Elster J. et R. Slagstad, Constitutionalism and Democracy, Cambridge University Press, Cambridge, 1993., pp. 19-58.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *