Qui veut de l’Euro?

Un sondage réalisé par Gallup International sur 15 pays de l’Union européenne (sondage réalisé du 30 novembre au 3 décembre 2015 sur 14500 personnes) révèle des changements significatifs quant à la perception de l’Euro. Ce sondage, que l’on présente ici, mérite d’être regardé avec attention.

A – 01Gallup-Euro

Il révèle que dans les pays de l’UE non-membre de la zone Euro l’image de ce dernier s’est fortement dégradé et que dans deux pays de la zone Euro, l’Italie et la Grèce, une majorité de personnes sont pour quitter l’Euro.

Tableau 1

Préférez vous l’Euro ou votre monnaie nationale

EURO Monnaie nationale Indécis
GRAND-BRETAGNE 6% 83% 11%
BULGARIE 9% 74% 17%
SUEDE 12% 80% 8%
DANEMARK 13% 76% 10%
ROUMANIE 26% 56% 19%
GRECE 43% 44% 12%
PAYS-BAS 43% 41% 16%
ITALIE 45% 47% 8%
FRANCE 54% 31% 15%
ALLEMAGNE 55% 38% 7%
BELGIQUE 56% 28% 15%
Espagne 58% 32% 10%
Irlande 60% 28% 12%
FINLANDE 62% 25% 13%
TOUS 41% 47% 12%

Les opinions contre l’Euro semblent très tranchées en Grande-Bretagne, en Suède, mais aussi au Danemark et en Bulgarie. Mais, ce qui apparaît aussi est que dans deux pays de la zone Euro, la Grèce et l’Italie, la préférence pour la monnaie nationale l’emporte. Dans le cas de la Grèce, c’est un retournement important par rapport à cet été. Les opinions des Grecs étaient, jusqu’à présent, largement en faveur de l’Euro. Il semble que désormais la perspective d’un Grexit ne le effraie plus.

Le cas de l’Italie apparaît aussi emblématique. L’Italie est un pays du « cœur » historique de l’UE et de la zone Euro. La préférence pour la monnaie nationale y est maintenant clairement majoritaire. On constate, de plus, qu’aux Pays-Bas, l’Euro ne l’emporte que par une très faible majorité. Or, en Italie, deux partis au moins (le M5S de Beppe Grillo et la « Ligue du Nord ») ont exprimé des doutes publics et répétés quant au maintien du pays dans la zone Euro. La présence d’un débat important est aussi à noter au Pays-Bas. L’une des conclusions que l’on peut tirer de ce sondage est que, quand il y a un véritable débat sur la question de l’Euro, les réticences du public finissent pas tomber. C’est une leçon importante qu’il faut donc avoir à l’esprit. Un débat véritablement démocratique joue contre l’Euro.

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *