L’Euro et la crise de l’Union européenne

(Ce texte sera publié en anglais à la fin du premier semestre dans la revue égyptienne Cairo Review of Global Affairs qui est publiée par la School of Global Affairs and Public Policy de l’American University du Caire)

 

 

L’Euro est en train de détruire l’Europe ; cette constatation s’impose désormais depuis la crise entre le gouvernement grec et les autorités européennes du premier semestre 2015. Cette destruction ne provient pas, principalement, de la crise des dettes souveraines que l’on a connue dans la zone Euro depuis 2010. Même si cette crise perdure, elle est – pour l’instant – tenue en respect par l’action de la Banque Centrale Européenne. Cette destruction découle de l’ensemble du cadre économique et social que l’Euro favorise ou impose dans les différents pays membres. Mais, elle découle aussi du cadre politique implicite qui se met en place à propos de l’Euro dans les pays de la zone Euro. La prise de pouvoir par l’Eurogroupe, une institution de fait qui n’existe dans aucun traité, mais qui a joué un rôle fondamental dans la crise grecque de 2015, ainsi que par la Banque Centrale Européenne en sont les meilleurs exemples.

Un sondage réalisé par Gallup International sur 15 pays de l’Union européenne (sondage réalisé du 30 novembre au 3 décembre 2015 sur 14500 personnes[1]) révèle des changements significatifs quant à la perception de l’Europe et de l’Euro. Il montre que l’on est entré dans une période de très grande instabilité en ce qui concerne les institutions européennes, comme on peut le constater avec la décision de l’Autriche de suspendre l’application des accords de Schengen.

 

La montée d’un sentiment anti-Union européenne.

L’une des caractéristiques de la situation actuelle est donc le désenchantement vis-à-vis du « rêve » européen. L’Europe, et en particulier sous sa forme de l’Union européenne, ne fait plus rêver. Elle inquiète et elle fait même peur. Et l’Euro porte une responsabilité indubitable dans ce tournant.

Depuis la mise en place de l’Euro, la croissance des pays de la zone Euro a été significativement inférieure à celle des pays n’ayant pas adhéré à la monnaie unique (Grande-Bretagne, Norvège, Suède) mais aussi des grandes puissances internationales comme les Etats-Unis ou le Canada[2]. Ce phénomène joue un rôle important dans la déception par rapport à l’Union européenne. Il apparaît comme une négation de la promesse de croissance faite bruyamment au moment de la mise en place de l’Euro[3]. Jacques Delors et Romano Prodi avaient fait miroiter aux peuples européens des perspectives radieuses de progrès économique et social comme de plein emploi. Aujourd’hui, la plupart des européens sont conscients des effets négatifs sur l’économie de la monnaie unique depuis de nombreuses années : croissance faible et montée du chômage. La crise de la zone euro est désormais une évidence, même pour les idéologues les plus bornés. Aucun des problèmes fondamentaux posés dès l’origine n’a été résolu, et leurs effets désormais s’accumulent. Les solutions partielles qui ont été proposées, et présentées comme des avancées historiques vers une Europe fédérale, posent en réalité bien plus de problèmes qu’elles n’en résolvent. La zone euro semble donc n’avoir de choix qu’entre s’engager dans une politique de déflation, dont les conséquences cumulées seront redoutables pour les peuples des pays qui la composent, ou disparaître.

 

L’étude de l’évolution de l’opinion est particulièrement intéressante quand il s’agit de la proximité, ou de l’éloignement, par rapport à l’Union européenne. On constate ainsi la présence de trois groupes de pays. Une premier groupe est marqué par une forte progression des personnes s’affirmant « plus éloignées » de l’Europe. Ce groupe est emmené par la Grèce, avec un écart de 48 points avec ceux qui se sentent « plus proches » de l’Europe, mais on y retrouve les Britanniques, les Néerlandais, mais aussi les Belges et les Italiens. Ceci traduit la forte montée d’un sentiment eurosceptique au sein de l’Union européenne.

 

Tableau 1

Proximité ou éloignement avec l’Union européenne

Plus proche de l’Europe Plus éloigné de l’Europe Ne se prononcent pas Ecart
GRECE 12% 60% 28% 48%
BELGIQUE 9% 38% 53% 29%
GRAND-BRETAGNE 13% 38%  

49%

25%
PAYS-BAS 11% 35% 44% 24%
ITALIE 16% 39% 45% 23%
FRANCE 15% 31% 54% 16%
IRLANDE 18% 25% 57% 7%
BULGARIE 8% 15% 77% 7%
ALLEMAGNE 19% 25% 56% 6%
SUEDE 15% 20% 65% 5%
ESPAGNE 21% 25% 54% 4%
FINLANDE 25% 23% 42% -2%
ICELANDE 16% 8% 76% -8%
ROUMANIE 26% 16% 58% -10%
DANEMARK 26% 15% 59% -11%
Moyenne 17% 28% 11%

Source : http://www.gallup-international.bg/en/Publications/2015/255-International-Survey-on-EU-Prospects

 

Un second groupe est constitué des pays dans lesquels le sentiment d’éloignement vis à vis de l’Europe a progressé mais ou l’écart par rapport au sentiment de proximité est faible. Enfin, le troisième groupe est constitué des pays où le sentiment de proximité est plus important que celui d’éloignement par rapport à l’Europe. Le point important ici est que des pays faisant partie du « noyau historique » de l’Union européenne sont désormais sensibles au climat eurosceptique.

 

La perte d’attractivité de l’Euro

Ce sondage révèle aussi la forte perte d’attractivité de l’Euro. On constate ainsi que dans les pays de l’UE non-membre de la zone Euro l’image de ce dernier s’est fortement dégradé et que dans deux pays de la zone Euro, l’Italie et la Grèce, une majorité de personnes sont pour quitter l’Euro.

 

Tableau 2

Préférez vous l’Euro ou votre monnaie nationale

EURO Monnaie nationale Indécis
GRAND-BRETAGNE 6% 83% 11%
BULGARIE 9% 74% 17%
SUEDE 12% 80% 8%
DANEMARK 13% 76% 10%
ROUMANIE 26% 56% 19%
GRECE 43% 44% 12%
PAYS-BAS 43% 41% 16%
ITALIE 45% 47% 8%
FRANCE 54% 31% 15%
ALLEMAGNE 55% 38% 7%
BELGIQUE 56% 28% 15%
ESPAGNE 58% 32% 10%
IRLANDE 60% 28% 12%
FINLANDE 62% 25% 13%
Moyenne 41% 47% 12%

Source : http://www.gallup-international.bg/en/Publications/2015/255-International-Survey-on-EU-Prospects

 

Les opinions contre l’Euro semblent ainsi très tranchées en Grande-Bretagne, en Suède, mais aussi au Danemark et en Bulgarie. Cela ne doit pas surprendre, car aucun de ces pays ne fait partie de la zone Euro. De plus, les résultats de différents sondages montrent qu’aujourd’hui il y a une majorité absolue d’électeurs qui, en Grande-Bretagne, sont disposés à quitter l’UE.

Mais, ce qui apparaît aussi dans ce sondage, et ce qui est plus inattendu, est que dans deux pays de la zone Euro, la Grèce et l’Italie, la préférence pour la monnaie nationale et contre l’Euro l’emporte. Dans le cas de la Grèce, c’est un retournement important par rapport à cet été où la menace du « Grexit » avait pu paraître faire plier le gouvernement face aux menace des institutions européennes. Les opinions des Grecs étaient en effet, jusqu’à présent, largement en faveur de l’Euro. Il semble que désormais la perspective d’un Grexit ne le effraie plus. La crise provoquée par l’Euro a été tragique en Grèce[4]. Elle s’est d’ailleurs doublée d’une crise politique majeure entre les institutions européennes et le gouvernement démocratiquement élu de la Grèce, crise qui a joué un rôle évident dans le basculement progressif de la population[5]. Le cas de l’Italie apparaît lui aussi emblématique. L’Italie est un pays du « cœur » historique de l’UE et de la zone Euro. La préférence pour la monnaie nationale y est pourtant désormais clairement majoritaire. On assiste à une polarisation très forte de la population, qui ne fait que traduire la situation économique et sociale très dégradée du pays. Or, en Italie, deux partis au moins (le M5S de Beppe Grillo et la « Ligue du Nord ») ont exprimé des doutes publics et répétés quant au maintien du pays dans la zone Euro.

Mais, d’autres pays sont eux aussi affecté. On constate, ainsi qu’aux Pays-Bas, l’Euro ne l’emporte que par une très faible majorité. La présence d’un débat important est aussi à noter au Pays-Bas et l’on peut constater que dans ce pays aussi les partisans de l’Euro ne l’emporte que très faiblement sur les partisans d’une monnaie nationale.

L’une des conclusions que l’on peut tirer de ce sondage, qui reste il faut le souligner un sondage, est que, quand il y a un véritable débat sur la question de l’Euro, ce qui fut le cas en Italie, en Grèce et même aux Pays-Bas, les réticences du public par rapport à une sortie de l’Euro finissent pas tomber. C’est une leçon importante qu’il faut donc avoir à l’esprit. Un débat véritablement démocratique joue contre l’Euro.

L’attractivité non seulement de l’Euro mais aussi de l’Union européenne est en train de s’effacer. La faute en revient aux politiques d’austérité qui ont été mises en œuvres ouvertement pour « sauver » l’Euro, c’est à dire pour résoudre la crise des dettes souveraines. Or, ces politiques ont plongé les pays qui les ont appliquées dans des récessions très profondes[6]. Il faudra que très rapidement les dirigeants des différents pays en prennent acte et soit trouvent des thèmes susceptibles de refonder cette attractivité soit comprennent que l’on ne peut durablement faire vivre des institutions contre la volonté des peuples.

 

La solution fédérale ?

Face à cette situation, on évoque parfois la possibilité de passer à une forme « fédérale » de la zone Euro. Ceci est présenté comme « la » solution à la crise de l’Euro, les autres alternatives étant l’appauvrissement dramatique des pays du « sud » de la zone Euro ou l’éclatement de la dite zone[7]. Certains n’hésitent pas à ajouter qu’elle était déjà en germe dans les imperfections aujourd’hui reconnues de la zone Euro[8]. Le Ministre français de l’économie, Emmanuel Macron, a fait à la fin du mois d’août 2015 des déclarations importantes sur l’Euro dans un journal allemand, le Süddeutsche Zeitung. Il y détaille ses propositions, établies en commun avec le Ministre allemand de l’économie, M. Sygmar Gabriel (SPD). Ces déclarations ont été largement reprises dans l’hebdomadaire français Le Point[9]. Elles ne sont pas nouvelles. Mais, venant après la crise qu’a connue la zone Euro avec la Grèce au début de l’été 2015, elles prennent une signification particulière. En fait, elles reviennent à admettre la nature politique de l’Euro et à indiquer que ce dernier doit être désormais le cadre de la gouvernance économique.

Le discours qui tend à l’instauration d’une structure fédérale au niveau de la zone Euro est en réalité ancien. Il ne se limite d’ailleurs pas aux déclarations des ministres. Michel Aglietta et Nicolas Leron reviennent sur cette idée de « fédéralisme » dans la zone Euro dans un article (en anglais) du 11 septembre 2015[10]. Ils insistent sur ce qu’ils appellent « l’incomplétude » de la zone Euro, dont ils soulignent qu’elle a été mise en évidence par la crise grecque de fin juin et début juillet. Rappelant que la monnaie peut aussi être analysée comme un bien public, ils ajoutent « Un bien public par excellence, une monnaie, ne peut fonctionner sans un lien organique avec le pouvoir politique. Elle requiert un souverain »[11]. Ils insistent plus loin en précisant que l’Euro est incomplet (et ne peut donc pas fonctionner, ce qui engendre des crises à répétitions) parce qu’il ne fait pas référence à une dette sociale commune. Tout ceci est parfaitement exact.

Mais, pour autant, il ne semble pas que ces auteurs aient une réelle compréhension de ce qu’implique la constitution d’une « Fédération Européenne », et en particulier du point de vue des flux de transferts. Par contre, on commence à en percevoir les contraintes, et ceci en particulier dans l’abandon de la souveraineté budgétaire. La volonté de l’Allemagne de soumettre les budgets des autres pays à une décision préalable de Bruxelles va, bien évidemment, dans ce sens[12]. En effet, passer au « fédéralisme » implique que les politiques budgétaires des États membres de la fédération soient contrôlées par le gouvernement « fédéral », en l’occurrence dans la situation actuelle la Commission Européenne. Mais, le « fédéralisme » implique aussi des transferts budgétaires importants, qui existent d’ailleurs dans les États fédéraux, qu’il s’agisse de l’Allemagne, des Etats-Unis, du Brésil ou de la Russie. Le Président russe, Vladimir Poutine, a d’ailleurs parfaitement posé le problème en signalant, que le passage à une monnaie unique entre pays fortement hétérogènes impliquait des flux de transferts élevés[13].

Le total des transferts nets se monterait ainsi à 258 milliards d’euros par an. Ce total n’est cependant pas le total de tous les transferts (d’autres pays ont des besoins), et il n’inclut pas la contribution communautaire (qui est un coût net pour des pays comme l’Allemagne et la France), mais il couvre les besoins nécessaires pour que puisse survivre la zone Euro hors les besoins financiers immédiats, qui impliquent déjà une contribution non négligeable de l’Allemagne et de la France. Quels en seraient les contributeurs ?

La France ne pourrait pas apporter sa contribution, car elle devrait elle aussi financer un effort de rattrapage, de l’ordre de 1,5 % à 2 % de son PIB. Le financement des transferts reposerait donc sur l’Allemagne, la Finlande, l’Autriche et les Pays-Bas. On peut donc penser que l’Allemagne supporterait 90% du financement de la somme de ces transferts nets, soit entre 220 et 232 milliards d’euros par an (équivalent à un total de 2200 à 2320 milliards sur dix ans), soit entre 8% et 9% de son PIB. D’autres estimations[14], réalisées par des chercheurs travaillant pour le système bancaire, donnent des niveaux encore plus élevés, atteignent même 12,7% du PIB. Nous considérons que notre estimation est cependant la plus réaliste. Elle n’en reste pas moins à un niveau impossible à financer pour l’Allemagne, que celle-ci en ait ou non la volonté. Dès lors, on peut comprendre la stratégie de Mme Merkel qui cherche à obtenir un droit de contrôle sur les budgets des autres pays mais qui se refuse à envisager une « union de transferts » qui serait cependant la forme logique que prendrait une structure fédérale pour la zone Euro.

 

 

Il convient donc de tirer toutes les conséquences de ceci : le fédéralisme n’est pas possible et il est sans objet de disserter sur le fait de savoir s’il serait une bonne ou une mauvaise solution. Il ne reste donc que deux possibilités : soit l’appauvrissement rapide des pays du « sud » de la zone Euro, avec les conséquences politiques extrêmement déplaisantes que l’on devine surtout dans le contexte de la crise des réfugiés, et qui pourraient bien aboutir à une remise en cause de l’Union Européenne elle-même, soit la dissolution de la zone euro pour permettre les réajustements nécessaires sans recourir à des transferts massifs et permettre de ce fait de sauver ce qui peut encore l’être dans l’Union européenne.

 

 

[1] http://www.gallup-international.bg/en/Publications/2015/255-International-Survey-on-EU-Prospects

[2] Sapir J. (2012), Faut-il sortir de l’Euro ?, Paris, le Seuil.

[3] voir J. Bibow, (2007), ‘Global Imbalances, Bretton Woods II and Euroland’s Role in All This’, in J. Bibow et A. Terzi (dir.), Euroland and the World Economy: Global Player or Global Drag?, New York (N. Y.), Palgrave Macmillan, 2007

[4] Matsaganis M. et C. Leventi, (2011), « Inequality, Poverty and the Crisis in Greece », ETUI Policy Brief, n° 5, Bruxelles, ETUI.

[5] Kouvelakis S., (2015), « L’Heure de la Rupture », in https://www.ensemble-fdg.org/content/grece-lheure-de-la-rupture

[6] Baum A., Marcos Poplawski-Ribeiro, et Anke Weber, (2012), « Fiscal Multipliers and the State of the Economy », IMF Working papers, WP/12/86, FMI, Washington DC. Blanchard O. et D. Leigh, (2013), « Growth Forecast Errors and Fiscal Multipliers », IMF Working Paper, WP/13/1, FMI, Washington D.C..

[7] Artus P., (2012), Trois possibilités seulement pour la zone euro, NATIXIS, Flash-Économie, n°729, 25 octobre 2012

[8] Aglietta M., (2012), Zone Euro : éclatement ou fédération, Michalon, Paris.

[9] Le plaidoyer de Macron pour un « gouvernement de la zone euro » in Le Point, le 31 août 2015, http://www.lepoint.fr/economie/le-plaidoyer-de-macron-pour-un-gouvernement-de-la-zone-euro-31-08-2015-1960710_28.php

[10] Aglietta M. et Leron Nicolas, The Eurozone: Looking For The Sovereign, not postée le 11 septembre 2015 sur le blog SocialEurope, http://www.socialeurope.eu/2015/09/eurozone-looking-sovereign/

[11]Idem, « A public good par excellence, a currency cannot function without an organic link to political power: it requires a sovereign »

[12] Voir la déclaration faites par Mme Merkel le 7 novembre 2015, les Echos, URL : http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/merkel-veut-des-mesures-ambitieuses-pour-la-zone-euro-82425

[13] Sapir J, (2012), “La diplomatie russe, entre Asie et Euro(pe)”, billet publié sur le carnet Russeurope le 27/10/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/390

[14] Artus P. (2012), « La solidarité avec les autres pays de la zone euro est-elle incompatible avec la stratégie fondamentale de l’Allemagne : rester compétitive au niveau mondial ? La réponse est oui », NATIXIS, Flash-Économie, n°508.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *