Et si le problème de l’industrie c’était… l’Euro ?

Le débat engagé à la suite de la publication, la semaine dernière, du « Rapport Gallois » (rapport de Louis Gallois sur la competitivité) a contribué à porter la lumière sur la situation de l’industrie française. Deux récentes notes de l’INSEE, la première portant sur l’évolution de la production (INSEE-Industrie) et la seconde sur l’évolution des investissements dans l’industrie (INSEE-Invest), confirment que la situation s’est largement dégradée et qu’elle continuera à le faire dans un avenir prévisible. La montée actuelle du chômage en témoigne. De juin 2012 à juin 2013 le chômage devrait s’accroître de 500 000 à 600 000 personnes. Même en admettant que soient crées 100 000 emplois-jeunes sur la période (ce qui me paraît optimiste) nous devrions avoir une hausse minimale de 400 000 chômeurs, pour arriver à 3,4 millions en juin 2013. Cette hausse va continuer, peut-être sur un rythme un peu moins rapide en raison de l’impact progressif du crédit d’impôts décidé par le Premier Ministre, pour la fin de 2013. Les enquêtes de l’INSEE, qui ont été citées, annonçant une chute de l’investissement, et le contexte international (et européen) restant déprimé, il est hautement probable que l’on soit, en incluant la création supplémentaire de 50 000 emplois-jeunes pour le deuxième semestre, aux environs de 3,7 millions de chômeurs au 31 décembre 2013. Pour l’année 2014, le chômage devrait continuer à augmenter, sans doute entre 300 000 et 400 000 personnes, toujours en incluant l’effet positif pour les entreprises du crédit d’impôts, mais en lui soustrayant l’effet dépressif des mesures prises pour financer ce même crédit d’impôts. Ainsi, en incluant les créations d’emplois-jeunes et les effets positifs des mesures annoncées la semaine dernière, on aboutira à un nombre de chômeur qui sera autour de 4 millions. Il faut ajouter que ces calculs sont sous réserve qu’il n’y ait pas de choc exogène supplémentaire, comme il pourrait en survenir en provenance des Etats-Unis si Démocrates et Républicains n’arrivent pas à trouver un accord sur la question de la dette et du budget. D’une manière plus générale, on constate un approfondissement du mouvement de désindustrialisation. Cela aura des conséquences importantes sur la répartition des revenus si rien n’est fait, car un pays désindustrialisé se caractérise par une structure sociale fortement polarisée entre des revenus élevés, mais en petit nombre, et une grande masse de revenus très faibles.

L’évolution de la production industrielle doit alors être regardé de près. À la phase de croissance relativement rapide que l’on a observée de 1994 à 2001 a succédé une phase de croissance bien plus faible jusqu’au début de la crise de 2008. Du point de vue de la production industrielle, il est frappant de constater que nous n’avons pas retrouvé le niveau d’avant la crise de 2008.

Graphique 1

Données INSEE.

Si l’on observe les évolutions de l’industrie manufacturière (hors secteur de l’énergie), on constate bien la présence de 4 phases depuis le début des années 1990. À une phase de forte baisse de la production industrielle, à la suite de la crise latente connues au début des années 1990, a succédé une phase de hausse importante ou la production industrielle a été tirée par les exportations, jusqu’en 2001. Une troisième phase, marquée par une quasi-stagnation de la production, lui a succédé jusqu’en 2008. Avec du recul, c’est à ce moment-là que l’on peut penser due l’industrie française à commencé à « décrocher » par rapport à ses concurrents internationaux. La crise de 2008 a provoqué une forte contraction, ce qui est absolument normal. Cette contraction a été suivie par un mouvement de récupération, mais qui semble s’être arrêté en juillet 2011.

Graphique 2

Données INSEE

L’explication de l’arrêt du mouvement de récupération par rapport aux niveaux d’avant la crise nécessite de regarder l’excédent brut d’exploitation des entreprises et l’investissement. En données mensuelles, on constate en effet que, depuis l’été 2011, la production industrielle décroît de manière assez régulière.

Graphique 3

Données INSEE

Cette décroissance est le résultat d’une demande atone, mais aussi de problèmes de financements qui sont devenus, avec le temps, de plus en plus sérieux dans l’industrie. Ces problèmes ont certainement été aggravés, pour les PME, par l’attitude des banques qui, tout en baissant les taux d’intérêts, pratiquent une restriction du crédit par la quantité. L’excédent brut d’exploitation est présenté ci-dessous à la fois en chiffres nominaux (euros courant) et en chiffres constants (aux prix de 1996). On constate que les deux courbes s’inversent à partir de 2000-2001, soit un tout petit peu avant le ralentissement de la croissance de la production industrielle. L’excédent brut d’exploitation (sur lequel on n’a pas encore les chiffres postérieurs à 2010) décline alors fortement en euros constants et moins vite en euros courants, et ce avant même l’impact de la crise de 2008. En euros constants, on est ainsi revenu en 2007 au niveau de 1996, alors que le périmètre de l’industrie s’est largement accru.

Graphique 4

Données INSEE

Le problème est donc antérieur à la crise, et faire porter sur cette dernière la totalité de la responsabilité de la situation n’est pas honnête. De plus, il faudrait raisonner à fiscalité constante. Or, de 2002 à 2007, toute une série de mesures ont été prises pour défiscaliser certaines des activités industrielles. On sait que sur les 70 milliards d’euros des « niches fiscales » à peu près 50 milliards concernent les entreprises. Si ces mesures n’avaient pas été prises, la chute de l’EBE aurait été encore plus importante. De manière non surprenante, l’évolution des investissements industriels corrobore l’histoire que nous sommes en train de raconter. On constate une chute très forte de 1990 à 1994, suivie d’une reprise jusqu’en 2001. Mais, depuis 2001, l’investissement est reparti tendanciellement à la baisse, avec un petit choc positif en 2008 mais avec des conséquences très négatives de la crise sur 2009 et 2010. Il est actuellement stagnant, voir en légère baisse, comme l’indique le document de l’INSEE cité au début de cette note.

Graphique 5

Données INSEE

En fait, si l’on calcule par période, en corrigeant des variations saisonnières (CVS) on voit que la moyenne des accroissements est le triple sur 1994-2001 de ce qu’elle est sur la période 2001-2008 (nous avons exclu les années de crise pour ne pas fausser les résultats).

Graphique 6

Données INSEE / Calculs du CEMI-EHESS.

Tout converge pour montrer que les problèmes structurels que connaît l’industrie française datent du début des années 2000. Ces problèmes ont été naturellement aggravés par la crise de 2008, dont nous ne sommes visiblement pas sortis. Le « rebond » d’après la crise a été faible en France, justement en raison de ces problèmes structurels. Ces derniers expliquent la contraction actuelle de la production industrielle et la montée du chômage qui en découle. Une comparaison entre les deux phases que nous avons notées est à cet égard particulièrement instructive.

Graphique 7

CEMI-EHESS à partir des données INSEE

On a ramené à des périodes temporelles identiques la production de l’industrie manufacturière, afin de comparer les évolutions sur 1994-2001 et 2001-2008. Le calcul du Trend obtenu par une simple régression linéaire sur la base-temps montre que la pente est 9 fois plus forte pour la période T1 (1994-2001) que pour la période T2 (2001-2008). La période T2 montre par ailleurs des fluctuations nettement plus importantes, ce qui se mesurent par l’écart à la droite d’ajustement (le coefficient R2).

L’identification des facteurs aboutit à isoler la mise en place de l’Euro comme le responsable principal de l’affaiblissement de la production industrielle, que ce soit à cause des problèmes de concurrence à l’intérieur de la zone Euro (qui vont apparaître progressivement avec l’écart sur les coûts salariaux entre la France et l’Allemagne) ou à cause des problèmes de concurrence extérieure à la zone Euro (avec la hausse du taux de change par rapport au Dollar à partir de 2002-2003). L’Euro est donc LE problème. Un problème que l’on a tenté de masquer par des mesures fiscales depuis 2002, mais qui finit toujours par revenir en force. De ce point de vue, le Rapport Gallois ne fait que perpétuer cette logique, puisqu’il propose un choc d’ajustement fiscal pour compenser les pertes de compétitivité et la réduction de l’EBE, qui sont consécutives à l’Euro. Remarquons que si les mesures proposées étaient appliquées, elles ne pourraient avoir qu’un effet limité dans le temps. Il faudrait, d’ici 6 à 8 ans, procéder à un nouveau choc fiscal. La seule solution qui soit réellement efficace pour sauver l’industrie française est donc une dissolution de la zone Euro et une dévaluation importante, de manière à garantir que l’inflation ainsi causée n’efface pas les effets positifs de cette dévaluation. En l’état actuel, il faudrait penser à une dévaluation d’au moins 25%, en sachant que plus on retardera la décision plus le montant de la dévaluation devra être important. Gageons ici que M. Louis Gallois le sait pertinemment…

Le gouvernement va être confronté à ce qu’il ressent comme un choix cornélien, entre l’Euro et l’emploi, car la monnaie unique apparaît comme le principal ennemi du plein-emploi.

Citation

Jacques Sapir, “Et si le problème de l’industrie c’était… l’Euro ?”, billet publié sur le carnet Russeurope le 13/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/472

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *