Les « Chroniques de Jacques Sapir »

Les Chroniques de Jacques Sapir sur Radio-Sputnik que j’anime deux fois par semaine sont en train d’atteindre leur rythme de croisière. Elle m’ont permis de donner la parole à de nombreux invités.  Ces émissions sont réalisées en collaboration avec Clément Détry (qui a fait tout le travail de préparation de l’émission et que je salue ici). La diffusion de ces chroniques (2 fois 26 minutes par semaine) se fait désormais tous les mardi et jeudi après midi sur 93.1 vers 17h30-18h. Ces émissions sont par la suite rediffusées. Ces chroniques seront bientôt accessible dans les villes de province (Lyon, Marseille, Bordeaux, Strasbourg, etc…) mais aussi, d’ici deux mois en Algérie et dans les pays du Maghreb. Toutes ces émissions peuvent être (et pourront être) réécoutées en podcast à l’adresse suivante : https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/

 

  1. La première émission concernait les prix du pétrole.

Elle m’a permis d’accueillir le journaliste économique Philippe Béchade (La Bourse au quotidien) et le consultant financier Nicolas Meilhan (Frost & Sullivan). La discussion a porté sur la baisse des prix du pétrole, de ses causes et de ses différents effets structurels et conjoncturels (gel de certains projets off-shore profonds ou dans l’Arctique, fragilité des extracteurs d’huile de schiste aux Etats-Unis, financiarisation du marché…). Nous avons expliqué pourquoi cette baisse était temporaire, et pourquoi existaient des raisons sérieuses de penser que l’on assisterait bientôt, sans doute vers la fin du printemps, à une hausse significative du prix du baril de pétrole.

L’offre et la demande n’expliquent donc pas tout. La demande mondiale s’est certes légèrement tassée, mais les causes profondes de la baisse du prix du pétrole sont autres. Dans le cours de ma chronique, j’ai expliqué : « On a vu que l’écart entre l’offre et la demande s’était très largement ouvert dès 2012-2013 sans qu’il y ait d’impact sur les prix. Ce qui conduit toute une série d’économistes à se dire que, peut-être, ce rapport entre l’offre et la demande n’est pas la véritable cause des mouvements de prix. Le pétrole, depuis plusieurs années, est devenu un actif financier comme un autre. […] L’une des conséquences de la crise financière que nous avons connue de 2007 à 2010 a été d’accélérer ce mouvement de financiarisation des matières premières. »

Mais, la baisse des prix auquel on a assisté depuis ces derniers mois a d’autres conséquences. Les petites compagnies américaines ont largement développé leurs activités à crédit. Comme l’a rappelé Nicolas Meilhan, « la situation [de dette accumulée] que l’on a […] dans l’industrie pétrolière mondiale a été créée par les différents assouplissements monétaires aux Etats-Unis à partir de 2009, qui ont créé […] beaucoup d’argent gratuit à investir. Ces assouplissements ont un effet inflateur sur les actifs. […] Cette politique monétaire a fait bien sûr baisser le dollar. A l’arrêt de cette politique monétaire […] en juin 2014, […] le dollar s’est considérablement renforcé. Vous constatez une corrélation très forte entre la valeur du dollar par rapport aux autres monnaies et le prix du pétrole. »

Le ralentissement de la croissance chinoise, contrairement à ce que suggèrent actuellement de nombreux articles de presse économique, n’a pas les effets escomptés. Dans la partie « chronique » de l’émission j’ai déclaré que ce ralentissement : « (…) n’a pas un impact aussi important qu’on veut bien le dire sur la question des hydrocarbures pour une raison très simple : […] le gouvernement chinois a bien compris l’impossibilité de tenir le type de mélange en énergie qu’il utilise aujourd’hui. […] Progressivement, mais de manière extrêmement importante, il va réduire, dans les années qui viennent, la part du charbon. Ce qui va ouvrir une opportunité pour le développement des hydrocarbures, ce qui est déjà acté par toute une série de contrats […] avec la Russie. » La discussion en studio s’est ensuite tournée vers le pétrole de schiste et des sables bitumineux en Amérique du nord, qui « sont devant une crise extrêmement grave » selon Jacques Sapir. Philippe Béchade précise qu' »aujourd’hui, toutes les opérations au Canada sur le pétrole de sables bitumineux sont abandonnées par Total. La plupart des groupes pétroliers sont en train également de se désengager puisque, quand on compte le chauffage nécessaire à la récupération de l’huile des sables de l’Alberta, on arrive à un prix de revient de plus de 100 dollars, auquel il faut ajouter le coût de transport… On a donc des pans entiers de l’industrie pétrolière qui risquent de disparaître« .

Dans le cas de la Russie, j’ai expliqué que les projets d’extraction coûteux actuellement non rentables. Mais, ces projets devront cependant être développés un jour ou l’autre : « Il va y avoir des retards sur le développement du projet Chtokman et sur le développement du pétrole dans le grand nord mais il se fera […] parce qu’il est d’une certaine manière évident que la demande de pétrole ne va pas baisser […] et que toute une série de gisements qui étaient faciles d’accès vont arriver à épuisement. » Le débat en studio a été suivi du magazine de Clément Detry dans lequel il a interviewé Dmitri Kouvaline, directeur adjoint de l’Institut de prévision économique de l’Académie des sciences russe (IPEN-ASR) et Dominique Fache, ex-président des compagnies Enel et Schlumberger en Russie et administrateur de la fondation Sophia Antipolis.

Vous pouvez retrouver l’émission sur :

http://fr.sputniknews.com/multimedia/20160220/1021962206/petrole-prix.html?utm_source=short_direct&utm_medium=short_url&utm_content=aFyC&utm_campaign=URL_shortening

La deuxième émission a été consacrée à « Pourquoi un plan anti-crise en Russie » ?

Cette émission, diffusée le mardi 8 mars et le jeudi 10 mars s’est intéressée à la fois à la politique économique mise en place par le gouvernement russe, politique sur laquelle il y a beaucoup de choses à dire, ce que je n’ai pas manqué de faire dans la partie « chronique » et en particulier sur le volet « financier » de cette politique, mais aussi sur la situation réelle de l’économie russe. Cette économie connaît des transformations importantes aujourd’hui, que ce soit dans le domaine industriel (et il faut écouter l’interview réalisée avec un entrepreneur français, spécialistes des « starts-up » qui a décidé de s’installer en Russie) mais aussi dans le secteur de l’agro-alimentaire, ou le directeur de l’une des « Académies agricoles » (équivalent en France de l’INRA) décrit la situation extrêmement intéressante de l’agriculture russe aujourd’hui. De même, la position des firmes étrangères, qui sont amenées à augmenter la part de leur production en Russie du fait de la baisse du rouble, est bien expliquée par Madame Tatiana Paramonova, ancienne responsable de la Banque Centrale et qui travaille aujourd’hui avec la firme allemande de médicament « Stada ».

On peut retrouver cette émission à l’adresse suivante :

https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201603091023219596-russie-plan-anti-crise/

III. La troisième émission sera consacrée aux « Primaires républicaines et démocrates: l’économie américaine en débat ».

Cette émission a été diffusée dans la semaine du 8 au 10 mars. Dans cette émission sont intervenus des économistes américains (MM. Scott et Baker), un juriste spécialisé dans la question de la défense des personnes expulsées de leur logement lors de la crise des « subprimes », mais aussi, pour des considération plus politiques, mon ami Djordje Kuzmanovic de la direction nationale du Parti de Gauche, qui a répondu à mes questions sur la dimension populistes des candidatures Sanders et Trump.

Vous pouvez retrouver le podcast à l’adresse suivante : https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201603101023240700-economie-americaine-primaires-republicaines-democrates-debat/

VI. La quatrième émission sera consacrée à la « crise agricole et aux agricultures alternatives ».

Dans cette émission je recevrai un dirigeant du syndicat agricole MODEF (Mouvement de Défense des Exploitations Familiales) qui nous parlera des causes structurelles de la crise de ce secteur, et du problème de l’épuisement des sols. Je recevrai aussi un exploitant, éleveur de bovins, qui nous parlera de la détresse des agriculteurs et des éleveurs, et divers autres invités qui insisteront sur les responsabilité de l’Union européenne dans cette crise.

V. La cinquième émission aura pour sujet « attention BREXIT ».

Elle s’attachera aux possibles conséquences économiques du « Brexit », soit de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Dans cette émission je recevrai des responsables politiques, comme Dominique Jamet (de Debout la France) et des universitaires comme John Laughland. Ils permettront de mieux cerner les possibilités d’un « Brexit » à la suite du référendum qui doit se tenir au mois de juin prochain. Dans le même temps, avec d’autres invités, je reviendrai sur les conséquences économiques possibles de ce « Brexit ».

V. La sixième émission portera sur la loi « El Khomri » et aura pour titre « Vers un démantèlement du droit du travail ? ».

Cette émission, ou je recevrai des avocats spécialisés sur les questions du droit du travail (MM. Van der Vlist et Lempereur) sera une bonne occasion de dresser le tableau complet des implications possibles de cette loi, que l’on abordera et d’un point de vue macroéconomique, et d’un point de vue microéconomique.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *