L’armée française, l’URSS et la Pologne

Vidal G., Une alliance improbable – L’armée française et la Russie soviétique 1917-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 307p.

 

Le livre de Georges Vidal explore un terrain jusqu’ici resté largement méconnu ; celui des relations de l’armée française avec la Russie soviétique et l’URSS. Le thème est important pour les historiens, tant ceux qui travaillent sur les relations internationales (et qui se posent donc la question des relations militaires entre la France et l’URSS) que ceux qui travaillent sur l’institution militaire française dans les années 1920 et 1930. L’apport de cet ouvrage tient aux sources aux sources utilisées. Vidal utilise largement les rapports des renseignements militaires, du 2ème bureau (qui collationne les rapports réalisés par les autres pays sur l’URSS), de l’Etat-Major, mais il exploite aussi, et ce fond a été quasiment ignoré jusqu’à lui, les rapports des attachés militaires français en URSS et des officiers stagiaires dans l’Armée Rouge. Ce fond, assez systématiquement exploité, fait une bonne partie de l’intérêt du livre. Par ailleurs, Vidal utilise assez systématiquement le journal quotidien de l’armée français La France Militaire, qui contient de très nombreux articles et des débats feutrés mais importants sur l’évaluation du rôle stratégique de l’URSS et le potentiel de l’Armée Rouge.

Ce sont ces différentes sources, et leur combinaison, qui donnent à cet ouvrage une base documentaire tout à fait exceptionnelle et renouvellent en partie notre compréhension de certains problèmes. Elles permettent de relativiser l’image d’une armée française confite dans l’anticommunisme tout comme ces sources conduisent à relativiser l’idée d’une « alliance » inévitable contre l’Allemagne entre la France et l’URSS. De ce point de vue, le livre de Georges Vidal, par la clarté de l’analyse et par l’exhaustivité de ses sources, apparaît comme une référence majeure sur cette question. Il fera incontestablement date.

 

L’Armée Rouge dans les yeux des militaires français

Le livre s’organise en trois parties. La première porte sur la « perception du monde soviétique ». Relativement courte, elle dresse un état des lieux des représentations de la Russie soviétique dans l’armée française. Que l’institution militaire ait été anticommuniste et même, pour utiliser le vocabulaire de l’époque « antibolchévique » est une évidence. Pourtant, l’image de « l’ennemi intérieur » que trainait tant le PCF que le Komintern ne fut jamais complètement déterminante. C’est un point à souligner. Certains, parmi les responsables militaires, ont clairement fait la distinction entre leur opposition politique à l’URSS et l’analyse qu’ils pouvaient avoir du potentiel militaire de ce même pays. Sur ce point particulier, il convient ici de rappeler que l’auteur a consacré un précédent ouvrage à cette question[1]. Non que les militaires aient été entièrement immunisés contre les stéréotypes de l’époque, ou les stéréotypes culturels concernant la Russie. On retrouve le fameux « caractère asiatique » des russes comme explication saturante quand on ne veut plus comprendre. Mais, l’institution militaire a été semble-t-il moins touchée que d’autres corps (le Quai d’Orsay en particulier) par ces stéréotypes.

Par réalisme, certains des membres de la Mission Militaire Française en Russie (comme le général Lavergne[2] mais aussi le général Niessel) ont même cherché à appuyer le gouvernement bolchévique au printemps de 1918. Les membres de la MMF ont fait preuve d’un robuste bon sens dans l’évaluation des forces des uns et des autres au début de la Guerre Civile. Le passage sur l’ébauche d’une coopération entre Trotski et la MMF en témoigne[3].

De même, l’évolution économique de l’URSS, l’impact de l’industrialisation (mais aussi de la catastrophique collectivisation des campagnes), est relativement bien saisie par les différentes sources militaires. Ceci tend à se renforcer avec la montée en puissance des attachés militaires (qui peuvent se déplacer dans le pays) et des officiers stagiaires. Bien entendu, des divergences sensibles se font jour aussi au sein de l’institution. Le 2ème bureau aura toujours une vision plus négative de l’URSS (et de l’Armée Rouge), que ce soit sur ses capacités ou sur son potentiel, que les attachés militaires. Au sein de l’Etat-Major, on voit s’affronter très clairement deux sensibilités sur le rapport à la Russie. Il y a bien une « ligne Pétain » très opposée à toute alliance face à une « ligne Weygand » qui apparaît comme plus ouverte.

 

Que vaut l’Armée Rouge ?

La seconde partie de l’ouvrage porte justement sur l’analyse du potentiel militaire de l’URSS. Les militaires français prennent rapidement conscience du renforcement général du régime soviétique et la construction d’un instrument militaire, qui est perçu cependant comme essentiellement défensif. Au moins jusqu’au début des années 1930 il y a un consensus sur le fait que si l’URSS a bien des capacités défensives plus ou moins importantes, elle n’a aucune capacité de « projection de forces » hors de ses frontières, pour utiliser un terme moderne.

Cette vision va cependant s’affiner et évoluer à partir des années 1933-1935, c’est à dire quand des attachés militaires seront en poste à Moscou, et quand, progressivement, des stagiaires, officiers français envoyés en URSS et officiers soviétiques accueillis en France, vont permettre un développement des échanges. Les attachés militaires sont sensibles à la montée en puissance de l’Armée Rouge et à sa professionnalisation progressive, de 1935 à 1937. Les rapports de ces attachés sont de meilleure qualité que ceux du 2ème bureau. Ils ont très souvent une vision plus juste des qualités (et des défauts) de l’équipement de l’Armée Rouge et de ses hommes. On peut cependant ici regretter que, compte tenu de l’importance de la question du potentiel militaire par rapport au sujet du livre, l’auteur n’ait pas présenté plus systématiquement, sous la forme de tableaux, la comparaison entre les évaluations du 2ème bureau, celles réalisées par les attachés militaires, et la réalité, telle qu’elle est aujourd’hui connue[4].

 

Tableau 1

Productions d’armes par catégorie en URSS dans le 2ème Plan quinquennal

  1933 1934 1935 1936
Canons 1797 5164 4895 6923
Fusils 241000 319000 220000 442000
Mitrailleuses 32700 29500 29789 34496
Chars et canons automoteurs 3640 3440 3061 3989
Avions 3493 3655 1516* 3154

Source : Samuelson L., Plans for Stalin’s War Mchine – Tukhachevskii and Military-Economic Planning, 1926-1941, Macmillan, Basingstoke, 2000 ; tableau 7.8., p. 182.

* La chute de la production est liée à l’introduction de nouveaux modèles plus performants comme les chasseurs I-15, I-16 ou le bombardier SB-2.

 

Il est cependant très intéressant de noter qu’une certaine sous-estimation des capacités de l’Armée Rouge est venue non pas d’un filtre « idéologique » mais du filtre « doctrinal » des militaires français. Ainsi, le rôle potentiel des grandes unités blindées, des unités parachutistes, est-il minoré car des unités de ce type ne peuvent trouver leur place dans la doctrine militaire française de l’époque. Inversement, les militaires français plus novateurs (comme le général Loizeau ou le colonel de Gaulle) apprécient plus justement ce potentiel, en raison de leurs options doctrinales. Ce point est important, et on peut ici encore regretter qu’il ne soit pas plus systématiquement traité. Une armée ne peut évaluer une autre armée que du point de vue de sa doctrine. Ici, le retard, et même le recul doctrinal de l’armée française, va probablement lui interdire d’évaluer à sa juste valeur le potentiel de l’Armée Rouge. Vidal mentionne, dans son introduction, plusieurs livres sur ce point[5]. Il est dommage qu’il n’est pas cherché à approfondir ce qu’apportaient ses sources, soit le rôle du conflit doctrinal latent au sein de l’armée française dans la capacité à évaluer la nouvelle doctrine de l’Armée Rouge sur les « opérations en profondeur », qui s’était constituée de 1929 à 1935[6].

Le rôle des purges sur l’Armée Rouge est cependant minimisé par les attachés militaires. Ceux-ci, comme d’ailleurs les attachés militaires des Etats-Unis et d’autres pays, ont tendance à considérer que les purges ont « renforcé » l’Armée Rouge. Mais, certains rapports analysent bien le problème de l’encadrement, pris entre la peur de nouvelles dénonciations et le manque d’expérience d’officiers trop vite promus. En fait, on retrouve sur ce point la dichotomie entre les analyses du 2ème bureau et celles des attachés militaires, le 2ème bureau ayant une vue beaucoup plus pessimiste et évoquant un possible « effondrement » de l’Armée Rouge, point de vue qui n’est pas partagé par les attachés militaires. L’analyse qui est donc faite par ces derniers est celle d’une baisse passagère dans les capacités opérationnelles de l’Armée Rouge, mais ne va pas au-delà. Ici encore, il eut été intéressant de confronter ce « ressenti » des officiers français à ce que l’on sait sur l’impact de ces purges.

 

L’URSS dans la perspective stratégique de l’affrontement avec l’Allemagne

Il semble cependant, et c’est là l’un des apports de cet ouvrage, que les préjugés idéologiques, qui ont certainement existé et en particulier au sein du 2ème bureau, ont pesé moins lourd que le poids de l’alliance polonaise qui, visiblement, a un effet structurant sur les conceptions des militaires par rapport à la Russie. Le rôle potentiel de l’URSS, mais aussi celui de la Tchécoslovaquie, est constamment relativisé à l’aune de cette alliance avec la Pologne, dont pourtant un certain nombre d’officiers supérieurs se méfient au point de considérer leurs choix politiques comme dictés par la passion et non par la raison. L’attaché militaire, le colonel Mendras, écrit ainsi dans son compte rendu mensuel d’octobre 1934 : « Mais, aujourd’hui l’élément décisif c’est l’attitude de la Pologne du fait de sa position géographique. Ses actuels dirigeants le savent bien et ils en jouent hardiment avec ce goût congénital de l’intrigue et des combinaisons à double fond, que leur passé de conspirateurs n’a pu que développer. Je doute que jamais nous puissions compter sur eux »[7]. Il convient aussi de se souvenir que dans les années 1934-1939, les dirigeants polonais adoptèrent une politique véritablement suicidaire vis-à-vis de l’Allemagne, allant jusqu’à soutenir Hitler dans son projet de démembrement de la Tchécoslovaquie.

Et pourtant, la décision politique est prise, et cela apparaît comme définitivement en 1935, de centrer la politique de défense de la France à l’est de l’Allemagne sur la Pologne[8]. La justification de cette politique se veut géographique. L’URSS n’a pas de frontière commune à l’époque avec l’Allemagne. Mais, en cantonnant le rôle de l’URSS à celui, au mieux, de « neutralité bienveillante », voire en oubliant tout simplement son rôle potentiel dans l’équilibre des forces européennes, l’armée française, sous l’influence de Pétain, prend une trajectoire aux conséquences dramatiques. Cette trajectoire a de nombreux partisans et en particulier au 2ème bureau mais aussi dans une partie de l’Etat-Major. C’est elle qui a entraîné une incapacité à voir le potentiel militaire réel de la Russie et non le filtre « idéologique » ou encore l’analyse des conséquences des purges. Georges Vidal montre bien que le tournant décisif, à cet égard, date de 1935, soit de deux ans avant les purges.

Certes, la logique de prudence a voulu que des contacts relativement étroits entre l’armée française et l’Armée Rouge soient maintenus. Mais, ils ne semblent jamais – à l’exception de certaines individualités comme Palasse, le général Loizeau, le colonel de Gaulle – avoir eu la possibilité de se concrétiser dans une véritable logique d’alliance. Les événements de 1939 vont être la tragique démonstration de cet aveuglement. Quand l’Etat-Major cherche un appui contre la politique agressive de l’Allemagne et se tourne vers l’URSS, il est bien tard, et probablement trop tard. Le basculement du pouvoir soviétique vers le pacte germano-soviétique, basculement que Vidal date de la période entre le 14 et le 17 août, est le produit de cette erreur de perspective et de cette croyance profonde en un rôle stabilisateur de la Pologne qui continue d’imprégner l’Etat-Major et surtout le Quai d’Orsay. Les dirigeants soviétiques ne font plus confiance en la France qui s’avère incapable de faire des choix clairs et de mettre les dirigeants polonais face à leurs responsabilités. Les différentes notes dans les archives de l’Etat-Major sont assez explicites sur ce point. L’armée française, mais aussi sa diplomatie, se sont nourries d’illusions de 1934 à 1939 et la France l’a payé au prix fort en mai 1940. La défaite de mai-juin surprendra d’ailleurs les dirigeants soviétiques, et elle aura des conséquences importantes quant à leur prise de conscience des limites du pacte Germano-Soviétique[9].

 

Notes

[1] Vidal G., L’armée français et l’ennemi intérieur (1917-1939). Enjeux stratégiques et culture politique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 260p.

[2] Voir p. 30.

[3] Voir p. 32.

[4] Des ouvrages en anglais traitent de cette question comme : Samuelson L., Plans for Stalin’s War Mchine – Tukhachevskii and Military-Economic Planning, 1926-1941, Macmillan, Basingstoke, 2000 et Harrison M. et Davies R. W. (1997), « The Soviet Military-economic Effort during the Second Five-year plan (1933-1937) », in Euro-Asian Studies, 1997, n°3.

[5] Dont, mon ouvrage de 1996, Sapir J., La Mandchourie Oubliée – Grandeur et démesure de l’Art de la Guerre soviétique, Éditions du Rocher, Paris-Monaco, mai 1996 (republié chez le même éditeur en 2016).

[6] Sapir J., “Les origines soviétiques du concept de révolution dans les affaires militaires” in L’Armement , NS, n°51, mars 1996, pp. 143-150 ; voir aussi : « L’histoire militaire comme instrument de légitimation dans la pensée militaire soviétique », in Cahiers du Centre d’Études d’Histoire de la Défense, n°16, pp. 38-56.

[7] Voir p. 219.

[8] Voir pp. 223-224.

[9] Sapir J., « La défaite française de 1940 vue par les soviétiques » in Cahiers du CEHD, n°23, « Nouvelle histoire bataille (II) », pp. 273-281.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *