Mélenchon, les institutions et la souveraineté

La montée en puissance de Jean-Luc Mélenchon dans différents sondages est l’indice d’une évolution de l’opinion. Plusieurs de ces derniers le donnent faisant jeu égal avec le Président en exercice, François Hollande, voire le dépassant dans certains. Bien sûr, tout ceci n’est qu’indices. On sait trop la fragilité de ces sondages à 11 mois de l’élection. Mais, ces indices sont concordant avec la chute de la popularité du Président qui le met à un niveau jamais atteint sous la Vème République et qui le contraint a accepter le principe d’une primaire, geste inouï, et pour tout dire humiliant, pour un président en exercice. La possibilité qu’au premier tour de l’élection présidentielle de 2017, Mélenchon dépasse Hollande est désormais à envisager. Ceci constituerait un événement majeur dont les conséquences à court et à long terme seraient considérables. D’ores et déjà cette possibilité neutralise l’argument du « vote utile » pour le candidat du P « S », voire le fait jouer en faveur de Mélenchon.

Bien entendu, Mélenchon attire la haine des « socialistes de gouvernement » (deux mensonges pour le prix d’un car ils ne sont ni socialistes ni capables de gouverner), de leurs alliés et de leurs supplétifs, comme le paratonnerre attire la foudre. Le vomi s’étale dans les colonnes de l’Obs, normalisé comme le fut Prague après 1968, ou de sa succursale pour bobo startupisés, Challenges. De même, l’attaque haineuse de Cohn-Bendit, qui peut être parfois drôle et plus rarement pertinent, est révélatrice de la panique qui saisit le camp des biens pensants. L’important est ailleurs. Mélenchon doit faire face à ses propres contradictions. Il a, peut-être, rendez-vous avec l’histoire. La manière dont il fera face à ses contradictions sera décisive pour déterminer si sa montée dans les sondages est appelée à s’amplifier ou si elle ne fait que traduire un instant particulier.

 

Les attentes aujourd’hui

Il faut rappeler les données du problème. En décembre dernier, aux élections régionales, on avait pu constater l’échec du Front de Gauche et même le délitement de ce Front. Entre les partisans de Mélenchon et la direction du PCF, rien n’allait plus. Mélenchon courrait le risque de se voir enfermer dans la mécanique d’une « primaire » dont l’objectif, évident, était de faire place nette à une candidature de François Hollande tout en permettant au PCF de se trouver un prétexte pour se rallier, sous couvert de démocratie mais en réalité à des fins purement alimentaires.

La décision de Jean-Luc Mélenchon de renverser la table de l’ignoble festin que l’on préparait dans les arrières cuisines où se mijote la soupe politicienne a été salutaire. On l’a signalée et applaudie dans ce carnet[1]. Cette décision a mis au jour les divisions tant au sein du PCF que dans la gauche « socialiste ». Les ralliements à la démarche de Mélenchon furent nombreux et significatifs. Cette décision correspondait aussi à la logique intime des institutions. Tel n’était pas le moins surprenant des constats que l’on pouvait faire. Par son geste, il se donnait un personnage gaullien. Pour qui prétend vouloir abolir la « monarchie présidentielle », ce n’est pas un petit paradoxe.

La candidature de Mélenchon réintroduisait alors un élément de politique charismatique, ce qui correspondait aux attentes d’une partie des électeurs dans la situation actuelle, dont j’ai écrit qu’elle correspondait à un « moment souverainiste ». Ce moment, dont l’état d’urgence fut un symbole, implique une action « exceptionnelle ». C’est cela qui en fait un « moment souverainiste » car est souverain qui décide de et dans la situation exceptionnelle[2]. Et, ce cheval du souverainisme, Mélenchon l’a enfourché. Que l’on réécoute ses déclarations lors de l’émission Des paroles et des actes pour s’en convaincre.

Aujourd’hui, alors que la France s’enfonce dans la crise politique et que le gouvernement s’entête à vouloir imposer une politique minoritaire, Mélenchon apparaît celui qui, à gauche, est le mieux placé pour répondre aux attentes issues de la situation.

 

Crise politique et moment souverainiste

Car, jamais depuis des dizaines d’années, la situation n’a été aussi pesante et aussi grave. Le choc des attentats de novembre ne s’est pas dissipé. La tuerie de Magnanville est là pour nous le rappeler. Mais, à ce choc est venu s’ajouter un mouvement social de grande ampleur. Le rejet, majoritaire dans la population, de la loi El Khomri, n’a d‘égale que l’obstination du gouvernement à imposer cette loi inique, dont chacun sait qu’elle correspond à un projet étranger, issu de l’Union européenne. Cette loi n’est que la traduction dans le droit français de mesures inspirées et appliquées hors de nos frontières. Et le fait qu’aujourd’hui chaque événement social mette en évidence la question de la souveraineté nous confirme que nous sommes toujours dans ce moment souverainiste que j’ai décrit dans un récent livre[3].

Le point qui doit retenir notre attention est qu’en maintenant ce projet de loi envers et contre l’opposition de la majorité de la population, ce gouvernement prend la décision consciente de diviser gravement le pays, de dresser les français contre l’Etat, d’opposer les travailleurs aux forces de l’ordre alors que face à la menace terroriste l’unité de la Nation est plus que jamais nécessaire. A cet égard, les tentatives du pouvoir de faire interdire les prochaines manifestations contre la loi El Khomri prennent la dimension d’une tragique provocation. On ne sait alors ce qu’il convient de plus stigmatiser : l’irresponsabilité d’une politique dont les conséquences peuvent à tout moment se révéler criminelles ou un gouvernement « hors sol » qui agit, dans les faits, comme un agent de l’étranger.

Il n’est donc pas surprenant que les côtes de popularité du Président comme du Premier-ministre atteignent aujourd’hui les abysses et les sondeurs seront bientôt contraints d’user de bathyscaphes. Et il n’est pas non plus surprenant que la panique gagne cette équipe gouvernementale dont les plus intelligents comprennent ce qui les attend. Ce qui se prépare n’est pas seulement une défaite électorale majeure. C’est une délégitimation radicale dont la logique ultime sera un éclatement du P « S ». François Hollande se voulait l’héritier de Mitterrand ; il n’est que la pale copie de Guy Mollet. Mitterrand avait fondé le P « S » et Hollande (certes bien aidé par Manuel Valls) en est en réalité le fossoyeur. Le P « S » sera renvoyé aux enfers politiques comme le fut en son temps la SFIO agonisante.

 

Manœuvres et basse politique

Les tentatives de manœuvres politiciennes auxquelles se livre ce gouvernement aux abois sont à la mesure de sa myopie et de son incompétence. Après avoir tenté de susciter des candidatures de division pour affaiblir Jean-Luc Mélenchon, il en est réduit à espérer celle de Nicolas Hulot. Il est vrai que ce dernier pourrait rassembler sur son nom une bonne part du vote écologique, déçu par ce gouvernement et écoeurés par le comportement des dirigeants d’EELV qui sont passés du statut de Verts à celui de politiciens blettes sans jamais être murs. Mais il est vrai aussi qu’une campagne l’obligerait à faire la lumière sur certaines de ces sources de financement. Il n’est pas dit qu’il prenne, en fin de compte, plus de voix à Mélenchon qu’à Hollande.

L’épisode Macron se termine. La bulle se dégonfle, ce qui est bien le moins pour un ancien banquier d‘affaires. Le personnage se voyait en capitaine et se révèle incapable de résister à un œuf. Il se croyait taillé dans le fer de l’armure de Jeanne d’Arc, dont il tenta sans vergogne de capter l’héritage, et il n’est en réalité qu’une rose fleur éphémère, morte au matin. La confusion entre les deux en dit long sur l’intelligence de son parrain politique, le secrétaire général de l’Elysée.

Mais, la dernière en date de ces manœuvres est bien le ralliement de François Hollande au principe de la Primaire. L’habileté n’est que d’apparence. Assurément, il se donne une image « démocratique » que démentent tous ses gestes politiques. Assurément, il oblige ses adversaires de la « gauche » du P « S » à se démasquer et à devoir, le cas échéant, le soutenir un fois désigné. C’est en fait la même manœuvre qui avait été tentée contre Mélenchon et que l’on recycle cette fois contre Arnaud Montebourg et quelques autres.

On le voit, rien n’est digne, rien n’est à la hauteur des enjeux, rien ne montre que l’on ait compris les dangers de la situation actuelle. C’est malin mais ce n’est pas intelligent. Hollande doit se comporter en Président et il réagit en premier secrétaire. Cela dit tout de l’inaptitude de l’homme.

 

Mélenchon au pied du mur

Mélenchon peut-il se hisser à la hauteur de ces mêmes enjeux ? Deux questions seront ici décisives. La première est bien entendu la question des institutions. Que la question se pose est une évidence, et il faut savoir gré à Mélenchon de le dire et d’en faire un point important de sa campagne. Les différentes réformes constitutionnelles de ces vingt dernières années ont déséquilibré la Vème République. L’introduction en son sein de dispositifs issus de l’Union européenne, parce qu’ils sont attentatoires à la souveraineté, en affaiblit gravement la légitimité. L’écriture d’une nouvelle Constitution s’impose. Mais, il n’est pas sur que les propositions portées par Mélenchon apportent de véritables remèdes aux maux dont nous souffrons. Proposer l’élection d’une Assemblée Constituante au milieu de la crise que nous connaissons n’a de sens que si cette assemblée concentre entre ses mains tous les pouvoirs sur la base d’une déclaration de nullité de la Constitution actuelle. Le modèle, il faut le dire clairement, c’est celui de la Révolution, c’est 1793. Peut-être en sommes nous là. Mais alors, dire comme l’a fait Mélenchon : «Je voudrais être le dernier président de la Ve République et rentrer chez moi sitôt qu’une Assemblée constituante, élue pour changer de fond en comble la Constitution, ait aboli la monarchie présidentielle et restauré le pouvoir de l’initiative populaire » n’a pas de sens.

Des décisions lourdes de conséquences devront être prises, sur l’Euro, sur l’Union européenne mais aussi concernant notre position dans les relations internationales. Il faut tirer toutes les conclusions du constat du « moment souverainiste » que nous vivons actuellement.

Il faudra donc le faire en même temps que l’on réécrira la Constitution. Croire que la personne qui aura mis en branle cette révolution, car pour le coup cela en sera une, puisse s’en retourner chez elle paisiblement est un rêve. Ce qui attend Mélenchon n’est pas le sort de Cincinnatus mais celui des héros des Dieux ont soif d’Anatole France. Ou alors, il doit rester dans le cadre de ce qu’il appelle la «monarchie présidentielle », quitte à user de l’ensemble des dispositifs exceptionnels pour mettre en œuvre les réformes qui s’imposent.

Admettons alors que Mélenchon comprenne et assume ce que serait alors son destin, est-il bien entouré pour l’accomplir ? On constate tous les jours que les autres responsables du Parti de Gauche ne tiennent pas, et en particulier sur la souveraineté, le même discours que lui. Ce ne serait certes pas la première fois qu’un dirigeant se trouve ainsi en décalage avec ses troupes. Mais, le problème posé est de savoir comment se résout ce décalage. Le dirigeant se plie-t-il à la volonté de ses troupes ou, ouvrant le jeu des alliances, élargit-il sa base de légitimité. Autrement dit, la posture adoptée par Mélenchon et sa stratégie affichée sont contradictoires avec le sectarisme qui caractérise sur bien des points le Parti de Gauche et, dans une moindre mesure, Mélenchon lui même. La question se pose donc de savoir s’il est capable de faire l’équivalent du discours de la « main tendue » prononcé par Maurice Thorez en 1936 et où le dirigeant communiste s’adressait non seulement aux catholiques mais aussi aux « volontaires nationaux », c’est à dire aux militants et sympathisants des Croix de Feu[4].

 

Souveraineté, démocratie, laïcité

On doit le rappeler, nous vivons aujourd’hui une situation grave, car le cœur même de nos institutions est mis en cause, une situation dangereuse, car nous sommes confrontés non seulement à la menace djihadiste mais aussi à une politique gouvernementale qui divise profondément la société française et qui de par son caractère minoritaire engendre une montée dans la violence, une situation enfin exceptionnelle car l’avenir du pays est en jeu. Cette accumulation de facteurs de crises appelle donc à des mesures exceptionnelles, qui impliquent un véritable renouveau.

Les forces de ce renouveau sont aujourd’hui divisées, ce qui correspond à l’histoire des forces politiques dans notre pays. Cette division, pour légitime qu’elle puisse être, est cependant le principal danger pour le renouveau politique et social du pays car l’adversaire, quoi que minoritaire, est quant à lui bien uni. Il convient donc de penser sur quelles bases des forces marchant séparément peuvent frapper ensemble. Le mouvement social contre la loi El Khomri peut nous mettre sur la voie. Il montre l’urgence de redonner la parole au peuple.

L’impératif démocratique est une des leçons du mouvement social qu’il nous faut retenir. Mais, ce mouvement montre bien que la démocratie n’a de sens que si elle se fonde sur le principe de Souveraineté. La démocratie n’a de sens que si elle débouche sur des décisions souveraines. C’est en particulier le cas sur la hiérarchie des normes. La lutte pour la souveraineté est donc primordiale. La souveraineté implique alors que les moyens d’action du gouvernement soient rétablis dans leur plénitude. Mais, tant la mise en œuvre de la souveraineté que l’exercice de la démocratie exigent à leur tour que le peuple ne soit pas artificiellement divisé en communautés ethniques ou religieuses. Ceci fonde l’importance du principe de laïcité. C’est donc sur ce tryptique, Souveraineté, Démocratie et Laïcité, qu’il convient aujourd’hui de se rassembler.

[1] Voir : Sapir J. « Mélenchon Candidat ? », http://russeurope.hypotheses.org/4704 et « Mélenchon et l’imbroglio », http://russeurope.hypotheses.org/4526

[2] Schmitt C., Théologie politique, Paris, Gallimard, 1988, p. 16.

[3] Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Michalon, 2016.

[4] On relira à ce propos avec profit l’article de Michel Winock, « Retour sur le fascisme français : La Rocque et les Croix-de-Feu », in Vingtième Siècle, n°90, avril-juin 2006.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *