L’impact des sanctions et des contre-sanctions sur les relations économiques entre l’UE et la Russie

Intervention de Mikhail Gusev au séminaire Franco-Russe organisée par le CEMI-EHESS et par l’IRSES-FMSH

L’impact des sanctions et des contre-sanctions sur les relations économiques entre l’UE et la Russie

 

Dans la période allant de début Juin 2014 jusqu’à la fin d’Août 2014, les Etats-Unis, l’UE, le Canada, le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, l’Albanie, le Monténégro, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine sont entrés dans un processus des sanctions contre la Russie, dont la validité est constamment étendu, et la liste des entreprises russes est périodiquement en expansion.

 

Etendue et ampleur de ces sanctions

Les sanctions ont été imposées sur les plus grandes entreprises russes du complexe militaro-industriel, du secteur pétrolier et gazier et du secteur bancaire, et en particulier:

Military Company « Almaz-Antey »,

Uralvagonzavod,

ONG Ingénierie,

« Kalashnikov » (anciennement « Ijmach »),

« Constellation », « technologie radio-électronique» (KRET),

« Basalt », « Instrument Design Bureau »,

« United Shipbuilding Corporation « ,

 » l’UCK.  »

« Mytishchi construction de machines-outils »,

« Usine de construction mécanique nommé d’après Kalinin »,

et d’autres.

 

Ces sanctions incluent l’interdiction de la vente de ces entreprises de biens à double usage et de matériel militaire, le blocage des actifs de certaines personnes et organisations, l’interdiction des transactions avec des entreprises de la liste, et une interdiction sur le financement à plus de 30 jours. Dans le secteur du pétrole et du gaz, les sanctions ont touché les compagnies « Rosneft », « Gazprom », « Novatek », « Lukoil », « Transneft », « Gazpromneft », « Surgutneftegas », ainsi qu’un certain nombre de sociétés de services pétroliers qui construisent des infrastructures pour le pétrole et le gaz.

Dans ces sanctions on trouve aussi une interdiction de la fourniture de la technologie, des services et de l’équipement de ces entreprises pour le forage en eau profonde, le forage sur le plateau continental arctique, le développement des gisements de pétrole de schiste. Ces sanctions incluent spécifiquement un interdiction de fournir du financement à ces entreprises pour une période de plus de 90 jours. Les banques russes ont aussi été visées. Les sanctions contre les banques impliquent que ces dernières ne peuvent pas obtenir des prêts américains et européens de plus de 30 jours, ou de vendre à des entreprises américaines etdles particuliers des titres de créance d’une durée de plus de 30 jours. Les banques occidentales sont interdites d’organiser le placement de ces titres à plus de 30 jours.

 

Liste des Banques:

Sberbank, « Vnesheconombank », « VTB », « Gazprombank », « Banque de Moscou », « Banque agricole » Banque « Russie » et d’autres, y compris un certain nombre de filiales russes et étrangères .

 

Les sanctions économiques occidentales contre la Russie et les contre-sanctions russes

En réponse à ces sanctions la Russie à décidé d’interdire l’importation de produits alimentaires provenant des pays ayant décidé ces sanctions. C’est ce que l’on appelle les « contre-sanctions ».

Il est clair aujourd’hui que les sanctions ont eu un impact limité sur les relations économiques entre la Russie et les pays occidentaux (commerce étranger direct) mais elles ont eu un impact plus important sur les flux de capitaux.

Le développement des différents secteurs de l’économie (agriculture, des deux côtés, la production d’hydrocarbures en Russie, la production des biens d’investissement dans l’UE) a cependant été modifié. Les contre-sanctions ont eu des effets très bénéfiques sur le développement du secteur agricole et agro-alimentaire russe. Et, de plus, la direction du processus d’intégration de l’économie russe a été modifiée. L’UE est toujours le plus grand partenaire commercial et financier de la Russie, mais les sanctions peuvent contribuer à la réorientation des emprunteurs et des consommateurs russes sur les produits chinois et des capitaux chinois.

 

Les sanctions et les contre-sanctions peuvent avoir un certain nombre de conséquences importantes pour le développement des économies des deux côtés, ce qui rend la tâche réelle d’évaluer les effets économiques des sanctions et contre-sanctions.

 

Tableau 1

Les importations de matériel à double usage pour l’extraction de pétrole, les importations d’armes milliards. En milliards de dollars [1].

Pays 2011 2012 2013 2014 2015 Taux de croissance pour 2015 par rapport à 2013, % Volume potentiel du commerce (sans sanctions) Les pertes dans le commerce en 2015 avec des sanctions
Total des importations 10,8 6,6 8,2 9,4 4,7 -42,6    
Dont en provenance des pays appliquant les sanctions 8,2 5,8 6,6 8,5 4,0 -38,5 3,8 0,3
   Dont UE 4,8 3,8 3,7 2,6 0,7 -82,2 2,1 -1,5
     France 3,5 2,9 2,3 1,5 0,2 -89,8 1,3 -1,1
     Allemagne 0,7 0,3 0,6 0,8 0,1 -79,7 0,4 -0,2
     Italie 0,1 0,3 0,4 0,1 0,1 -72,6 0,2 -0,1
     Rep. Tchèque 0,0 0,1 0,1 0,1 0,0 -85,0 0,0 -0,0
   Etats-Unis 2,0 1,2 2,1 5,5 2,9 42,4 1,2 1,8
   Japon 0,3 0,1 0,1 0,1 0,0 -45,0 0,1 -0,0
   Ukraine 0,9 0,3 0,4 0,2 0,1 -85,1 0,2 -0,2
Pays n’appliquant pas les sanctions 2,6 0,8 1,6 0,8 0,7 -59,2    
Chine 0,3 0,3 0,5 0,4 0,3 -40,4    

Source : Base de donnée IPEN-ASR

 

A partir de 2013 et 2015, les importations de biens sous sanctions de l’Ouest ont diminué de 8,2 milliards de Dollars. Dans ce chiffre, les importations de produits liés à la production d’hydrocarbures a diminué de 2 à 1 milliard de dollars. Environ 75% des marchandises est tombé sous les sanctions liées aux avions, armes et autres objets des produits de base pour lesquels des données sont disponibles. Plus de 80% des importations de marchandises est tombé sous les sanctions décidées par l’Occident. Les pays n’appliquant pas les sanctions représentent 15-20% du commerce. La baisse de la demande en Russie et les sanctions anti-russe n’ont pas modifié cette relation.

La majeure partie des marchandises sous les sanctions provient de l’UE (principalement la France) et les États-Unis. Il est intéressant à cet égard de noter qu’en 2015 les importations de ces produits en provenance des États-Unis a dépassé le niveau de 2013 et s’est élevé à près de 3 milliards de dollars, tandis que les importations de l’UE est tombé à presque 0 dans le secteur des marchandises sous sanctions. Les pertes subies par l’UE en raison des sanctions en 2015 sont estimées à 1,5 milliards de dollars. En ce qui concerne 2013, 48% du déclin des exportations des marchandises sous sanctions de l’UE vers la Russie était due à l’effet des sanctions et une réduction de 52% de la demande intérieure et la dépréciation du rouble.

Les pertes françaises concernant les exportations vers la Russie induites par les sanctions en 2015 sont estimées à 1,1 milliards de dollars. (soit 0,25% de la valeur des exportations de biens). En ce qui concerne la baisse de 2013 des exportations des marchandises en question depuis la France vers la Russie, 53% est dû à l’effet des sanctions et une réduction de 47% de la demande intérieure et la dépréciation du rouble.

 

Tableau 2

Les importations de produits alimentaires et agricoles, où ont été introduite des contre-sanctions. Milliards de dollars.

  2011 2012 2013 2014 2015 Taux de croissance pour 2015 par rapport à 2013, % Volume potentiel du commerce (sans sanctions) Les pertes dans le commerce en 2015 avec des sanctions
Total des importations 22,2 21,6 23,6 20,9 12,4 -47,6    
Pays sanctionnés 9,1 9,4 9,4 5,5 0,5 -94,7 4,9 -4,4
   UE 6,3 6,2 6,8 3,8 0,4 -93,7 3,6 -3,1
Dont Pologne 0,6 0,9 1,1 0,7 0,0 -98,2 0,6 -0,6
Allemagne 1,1 1,0 0,8 0,4 0,1 -84,8 0,4 -0,3
Pays-Bas 0,7 0,6 0,8 0,5 0,1 -93,1 0,4 -0,4
Italie 0,8 0,9 0,8 0,4 0,0 -99,0 0,4 -0,4
Danemark 0,5 0,4 0,5 0,2 0,0 -97,3 0,3 -0,3
France 0,5 0,4 0,4 0,2 0,0 -90,4 0,2 -0,2
Pays non-sanctionnés 13,1 12,2 14,2 15,4 11,9 -16,6 7,5 4,4

Источник: ФТС России, расчеты ИНП РАН

 

De 2013 à 2015, les importations de biens sont tombés sous sanctions de la part de la Russie ont diminué de 23,6 milliards de Dollars. Seulement 40% des importations de produits agricoles et alimentaires sont tombées sous le cadre des restrictions à l’importation. Les pertes de l’UE dans les exportations vers la Russie en raison des contre-sanctions pour 2015 sont estimées à 3,1 milliards de dollars. C’est de 0,7% de la production dans l’agriculture pour l’UE en 2015. En ce qui concerne 2013, une baisse de 49% des exportations des marchandises en question de l’UE vers la Russie était due à l’influence des contre-sanctions et une réduction de 51% de la demande intérieure et la dépréciation du rouble. Les pertes pour la France provenant de la réduction des exportations vers la Russie en raison de l’application des contre-sanctions pour 2015 sont estimées à 0,2 milliards de Dollars. En ce qui concerne 2013, 47% de ce déclin des exportations des marchandises de la France vers la Russie a été due à l’influence de contre-sanction et une réduction de 53% était due à la réduction de la demande intérieure et à la dépréciation du rouble.

 

Ces estimations montrent que la perte partielle du marché russe pour l’agriculture de l’UE dans son ensemble n’est pas significative. Et en tenant compte de la croissance de la population et de la demande alimentaire dans l’UE au cours des prochaines années, on peut penser que l’UE sera en mesure de trouver de nouveaux marchés pour ces produits. Néanmoins, dans l’année de l’interdiction de l’exportation de produits agricoles et alimentaires en Russie par l’UE, cet effet a été sensible. Ainsi, en 2015, la production dans l’agriculture a diminué de 8,4 milliards d’Euros à prix courants par rapport à 2014 dans l’UE, dont 2, 8 milliards d’euros étaient représentés par la livraison latente de marchandises vers la Russie qui n’a pu se réaliser. En termes de valeur, la plus grande perte des exportations en 2015 a été subie par la Pologne (0,6 milliards de Dollars.), L’Espagne et les Pays-Bas (les deux pays pour 0,4 milliard de Dollars.), Le Danemark et l’Allemagne (les deux pays pour 0,3 milliards de dollars.).

Si l’on considère les pertes dues à l’introduction des contre-sanctions pour l’agriculture, les pertes les plus lourdes ont été souffertes en termes relatifs en 2015 par la Lituanie (9,7%), puis par l’Estonie (4,6%), la Finlande (3,9%), le Danemark et la Pologne (2,3% chacun). Les pertes de la Norvège se sont élevées à environ 10% quant à l’exportation des produits de la pêche.

 

Pour la Russie, les importations en provenance des pays frappés par ces contre-sanctions représentaient 6-7% de la production russe dans l’agriculture et de la pêche. En 2015, cela a joué un rôle important dans le maintien d’un taux de croissance positif de la production dans l’agriculture en Russie (+ 3% en 2015 et + 2,7% dans la première moitié de 2016.).

Pour l’industrie alimentaire nationale en général, l’effet protecteur des contre-sanctions a été beaucoup moins important que pour l’agriculture.

 

Tableau 3

Importations russes en provenance de l’UE (milliards de dollars)

 

Groupe de pays 2013 2014 2015 Taux de croissance pour 2015 par rapport à 2013, % Volume potentiel du commerce (sans sanctions) Les pertes dans le commerce en 2015 avec des sanctions
Biens d’investissement Monde 73,2 66,9 38,4 -47,6
UE-28 36,2 32,8 16,0 -55,8 19,0 -3,0
Biens de consommation Monde 73,4 66,6 41,8 -43,1
UE-28 24,9 20,7 11,2 -54,9 14,2 -2,9
Produits intermédiaires Monde 126,4 116,8 79,2 -37,3
UE-28 53,7 48,8 28,7 -46,6 33,6 -5,0
Biens d’usage mixte (voitures, électronique, médecine) Monde 38,2 33,1 20,6 -45,9
UE-28 17,8 14,8 8,8 -50,6 9,6 -0,8

IPEN-ASR

Une comparaison des niveaux de prix en Russie et en Chine devrait être faite en 2015, la première fois depuis 1999-2000. Les produits chinois sont devenus plus chers que leurs homologues russes, ce qui se traduit par un accroissement des exportations russes vers la Chine. Et si, en 1999-2000 le prix des marchandises chinoises dépassait les prix des marchandises homologues russes de 1,2 fois, pour 2015, ce ratio était de 1,5. En d’autres termes, les marchandises russes ont gagné un avantage de coût important à la suite de la dévaluation de 2014-2015.

 

[1] Une liste plus détaillée est disponible dans «Collateral Damage: L’impact des sanctions Russie sur les exportations des pays de sanction» Matthieu Crozet et Julian Hinz, CEPII, Document de travail, № 2016-16 Juin.

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *