La croissance potentielle de l’économie russe à moyen et long terme

La croissance potentielle de l’économie russe à moyen et long terme

Intervention d’Alexandre Shirov

Institut de Prévision de l’Economie Nationale – Académie des Sciences

Il y a plusieurs groupes d’experts qui travaillent sur cette question. Les positions sont différentes à la fois pour des raisons méthodologique, pour des raisons idéologiques, et enfin pour des raisons politiques. Le gouvernement consulte chacun de ces groupes, mais deux d’entre eux, celui dirigé par l’ancien ministre des finances (Kudrin) et celui dirigé par M. Titov. Le groupe dirigé par Kudrin est plus proche de la théorie néo-classique, et veut une forte réduction de la place de l’Etat dans l’économie. Le groupe de M. Titov est proche des thèses néo-keynésiennes, et met l’accent sur la stimulation de l’activité économique par les dépenses publiques.

Ces deux approches supposent une prise de risque importante. Aucun de ces deux groupes n’a formulé une approche intégrée et globale de l’économie russe. Cela limite fortement la pertinence des recommandations que font ces deux groupes. Les instituts de l’Académie des Sciences ont développé des modèles intégrés de l’économie russe, qui permettent de faire des prévisions plus réalistes.

 

Le passage du court au moyen terme

La possibilité de croissance à court terme est bien perçues par l’ensemble des experts. Sur ce point il y a une forme de consensus. Il est clair que le potentiel pour cette croissance existe, que l’économie russe n’est pas à son plein potentiel, et que le rattrapage par rapport au niveau de 2014 est possible rapidement. A moyen terme, on voit que la fermeture de capacités de production héritées de la période soviétique implique un effort important d’investissement. Le « coût » en investissement de la croissance à tendance à monter selon que l’on regarde le court terme et le moyen terme. Mais, à long terme (2035), il est clair que la réduction du nombre de personnes employés (qui devrait se stabiliser vers 90-95 millions de personnes) imposera des gains importants de productivité. Cela met en avant la question de l’investissement. L’argent pour cet investissement existe. Les résultats des entreprises russes se sont améliorés fortement en 2015. Mais, le mécanisme de redistribution de cet argent, de l’orientation vers les secteurs qui ont des besoins d’investissement, est problématique. Le système bancaire russe, en dépit des améliorations qui ont été faites en 2015 et au début de 2016, n’est pas en mesure de jouer le rôle de mécanisme de répartition des sommes nécessaires. C’est l’Etat, par le système fiscal, qui devra jouer ce rôle, du moins en partie.

 

L’importance du contenu en Recherche et Développement (R&D) de l’investissement

Pour atteindre une croissance de 3% à 3,5% par an (en moyenne) il faudrait que dans les 5 prochaines années la hausse de l’investissement soit de l’ordre de 7% par an. La seule force motrice de la croissance à moyen et long terme est l’investissement en capital. Nous savons que la consommation des ménages ne pourra tirer la croissance comme ce fut le cas dans les années 2002-2012. Le secteur à privilégier pour l’investissement est celui de la mécanique. Le second secteur qui jouera un rôle important dans la croissance sera la construction, qu’il s’agisse de la construction de logements (il faudrait construire 500 000 – 700 000 logements par ans) mais aussi des infrastructures.

Ce type de programme implique que l’investissement monte dans la répartition du PIB par utilisation vers 26%-28%, soit une augmentation de 7% à 9% par rapport à la situation actuelle. Ceci devrait permettre d’accroître les exportations de biens manufacturés, ou du moins de réduire les importations de biens industriels. Aujourd’hui, les importations de biens industriels sont limitées par la dépréciation du rouble. On constate que la Chine a dépassé l’Allemagne dans les importations russes (17,9% contre 15,8%). Mais, si l’on ne tient compte que des importations de machines à fort contenu en R&D on constate que l’Allemagne est en tête (23,3%), suivi par les Etats-Unis (16,6%) et la France (9,1%), l’Italie (7,1%) et la Chine (6,4%). Il faut comparer la part de la Chine pour les importations d’équipements à forte teneur en technologie et la part générale de la Chine en biens d’investissements. Il est clair que dans les importations de biens d’investissements, la Chine apparaît comme une solution pour tourner les sanctions, car les machines produites en Chine sont en général le produit de construction sous licence, qu’il s’agisse de l’Allemagne, des Etats-Unis ou du Japon.

Il faut aussi concevoir la reconstruction des chaînes de valeur ajoutée par l’économie russe, un processus qui est d’ores et déjà à l’œuvre dans l’Union eurasienne, mais que l’objectif qu’il faut se fixer est de 50% des nouvelles dépenses en investissement en R&D. Il faut atteindre un niveau de 2,5% du PIB, au minimum. Il est aussi clair que si, à court et moyen terme cela est possible, un problème se posera vers 2025-2030 quant à la consommation des ménages, qu’il faudra alors soutenir. Ce soutien devra s’exercer en priorité vers les retraité mais aussi vers les entrants sur le marché du travail (les jeunes entre 18 et 28 ans).

 

Les réserves de main d’œuvre et la question de l’immigration

Une des conséquences des scénarii de forte croissance sera le besoin en main d’œuvre immigré, qui se fera sentir à partir de 2020. Le besoin total dépendra des gains en productivité de l’économie. Mais, quel que soient ces gains, une forte croissance du secteur de la construction aura pour conséquence un besoin en main d’œuvre immigrée. Il y a aujourd’hui, dans certains secteurs, une pénurie de travailleurs qualifiés. La main d’œuvre immigrée, dont le niveau de formation est théoriquement inférieur à la main d’œuvre russe, viendrait essentiellement dans la construction et le secteur des services. Mais, il est clair que le processus de croissance en Russie est largement dépendant de la qualité de la formation professionnelle. Il faut consolider la formation professionnelle mais aussi les filières conduisant à des professions de technicien ou d’ingénieur.

Dans le cas d’une trajectoire économique basculant d’une croissance largement tirée par la demande intérieure vers une croissance assurée par des exportations de biens industriels, il faudra atteindre 27% du PIB en investissement vers 2025, mais ce chiffre pourrait redescendre vers 23%-21% à l’horizon 2035. Le contenu de cet investissement se déplacera progressivement vers un contenu plus riche en équipements, et au sein de ces équipements, en produits à haute technologie. Cela devrait permettre de moderniser massivement l’économie.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *