Avions et insurrections: l’expérience française 1911-1939

 

Il s’agit ici d’un ouvrage conséquent[1], écrit par Jean-Baptiste Manchon et issu d’une thèse, et qui traite d’un sujet dont les répercussions sont des plus actuelles. En effet, les liens entre l’aéronautique et la question coloniale sont nombreux, complexes, et d’une actualité évidente en ces temps où l’on pratique une lutte anti-terroriste principalement depuis la « projection aérienne ».

 

Ce livre est organisé sur un découpage par période historique, des origines à la fin de la première guerre mondiale, la période dite « coloniale », de 1920 à 1934, enfin les transformation de cette aviation d’outre-mer en « aviation impériale » de 1934 à 1939. Il montre la complexité, et les multiples conflits, qui ont caractérisé ces différentes périodes. Conflit de compétences, entre les diverses administrations, conflits doctrinaux, en fonction de l’évolution de la doctrine de pacification, mais aussi des conflits directement militaires. L’aéronautique représentait à bien des égards la forme la plus avancée de la modernité. Elle devenait alors symbolique, à travers les exemples de progrès technique qu’elle fournissait et donnait à voir, de la capacité d’innovation et du prestige de la puissance européenne considérée. Ceci fut assez rapidement compris par une partie des administrations concernées, même si le conservatisme de certains freina les développements prometteurs dans plusieurs cas.

 

A cet égard, l’un des points les plus intéressants, et justement parce que l’on pourrait – et l’on devrait – en tirer des leçons, est l’analyse de l’emploi de l’aéronautique dans la guerre contre-insurrectionnelle. Peut-on (et doit-on) combattre des soulèvements depuis les airs ? En fait, assez rapidement, les militaires français ont apporté des réponses positives, mais diverses, à cette question. On constate en effet que cet emploi anti-insurrectionnel débute quasiment avec l’histoire de l’aéronautique en outre-mer. Cette histoire commence en fait tant à Madagascar qu’en Indochine, mais rapidement, c’est le problème de la pacification du Maroc qui deviendra dominant, et qui entraînera un débat important dans l’opinion publique française. Les combats au Maroc, avant et immédiatement après la première guerre mondiale, sont un terrain d’expérimentation essentiel, même si de nombreuses leçons furent oubliées pour devoir être amèrement réapprises plus tard. Le rôle de l’aviation dans l’observation, mais aussi dans le bombardement, fut testé au Maroc dès 1911/1912. L’emploi de chasseurs comme avions d’assaut et de bombardement fut testé dans les combats des années 1920, toujours au Maroc. Cependant, c’est l’expérience en Syrie et au Liban, lors de l’insurrection Druze des années 1920 qui apparaît la plus intéressante, car elle permet non seulement une évolution des tactiques mais aussi l’émergence d’une véritable doctrine d’emploi, combinant les aspects directement militaires mais aussi civils de l’aviation. Il y a là, en creux, une véritable histoire de la notion de pacification, avec ce qu’elle implique comme stratégies d’alliances avec les populations et leurs représentants, mais aussi ce qu’elle impose comme cooptation de certaines élites.

 

Le cas de l’intervention aéronautique dans les territoires sous mandat en Syrie et au Liban est exceptionnellement intéressant pour de nombreuses raisons. Tout d’abord parce que l’on voit se constituer une véritable pensée de la pacification « par les airs », pensée qui inclut bien entendu l’usage militaire direct, mais aussi l’usage démonstratif et enfin l’usage civil, et l’on pourrait dire « humanitaire » de l’aviation. Très rapidement, le commandement comprend que les seuls bombardements ne pourront rétablir la paix, mais qu’un usage « mesuré » de l’aviation dans ces fonctions purement militaires accompagné d’un usage plus civil, pourrait contribuer à faire changer les esprits et à affermir des alliances locales dont la France avait alors besoin. L’usage purement militaire de l’aviation inclut donc des bombardements, mais aussi des vols de reconnaissance et d’intimidation. Dans le même temps, des opérations « civiles » ont lieu, comme des évacuations sanitaires, parfois au profit de populations locales dont on veut acquérir ou renforcer l’appui. Un grand pilote, Jean Mermoz, se fit connaître dans ces missions aux commandes d’un Bréguet-XIV sanitaire. On voit que l’on est loin ici de la logique des « frappes ciblées » qu’elles soient le fait de drones ou d’avions qui sont utilisées, que ce soit en Afghanistan (avec des pertes civiles conséquentes) ou en Irak et en Syrie par les Etats-Unis et leurs alliés. On retrouve d’ailleurs des noms de lieux qui sont encore aujourd’hui sur le devant de la scène comme Deir-El-Zorr.

Il manque peut-être à cet ouvrage une comparaison avec l’usage de l’aviation dans la gestion de l’Empire par la Grande-Bretagne. Mais, ce livre est déjà bien assez consistant comme cela.

 

Le livre met aussi l’accent sur le développement de l’aviation civile, puis commerciale, qui entraîne la nécessité de développer des infrastructures spécifiques. Ces dernières vont jouer un rôle important dans le développement de ce que l’on appelle à l’époque « l’aéronautique impériale », et permettre progressivement la constitution de véritables ligne « long-courrier » dont la plus célèbre fut incontestablement celle reliant Paris à Hanoï. Cette ligne avait une importance économique, mais elle était aussi importante parce qu’elle démontrait une volonté et une capacité technique équivalente à celle de la Grande-Bretagne. Néanmoins, les préoccupations militaires directes mais aussi indirectes (importance du prestige politique, de la réputation nationale) affleurent bien vite. Nombre de terrains ou d’infrastructures, certaines assez en avance sur leur temps, sont opérés par des militaires ou peuvent servir à des déploiements militaires.

A cet égard, on trouvera dans cet ouvrage, et c’est une autre dimension de son intérêt, une liste quasiment exhaustive des infrastructures développées outre-mer, ainsi qu’une liste des unités qui y furent déployées. Cela donne une dimension très complète à cet ouvrage.

 

Le développement de l’aviation tant militaire que commerciale dans les colonies d’Afrique sub-sahélienne est aussi largement traité. Si la situation tant politique que militaire y apparaît moins complexe qu’au Maroc ou au Levant, la situation administrative se révèle, elle, pleine d’embuches. On suit d’ailleurs tout au travers du livre, et avec parfois une certaine délectation morbide, les luttes d’influence que se livrent les différents Ministères qui entendent avoir la haute main sur l’aéronautique dite « coloniale ». Cela éclaire les joutes et les polémiques qui entourèrent ce que l’on appelait à la veille de la seconde guerre mondiale « l’Empire ».

Un petit regret vient du faible développement dans cet ouvrage – mais on ne peut raisonnablement exiger de l’auteur qu’il maîtrise avec un même talent tous les sujets – de la partie technique aéronautique. On aurait aimé connaître les possibles répercussions de la « doctrine » qui s’élabore dans le feu de l’action sur les programmes de construction et sur les spécifications des appareils. A part deux programmes bien connus, les avions-ambulances et le programme de petit transport, on ne voit pas l’équivalent de la réflexion technique qui eut lieu à la même époque du côté britannique. Rappelons néanmoins ici un programme avorté, celui des « avions balcons », développé essentiellement pour l’Afrique sub-saharienne, et qui étaient censés permettre aux gouverneurs et à leurs officiers de se montrer depuis les airs aux populations dites « indigènes ». Le plus extraordinaire fut que des prototypes volèrent (pas trop mal) mais que l’on découvrit alors qu’un gouverneur, quelque soit sa prestance, ne peut se tenir dignement dans le vent des hélices sans avoir à en souffrir dans sa dignité…

 

En tout état de cause, cet ouvrage s’avère une source de première importance à la fois pour l’histoire des colonies, de la doctrine de pacification, mais aussi pour des comparaisons historiques importantes, qui éclairent aujourd’hui les limites et les possibles échecs de la lutte dite « anti-terroriste » au Moyen-Orient.

 

Jacques Sapir

Directeur d’études à l’EHESS

[1] Manchon, Jean-Baptiste, L’aéronautique militaire française outre-mer, 1911-1939, Paris, Presse Universitaire de Paris-Sorbonne, 2009, 798p.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *