Le « journal » du Général Buat

 

Ce livre important, tant par son contenu que par sa taille, est constitué par le journal tenu par le général Buat de 1914 à sa mort, en 1923[1]. Cet ouvrage est un apport indiscutable à notre compréhension et à nos connaissances sur le fonctionnement de l’Etat-major français durant la première guerre mondiale, et dans les années qui la suivirent. Il fait litière de certains mythes qui survivent encore aujourd’hui, que ce soit dans l’histoire militaire ou dans l’histoire tout court. Il montre le caractère profondément collectif du travail d’état-major, mais aussi les problèmes qui se posent dans le commandement au front. Au-delà de l’apport factuel de ce journal, il contient aussi des réflexions importantes sur les rapports, parfois harmonieux mais aussi parfois tendus, entre le commandement militaire et le pouvoir civil. Ce journal rend bien compte, dans le langage de l’époque, de l’esprit brillant, vif, et parfois fort acide de son auteur. Les jugements sur certains, tant militaires que civils, tombent tel le fer d’une hache.

 

Son auteur, n’est pas n’importe quel général, et c’est ce qui rend encore plus intéressant ce journal. Le Général Buat, fut en effet un des protagonistes importants dans cette guerre, qu’il commence comme officier d’Etat-Major et qu’il termine, après des commandements au front comme major général du Grand Quartier Général, soit le n°2 de l’Armée française. Polytechnicien de formation, il entre 81ème dans cette prestigieuse école et en sort 31ème sur 223, artilleur par choix, il saisit très vite l’importance de l’artillerie lourde au niveau des corps d’armées et de la réserve générale. Un des combats les plus importantes qu’il mènera dans l’état-major sera justement dédié à la constitution d’une « réserve générale » d’artillerie, susceptible d’appuyer une offensive de manière déterminante. Dans ce combat, Buat rencontre le volonté, parfois favorable et parfois mauvaise, des grands industriels français. La lecture du Journal est un bon antidote contre les thèses simplistes qui font des « marchands de canon » les fauteurs des guerres.

Mais, son combat pour la constitution de la « réserve générale », que le Grand Quartier Général pourrait déléguer aux armées en charge de la percée, ne s’arrête pas à l’artillerie. Buat comprend, avec un nombre restreint de ses pairs, que l’aviation a un rôle à jouer au-delà de l’observation et du réglage d’artillerie. S’il serait prématuré de faire de Buat un penseur du bombardement stratégique, il est évident qu’il comprend en conçoit l’intervention de l’aviation pour encager la zone stratégique où se déroulent les principaux combats. Il appuie ainsi la constitution de la « Division aérienne » qui jouera un rôle prééminent dans les combats contre l’offensive allemande de 1918.

 

Edmond Buat devient, en janvier 1920, le chef d’état-major de l’armée française, poste qu’il occupe jusqu’à sa morte prématurée en 1923. A ce titre il planifie et supervise l’exécution tant des missions que l’Armée a à remplir dans le contexte du règlement du premier conflit mondial (des interventions liées à l’effondrement des empires austro-hongrois, ottomans et russes à l’occupation de l’Allemagne) mais aussi du retour de l’Armée à son format du temps de paix, et dans le même temps cherche à développer les leçons de la guerre dans l’organisation comme dans la doctrine. Les remarques qu’il couche par écrit témoignent que cette tâche ne fut pas moins exigeante que celle qu’imposait la guerre. Il fallait dans le même temps gérer la réduction importante des forces armées, et les ramener à une taille compatible avec l’état de l’économie française, mais aussi redéployer les forces restantes pour assumer les nouvelles responsabilités diplomatiques de la France. Les débats, tant politiques que militaires, liés au début de la Société des Nations (la SDN) sont ici retracés de manière très pertinente. Les premières négociations de désarmement qui s’engagent dans la foulée du traité naval de Washington (1922) introduisent alors une nouvelle problématique qui préfigure des problèmes très actuels.

 

L’intérêt extrême de ce livre ne tient pas seulement a l’intelligence de l’auteur de ce journal. Car, intelligent, Buat l’est de manière évidente. Il est brillant, comme on l’a déjà écrit. Il conçoit clairement, et souvent bien avant ses pairs, les nécessités de la guerre moderne et les implications de certaines innovations. Il en tire des conséquences jusqu’aux plus radicales. Il ne se laisse jamais arrêter par la tradition quand celle-ci s’avère n’être que le masque des insuffisances, du manque de courage, voire du manque de vision des autres officiers. Son rôle à l’état-major le conduit à être au contact tant des grands responsables militaires, comme Nivelle, Pétain et Foch, que des responsables civils. Ces carnets apportent donc un éclairage essentiel sur le commandement de la guerre, la répartition, pas toujours harmonieuse, souvent marquée de frictions importantes, des responsabilités entre civils et militaires.

On y voit se déployer l’intelligence de Millerand mais aussi celle de Clemenceau, mais aussi, dans l’après-guerre, celle de Barthou et le caractère plus délicat de Maginot. Le style vif, parfois mordant de Buat, se développe sur son jugement sur Viviani en 1914 dont il écrit « qu’il n’est homme que dans ses discours et nullement dans ses actes ». Le texte fourmille de renseignements sur les conditions dans lesquelles furent réalisés certains arbitrages décisifs pour la poursuite de la guerre.

 

Sous sa plume, on voit aussi les caractères évoluer, et ceci n’est pas le moindre intérêt de l’ouvrage. On note l’importance de certains égo, que la guerre a surdéveloppé. Les hommes peuvent aussi atteindre ce que l’on appelle leur stade d’incompétence. Ainsi, sa perception de Pétain évolue fortement entre 1916 et le début des années vingt. Après avoir rendu hommage à l’intelligence et au courage moral du vainqueur de Verdun, et son rôle dans les relations entre Foch et Pétain fut important en 1918, il prend rapidement la mesure du conservatisme, de l’esprit étriqué, de ce dernier. La constitution de Pétain en figure tutélaire incontestable de l’Armée française dans les années d’après-guerre fut sans doute le pire coup que cette dernière pouvait s’infliger. Sur Foch, le jugement est lui aussi mitigé. Il est clair que Buat n’est pas spécialement impressionné par le personnage, et qu’il juge de manière saine, mais aussi souvent cruelle, son entourage.

 

C’est donc un livre que se doivent de lire tout ceux qui s’intéressent non seulement à la première guerre mondiale en ces temps de centenaire, mais aussi et surtout à la chose militaire et aux relations tant politiques que bureaucratiques entre le pouvoir civil et le commandement militaire. L’apport du Journal à notre compréhension de ces relations éclaire aussi l’histoire de l’institution militaire française dans l’entre-deux guerre.

[1] Général Edmond Buat, Journal – 1914-1923, Livre présenté et annoté par Frédéric Guelton, préfacé par Georges-Henri Soutou, Paris, Perrin – Ministère de la Défense, 2015, 1481p.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *