Forum Valdai 2016

Le Club de Discussion Valdai, cette rencontre entre hommes politiques et journalistes qui est organisée par plusieurs institutions russes dont le Conseil de Politique étrangère et de Défense, le Conseil Russe des affaires internationales, le MGIMO le Haut Collège d’Economie, se tiendra cette année du 24 au 27 octobre dans les environs de Sotchi, à Krasnaya Polyana. Il s’agit de la 13ème session annuel de ce que l’on appelle le « Forum Valdai » et qui est devenu, au fil des ans, l’un des rendez-vous les plus importants sur les questions diplomatiques et de développement international.

J’y participerai, avec des personnalités comme :

  • Andrey Bystritskiy, Chairman of the Board, pour la Fondation pour le Développement et le soutien au Valdai Discussion Club
  • Daniel Drezner, Professeur d’International Politics à la Fletcher School of Law and Diplomacy de l’université de Tufts (USA)
  • John Mearsheimer, Professeur de Science Politique, Université de Chicago
  • Fu Ying, Président, du Foreign Affairs Committee of the National People`s Congress de la république Populaire de Chine ;
  • Sergey Karaganov, Directeur de la School of International Economics and Foreign Affairs au Haut Collège d’Economie (Moscou) et Président honoraire du Conseil de Politique étrangère et de Défense,
  • Kevin Rudd, ancien Premier-ministre   d’Australie (2007-2010, 2013)
  • Ella Pamfilova, Présidente de la Commission électorale centrale de la Fédération de Russie,
  • Mikhail Bogdanov, Vice-Ministre des Affaires étrangère de la Fédération de Russie
  • Muratbek Imanaliev, Professeur, ancien Ministre des Affaires étrangère du of Kyrgyzstan (1991-1992, 1997-2002); ancien Secrétaire General de l’Organisation de Coopération de Shanghai (2010-2012)
  • Abdallah Al Dardari, ancie vice-Premier ministre de la Syrie (2005–2011),
  • Yaşar Yakiş, Ancien Ministre des Affaires étrangères de la Turquie,
  • Yves Daccord, Directeur Général, International Committee of the Red Cross
  • Lee Jae Young, Vice-Président du Korea Institute for International Economic Policy (KIEP)

 

Dans la mesure du possible, je ferai un « live-twitte » des sessions (sauf si clause de confidentialité).

Programme

Lundi 24 octobre

 

Lundi 15h-17h

Session Extraordinaire :Et si … l’Union soviétique avait pas effondré?

La dissolution de l’Union soviétique, il y a 25 ans de cela, a pris presque tout le monde par surprise. Même si, aujourd’hui, cet événement semble avoir été inévitable, il était – comme tous les grands bouleversements historiques – le résultat d’une combinaison de principes objectifs et des facteurs subjectifs. Il faut donc se poser la question : les événements auraient pu se dérouler différemment ? Que serait le monde aujourd’hui si « la plus grande catastrophe géopolitique du 20e siècle » était jamais arrivé? Aurait-il pu être évité?

 

Mardi 25 octobre

 

Mardi 9h30-11h30h

Session 1. Où va le monde ?

Pas un siècle a passé qui n’ait pas vu des changements radicaux de la carte politique du monde. Le 21ème siècle ne fait pas exception. Les frontières continuent de se déplacer, les institutions de gouvernance mondiale se transforment, les alliances changent et les centres mondiaux de pouvoir se déplacent. Comment faire en sorte que ces processus suivent un chemin évolutif? Comment surmonter les tensions qui en résultent naturellement entre les grandes puissances et préserver la paix?

 

Mardi 15h30-17h30

Session 2. Démocratie 2.0: comment évolue la souveraineté populaire?

L’ancien Premier ministre britannique Winston Churchill a dit: « La démocratie est la pire forme de gouvernement, à l’exception de toutes les autres formes qui ont été essayées de temps en temps ». L’humanité est le témoin de la propagation de la démocratie sur une échelle sans précédent, tandis que l’autoritarisme classique et dictature sont définitivement passés de mode. Dans le même temps, les observateurs sont de plus en plus nombreux à parler d’une crise de procédures démocratiques, de l’incapacité des systèmes démocratiques à suivre le rythme des changements rapides d’aujourd’hui ou de prévoir les exigences du développement et de la sécurité nationale dans un monde de plus en plus globalisé. Comment préserver la souveraineté populaire au 21e siècle sans sacrifier la capacité de prendre des décisions nécessaires rapidement? Quel est le rôle et les pouvoirs des dirigeants politiques devraient avoir?

 

Mardi 17h30-19h30

Session 3. Du Moyen-Orient à l’Eurasie centrale: un arc d’instabilité ou espace pour une action commune?

La crise syrienne a transformé en une échelle mondiale « Great Game ». Il est en même temps une arène de conflit proxy des pouvoirs les plus influents, une zone de leur étroite coopération, et un espace où le prototype d’un nouvel ordre du jour mondial se forme. Le risque d’instabilité et de la menace terroriste rampante sont critiques pour l’ensemble de l’Eurasie, en particulier pour l’Asie centrale, où la transformation politique a été relancée. L’avenir de cette énorme région, et, peut-être, du monde entier, dépend de l’état d’avancement des principaux acteurs pour faciliter la compréhension mutuelle, au moins sur les questions les plus fondamentales.

 

Mercredi 26 octobre

 

Mercredi 9h00-11h00

Session 4. Le monde après la récente migration majeure

La crise des réfugiés est la manifestation claire d’un problème de longue date -précisément que le monde se scinde en zones, dont certaines offrent si peu de perspectives à leurs résidents qu’ils aspirent à partir, en masse, vers d’autres territoires, plus prometteurs. L’afflux de migrants dans le monde développé aggrave fortement les problèmes sociaux et culturels et, en conséquence, devient une question politique. Cette perte massive de capital humain pour les pays d’origine des migrants menace de transformer le monde en développement en une source de violence et d’instabilité. Est-ce que présente la migration de masse en cours permettra de nouvelles opportunités pour le développement mondial, ou est-ce essentiellement une bombe à retardement géante prête à exploser?

 

Mercredi 15h00 – 17h00

Session 5. L’économie mondiale: vers une nouvelle mondialisation ou un nouveau protectionnisme?

L’ère où il semblait que toute l’économie mondiale progressait selon les mêmes règles et serait contrôlé à partir d’un seul centre semble bien être passée. Elle a cédé la place à de nouvelles tendances – la formation de mega-blocs unis par des règles et des normes strictes. En effet, une nouvelle forme de protectionnisme beaucoup plus sophistiqué a émergé. Bien que les Etats restent interdépendants, leurs relations deviennent plus complexes et à double tranchant. Comment le monde sera organisé dans 10 ans à partir de maintenant?

 

Mercredi 20h30 – 22h30

Session extraordinaire. Europe – notre avenir qui a échoué?

Il y a de cela seulement quelques années, l’Union européenne était considérée comme le prototype des futures relations internationales et la forme de gouvernement approprié. Aujourd’hui, l’intégration européenne traverse une crise conceptuelle et l’avenir de l’ancien monde semble de plus en plus incertain. Quelles leçons peut-on tirer de l’échec du projet européen? Quel rôle l’Europe peut-elle jouer dans l’avenir? Va-t-elle agir comme un centre indépendant du monde, ou comme l’extrémité occidentale de la «Grande Eurasie», ou comme une partie du « monde américain »? Comment les relations Russie-UE pourraient se développer davantage?

 

Jeudi 27 octobre

 

Jeudi 9h30 – 11h30

Session 6. La technologie va révolutionner le monde?

Les observateurs parlent constamment d’une percée dans la technologie, de l’avènement d’un nouvel ordre économique et d’une nouvelle révolution industrielle. La technologie affecte la vie humaine de façon spectaculaire, et elle crée un nouvel environnement concurrentiel ayant de ce fait ses impacts des processus mondiaux. Mais est-ce que cela change fondamentalement la politique? Comment les disparités de développement technologique affectent-elles l’équilibre du pouvoir mondial, et quelles en sont les conséquences possibles?

 

Jeudi 15h00 – 17h00

Séance plénière. Une philosophie du développement international pour le nouveau monde

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *