Fillon, Juppé et le « débat » de la primaire

La campagne pour le second tour de la primaire de la droite et du centre, opposant François Fillon à Alain Juppé, prend une mauvaise tournure et devient carrément nauséabonde. La faute en revient à Alain Juppé qui, et c’est le moins que l’on puisse en dire, ne prend pas sereinement sa position d’outsider, lui qui était persuadé d’être le favori de l’opinion et des sondages. Non que l’on ne puisse, et que l’on ne doive critiquer les propositions et les projets de François Fillon. On l’a fait dans le présent carnet, et ce à deux reprises, ces derniers jours[1]. Mais, il s’agit de constater des désaccords, de montrer les possibles conséquences d’une politique ; bref, cela fait partie de la vie démocratique. Les insinuations d’Alain Juppé sont, quant à elles, toutes différentes. Elles posent, elles, un véritable problème à la vie démocratique.

 

Alain Juppé se propage en insinuations diverses. On le sait, François Fillon n’en a pas fait mystères, ce dernier est catholique. Son adversaire veut en faire ce que l’on appelle un « intégriste » et met en doute ses propos sur l’avortement. Celui qui a le mieux répondu à Alain Juppé est Bernard Debré, soutien de Fillon et chirurgien connu, mais aussi frère et fils d’autres Debré fameux dans la vie politique. Il dit ainsi, dans une lettre ouverte à Alain Juppé publiée mardi sur son blog [2]: « Comment oser affirmer que François Fillon soit contre l’avortement et veuille en abolir la loi ? Dis-toi bien que s’il en avait été ainsi, je ne l’aurais pas soutenu, moi qui suis chirurgien et qui ai vu les ravages mortels de l’avortement clandestin. J’ai vu mourir des jeunes filles aux urgences de l’hôpital qui s’étaient faites avorter dans des arrière-boutiques de faiseuses d’anges. Ton affirmation est non seulement fausse, mais aussi et surtout nauséabonde ».

Au-delà, ce sont bien les insinuations vipérines d’Alain Juppé, ses prises de positions outrancières, qui convoquent la religion dans un domaine où elle n’a rien à faire. Que Monsieur Alain Juppé veuille faire état de sa foi et de son état de catholique, c’est son droit, comme c’est le droit de tous, et ce quelles que soient les religions. Mais, qu’il fasse référence au pape dans un débat politique[3] est clairement outrancier et surtout d’une rare stupidité. Il devrait pourtant savoir que le principe de laïcité s’oppose à cela[4].

A - 12couvDuLivre

Ces attaques ont été goulument relayées par les éditorialistes de la « gauche », dont l’exemple le plus éclairant est M. Laurent Mouchard, pardon Joffrin, dans Libération du 21 novembre dernier, qui écrit : « Le révérend père Fillon s’en fait le prêcheur mélancolique. D’ici à ce qu’il devienne une sorte de Tariq Ramadan des sacristies, il n’y a qu’un pas »[5]. Au-delà de la stupidité qu’il y a à comparer François Fillon à Tariq Ramadan, il y a là une volonté de confessionnaliser le débat politique. Alain Juppé en porte la responsabilité, et c’est irresponsable de sa part. Mais, la « gauche » boboïsée, don Monsieur Mouchard, pardon Joffrin, saute sur l’occasion pour nous montrer comment elle est passée du droit à la différence à la différence des droits. Et cela est tragique. Il faut donc rappeler à tous que le principe de laïcité s’impose si l’on veut un débat et non une guerre civile.

 

On critiquera sans relâche, et je critiquerai sans relâche, François Fillon sur ce qu’il propose. Non pas parce que ses propositions, notamment économiques, seraient « brutales », un mot qui n’a que peu de sens dans ce contexte, mais parce qu’elles conduiraient à un désastre. François Fillon veut en réalité adapter complètement la France au cadre de l’Euro et, de ce point de vue, ses propositions sont cohérentes. Mais, elles sont catastrophiques en réalité non seulement pour la France mais au-delà pour les pays européen qu’elles enfonceront encore un peu plus dans la dépression[6].

Euro-Cerf

J’ai déjà eu l’occasion de le dire, mais ces propositions sont équivalentes à ce que fut la politique de Pierre Laval en France, de Ramsay MacDonald en Grande-Bretagne, du Chancelier Brünning en Allemagne dans les années trente. Ces politiques ont conduite à des catastrophes tant économiques que politiques. François Fillon a pour point de vue que l’Euro est irréversible et qu’il nous permet de construire un cadre commun en Europe. Je pense, et je le dis depuis des années, que rien n’est irréversible, et que l’Euro conduit en réalité l’Europe à sa destruction, d’abord économique, mais aussi politique. L’Euro détruira, si on le laisse faire, ce qui existe de coopération économique mais aussi et surtout de coopération politique en Europe. Je précise que je ne suis pas le seul à le dire, qu’il s’agisse de collègues économistes[7], ou d’un prix Nobel comme Joseph Stiglitz[8].

A quelques jours de la sortie du film, La Conquête, qui retrace l’ascension de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, André Bercoff publie aux éditions du Rocher « La Chasse au Sarko ».

Telles sont nos divergences. En l’état, elles sont irréconciliables. Mais, ces divergences n’autorisent personnes, et encore moins des gens qui en réalité partagent les positions de François Fillon sur l’Euro et ne présentent que des versions hypocrites de la politique qu’il a au moins le courage de présenter clairement, à déformer, dénaturer ses propos et à calomnier ce dernier.

 

La réalité du débat est donc celle-ci. Nous voyons qu’au sein même du camp où se situe François Fillon, de gens qui partagent les idées qu’il professe, se développent des méthodes de voyous et de gangsters. Ces méthodes portent en elles la fin de la démocratie et de la république ; elles rendent impossible le dégagement du bien commun. Ces méthodes, hélas, ne sont pas nouvelles, et Aude Lancelin en avait fait la cruelle expérience au printemps dernier[9]. François Fillon aurait mieux fait de rester fidèle aux idées de Philippe Séguin, auquel il rendit un hommage appuyé et émouvant à l’Assemblée Nationale mais dont il trahit en réalité la pensée en regrettant son vote sur le traité de Maastricht. Il a fait un choix, certainement respectable, mais que l’on combattra. D’autres ont fait un choix inverse, votant pour le traité de Maastricht pour reconnaître, quelques années après qu’ils s’étaient trompés et en tirer toutes les implications. Jean-Luc Mélenchon est de ceux là.

Je fais, personnellement, partie de ceux qui eux n’ont pas varié, qui se sont toujours opposés, et pour des raisons argumentées, à la montée d’une Union européenne supranationale, dont on voit bien aujourd’hui qu’elle est anti-démocratique et liberticide, mais dont surtout on peut constater qu’elle mène les peuples à la misère et à la régression sociale. Le choix est là. Et le projet défendu par François Fillon a au moins le mérite de poser clairement les termes de l’alternative qui nous est proposée. L’élection présidentielle de 2017 se jouera donc sur la question de l’Euro et de ses conséquences.

[1] Voir Sapir J., « François Fillon, clarté et incohérences », note postée sur le carnet RussEurope, le 22 novembre 2016, https://russeurope.hypotheses.org/5446 et Sapir J., « François Fillon, de Gaulle et Jean Monnet », note postée sur le carnet RussEurope, le 21 novembre 2016, https://russeurope.hypotheses.org/5440

[2] http://www.bernarddebre.fr/2016/11/22/lettre-ouverte-a-alain-juppe-2/

[3] http://www.bfmtv.com/breves-et-depeches/contrairement-a-fillon-juppe-est-plus-proche-du-pape-francois-que-de-la-manif-pour-tous-1062000.html

[4] Voir mon ouvrage Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Editions Michalon, 2016.

[5] http://www.liberation.fr/france/2016/11/21/sacristie_1530009

[6] Sapir J., L’Euro contre la France, l’Euro contre l’Europe, Paris, éditions du Cerf, 2016.

[7] Coll., L’Euro est-il mort ?, Paris, Editions du Rocher, 2016

[8] Stiglitz J.E., L’Euro : comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2016.

[9] Lancelin A., Le monde libre, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2016.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *