Agonies (sur la « primaire » du P « S »)

Le premier tour de la « primaire » organisée par le parti « socialiste » confirme ce que l’on pouvait en penser depuis plusieurs semaines. Les seuls vainqueurs seront ceux qui n’y auront pas participé, que ce soit Jean-Luc Mélenchon qui voit ici sa stratégie, tant critiquée, amplement validée ou que ce soit Emmanuel Macron. Mais, cette primaire est aussi révélatrice de la spirale déclinante dans laquelle se trouve le P « S », spirale qui est assez semblable à celle de la SFIO à la fin des années 1950 et dans les années 1960. S’étant décrédibilisé, et largement déshonoré, par sa gestion de la Guerre d’Algérie, la SFIO, qui rappelons-le est « l’ancêtre » du P « S », a tout d’abord accepté de ne pas se présenter lors de l’élection présidentielle de 1965 puis n’a réuni que 5% des suffrages sur son candidat, Gaston Defferre, lui aussi censé incarner une « gauche de gouvernement », en 1969. Il convient donc de rappeler les principaux enseignements du vote qui a eu lieu dimanche 22 janvier.

 

  1. La participation semble avoir été très faible[1]. Il faut ici user de prudence et employer le conditionnel (oui, ce temps que Mme Vallaud-Belkacem voudrait expurger du français), car la « haute autorité » ne donne plus d’information à son sujet depuis 22h43 hier soir, où elle annonçait 1,337 millions de votant sur 80% des bureaux. A l’heure où cette note est écrite soit 10h00 le lundi 23 janvier, le chiffre de participation (le « compteur ») a disparu et la « haute autorité » ne communique plus. C’est ce qui fait dire à certains, non sans quelques bonnes raisons, que le P « S » nous aurait « berné » en annonçant dès 20h40 dimanche un chiffre « proche de 2 millions » [2]. En tout état de cause, un chiffre qui se situerait autour de 1,5-1,7 millions serait une véritable claque pour les organisateurs. Rappelons qu’en 2011 le premier tour de la « primaire » du P « S » avait vu 2,7 millions de votants se déplacer, et que lors du premier tour de la « primaire » de la droite et du centre, on a enregistré 4,3 millions de votants.
  2. Cette « primaire » a vu Manuel Valls, qui assuma d’être Premier-ministre pendant de longues années et qui était le seul à défendre le « bilan » du gouvernement et de la Présidence Hollande, se prendre une claque, celle-ci symbolique, en étant distancé de près de 5% par Benoît Hamon. Ayant réuni seulement 31% des suffrages sur son nom et son projet, Manuel Valls peut ainsi mesurer à quel point il est décrédibilisé. Il est vrai que sa promesse d’abolir le « 49,3 » après s’en être beaucoup servi, et ce sans même esquisser l’ombre d’une réflexion, n’a pas joué en sa faveur. Valls a, ici, endossé l’habit du Guy Mollet, et il porte une large part de responsabilité dans la « descente aux enfers » du P « S ». Nul ne peut dire s’il réussira à inverser la tendance pour le second tour, où beaucoup de choses dépendent, justement, du taux de participation. Mais, le discrédit qui le frappe est certain et à l’heure actuelle irrémédiable
  3. La « surprise », si c’en est une, est la percée de Benoît Hamon, et l’effondrement d’Arnaud Montebourg. Ce dernier paye, principal et intérêts, les flous et les errements de sa campagne. Vouloir tenter d’unir de la gauche du P « S » aux débris de la fondation Terra Nova, débris qui portent une part importante dans la responsabilité de l’étiolement du P « S », était une tache impossible. Ses différents faux-pas sur la question de la souveraineté ont écarté ceux de ces électeurs potentiels qui avaient pu le soutenir en 2011. Inversement, la percée de Benoît Hamon peut s’expliquer par une campagne dynamique, mais aussi – et peut être surtout – par le ralliement en sous-main du courant représenté par Martine Aubry, qui était bien décidé à faire payer à Manuel Valls, et à François Hollande, toutes les avanies que ces derniers leur avaient fait subir. Il n’en reste pas moins que le programme de Benoît Hamon n’est que la triste resucée du discours « socialiste », et qu’il n’intègre aucune des ruptures nécessaires que ce soit sur l’Union européenne ou sur l’Euro. Sa proposition de « revenu universel » est, elle-aussi, très critiquable. Une note récente de l’OFCE rappelle bien toutes les ambiguïtés du « revenu universel »[3].
  1. Le « story-telling » des grands médias au sujet de cette « primaire » a, une fois encore, révélé l’ampleur des préjugés idéologiques et l’importance des œillères des chroniqueurs politiques. Vouloir prétendre opposer une gauche « réaliste » que Manuel Valls incarnerait à une gauche que l’on décrit comme « utopique », qui serait celle de Benoît Hamon, est une indécente caricature[4]. Elle ne peut avoir qu’un but : préparer un ralliement à Emmanuel Macron. C’est une position défendable, mais qui doit se donner comme telle et non se vendre en contrebande à travers des jugements normatifs sur les uns ou les autres. En fait, le programme de Manuel Valls n’est nullement réaliste : il ne propose pas d’autres voies que celles qui ont provoqué une forte hausse du chômage de 2013 à 2016 et une hausse du déficit public. Les manipulations qui consistent à reporter des dépenses sur les budgets de 2017 et 2018 ne sont que trop évidentes. Quant à Benoît Hamon, le problème n’est pas tant « l’irréalisme » du revenu universel que la contradiction de vouloir une autre politique sans annoncer que l’on rompra avec le cadre austéritaire de l’UE, ce qui implique de rompre avant tout avec l’Euro et avec les traités qui ont été pris ces dernières années. Le discours qui prétend vouloir change l’UE de l’intérieur est un discours vide de sens qui ne présage que des capitulations futures.

 

Cette « primaire » laisse donc, on l’a dit, deux vainqueurs. Emmanuel Macron est conforté dans son choix stratégique de refus d’y participer. Il peut croire que son projet – ne parlons point de programme car il n’en a aucun à l’heure actuel – pourrait être attractif sur l’électorat d’une partie du P « S ». Mais, de fait, il s’avère toujours un peu plus le candidat du patronat, le « bébé-Gattaz », des banques et des élites mondialisées. Jean-Luc Mélenchon, lui aussi, voit sa stratégie confortée. Son analyse dénonçant le piège, tant politique qu’idéologique, de la « primaire » a été validée et, au sein de la gauche, même son meilleur ennemi, Pierre Laurent du PCF, a dû aller à Canossa. Il peut espérer rallier à lui ceux des électeurs socialistes qui avaient suivis Arnaud Montebourg et qui ne se retrouveront pas, et c’est un évidence, dans Benoît Hamon ou dans Manuel Valls.

Sur le fond, cette « primaire » entérine la décadence du P « S ». Mais, là où la situation ne peut se comparer à celle de la fin des années 1950, c’est dans la montée du populisme comme réaction démocratique à la crise de nos démocraties libérales. La montée du populisme est aussi une réaction d’une part croissante de la population, et en France de la population « jeune » – soit comprise entre 18 et 35 ans – au désastre du néo-libéralisme et de la mondialisation. C’est ce contexte qui a invalidé en bloc le mode de pensée des social-démocraties dans différents pays, dont bien entendu la France. La traduction électorale de cette invalidation est en cours, et pourrait conduire lors du premier tour de l’élection présidentielle, à la quasi-disparition du P « S ». La gauche ne se reconstruira qu’en assumant pleinement ce tournant populiste et en cessant de construire des barrières imaginaires entre progrès social et nation.

[1] http://www.leparisien.fr/elections/presidentielle/primaires/primaire-a-gauche-confusion-sur-la-participation-au-premier-tour-23-01-2017-6606594.php

[2] http://www.marianne.net/participation-primaire-gauche-comment-ps-nous-bernes-100249405.html

[3] Allègre G. et Sterdyniak H., 2016, « Le revenu universel : une utopie utile ?», Paris, OFCE policy brief n°9, 15 décembre.

[4] Voir http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/primaire-hamon-valls-le-duel-des-gauches-irreconciliables_1871562.html ou http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/01/22/hamon-valls-et-les-autres-ce-qu-il-faut-retenir-du-premier-tour-de-la-primaire_1543286 ou http://www.lepoint.fr/presidentielle/en-direct-hamon-valls-le-duel-des-deux-gauches-irreconciliables-23-01-2017-2099315_3121.php


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *