Dérapages, par David Desgouilles

Le roman écrit par David Desgouilles[1], Dérapage, nous plonge dans les milieux de la presse, des plateaux télé avariés (comme l’on dit d’un plateau repas), et nous propose en fait une réflexion sur la brutalité d’une opinion construite et manipulée par quelques uns et qui s’exprime sur les réseaux sociaux. L’histoire est amusante ; sans vouloir déflorer le livre, disons que l’on assiste à la chute puis à la rédemption d’un séducteur par ailleurs journaliste, le tout sur fond de terrorisme et d’enlèvement de l’un de nos anciens présidents. Mais cette histoire n’est qu’un prétexte. Le véritable sujet est bien la proscription dont le « héros », Stéphane Letourneur fait l’objet à la suite de son dérapage.

 

Le personnage principal n’est d’ailleurs gère sympathique. Imbu de lui-même, Don Juan des salles de rédaction, il se contente de vivre sans chercher à apprendre. Vivre, pour lui, c’est se situer dans l’instant sans chercher de réflexions s’appuyant sur la longue durée ; c’est cultiver sa renommée au détriment de sa réflexion. En cela, il est assez typique, et même archétypique, d’un milieu des médias que l’auteur connaît bien.

Ce personnage, qui ne suscite à priori guère l’intérêt, commet ce que l’on appelle un dérapage, soit une grosse bêtise, une entorse aux convenances hypocrites mais nécessaires dans lesquelles nous vivons. Il fait des commentaires sexistes sur l’une des personnes qui sont avec lui en studio sans savoir que le micro est toujours ouvert…Malaise !

Et c’est là que tout se met en place. Alors que sa bévue n’aurait dû entraîner qu’une réprimande officielle, une mise à pied temporaire, et une bonne paire de baffes de la part de sa compagne (oui, dans certains cas je suis pour les châtiments corporels…), elle tourne au problème « sociétale » et donne lieu à une véritable exécution médiatique. Cette dernière commence sur les réseaux sociaux, Twitter pour ne pas le nommer ; elle enfle rapidement et se repend, hors de toute proportion. Letourneur devient un homme traqué, un homme devant qui toutes les portes se ferment. C’est l’effet d’un nouvel air de la calomnie et comme le chante Basile dans Figaro[2] : « Un tumulte général / Qui fait retentir l’air. / Et le pauvre calomnié, / Avili, piétiné / Sous le fléau public, / Par grand malheur s’en va crever. »

Letourneur perd donc son travail et se voit sur le point de mettre fin à ses jours.

La description de ce processus constitue la raison d’être du livre. Comment et pourquoi est-il possible à quelques personnes, que l’on qualifie ben pompeusement de « prescripteurs d’opinion », de pouvoir juger et condamner une autre personne et de lui appliquer une peine qui n’est pas que symbolique mais qui se révèle bien réelle, sans mandats ni aucune légitimité. Dans la société du spectacle dans laquelle nous vivons, la faute de gout ou la manque de tact prennent une importance capitale. On pense ici au film Ridicule, dont c’était le sujet même[3], mais qui était censé se passer à la fin du XVIIIème siècle. Peut-être, en sommes nous donc là. Peut-être sommes nous asservis à des règles non écrites d’une société en décadence ou le paraître a définitivement dominé l’être.

 

Sans doute est-ce là un grand sujet. Comment un effet de meute se créé, s’amplifie à travers telle ou telle manipulation, et peut conduire une fois à la mort de sa victime, une autre à sa résurrection. On aurait pu s’attendre à une longue analyse, érudite tout autant qu’ennuyeuse. David Desgouilles fait mieux. Il nous entraîne dans un roman aux rebondissements parfois improbables (quoi que…), ce qui lui permet de mettre en valeur son objet véritable. De paria devenu subitement héro, par l’effet d’un rebondissement dans lequel il ne fut spectateur, retrouve les fastes de la vie parisienne, revient à sa vie d’avant sans avoir oublié ni appris, et reçoit une légion d’honneur tout aussi démonstrative qu’elle est sur le fond imméritée.

Mais son châtiment ne saurait tarder. Il survient en fait quelques minutes après cette cérémonie où il est décoré par un ancien président, validant le vieux proverbe romain selon lequel la Roche Tarpéienne est proche du Capitole. Il existe encore des gens qui pensent qu’une vie ne vaut que si l’on met ses actes en accord avec ses convictions. Et quand ces gens sont armés…

Derrière cette métaphore, il convient de s’attarder à ce qui fait ou défait la réputation : la rumeur, l’apparence et donc en fait le néant. Comment certains « prescripteurs d’opinion » arrivent-ils à manipuler ce néant, à provoquer des vagues susceptibles de faire sombrer les grands des vaisseaux rien qu’en soufflant sur l’eau, c’est ce à quoi David Desgouilles nous propose de réfléchir.

[1] Desgouilles D., Dérapage, Paris, Editions du Rocher, janvier 2017.

[2] «  La calunnia è un venticello  », Acte I, tableau 2. Basile est traditionnellement une voix de basse…

[3] https://www.youtube.com/watch?v=fU_9aU47R_8


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *