L’impact de RUSSEUROPE

Le journaliste Mohsen Abdelmoumen m’a aussi posé une question quant à l’audience de RussEurope, questions qui me permet de fournir ici quelques précisions.


 

  1. Votre site RussEurope a-t-il un impact pour éveiller les consciences des citoyens européens aux enjeux géostratégiques ?

 

Quand j’ai créé, en septembre 2012, avec l’aide technique de la FMSH, et en particulier de Nicolas de Lavergne, que je tiens ici a chaleureusement remercier, mon carnet scientifique RussEurope, je n’avais aucune idée de l’importance qu’il allait prendre Il s’agissait, pour moi, d’un simple outil de vulgarisation scientifique. Or, sa croissance a été réellement spectaculaire. Pendant la première année, la fréquentation (le nombre de connexions) est montée progressivement à 1500 par jour (après avoir connu une pointe à 3800 connexions/jour fin avril 2013). Ce résultat m’avait déjà étonné car je ne croyais pas avoir plus de 1000 connexions/jours (soit 30 000 par mois) compte tenu des sujets que je traitais et qui étaient assez spécialisés. On peut le voir d’ailleurs aujourd’hui, car je continue à publier régulièrement des premiers jets d’articles scientifiques, des notes lourdement chargés en références bibliographiques, des papiers de positions scientifiques. Puis, le nombre de connexions a régulièrement augmenté jusqu’à atteindre 6300 connexions jours (environ 200 000 connexions/mois) en décembre 2014. C’est là que j’ai compris que mon carnet était devenu, que je le veuille ou non, un média en tant que tel.

Graphique 1

J’avais remarqué que le lectorat du carnet réagissais aux événements internationaux, qu’il s’agisse de la crise en Ukraine et dans le Donbass ou, bien entendu, de la crise Chypriote et de la crise Grecque. En janvier-février 2015, à la suite des attentats de Paris (Charlie-Hebdo) mais aussi de la montée en puissance de la crise grecque, le lectorat a fait un nouveau bond, s’établissant à 7200-7500 connexions jours, pour atteindre des sommets en juin-juillet 2015 avec des pics à plus de 24000 connexions/jours. Le calme relatif de septembre-octobre a ramené la fréquentation autour de 6500 connexions/jours, mais à la suite des attaques terroristes de novembre 2015, de la déclaration de l’état d’urgence et des troubles politiques que l’on a connu au début de 2015, cette fréquentation est remontée vers les 8000 connexions/jours.

Aujourd’hui, en février 2017, suite à la manœuvre lancée par le journal Le Monde et visant à discréditer les sources alternatives d’information, ce que l’on appelle l’affaire « decodex » (voir ici l’une des notes consacrée à cette affaire), la fréquentation est en réalité montée en moyenne hebdomadaire de 9200 à 12000 connexions jours avec, pour les 15 premiers jours de févriers, 8 pics de fréquentation au-delà de 10 000 et 2 pics au-delà de 15 000. Pour l’année 2016 il y a eu en moyenne 220 000 connexions par mois, provenant d’un lectorat régulier (identifié par l’IP de leur ordinateur) de 87000 personnes en moyenne par mois. Pour les 15 premiers jours de février, le carnet en est déjà à plus de 100 000 personnes (et non simples connexions).

Il est donc clair que RussEurope a une audience qui va bien au-delà de ce que j’escomptais. Le fait que je publie sur le carnet en anglais (avec l’aide d’une traductrice, Mme de Grazia), en italien (avec l’aide de M. Ruzic), parfois en espagnol et en russe a certainement contribué à l’audience internationale du carnet.

Graphique 2

Mon lectorat est en principe francophone à plus de 40% (France, Belgique, Suisse), puis viennent les Etats-Unis et la Grande Bretagne, puis l’Allemagne et l’Italie (où je sais par twitter que le carnet est suivi, et régulièrement traduit sur divers sites), puis en Russie. Je précise que les chiffres que je donne ici ne concernent que le carnet RussEurope et non ce qui est repris sur des sites « miroirs » ou par d’autres sites. Le site Marianne2 héberge un site « miroir », ce dont je les remercie, et il y a, rien qu’en France, une vingtaine de sites qui reprennent tout ou partie de mes notes. Il en va de même en Italie et en Belgique, et – je le suppose – en Grande Bretagne, aux Etats-Unis et en Allemagne. Je signale d’ailleurs que chacun peut le faire, à la simple condition de ne pas en faire commerce et de bien préciser l’origine du site (l’adresse de le note sur RussEurope).

Graphique 3

Il me semble donc que mes lecteurs, et vous avez raison de dire « européens » et même au-delà, apprécient dans mon carnet les dimensions économiques et géopolitiques. Je pense néanmoins que ce que viennent chercher les lecteurs, ce sont plus mes analyses économiques, et bien entendu les conséquences politiques qui en découlent. Les questions géostratégiques sont bien entendu importantes, et j’y attache moi-même une grande importance, mais je n’ai pas le sentiment que ce sont elles qui attirent le plus grand nombre de lecteurs. De ce point de vue, je suis très fidèle à ce que j’avais écrit à l’ouverture de mon carnet, c’est à dire que je me concentrerai sur les questions économiques de la France, de l’Union européenne et de la Russie. D’où le nom du carnet : RussEurope.

Si j’ai pu « éveiller des consciences », alimenter le débat, j’en suis très heureux. C’est le but de tout enseignant et de tout chercheur, non pas de dire quoi penser mais d’apprendre à penser.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *