Décodons DECODEX

Le site Web du journal Le Monde vient de lancer, depuis le début du mois de février, un « outil » nommé « Decodex ». Cet outil est censé permettre à ses utilisateurs de trier le faux du vrai dans les différents sites. Nul ne contestera ici la nécessité de vérifier les sources. On pourrait penser que cet outil serait une tentative honnête pour aider le lecteur. Mais, elle s’avère, en réalité, un outil idéologique servant à la fois à l’autopromotion de ce journal (ce que l’on peut comprendre sans nécessairement l’approuver) mais aussi, et c’est sur ce point que toute l’opération est bien plus discutable, un outil de tri idéologique. Prétendant lutter contre ce que l’on appelle les « fake news », soit la multiplication des fausses nouvelles, les journalistes du Monde n’ont rien eu de plus pressé que de réinventer l’Index du Vatican. A quand l’Imprimatur ? Pour discuter du problème posé par l’existence même de Decodex, j’ai donc invité dans mon émission, Les Chroniques de Jacques Sapir sur Radio-Spoutnik, Mme Elisabeth Levy, qui dirige le magasine Causeur et Olivier Berruyer dont le site internet Les Crises, fait un travail tout à fait remarquable, et avait été classé en « rouge » par Decodex.

Decodex se présente donc comme une application que chacun peut utiliser. Une application qui, à l’heure actuelle, n’a pas rencontré un grand succès, n’ayant été téléchargée que 21 000 fois en plus de 15 jours. Cette application classe les sites du vert (garantie de « bonnes » informations) au rouge (site réputé dangereux), avec la couleur orange (site peu sérieux), ou bleu (site parodique). Seulement, pour faire fonctionner un système comme Décodex, il faut au préalable établir une liste de sites d’information que l’on considère comme recommandables ou non et surtout une liste de critères qui permettent de jauger, et de juger, de la crédibilité de tel ou tel. On entre là dans un domaine ou joue à plein la subjectivité idéologique des journalistes du Monde. En mettant les pastilles, qu’elles soient vertes, oranges ou rouges, Le Monde s’arroge un droit de jugement alors qu’il est lui-même, et nul ne le lui reproche par ailleurs, un journal d’opinion, un journal qui défend ses idées, mais des idées qui ne font que représenter sa subjectivité. Ce qui gène, ce qui choque même avec cette création du Monde c’est que ce journal se donne ainsi le rôle de censeur du Web, de l’information en ligne. Il s’approprie un pouvoir qui pourrait, à l’extrême limite, relever d’un comité indépendant, ou du CSA, mais certainement pas d’un journal qui est un acteur de cette sphère de l’information et qui ne peut donc prétendre à l’impartialité nécessaire pour une telle fonction.

La dimension idéologique de l’opération se révèle quand on se promène un peu sur Décodex. On constate que les sources de l’établissement médiatique (les journaux avec lesquels Le Monde a des collaborations ouvertes ou implicites) sont systématiquement en vert. Les autres, sont en orange et en rouge, et en particulier les sources dites alternatives. Se révèle alors la dimension « monopoliste » de l’opération. Dans un monde ou le journalisme traditionnel est contesté, car chacun peut, à sa guise, créer un site d’information, l’opération Décodex apparaît comme une volonté un peu puérile et clairement désespérée de certains journalistes pour se garantir le monopole de l’information. Il eut été plus utiles, et plus profitables à tous, que ces dits journalistes s‘interrogent sur les raisons de leurs pertes d’audience.

 

Retrouver la suite dans l’émission de Radio-Spoutnik et le débat entre Elisabeth Levy de Causeur et Olivier Berruyer, animateur du blog Les Crises, à l’adresse suivante

https://www.youtube.com/watch?v=6_n23JkTAr0


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *