Délires russophobes sur Twitter

L’attentat terroriste de jeudi soir sur les Champs-Elysées, attentat où un policier a perdu la vie et deux autres ont été blessés, est un acte terrible. Qu’il soit revendiqué par le soit disant « Etat Islamique » n’étonnera personne. Le terrorisme islamiste est coutumier, et nous le savons tous par les tragiques précédents, de ce fait. Mais, et cela est plus terrible encore, cet acte inqualifiable à déchaîné des comportements pathologiques chez certains.

 

Les délires « twittesques » de certains

Rappelons que M. Christophe Girard, maire du 4ème arrondissement de Paris, avait dans un twitt daté de 21h47 mis en cause…Vladimir Poutine. Ce twitt, il l’a fait disparaître tout en prétendant l’assumer[1], mais il avait été auparavant de très nombreuses fois, et on le redonne ici pour que l’on sache à quel niveau de bassesse certains se laissent entraîner. On peut apprécier ou ne pas apprécier Vladimir Poutine. Ce sont là des positions politiques. Mais le mettre en cause dans un fait où, à l’évidence, il n’a rien à voir relève de la pathologie.

Premier twitt de M. Girard (21h47)

La « twittosphère » s’est enflammée, et à juste raison. M. Girard, qui fut chargé du « projet culture » dans la campagne de Vincent Peillon pour la « primaire » du Parti dit Socialiste, est un ancien élu d’EELV qui a migré, sans principes mais avec bagages, au P « S ». Devant l’émotion suscité par son twitt, il l’a fait disparaître et la remplacé par le suivant.

Twitt de 22h40 de M. Girard

Ce twitt est parfaitement admissible. Il aura donc fallu 53 minutes pour que cet élu, cet homme soit disant responsable, prenne conscience de l’énormité de l’acte qu’il avait commis. Mais, cela révèle un imaginaire profondément complotiste[2]. On aurait pu croire l’incident clôt. Il n’en est rien. Le 21 avril à 00h59, soit plus de 24 heures après que cet attentat terroriste ait eu lieu, et que M. Girard ait souhaité se faire oublier avec son twitt, Madame Catherine Clément, auteure, psychanalyste, et personnalité bien connue à gauche commettait le twitt suivant.

Twitt de Catherine Clément, le 21/04/2017, 00h59

Dans ce cas, on ne peut plus plaider la réaction irraisonnée, la réaction à chaud devant l’horreur des faits. Avec plus de 24h de distance, on est en présence d’un acte réfléchi. Mais d’un acte qui révèle à son tour un imaginaire complotiste et, il faut bien le dire, considérablement dérangé.

 

De la construction de la russophobie

Car, si nous prenons ces twitts comme des actes réfléchis et non comme des actes commis sous l’emprise d’on ne sait quel boisson ou d’on ne sait quel linoléum que l’on aurait fumé en le confondant avec la bonne moquette des familles, ces twitts donc nous renseignent sur la configuration de la matière cervicale de leurs auteurs. Tout d’abord, on constatera les dommages commis par la russophobie obsessionnelle que diffuse une bonne partie de la presse en France. Selon donc cette partie de la presse, la Russie serait toute puissante et le « maitre du Kremlin », car c’est ainsi que cette presse l’appelle, une personne profondément maléfique. Nous sommes, ici, ramenés au niveau de la terreur nocturne des petits enfants. Car, qui peut croire que Vladimir Poutine aurait eu les moyens de téléguider un criminel, d’ailleurs connus de la justice et des services de police, sur le territoire français ? Qui peut croire que le Président Russe, un pays qui a déjà été frappé à de multiples reprises par le terrorisme islamiste, pourrait avoir la volonté de commanditer de tels actes sur le sol français ? On est en train de construire un croquemitaine qui s’appelle Poutine, et cela est non seulement dangereux mais encore très déplaisant dans ce que cela implique comme vision du monde.

Car, il faut questionner cette vision d’une toute-puissance de la Russie. C’est un des thèmes habituels de l’idéologie complotiste qui cherche à ramener divers faits, souvent sans liens entre aux, à une cause unique, cause d’autant plus menaçante bien entendu qu’elle serait cachée. Le prototype de ce raisonnement fut la construction de l’antisémitisme moderne, et en particulier de l’antisémitisme nazi, qui attribuait aux juifs, considérés comme les maîtres secrets du monde tous les malheurs de ce dernier. C’est un mécanisme du même ordre qui est à l’œuvre dans ce qui n’est pas la pensée, ce mot est ici déplacé, mais dans l’acte réflexe de Mme Clément et de M. Girard. Plus généralement, nous sommes avec la construction de la russophobie dans une construction parallèle à celle de l’antisémitisme moderne.

 

En un sens, les twitts commis par ces deux personnes sont des moments importants, tant parce qu’ils éclairent une partie de l’époque ou nous vivons que parce qu’ils montrent ce qu’il y a de commun entre la russophobie irraisonnée et l’antisémitisme.

 

[1] https://www.marianne.net/politique/attentat-des-champs-elysees-un-maire-ps-parisien-conseille-d-interroger-m-poutine

[2] Eilée T., « Attentat sur les Champs-Élysées : le maire PS du 4e arrondissement de Paris accuse Poutine », http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/attentat-sur-les-champs-elysees-le-192146


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *