Mélenchon, la meute et la dignité

Depuis que l’on connait les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, depuis donc dimanche soir dernier, Jean-Luc Mélenchon doit faire face à une pluie de critiques aussi indécentes qu’injustifiées. La cause en est sa décision de ne pas prendre position par rapport au duel entre Mme Marine le Pen et M. Emmanuel Macron. On l’accuse alors de tous les maux dans un emballement hystérique ou l’on manipule les faits de manière honteuse. Encore une fois la meute des journalistes à gages se déchaîne. Elle se déchaîne avec une rare impudence et révèle en cela son choix politique en faveur des options rétrogrades défendues par Emmanuel Macron. Ce « jappellisme », pour user d’un néologisme inventé par certains journalistes démontre la transformation massive, mais certes pas totale, des journalistes en propagandistes. Nous en avions eu un avant goût lors de la campagne pour le référendum de 2005.

J’ai souvent critiqué Jean-Luc Mélenchon, par voie de presse ou à travers ce carnet. Je continue et je continuerai à le faire sur une série de points. Mais, je tiens à dire aussi que je le soutiens ici face à cette meute qui hurle à la mort, qui jappe et qui cherche à mordre. Je le soutiens parce que je défends son droit à refuser ce choix qui lui est présenté. On peut critiquer politiquement sa position et l’on peut en débattre. Rien cependant ne justifie les attaques odieuses dont il est l’objet ni la campagne sauvage de dénigrement dont lui et son mouvement, la « France Insoumise » sont aujourd’hui la cible.

Car, quelles que soient les critiques que l’on peut faire à Mme Marine le Pen, et j’en ai fait quelques unes dans ce carnet, la décence devrait obliger cette même meute de reconnaître qu’il n’y a rien de « fasciste » ni dans son programme ni dans le comportement de son mouvement. Où sont donc les milices armées qui tiendraient les rues ? Depuis des années elles viennent d’une toute autre mouvance que le FN. A prétendre que le FN est « antirépublicain » on s’expose de plus à une contradiction évidente : si ce mouvement fait courir un danger à la République, il devrait être interdit et ses responsables emprisonnés. Si tel n’est pas le cas, c’est que ce parti n’est pas un danger pour la République.

A vouloir se draper dans l’Histoire, cette meute journalistique et écrivassière se prend les pieds dans le tapis. Le programme défendu par Mme Marine le Pen est un programme populiste, avec ses bons mais aussi ses mauvais côtés. C’est un programme souverainiste, même s’il n’est pas exempt de dérapages, comme sur la question du droit du sol et de la protection sociale. On peut le contester, on peut même le réprouver. Mais, en faire un épouvantail est d’un ridicule achevé. Non, nous ne sommes pas dans l’Allemagne de 1933. Nous ne sommes même plus dans la France de 2002. Les choses ont profondément changé, sauf peut-être l’inconscience crasse de cette meute bavante qui nous rejoue la même partition qu’elle nous avait jouée lors du référendum de 2005. Et, il faut le souligner, elle avait été battue à l’époque !

 

Le programme d’Emmanuel Macron, quant à lui, ne fait guère envie, et c’est le moins que l’on puisse en dire. C’est un programme de soumission à la mondialisation et à son bras armé qu’est la politique du gouvernement allemand. C’est un programme de destruction du droit du travail, un programme d’ubérisation de la société. Au-delà, c’est un programme qui porte un projet de société dans laquelle les individus seraient entièrement atomisés, livrés à la loi du marché et à la règle du « froid paiement au comptant ». Ce programme soulève des très grandes inquiétudes. Ces inquiétudes sont légitimes. Elles interdisent de voter pour Emmanuel Macron. Que certains considèrent même que ce programme fasse courir à la France un danger plus grave et plus immédiat que celui de Mme Marine le Pen peut se comprendre et, en tous les cas, on doit pouvoir l’entendre. Cela ne fait nullement de ceux qui défendent cette position des suppôts d’un fascisme d’autant plus imaginaire qu’il est dénoncé avec une rare outrance. M. Macron se prétend porteur de « valeurs » radicalement contraires à celles de son adversaire. Ce faisant, il montre surtout qu’il confond les valeurs et les principes et qu’il ne sait pas ce qu’il dit. Cette hystérisation du discours, elle aussi, inquiète grandement.

 

Il n’est pas question, dans ce carnet, de donner une quelconque consigne de vote. Outre que ce n’est pas le lieu, l’auteur ne s’en voit pas la légitimité n’ayant nulle responsabilité dans la vie politique, syndicale ou associative. De plus, et jusqu’à plus informé, le vote est secret. C’est justement l’un des « principes » de la République, et non une « valeur » comme le prétend Emmanuel Macron.

Mais, quand quelqu’un comme Jean-Luc Mélenchon se voit injustement attaqué et outrageusement caricaturé, quand la majorité de la presse vire à la propagande, ce qui dénote là un risque bien réel de totalitarisme mais dont les sources sont plutôt parmi les soutien d’Emmanuel Macron que de Marine le Pen, alors il est de mon devoir de lui apporter mon soutien. Cela n’efface nullement les critiques que j’ai pu lui faire, et c’est sans préjudice des critiques que je pourrai lui faire à l’avenir (et l’inverse est tout aussi vrai, quant aux critiques qu’il m’a faites et celle qu’il pourrait me faire). Sa position est digne, elle est courageuse, elle est compréhensible et ce même sans qu’il soit besoin de la partager entièrement. Le dire aujourd’hui est une question d’honneur politique, mais aussi de salubrité publique. Ce sont les comportements de meute des journalistes qui aujourd’hui ne le sont pas, et qui font peser un véritable risque sur la démocratie en France. Il faudra bien un jour nettoyer les écuries d’Augias.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *