Macron, l’Euro et le chômage (suite)

Dans une première note[1], réagissant à l’affirmation d’Emmanuel Macron selon qui l’entrée dans l’Euro (1999) avait entrainé une baisse du chômage, nous avions montré que la diminution provisoire du nombre des demandeurs d’emplois était liée à :

  • L’important déficit budgétaire consenti pour maintenir à haut niveau l’activité de l’économie française.
  • L’impact direct et indirect des 35h, tel qu’il a été établi par les chercheurs de l’OFCE.
  • Les effets de la forte dépréciation de l’Euro face au Dollar de 1999 à 2002.

Aucun des ces effets ne furent durables. Ils ont cependant abouti à masquer l’impact très négatif de l’Euro sur l’économie française.

 

Un collègue, avec qui je discutais de cette note ce midi me faisait remarquer que, compte tenu des gains de productivité de l’économie française (1,8% par an en moyenne de 1998 à 2007) il était possible de calculer ce qu’aurait été la progression du chômage sans les deux premiers de ces effets.

On a donc ici pris comme base l’agrégat des catégories A+B+D de la DARES (Pôle Emploi) car elles sont plus significatives de l’évolution du nombre des chômeurs que l’agrégat proposé (A+B+C). On impute de manière linéaire sur une année les conséquences du taux de croissance potentiel calculé dans la précédente note, sans déficit (et donc sans accroissement de la dette) et sans effets induits des 35h mais avec les effets de la forte dépréciation de l’Euro face au Dollar.

Graphique 1

Taux de chômage réel et simulé

Source : Données de la DARES

 

On constate que le chômage progresse, mais faiblement durant la période de dépréciation progressive de l’Euro. Cette progression s’accélère, quand l’Euro se réévalue et retrouve son taux initial par rapport au Dollar. L’impact sur le chômage est de 500 000 personnes, par rapport au chiffre de décembre 1998. C’est le coût direct de l’Euro.

Par rapport au chiffre réel des chômeurs, incluant donc les effets (1) et (2) ce coût s’établit à 1,1 millions de personnes (espace en rouge sur le graphique). Cela signifie que l’accroissement de la dette et les 35h ont permis de masquer un accroissement substantiel du nombre des chômeurs, mais au prix d’une dette passant de 50% à 60% du PIB. Ainsi, et contrairement à ce qu’a affirmé Emmanuel Macron :

  • La mise en place de l’Euro a bien accru le chômage.
  • La politique macro-économique mise en œuvre a bien contribué à une baisse du chômage, compensant les effets de l’Euro, mais avec des coûts qui ne sont pas soutenables à long terme.

C’est cela qui a permis de construire dans l’opinion publique en France l’acceptabilité de l’Euro, avec aussi sa forte dépréciation face au Dollar de 1999 à 2002. Il eut été décent que M. Emmanuel Macron signale ces faits, dont il ne pouvait manquer d’avoir connaissance (sauf à supposer une parfaite incompétence de sa part). Qu’il ne l’ait pas fait donne la mesure des arrangements avec la vérité que ce candidat est capable de prendre.

[1] https://russeurope.hypotheses.org/5968


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *