Délocalisations et marchés sur Radio-Sputnik

J’ai enregistré le vendredi 5 mai deux émissions importantes dans le cadre des « Chroniques de Jacques Sapir » sur Radio-Sputnik. Dans le cadre imparti, et je rappelle que chaque émission dure 26 minutes, ce qui est à la fois long et très court, des discussions très intéressantes ont été possibles. Pour tous ceux qui n’ont pu les écouter, je les résume sur ce carnet en donnant le lien ou l’on pourra réécouter ces débats.

 

La question des délocalisations

La première de ces émissions était consacrée au phénomène des délocalisations, phénomène auquel l’économie française est confrontée depuis maintenant plus de vingt ans. La question des délocalisations s’est invitée dans la campagne de l’élection présidentielle de manière spectaculaire avec l’affaire de l’usine Whirlpool d’Amiens. On se souvient qu’au début de la semaine dernière, le lundi suivant le premier tour de l’élection présidentielle, les deux candidats se sont affrontés sur ce point. La visite surprise de Mme le Pen à l’usine d’Amiens marquant un temps fort de cette campagne.

Cette question des délocalisations doit donc être analysée. Les flux d’investissements internationaux permettent aujourd’hui à des entreprises transnationales de créer des usines modernes, des usines où les travailleurs auront une productivité se comparant de manière raisonnable avec celle des pays déjà industrialisés, dans des pays où les salaires sont très bas. Il résulte que ce que l’on appelle le « coût salarial réel », soit le coût salarial rapporté à la productivité du travail. Or, les conditions de formation des salaires dans les nouveaux pays industriels sont bien moins favorables pour les travailleurs que ce qu’elles sont dans les pays de vieille industrialisation. Dans l’Union européenne, ceci est même aggravé par le principe du marché unique. Ainsi, les différences de coût salarial réel vont de 3 à 1 entre des pays comme la France et des pays comme la Slovaquie ou la Roumanie.

Il n’est donc pas surprenant que les entreprises délocalisent, produisent avec des coûts bien plus bas à l’étranger, et – utilisant le libre-échange qui est aujourd’hui une forme de règle dans les relations économiques internationales – réexportent vers les pays d’anciennes industrialisation. Les conséquences sur le chômage, mais aussi sur l’évolution des salaires, sont alors dramatiques.

Des études, aux Etats-Unis mais aussi réalisées en Europe, ont montré l’impact tout à fait destructeur de ces délocalisations tant sur l’emploi que sur l’évolution du pouvoir d’achat.

Pour discuter de cette importante question, je recevais trois invités Rémi Bourgeot, économiste et chercheur associé à l’IRIS,  Renaud Bouchard, économiste à l’EHESS et ancien avocat, et Franck Dedieu professeur à l’IPAG Business School.

 

Rémi Bourgeot nous a expliqué l’intérêt d’une délocalisation pour les investisseurs: « Créer par le biais d’investissements directs, des usines qui sont à peu près aux mêmes standards que dans les pays développés et à ce moment-là, les différences macroéconomiques entre pays avancés et pays émergents ont tendance à s’estomper […]. On va profiter effectivement de salaires bien plus bas mais on peut avoir une productivité tout à fait intéressante en se basant sur les méthodes de production qu’on a dans les pays développés. »

De son côté, Franck Dedieu nous a montré que la gestion des délocalisations « est devenue une véritable science […]. L’immense majorité des délocalisations, c’est souvent non pas des rachats ou des ventes ou des fermetures mais des arbitrages intra-groupes qui sont liés à de nouveaux investissements… »

Enfin, Renaud Bouchart a estimé que « les pays qui sont victimes ou acteurs de ces délocalisations sont par exemple les pays de l’Europe des Quinze, puis ensuite les pays de l’Europe des Treize, ceux qui sont entrés dans l’Union Européenne à partir de 2004. On se rend bien compte effectivement que ces convergences de salaires, ces réajustements, sont nécessaires. »

Vous pouvez retrouver cette émission de 26 minutes, avec le débat, à l’adresse suivante :

https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201705051031254755/

 

Les marchés votent-ils Macron ?

La seconde émission était consacrée à la question : « Les marchés votent-ils Macron » ? La forte hausse de la Bourse de Paris à la suite de la victoire au premier tour d’Emmanuel Macron(environ 5%) le 23 avril dernier semble le démontrer. Les marchés, ou plus précisément les opérateurs sur ces marchés semblent bien avoir choisi Emmanuel Macron ainsi qu’en témoignent des hausses analogues qui ont eu lieu en Italie et en Allemagne. Au-delà, peut-on dire que l’on est en présence de préférences politiques exprimées par ces opérateurs ? Ou, tout simplement, que ces résultants ne sont de l’expression d’une aversion au risque par des investisseurs, des gérants de fonds qui doivent se préoccuper des plusieurs centaines de millions d’euros ou de dollars, voire plus ?

Il est effectivement clair que les opérateurs sur les marchés financiers, ceux que l’on nomme les investisseurs, ont des choix politiques bien affirmés. Ces choix, ils les expriment par une plus ou moins grand aversion au risque, entraînant des flux d’investissement, vers ou venant de certains pays, mais aussi dans des choix plus subtils entre les actions et les obligations. La mesure de la représentation du risque que ce font ces opérateurs a, bien entendu, une forte dimension subjective. Mais, elle n’en est pas moins très intéressante. De plus, les conséquences de ces mouvements financiers peuvent créer, à leur tour, des contextes politiques particuliers.

 

Pour en discuter, j’ai reçu Dominique Garabiol, directeur de banque et professeur associé à l’Université Paris 8 et Cyrille Collet, directeur de la gestion actions chez CPR AM

Cyrille Collet a expliqué que « ce qui est vraiment important pour les opérateurs financiers, c’est après le Brexit et l’élection de Donald Trump, une forme de stabilité dans la zone Euro. On voit que c’est vraiment un des grands enjeux de la campagne puisque c’est ce qui sépare un petit peu les deux candidats […]. Rester dans l’euro, rester dans l’Union européenne je pense que c’est vraiment très important, c’est la continuité… ». Cyrille Collet a aussi insisté sur le fait que les problèmes des banques dans les pays de la zone Euro allaient perdurer.

Partageant ce jugement, Dominique Garabiol a pour sa part remarqué que « des chiffres le montrent. Le cas de taux dans les emprunts entre l’Allemagne et la France s’est réduit de 0,22 % le lendemain du premier tour de l’élection. Parce que les deux candidats qui étaient « dangereux » pour les marchés ont été écartés, enfin la crédibilité de leur élection a été écartée parce qu’il est apparu que Marine Le Pen n’était pas en mesure de menacer la victoire d’Emmanuel Macron. Il y a un soulagement qui s’est vu dans les marchés. »

Mais il a aussi insisté sur la manière dont les banques se sont divisées sur cette question et, au-delà, sur le fait que la séparation entre banques de dépôts et banques d’affaires était à nouveau un sujet d’actualité, comme l’indiquait des récentes déclarations de Donald Trump.

Retrouvez l’intégrale des 26 minutes de cette émission à l’adresse suivante :

https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201705051031257544-france-elections-marches-candidat/

 

Bonne écoute et à très bientôt !

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *