La mondialisation comme politique et la politique de la démondialisation

Le texte qui suit constitue la préface à l’édition en japonais de l’ouvrage La Démondialisation, publié en 2011 à Paris, aux éditions du Seuil, et qui sortira en juillet 2017 chez Fujiwara à Tokyo.


La démondialisation, à la lumière du Brexit et de l’élection de Donald Trump

 

 

Le Brexit et l’élection de Trump ont démontré que des changements importants étaient en cours. Theresa May, la Première-ministre britannique qui assume fièrement le Brexit, affirme dans le même temps la nécessité de réindustrialiser le Royaume-Uni. La politique qu’elle propose tourne le dos en réalité à plus de trente années de politique néo-libérale au Royaume-Uni. Donald Trump quant à lui hésite ; après la politique-twitter, qui avait vu les grandes entreprises américaines se ranger à certaines de ses idées, il s’avère bien plus modéré dans ses chois internationaux. Ces changements ne sont qu’imparfaitement représentés par le Brexit ou l’élection de Trump qui, en réalité, ne sont que des réponses partielles à des questions globales[1]. La réalité est que la démondialisation est en cours. C’est encore un phénomène relativement difficile à cerner. Il n’y a pas d’idéologie unifiée à son sujet, ni de plan concerté, mais simplement la constatation de ses méfaits. Nous ne savons pas si elle se fera de manière désordonnée ou si, au contraire, elle pourra avoir lieu pour le plus grand bien des peuples.

 

Mondialisation ou autarcie ? Le faux débat

Il convient, tout d’abord, de s’entendre sur les termes. Les périodes d’autarcie totale, sauf durant des conflits, ont été extrêmement rares dans l’histoire. Le commerce à longue distance existait déjà du temps des Pharaons. Le moyen-âge et la période moderne ont connu des flux d’échanges importants sur des distances en fait fort longues. Ce rappel montre que ce n’est pas l’existence du commerce, de l’échange à longue distance, qui peut permettre de définir les périodes de mondialisation. Ce qui les définit c’est d’une part la circulation financières entre les pays, qui non seulement facilite les transferts de capitaux mais ouvre de nouveaux espaces aux crises et permet à certaines entreprises de réaliser leurs profits hors de l’espace où elles produisent, et d’autre part, mais ce phénomène est lié au premier, le découplage entre le lieu ou une entreprise fabrique ses produits et le lieu où elle les vend. Le point est ici important. Il permet aux dirigeants de l’entreprise de faire pression à la baisse sur les salaires de leurs travailleurs sans compromettre leurs profits, ce qui ne manquerait pas de se produire si le lieu de la production et le lieu de la vente étaient les mêmes.

Dès lors, ce que l’on appelle « mondialisation » ou « globalisation » se caractérise d’une part par l’émancipation des entreprises transnationales des règles étatiques et, d’autre part, par une crise latente de la démocratie dans chacun de ces Etats en réaction à cette émancipation[2]. Réduire la « mondialisation » à un phénomène économique (le libre-échange) ou financier (la circulation transnationale sans contrôle des capitaux), même si ces phénomènes sont importants et ont fait apparaître des comportements nouveaux[3], est une erreur. La « mondialisation » est un phénomène global qui voit ses dimensions sociales et politiques devenir déterminante dans la perception que les populations en ont. Le véritable problème engendré par la mondialisation et de nature politique. C’est la crise de la démocratie qu’elle engendre justement en raison de cette émancipation des entreprises transnationales des règles étatiques. C’est ce qui explique, en réaction, la montée de différentes formes de contestation, dont certaines sont « populistes » mais dont toutes sont populaires.

 

Les effets politiques de la mondialisation

La « mondialisation », du fait de ses effets induits, aboutit à rompre l’unité entre la capacité à décider et la responsabilité des décideurs, unité qui est à la base de l’existence de la démocratie. Or, la démocratie exige la présence d’un « peuple », autrement dit un corps politique souverain définit par des frontières. Souverain, voici le grand mot lâché. La souveraineté se définit par cette liberté de décider qui caractérise les communautés politiques que sont les peuples, liberté qu’ils exercent au travers du cadre de la Nation et de l’Etat. Cet oubli de la dimension nécessairement sociale et collective de notre liberté caractérise le point de vue « libéral », point de vue qui lui-même transcende les divisions « gauche-droite » depuis le « triomphe » de la mondialisation, et qui, il ne faut pas s’en étonner, s’avère hostile dans certains de ses courants à cette notion de souveraineté.

Cependant, encore faut-il savoir ce qui fait société, encore faut-il comprendre ce qui constitue un « peuple », et faut-il comprendre que quand nous parlons d’un « peuple » nous ne parlons pas d’une communauté ethnique ou religieuse, mais de cette communauté politique d’individus rassemblés qui prend son avenir en mains[4]. Le « peuple » auquel on se réfère est un peuple « pour soi », qui se construit dans l’action et non un peuple « en soi ».

Ce corps politique exerce, dans le cadre de ces frontières, sa souveraineté. Tout cela explique la vigueur, dans les différents pays, des mouvements pour l’affirmation de la souveraineté. Certains de ses mouvements ont pris des caractéristiques « populistes » car le cadre politique dans lesquels ils se déroulent connaissait des pathologies propres, des formes spécifiques de collusion au sein des élites politiques, économiques ou médiatiques, voire des collusions entres ces élites. Nous avons vu ce phénomène se développer tout d’abord en Amérique Latine avec l’émergence d’une gauche populiste qui n’était d’ailleurs pas exempte de contradictions[5].

Il ne faut donc pas s’étonner si certaines des réponses populaires à la mondialisation remettent en cause, en partie ou en entier, le cadre de la démocratie représentative. Ceci est normal en raison des déformations que cette démocratie représentative a elle-même connues. La disparition du politique dans les « démocraties » les vide de tout sens[6].

 

Misère de « l’alter-mondialisme »

Certains pensent, ou espèrent, que l’on pourrait néanmoins réconcilier la « mondialisation » avec la démocratie. C’est en un sens la philosophie qui inspire le courant que l’on peut proprement désigner « d’alter-mondialiste ». Mais, ce mouvement se heurte à une contradiction fondamentale : comment restaurer la démocratie sans définir précisément le « peuple » et sans respecter son identité politique ? L’aporie du gouvernement mondial (ou du gouvernement régional au sein d’un ensemble de nations) se heurte (et se heurtera) toujours au fait que les identités politiques sont des facteurs indispensables de la constitution de ces peuples. Or, ces identités politiques évoluent très lentement, certainement pas dans la temporalité qui est celle des changements politiques, et il n’est nullement dit que l’on assiste à une quelconque convergence. C’est pourquoi ceux que l’on peut nommer, ou qui se nomment eux-mêmes des « alter-mondialistes » se condamnent soit à l’impuissance soit seront conduit à reprendre une philosophie ouvertement anti-démocratique, celle de la « démocratie sans demos », autrement dit d’une démocratie hors sol, séparée radicalement de toute responsabilité devant « son » peuple. On peut classer dans cette philosophie les idées de « démocratie par la loi », un système où la définition de la démocratie se réduit à le simple observation d’une conformité des règles. On sait depuis longtemps qu’un tel système est en réalité un « tyrannus ab exertitio »[7], autrement dit un système tyrannique[8]. Il a été démontré que la « rule of law » peut parfaitement être le masque de pouvoirs tyranniques. Les études de cas qui sont proposées dans l’ouvrage de David Dyzenhaus, The Constitution of Law, aboutissent, au bout du compte, à mettre en évidence une critique du positivisme. Cette dernière est fondamentale. Elle permet de comprendre comment l’obsession pour la rule by law (i.e. la légalité formelle) et la fidélité au texte tourne bien souvent à l’avantage des politiques gouvernementales quelles qu’elles soient. À quelques reprises, l’auteur évoque ses propres analyses des perversions du système légal de l’Apartheid[9] en rappelant que cette jurisprudence avilissante tenait moins aux convictions racistes des juges sud-africains qu’à leur « positivisme»[10].

Nous comprenons, que cette compréhension soit intuitive pour certains ou le fruit de réflexions élaborées pour d’autres, que la liberté de la communauté politique, de ce que l’on nomme le peuple, passe par la liberté de l’ensemble territorial sur lequel ce peuple vit. On ne peut penser de « Peuple » sans penser dans le même mouvement la « Nation ». Et, la liberté du « Peuple » dans le cadre de la « Nation » s’appelle justement la souveraineté. C’est pourquoi elle est essentielle à l’existence de la démocratie. La souveraineté est une et elle ne se divise pas, n’en déplaise à d’aucuns, mais ses usages sont multiples. Parler alors de souveraineté « de gauche » ou « de droite » n’a pas de sens, ou alors ne peut avoir qu’un sens caché, celui d’un refus, de fait, de la souveraineté. On comprend dès lors le caractère antinomique de la politique, conçue comme expression de la démocratie et de la « mondialisation » qui tend en tout lieu et tout instant à « détrôner » cette politique[11].

 

Montée d’une contestation radicale

Les mouvements qui, au contraire, contestent radicalement les formes de mise en place d’éléments tyranniques dans nos systèmes politiques sont donc obligés de se confronter directement et frontalement avec ce que l’on appelle la « mondialisation ». Il en va de même pour les formes régionales prises par cette dernière, comme c’est le cas avec l’euro[12]. Ces différents mouvements tendent tous, sous une forme ou une autre, à la réaffirmation de la souveraineté populaire, que ce soit dans des formes où domine la légitimité charismatique (pour les mouvements proprement populistes) ou dans des cadres mélangeant de manière diverse les formes démocratiques, bureaucratiques et charismatiques de la légitimité. Ces mouvements vont remettre en cause les grands traités mais aussi les institutions qui avaient pu croire possible de stabiliser les formes de dépossession de la souveraineté populaire, formes de dépossession qui sont donc apparues pendant la phase d’expansion de la mondialisation. Cela ne veut aucunement dire qu’ils se refusent à toute idée de coopération internationale. Mais, cette coopération devra être dans le futur régie par des Nations souveraines. Le Droit International en réalité découle au contraire du Droit de chaque État ; il est un Droit de coordination[13]. C’est la logique développée par Simone Goyard-Fabre[14]. Cette dernière a d’ailleurs rappelé les conditions de l’exercice de la souveraineté et elle a montré que le principe de l’exercice de cette souveraineté ne saurait être remise en cause par des obstacles matériels et techniques. Ainsi, elle écrit : « Que l’exercice de la souveraineté ne puisse se faire qu’au moyen d’organes différenciés, aux compétences spécifiques et travaillant indépendamment les uns des autres, n’implique rien quant à la nature de la puissance souveraine de l’État. Le pluralisme organique (…) ne divise pas l’essence ou la forme de l’État; la souveraineté est une et indivisible »[15]. L’argument prétendant fonder sur la limitation pratique de la souveraineté une limitation du principe de celle-ci est, quant au fond, d’une grande faiblesse. Les États n’ont pas prétendu pouvoir tout contrôler matériellement, même et y compris sur le territoire qui est le leur. Le despote le plus puissant et le plus absolu était sans effet devant l’orage ou la sécheresse. Il ne faut pas confondre les limites liées au domaine de la nature et la question des limites de la compétence du Souverain. La question de la souveraineté prend alors tout son sens si l’on considère sa place dans l’ordre symbolique de choses. La souveraineté ne dépend pas seulement de qui prend les décisions, autrement dit de savoir si le processus est interne ou externe à la communauté politique concernée. La souveraineté, telle qu’elle se construit dans l’œuvre de Jean Bodin, réside dans la prise en compte d’intérêts collectifs, se matérialisant dans la chose publique[16]. Le principe de souveraineté se fonde alors sur ce qui est commun dans une collectivité, et non plus sur celui qui exerce cette souveraineté.

 

La démondialisation aujourd’hui

On comprend, alors, que les différents événements que nous avons connus en 2016, et ceux que nous connaîtrons dans un proche futur forment un ensemble dont la cohérence tient dans la volonté des peuples de retrouver leur souveraineté. Chaque événement, que ce soit le Brexit ou l’élection de Donald Trump a sa spécificité et doit naturellement être envisagé dans son contexte particulier. Mais, il faudrait être véritablement aveugle pour ne pas voir que ces différents contextes particuliers font eux-mêmes partie d’un méta-contexte bien plus général : une révolte des peuples contre l’oligarchie. Cette révolte peut prendre des chemins détournés, comme l’élection d’un homme d’affaires aux Etats-Unis ; mais, ceci n’est que l’expression de la ruse de la politique. Il faut donc appréhender ce mouvement à la fois dans son ensemble, et là il se manifeste comme une réaction de rejet à la mondialisation telle que je l’ai définie, mais aussi dans ses spécificités locales qui font que le Brexit a en fait peu à voir avec l’élection de Donald Trump compte tenu de la grande différence des contextes britanniques et américains.

La question de savoir si ces mouvements pourront apporter une réponse cohérente à la mondialisation est posée. Mais, ces mouvements doivent d’abord faire exploser le carcan des institutions mises en place dans la phase de montée de cette mondialisation. Ils ne se posent pas la question de l’organisation du monde, avec ses interactions comme avec ses spécificités locales. Il est donc inévitable que ce mouvement puisse prendre, dans certains cas, et l’on pense à Trump évidemment, un aspect de « chacun pour soi ». Mais, ceci est appelé à n’être que transitoire. D’ailleurs, on observe que Donald Trump est en train de réviser une partie de son agenda politique à l’international. Aussi peut-on penser qu’une fois que les peuples auront recouvré leur souveraineté une logique de coopération et de coordination se mettra en place, tout simplement parce que le coût d’une guerre à grande échelle (je ne parle pas ici des guerres civiles comme nous en connaissons actuellement un certain nombre) serait tel qu’il menacerait directement la vie des dirigeants. Mais, entre l’utopie du gouvernement mondial et la réalité d’un monde rempli de conflits, nous allons devoir retrouver le difficile chemin de la politique « westphalienne »[17] et réapprendre la pratique des alliances entre égaux et de la coordination.

 

Le rôle de l’Union européenne

De ce point de vue, il convient de considérer le rôle qu’a joué l’Union européenne par rapport à la « mondialisation ». L’un des arguments les plus souvent avancés par les partisans les plus farouches de l’Union européenne est que celle-ci nous « protègerait » de divers maux. Mais, de cela on peut fortement en douter. D’ailleurs, M. Emmanuel Macron appelle publiquement à une UE plus « protectrice ». Cela implique implicitement qu’il reconnaît que l’UE n’a pas joué son rôle. L’Union européenne en fait ne protège pas et n’a nullement protégé les pays qui la composent. Si tel était le cas, comment expliquer que la crise financière aux Etats-Unis, crise liée au marché hypothécaire, ait eu de telles conséquences sur les systèmes bancaires des pays de l’UE. En fait, l’UE s’est pliée, et a même anticipé, sur la mondialisation tant financière que commerciale. L’Union européenne a anticipé les accords de l’OMC, et aujourd’hui encore elle négocie dans la plus parfaite obscurité des accords extrêmement néfastes pour les peuples de l’UE, que ce soit le CETA (traité avec le Canada) ou le futur TAFTA (traité avec les Etats-Unis).

L’Union européenne telle qu’elle existe de manière institutionnelle, soit à vingt-sept membres, ne remplit aucune des conditions pour entamer une rupture avec la globalisation. Elle est trop engagée dans ce processus pour que l’on espère pouvoir attirer vers les positions que l’on a présenté les vingt-six autres pays. Les directives de Bruxelles en ont été les vecteurs. C’est la raison pour laquelle les peuples des différentes nations européennes se prononcent pour une « renationalisation » des compétences, avec des différences marquées selon les pays.

L’élargissement de l’Union européenne de 15 à 28 pays membres (puis 27 depuis le retrait du Royaume-Uni) a joué un rôle considérable dans la pression qu’exerce la globalisation sur l’économie française. Les pays de l’ancienne « Europe de l’Est » ont la possibilité d’exporter sans barrières vers les pays du noyau historique de l’Europe. Dans certains secteurs, les gains de productivité ont été considérables alors que les salaires, contraints par un chômage important, n’ont vraiment pas évolué à la même vitesse. En fait, c’est tout le mécanisme des délocalisations dites « de proximité » que l’on voit à l’œuvre. Ces pays ont reçu des investissements importants dans certaines branches comme l’automobile. C’est ce qui a permis ces gains de productivité. Mais les entreprises d’Europe occidentale savent qu’elles ont toujours le bénéfice d’une main-d’œuvre à très bon marché.

Il faut ici rappeler que les différences de salaires, que l’on prenne le salaire moyen ou le salaire médian, sont considérables dans l’UE. Même en corrigeant cela des différences de productivité, qui peuvent être considérables entre des pays comme la France et l’Allemagne avec des pays comme la Slovaquie ou la Pologne, les différences persistent. Elles sont de 1 à 3. Dans ces conditions, vouloir construire un marché unique et ajouter à cela des taux de changes qui n’évoluent plus comme c’est le cas avec l’Euro, abouti à un désastre. C’est même un crime envers l’industrie française et les ouvriers. On peut considérer, avec le recul que l’on peut avoir depuis 1999, que cette situation est à l’origine d’environ les 2/3 du chômage en France (soit environ 4,5 millions de personnes pour le chômage direct).

 

La trahison de l’Union européenne ?

Cette situation est la cause fondamentale du mouvement de délocalisation. Elle ne laisse comme possibilité que de faire baisser les salaires au niveau des pays ou ces derniers sont les plus faibles (à productivité équivalente). L’UE a constamment refusé la mise en place de mesures correctrices, comme les « montants compensatoires sociaux » qu’avec d’autres auteurs j’avais proposés en 2011 lors de la publication en français de ce même livre.

Cette situation de très grands déséquilibres n’a même pas profité aux populations de ces pays que l’on appelle les « nouveaux entrants ». En fait, l’écart de revenu entre eux et les économies occidentales s’est même accru de 1990 au milieu des années 2000. Il est redevenu aujourd’hui équivalent à ce que l’on pouvait connaître à la fin des années 1930. De ce point de vue, j’invite le lecteur incrédule à se reporter à mon ouvrage de 2006, La Fin de l’Eurolibéralisme[18]. Il y trouvera des chiffres édifiants. Les pays « nouveaux entrants » ont vu leur situation relative aux pays de l’Europe occidentale (Allemagne, France) en réalité régresser depuis la transition post-soviétique et leur entrée dans l’Union européenne. C’est ce qui explique le flux migratoire extrêmement important en provenance de ces pays. Mais, les grandes firmes de l’Union européenne, que ce soit Volkswagen, BMW, Mercédès, ou encore Renault et PSA, en ont tiré profit, en trouvant une main d’œuvre à bas coût, que ces entreprises ont substituée à la main d’œuvre de leurs pays d’origines.

Le processus d’élargissement a donc fait pénétrer en Europe des pays dont les structures économiques et sociales sont toujours très différentes de celles des pays du noyau historique. Et si l’on considère des données plus « sociales » que le PIB par tête, on observe le même processus. L’écart entre les espérances de vie a ainsi tendu à augmenter, et parfois très significativement, alors que l’on aurait pu penser qu’elle aurait dû se réduire depuis 1990.

Ce processus d’élargissement a été décidé en réalité à Bruxelles. Il explique aussi beaucoup l’exaspération des populations contre l’Union européenne. Il nourrit en permanence les populismes européens. Même si ces derniers ont subi un échec provisoire en France avec l’élection d’Emmanuel Macron, on peut penser qu’ils repartiront à l’attaque rapidement tant sont importants les problèmes qui leurs ont donné naissance.

 

Peut-on changer l’Union européenne ?

Face à cette situation, des femmes et des hommes politiques appellent sans cesse depuis maintenant près de trente ans à des réformes de la CEE et de l’Union européenne. Le Président Mitterrand avait, dans son débat télévisé avec Jacques Chirac en 1988, indiqué qu’une harmonisation des salaires et des règles fiscales était nécessaire à la construction du « grand marché » que postulait « l’acte unique ». Il y était revenu dans les polémiques autour du référendum pour le traité de Maastricht. Force est de constater que rien n’a été fait.

A chaque fois que se profile une nouvelle échéance électorale, ces mêmes politiciens, ou leurs successeurs, viennent nous dire que, certes, il faut changer des choses à l’Union européenne, mais qu’il faut surtout la préserver. Ont-ils seulement réfléchi qu’en théorie des jeux, tout joueur qui dit d’emblée qu’il veut avant tout préserver le statuquo se prive irrémédiablement des moyens de le faire évoluer ? De ce point de vue, la seule cohérence qui existe dans le discours d’Emmanuel Macron est sa préférence européenne. C’est un choix, et l’on peut le partager. Mais, il interdit totalement à M. Macron de prétendre faire évoluer l’UE et la changer de l’intérieur. Car, le changement ne peut passer par moment que par des affrontements. Dans la situation actuelle, cela veut dire avant tout par un affrontement avec l’Allemagne. Il faut en avoir conscience. Pour pouvoir, par la suite travailler « avec » l’Allemagne, il faudra d’abord se battre contre elle. C’est aussi une chose que feint d’ignorer M. Macron, et qui invalide tout son discours sur un changement de l’UE.

Il faut donc construire un rapport de force et, pour cela, il faut être conscient que cela implique une autre solution, que est celle de quitter justement l’UE. C’est le fait que cette solution soit raisonnablement évoquée qui peut permettre de construire ce rapport de force. La politique du Général de Gaulle, au début des années 1960, dite de la « chaise vide », condamnait la CEE à la paralysie. Depuis que la règle de l’unanimité a été supprimée pour certaines décisions, cette méthode ne peut plus être utilisée. Seule, la menace d’une sortie de l’UE peut la remplacer. De ce point de vue, la sortie de l’UE doit bien être envisagée, sans être pour autant souhaitée comme le « premier choix » mais comme une alternative raisonnée aux politiques de capitulations qui ont été trop souvent celles des gouvernements respectifs de la France.

 

La coordination et la coopération avant l’Union ?

L’heure est donc venue de revenir sur un certain nombre de points à des politiques nationales coordonnées, qui sont seules capables d’assurer à la fois le développement et la justice sociale. Il convient ici de souligner que c’est par des coordinations et des coopérations que furent lancés les grands succès industriels dont on crédite, bien à tort, l’UE : Airbus (descendant de la coopération franco-allemande sur le programme Transall), ou Ariane.

Ces politiques sont déjà à l’œuvre dans un certain nombre de pays. À cet égard, le retard qui a été pris sur le continent européen est particulièrement tragique. Sous prétexte de construction d’une « Europe » dont l’évanescence politique se combine à l’incapacité de mettre en œuvre de réelles politiques industrielles et sociale, nous avons abandonné l’horizon de ces politiques. Mais, comme le rappelle Dani Rodrik, le problème n’est plus le pourquoi de telles politiques mais il doit désormais en être le comment[19]. De telles politiques se doivent d’être globales et d’inclure la question du taux de change et celle de l’éducation et du développement des infrastructures. Ces politiques, qui sont celles de pays comme la Corée du Sud (43 millions d’habitants) de Taiwan, de la Malaisie, impliquent que l’Etat se dote des instruments qui lui permettent de jouer son rôle en matière de stratégie et de coopération pour les grandes entreprises.

Il faut aujourd’hui constater que sur la plupart de ces points l’Union européenne, telle qu’elle fonctionne, s’avère être un redoutable obstacle. C’est en effet à l’Union Européenne que l’on doit les politiques d’ouverture qui ont accéléré la crise structurelle de nos industries depuis les années 1990. C’est toujours à l’Union européenne que l’on doit la détérioration croissante du système d’infrastructures dans le domaine de l’énergie et du transport qui fit pendant longtemps la force de notre pays. Il est possible de changer ces politiques. Mais, si les résistances devaient apparaître comme trop fortes, il faudrait se résoudre à re-nationaliser notre politique économique. Une action au niveau européen est certainement celle qui nous offrirait le plus de possibilités, mais on ne doit nullement exclure une action au niveau national si un accord se révélait temporairement impossible avec nos partenaires.

Une dé-globalisation marchande est donc en marche, parce que le phénomène de la globalisation marchande a atteint ses limites, tant sociales qu’écologiques, et devient aujourd’hui une menace pour une partie des classes dirigeantes dans certains pays. Mais elle ne s’attaquera pas à la seule globalisation marchande. En effet, en même temps que cette dernière se mettait en œuvre, on a assisté à un mouvement de globalisation financière qui atteint, lui aussi, ses limites, comme l’a démontré la crise financière que nous connaissons depuis l’été 2007, et qui est loin d’être finie.

 

 

[1] Sapir J., “President Trump and free trade”, in real-world economics review, issue no. 79, 30 March 2017, pp. 64-73, http://www.paecon.net/PAEReview/issue79/Sapir79.pdf

[2] Sapir J., « Le vrai sens du terme. Le libre-échange ou la mise en concurrence entre les Nations » in, D. Colle (edit.), D’un protectionnisme l’autre – La fin de la mondialisation ?, Coll. Major, Presses Universitaires de France, Paris, Septembre 2009

[3] Sapir J., « La mise en concurrence financière des territoires. La finance mondiale et les États » in, D. Colle (edit.), D’un protectionnisme l’autre – La fin de la mondialisation ?, Coll. Major, Presses Universitaires de France, Paris, Septembre 2009.

[4] Et l’on avoue ici plus qu’une influence de Lukacs G., Histoire et conscience de classe. Essais de dialectique marxiste. Paris, Les Éditions de Minuit, 1960, 383 pages. Collection « Arguments »

[5] Voir Laclau E. La Razón Populista, FCE, Buenos Aires, 2005.

[6] Bellamy R., (1994). ‘Dethroning Politics’: Liberalism, Constitutionalism and Democracy in the Thought of F. A. Hayek. British Journal of Political Science, 24, pp 419-441.

[7] Voir Saint Augustin, Œuvres, sous la direction de Lucien Jerphagnon, vol. II, Paris, Gallimard, « La Péiade », 1998-2002.

[8] Ceci est analysé dans Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Michalon, 2016

[9] Dyzenhaus D, Hard Cases in Wicked Legal Systems. South African Law in the Perspective of Legal Philosophy, Oxford, Clarendon Press, 1991.

[10] Dyzenhaus D., The Constitution of Law. Legality In a Time of Emergency, Cambridge University Press, Londres-New York, 2006, p. 22.

[11] R. Bellamy (1994). ‘Dethroning Politics’: Liberalism, Constitutionalism and Democracy in the Thought of F. A. Hayek. British Journal of Political Science, 24, pp 419-441.

[12] Sapir J., « La zone Euro : du cadre disciplinaire à la ‘Democrannie’ », in Coll., L’Euro est-il mort ?, Paris, Editions du Rocher, 2016, pp. 111-124.

[13] Dupuy R.J., Le Droit International, PUF, Paris, 1963

[14] Goyard-Fabre S., « Y-a-t-il une crise de la souveraineté? », in Revue Internationale de Philosophie, Vol. 45, n°4/1991, pp. 459-498.

[15] Goyard-Fabre S., « Y-a-t-il une crise de la souveraineté? », op.cit., p. 480-1

[16] Goyard-Fabre S., Jean Bodin et le Droit de la République, Paris, PUF, 1989.

[17] Bely L. (dir.), avec le concours d’Isabelle Richefort et alii, L’Europe des traités de Westphalie : esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, actes du colloque tenu à Paris, du 24 au 26 sept. 1998, organisé par la Direction des archives et de la documentation du ministère des Affaires étrangères, PUF, Paris, 2000, 615 p.

[18] Sapir J., La Fin de l’Eurolibéralisme, Paris, le Seuil, 2006.

[19] D. Rodrik, « Industrial Policy: Don’t Ask Why, Ask How », Middle East Development Journal, 2008, p. 1-29


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *