La croissance en Russie

Le séminaire Franco-Russe sur les questions économiques et financières du développement économique de la Russie tient ces jours-ci à Paris sa 53ème session. Ce séminaire avait commencé comme un séminaire Franco-Soviétique en juin 1991. Il s’est depuis tenu régulièrement, avec deux sessions par an, l’une en France et l’autre en Russie. Cette session est consacrée à un examen croisé des politiques économiques en France et en Russie. Les premiers échanges ont porté sur le retour de la croissance en Russie et sur son ampleur.

 

La première remarque, formulée par l’académicien Viktor Ivanter, président de l’Institut de prévision de l’Economie, le lundi 26 juin, a porté sur l’importance de la croissance en mai 2017. En effet, en glissement, soit calculée par rapport au chiffre de mai 2016, la croissance industrielle a atteint 5,6%. Ce chiffre est cohérent avec la croissance du revenu réel des ménages, croissance que l’on voit s’affirmer depuis la fin de l’année dernière.

L’académicien V. Ivanter

Tableau 1

Croissance en glissement depuis décembre 2016.

déc-16 janv-17 févr-17 mars-17 avr-17 mai-17
Production industrielle 0.2% 2.3% -2.7% 0.8% 2.3% 5.6%
Salaires nominaux 8.3% 8.3% 5.6% 7.6% 8.0% 7.9%
Salaires réels 2.8% 3.1% 1.0% 3.2% 3.7% 3.7%

Source : ROSSTAT

 

L’Académicien Ivanter a insisté sur le fait que cette croissance avait surpris les économistes russes. Même si ces derniers s’attendaient à une croissance importante, le consensus était plutôt de l’ordre de 4%. La croissance est aujourd’hui indéniable. Dans l’automobile, la production des véhicules de tourisme a été de 15%. La question se pose de comprendre les causes de cette forte croissance.

Le commerce de détail a aussi augmenté de 0,7% en glissement en mai contre une prévision 0,6% – 0,5%. Le système Rosstat a également amélioré le chiffre d’avril, ce qui montre que l’on a maintenant une croissance du commerce de détail. La croissance du salaire nominal a été forte avec 7,9% en mai et elle a été considérablement révisée pour le mois d’avril avec une correction du chiffre initial de 6,7% à un chiffe de 8,0%. Cette correction tient compte des données statistiques « ex-post » et non des simples estimations, comme lors de la publication d’avril. Le taux d’inflation se maintient à un niveau faible, pour la Russie, à 4,1% au cours des derniers mois (avril-mai). Cette combinaison de forte croissance des données nominales et de faible inflation s’est traduite par une croissance rapide des salaires réels – qui est restée supérieure à 3,0% au cours des trois derniers mois et qui est combinée avec un Taux de chômage estimé à 5,2% en mai (contre 5,3% un mois plus tôt).

La politique économique actuelle a atteint un degré de stabilité qui fait que les acteurs économiques ne craignent plus des actions inconsidérées de la part du gouvernement. Cette politique est largement entre les mains de la Banque Centrale et du Ministère des finances, pour ce qui concerne la politique monétaire et la politique fiscale. Mais, ceci est une délégation de pouvoir de la part du Président. De ce fait la politique économique a été marquée par une forme de stabilité. Si la priorité à la lutte contre l’inflation a été maintenue, les projets de développement de l’économie n’ont pas été affectés. La Banque Centrale, et en particulier sa Présidente (Mme Nabiulina), comprend parfaitement que la stabilité de l’économie est le fondement d’une bonne politique monétaire.

 

De ce point de vue, les exposés réalisés par deux des collègues de Viktor Ivanter, MM. Vyatcheslav Panfilov et Oleg Gotvan, ont été particulièrement intéressants. Ces deux intervenants ont souligné qu’aujourd’hui on est en présence de deux mouvements contradictoires. Il y a un accroissement des liquidités dans l’économie, du fait de la politique du Ministère des Finances. Mais, la Banque Centrale de Russie quant à elle prélève une partie de ces liquidités. Cela se traduit bien entendu par des taux d’intérêts réels élevés. Avec un taux directeur de 9% et un taux d’inflation de 4,1%, le taux réel se trouve autour de 5%.

Oleg GOVTVAN

Il en résulte que le système bancaire russe, dont la situation s’est fortement améliorée depuis ces 18 derniers mois, ne joue qu’un rôle marginal dans le financement des entreprises. L’investissement est aujourd’hui largement financé par les fonds propres des entreprises, par des prêts inter-entreprises, et par divers fonds d’investissement, et fort peu par le système bancaire. Ce dernier ne joue un rôle déterminant que pour les ménages. Le fait que ces derniers aient cessé le mouvement de désendettement auquel ils se livraient depuis deux ans explique dans une certaine mesure l’amélioration des résultats du commerce. Mais, cette augmentation s’avère trop faible pour porter une force croissance. On peut donc penser que cette dernière est aujourd’hui tirée par les exportations, en particulier pour les produits manufacturés. Mais, le maintien de cette situation implique qu’il n’y ait pas réévaluation du rouble, ou que cette réévaluation soit compensée par des gains en productivité du travail.

De fait, le taux de change du rouble s’est stabilisé entre 57-60 roubles pour 1 dollar, alors que l’on pouvait – il y a quelques semaines – penser que ce taux pourrait descendre à 50 roubles. Ces différents problèmes conduisent à regarder avec espoir, mais sans trop d’enthousiasme, les chiffres de la croissance pour mai 2017. Il est possible que cette croissance revienne vers des taux de 3% pour le deuxième semestre. Même dans cette situation, cette croissance serait importante alors que les prévisions établies à la fin de l’année 2016 tablaient sur une croissance de 1,5%.

 

Les nouvelles du mois de mai incitent donc à un optimisme raisonnable, même si l’on peut penser que l’on ne retrouvera pas des chiffres aussi bons que ceux de ce mois dans la seconde partie de cette année. On peut retenir cependant que la croissance est solidement établie en Russie, et que des bonnes surprises ne sont pas à exclure pour l’avenir.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *