La croissance russe et les prix du pétrole

Intervention d’Alexandre Shirov de l’Institut de Prévision de l’Economie – Académie des Sciences de Russie

La question du rôle du secteur pétrolier (gaz et pétrole) est discutée depuis de nombreuses années en Russie. Mais, cette discussion se fait de manière générale dans un contexte ou la question principale est le prix de la ressource, et donc son effet sur la balance commerciale de la Russie. C’est pourquoi notre Institut a réalisé des scénarii de développement avec un prix du baril allant (en dollars constants) de 50$ le baril à 90$ le baril. Mais, cet aspect obscurci une question essentielle : l’impact, tant direct qu’indirect du secteur pétrolier sur l’économie. Or, les études réalisées par l’Institut de Prévision de l’Economie mettent en lumière l’ampleur de ces effets sur l’économie interne. C’est pourquoi, l’impact de ce secteur sur l’économie et sur la croissance va beaucoup dépendre des décisions prises dans le domaine des grandes orientations de la politique industrielle.

Le changement du rôle du secteur des hydrocarbures

On a tendance à l’ignorer mais, depuis ces dernières années, on est en présence d’un processus de changement dans la dynamique du secteur pétrolier. Ce secteur était largement un secteur d’exportations ; il devient de plus en plus un secteur de consommation interne, et pas simplement du fait de la consommation des ménages mais du fait du développement de l’industrie et des autres activités. La transformation des produits pétroliers prend désormais de plus en plus d’importance. Mais, même cette transformation n’est qu’un des aspects de ce processus. On voit se développer des activités qui ne sont pas à proprement parler des activités de transformations, mais qui sont néanmoins liées à la production pétrolière et gazière. C’est en particulier le cas dans la mécanique de précision, la robotique et l’automation. Ces secteurs se développent pour servir le secteur pétrolier et gazier.

D’un point de vue macroéconomique, ceci se mesure dans l’effet des retombées des investissements fait dans le secteur du gaz et du pétrole. Ces dernières années, l’investissement d’un rouble dans le secteur du pétrole engendre un investissement indirect de 0,74 roubles dans les activités associées. Et ceci devrait encore augmenter dans les prochaines années. Si l’on se livre à une désagrégation de l’économie russe, on peut calculer des effets multiplicateurs sur les diverses branches de l’appareil productif. Ces multiplicateurs sont importants, mais aussi divers, suivant les secteurs. Il convient aussi de les distinguer suivant que l’on regarde l’impact sur la croissance du PIB et sur celle de la Production ou de l’investissement. Ce sont ces multiplicateurs que nous avons intégrés dans le modèle de prévision de l’économie. Mais, cette question est justement l’une de celles où la politique économique et industrielle de la Russie aura le plus d’influence. Aussi, outre des scénarii sur les prix du baril, nous avons modélisé diverses possibilités de politique économique.

 

L’impact des prix et de la politique industrielle

La question des prix est bien entendu importante. A l’Institut de Prévision de l’Economie, nous avons modélisé des scénarii allant de 45-50$ le baril à 90$ le baril. Nous considérons que la possibilité d’avoir des prix largement inférieurs (moins de 30$) est aujourd’hui très faible dans le moyen terme. En effet, un tel niveau de prix provoquerait une forte chute de la production et de l’exploration, ce qui aboutirait dans les dix-huit mois à une forte chute de la production mondiale. Par ailleurs, les conditions de production vont être caractérisées par une hausse des prix, compte tenu des conditions d’exploitations à l’horizon 2025-2035. De même, si les prix dépassent pour une période assez longue le niveau de 70$ le baril, on verra se mettre en place des sources alternatives de fourniture d’énergie, et ce processus empêchera les prix de se stabiliser de manière stable au-dessus de 80$.

Graphique 1

Evolution des prix depuis 2012

Source: Bloomberg

La question des prix du pétrole, cependant, ne doit pas masquer le fait que l’impact de ce prix sur le taux de change est complexe. Si une relation de moyen et long terme est indéniable, on constate qu’à court terme d’autres facteurs interviennent, et en particulier les incertitudes et les anticipations sur l’évolution à très court terme du taux de change. Les dimensions purement financières sont aujourd’hui dominantes pour les évolutions de court terme.

Mais, l’impact essentiel des niveaux de prix est sur la demande, à la fois des ménages et des entreprises. Cette demande nourrit l’investissement, et cet investissement contribue puissamment à la diversification de l’appareil de production.

On revient ici aux variables plus « politiques » qui sont présentes dans notre modèle. Globalement, nous avons identifié deux possibilités, l’une que l’on peut caractériser comme « inertielle » et qui correspond à une politique économique et industrielle de l’Etat similaire à celle que l’on connaît actuellement, et une seconde possibilité, caractérisée par une engagement, tant financier qu’institutionnel de l’Etat, dans le domaine de l’investissement, qu’il soit public ou privé.

 

Les effets de diffusion du secteur des hydrocarbures dans l’économie

Ce que montrent nos calculs, c’est que les variables politiques, autrement dit le choix entre une politique dite « inertielle » ou une politique plus expansionniste dans le domaine de l’investissement, ont une influence bien plus forte sur la croissance que les hypothèses sur les prix du pétrole. A l’horizon 2035, les taux de croissance pourraient ainsi varier de 1,2% par an, dans les hypothèses les plus défavorables à 3,5% dans des hypothèses plus favorables. Notons cependant que si une politique agressive dans le domaine des investissements est mise en place, les coefficients multiplicateurs pourraient eux-mêmes évoluer et se modifier. Cela dégage des perspectives pour des taux de croissance annuelles compris entre 4% et 5%, et qui ne sont que faiblement modifiés par les prix du pétrole.

La véritable question pour notre modèle est de savoir comment nous représentons l’effet de diffusion dans les différentes branches de l’économie issu du secteur des hydrocarbures. Il y a à la fois un effet de diffusion direct, dans le secteur de la transformation des produits pétroliers (chimie, plasturgie), mais aussi un effet de diffusion indirect qui concerne à la fois le secteur des industries à fort contenu technologique, mais aussi le secteur des services travaillant en support aux activités industrielles. Suite à une réflexion du Professeur Ivanter, je suis d’accord pour considérer qu’il faut envisager le secteur énergétique dans son ensemble. La question de l’énergie est essentielle dans une économie moderne. Mais, la diffusion des effets dans les secteurs à haute technologie est aussi importante, mais bien plus difficile à comprendre et à modéliser.

 

Le rôle du secteur des hydrocarbures pour les perspectives de croissance

Le secteur pétrolier va rester le secteur clé de l’économie russe à moyen et long terme. Mais pas pour les mêmes raisons qu’aujourd’hui, où ce secteur est important essentiellement via les exportations. Ce secteur va se développer dans les années qui viennent non pas tant par les exportations mais par l’utilisation directe et indirecte des ressources dans l’économie russe. Cela n’est pas contradictoire avec l’idée que l’économie russe va se diversifier. En fait, cette diversification va se poursuivre quel que soit le scénario de croissance et le scénario sur les prix. Même dans le cas où les prix du baril se maintiendraient sur longue période à 90$ le baril, on assisterait à la poursuite du processus de diversification. En fait, la question principale sur ce point est celui de la politique économique du gouvernement et de l’Etat.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *