Zone Euro : pourquoi le potentiel de croissance est-il faible dans le reste du monde ?

English version

La situation dans la zone Euro est celle d’une récession, qui devrait continuer au moins jusqu’à la fin 2013 et peut-être après. Pourtant, le gouvernement français et le Président de la République affectent de voir des signes d’espoirs à partir du second semestre 2013. Nous allons donc voir si l’évolution des grands « blocs » économiques permet de valider cette thèse ou s ‘il faut y voir simplement l’expression de la « méthode Coué ».

La situation économique dans le reste du monde ne permet pas de prévoir un retour rapide à une forte croissance mondiale. Si la situation économique en Chine devrait lentement s’améliorer, la pression concurrentielle de l’économie japonaise et de l’économie chinoise devrait contribuer à la récession. Le nouveau gouvernement conservateur au Japon n’hésitera pas à laisser le Yen se dévaluer dans les mois qui viennent. De ce point de vue, l’économie française devrait souffrir non seulement de la concurrence du Japon, mais aussi de celle des pays de la zone Euro qui ont réalisé des dévaluations internes et fait baisser leurs salaires. Cela signifie qu’une très grande partie de la demande mondiale pour 2013 ne devrait pas profiter à l’économie française. Celle-ci peut alors tenter d’imiter les pays de la zone Euro (Espagne, Italie) qui font baisser leurs salaires, mais cela provoquera de nouvelles contractions du PIB, car la demande interne de la France continue, tant bien que mal, à tirer l’activité économique dans la zone Euro.

On détaillera ici les évolutions sur les grandes zones de l’économie mondiale, en rappelant cependant que la taille du marché européen en fait la première zone de croissance économique potentielle du monde et qu’il est illusoire penser trouver dans les BRICS un nouveau potentiel de croissance.

Les États-Unis

L’économie américaine n’est toujours pas remise de la crise de 2007-2009, en dépit de ce qui est affirmé ici et là dans la presse. Cette dernière continue de se faire sentir, en particulier par l’appauvrissement d’une partie non négligeable de la population le nombre de pauvres continue d’augmenter). La baisse relative du chômage (autour de 7%) ne se traduit pas par des créations d’emplois rémunérés de manière convenable. En fait, compte tenu de la définition officielle du chômage aux Etats-Unis, on peut penser que pour les normes européennes, ce dernier se maintien au dessus de 10% de la population active. Si la situation semble désormais stabilisée, les perspectives de croissance à moyen terme restent faibles.

On entend de manière récurrente parler d’un « retour de la croissance » pour l’économie américaine. Mais, les conditions de ce retour ne sont pas globalement remplies, en particulier en ce qui concerne la consommation des ménages pour une grande majorité de la population. L’épargne et l’investissement restent particulièrement faibles. Ce fait est extrêmement inquiétant.

Graphique 1

Source : FMI

Même si on assiste à petit rebond de ces deux derniers indicateurs, les niveaux atteints actuellement sont particulièrement faibles. Or, le lien entre l’investissement et la croissance est particulièrement net aux Etats-Unis comme on peut le voir sur les graphiques 2(a) et 2(b).

Le rebond de croissance auquel on assiste actuellement, et qui s’est traduit par une baisse relative du chômage, même si ce dernier reste particulièrement élevé au vue des normes américaines et des pratiques statistiques de ce dernier pays, semble pour l’essentiel lié aux différents épisodes d’assouplissement monétaires (les « quantitative easing ») qui ont été mis en place. On constate des déviations majeures de la relation statistique entre investissement et croissance. Les développements des énergies « non conventionnelles » (Shale Oil et Shal Gaz) peuvent aussi en expliquer une partie. Mais, l’idée que les Etats-Unis pourraient retrouver une croissance stable et importante du fait de la baisse des coûts de l’énergie reste largement aujourd’hui du domaine de la pure spéculation.

Il est de plus patent que le dernier en date de ces « relâchements monétaires » (QE-3) se soit traduit avant tout par une hausse des dividendes payés aux actionnaires et par un désendettement des entreprises.

En fait, on peut se demander si l’économie américaine ne vit pas très largement sur les effets retardés du dernier « quantitative easing » (QE2). Il expliquerait la croissance « anormale » au vue de l’investissement de ces derniers mois. Dans ce cas, il faudrait s’attendre à un brutal ralentissement pour l’année 2013, qui se manifesterait justement au second semestre.

Graphiques 2(a) et 2(b)

Source : FMI, World Economic Outlook, 2012

Source : FMI, World Economic Outlook, 2012

La question de la « falaise budgétaire » (Fiscal Cliff) corrobore cette hypothèse. Même dans le cas d’un accord bi-partisan sur ce point, qui est aujourd’hui probable, permettant de repousser un peu plus le plafond de la dette, la hausse des impôts et les réductions de dépenses nécessaires pour réduire le déficit budgétaire auront un effet négatif sur la croissance au second semestre de 2013.

Graphique 3

Source : FMI, World Economic Outlook, 2012

Dans tous les cas de figure, la croissance pour 2013 ne devrait pas dépasser le niveau de 2012. L’économie américaine semble dans l’incapacité de jouer le rôle de tracteur de la croissance mondiale.

La Chine et l’Inde

Les deux pays les plus peuplés de la planète on connu ces dernières années des fortunes diverses en économie.

En Chine, le gouvernement a massivement réagi à la crise de 2008-2009, évitant ainsi un effondrement de la croissance qui aurait pris la forme d’une véritable catastrophe nationale. Mais, les injections massives de liquidités et les investissements très importants qui ont été consentis ont aussi permis le développement d’une bulle immobilière de première grandeur. Les nouvelles autorités chinoises semblent désireuses de purger l’économie de cette bulle et d’aboutir à une rationalisation du processus d’investissement. Aussi faut-il s’attendre à ce que le taux de croissance baisse. Il devrait atteindre le 7,8% en 2012 et probablement les 7,5% en 2013. Ce sont des chiffres importants, mais qui semblent structurellement surévalués de 3% à 4% du fait des problèmes que rencontre l’agence des statistiques chinoise.

L’Inde, quant à elle, a toujours connu des taux de croissance plus modeste que la Chine. Elle doit affronter elle aussi une tendance baissière très nette. Pour la première fois depuis de nombreuses années, l’indice de la production industrielle à reculé au 3ème trimestre de 2012. En Inde, aussi, se pose le problème de la rationalisation des investissements.

Graphique 4

Source : FMI, World Economic Outlook, 2012

Il est donc clair que si un regain d’activité se déclenche en Chine, ses effets sur la croissance mondiale seront plus que contrebalancé par la situation dans les autres pays.

Le Japon

Le Japon, quant à lui, souffre d’une crise structurelle, que l’on a appelé la « décennie perdue » depuis de très longues années.

Sa dette souveraine est considérable et ne cesse d’augmenter. Si la charge des intérêts est restée très faible jusqu’à ces dernières années, sous l’action de diverses conventions, la rupture de ces dernières n’est plus à exclure, et avec elle l’accroissement brutal des taux d’intérêts. Mais, pour l’heure, le problème essentiel du japon est bien celui de la croissance.

Cette dernière reste faible, et le taux d’investissement, longtemps un point fort de l’économie japonaise, décline régulièrement. Si la crise de 2008-2009 aété suivie d’un rebond immédiat, ce dernier semble devoir être de courte durée. La baisse des exportations du Japon a entraîné, pour la première fois depuis très longtemps, l’apparition d’un déficit commercial au 3ème trimestre 2012. Le résultat a été immédiatement une dépréciation du Yen. Mais, les signes avant-coureurs d’une nouvelle récession, ou à tout le moins d’une stagnation de l’économie japonaise s’accumulent, et ceci alors que les caractéristiques démographiques de la population japonaise deviennent de plus en plus défavorables. La Japon, qui a cédé la deuxième place des économies mondiales à la Chine ne pourra donc pas être un tracteur de la croissance mondiale, si ses besoins en énergies fossiles vont croître dans les prochaines années du fait des conséquences de la catastrophe de Fukushima.

Graphiques 5(a) et 5(b)

Source : FMI, World Economic Outlook, 2012

Source : FMI, World Economic Outlook, 2012

Même si l’élection du nouveau gouvernement conservateur va ralentir un peu ce processus, on devine que la politique agressive du « Japon d’abord » dans le domaine commercial aura de fortes conséquences sur l’activité des autres pays. En effet, actuellement, on assiste à une forte contraction des exportations1. Il est plus que probable que le futur gouvernement Abe va largement jouer de l’arme de la dévaluation pour tenter de corriger cette tendance.

Conséquences sur l’économie française

Au total, il est très difficile d’imaginer un renversement de tendance pour l’économie française dans le cours de l’année 2013. Le chômage y augmentera donc de 500 000 personnes sur la période Juin-2012 / Juin-2013, ce qui correspond à la pente actuelle de 45 000 suppressions d’emplois par mois.

Graphique 6

Nombre de chômeurs par catégorie

Source : DARES Indicateurs n° 087, novembre 2012, DARES et Pôle emploi, Paris.

Pour le second semestre de l’année, l’impact des mesures d’austérité d’ores et déjà programmées devrait provoquer une hausse du chômage d’encore 200 000 personnes au minimum. C’est donc au niveau dramatique de 3,7 millions de chômeurs de catégorie A que devrait s’établit le chômage en France à la fin de 2013, et probablement 5,2 millions pour les catégories A, B et C, (France métropolitaine).

Note sur les catégories statistiques

Il est clair que ce niveau va alourdir de manière considérable les charges pesant sur les entreprises, à moins que le gouvernement ne se décide à une baisse importante des prestations, ce qui aura un nouvel effet dépressif sur l’économie française. En fait, la France se trouve confrontée à un choix entre deux solutions qui sont aussi déplaisantes.

Ou bien elle décide de ne pas modifier le projet de budget pour 2013, et elle sera largement incapable d’atteindre l’objectif des 3% de déficit en 2013, mais aussi probablement en 2014. La hausse incontrôlée de la dette inquiètera les agences de notation, et la France doit s’attendre à être à nouveau dégradée dans le 2ème semestre de 2013. De plus, la France subira la concurrence des pays appliquant des politiques de déflation salariale. Outre le déficit budgétaire, le déficit commercial devrait donc s’accroître durant l’année 2013 et 2014. L’inefficacité des politiques d’austérité sera alors pleinement démontrée, mais sans qu’une politique alternative se dégage en l’état présent de la situation.

Ou bien, le gouvernement fait réellement de la réduction du déficit sa priorité, mais il doit à ce moment prendre des mesures complémentaires d’austérité, qui vont déprimer encore plus la conjoncture. On sait que la valeur probable du multiplicateur des dépenses publiques est largement au-dessus de 1. La récession sera relativement importante sur le 2ème semestre 2013 et l’année 2014 et le chômage continuera d’augmenter. On ne peut exclure alors que le gouvernement s’engage dans une politique de déflation salariale, mais ses conséquences seront tout à fait dramatiques sur l’économie française.

Il n’y a pas de solutions pour cette dernière dans les conditions actuelles, au sein de la zone Euro. La logique de cette dernière est de conduire à toujours plus d’austérité. L’absence de perspectives économiques au sein de la zone Euro, et les perspectives plus que médiocres dans le reste du monde se conjugueront pour entraîner l’économie française de la récession au bord de la dépression. Le « risque politique » va s’accentuer, tout comme dans les autres pays du sud de la zone Euro. Croire que les taux d’intérêts ne finiront pas par les refléter est une profonde illusion.

Le présent texte constitue une version révisée de la dernière partie du papier présenté au séminaire de Kazan (Russie).

Télécharger le document Jacques Sapir, Zone Euro : pourquoi le potentiel de croissance est-il faible dans le reste du monde ? (pdf)

English version

Eurozone : why does the growth potential remain weak in the rest of the world?

Citation

Jacques Sapir, “Zone Euro : pourquoi le potentiel de croissance est-il faible dans le reste du monde?”, billet publié sur le carnet Russeurope le 19/12/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/617
  1. James Mayger, « Japan Exports Slide Even as Yen Decline Improves ’13 Outlook » Bloomberg, URL : http://www.bloomberg.com/news/print/2012-12-19/japan-exports-slide-even-as-yen-decline-improves-2013-outlook.html []

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *