L’Euro source structurelle de déséquilibre

La publication de l’édition 2017 du External Sector Report du FMI souligne le problème posé par l’Euro pour des pays comme la France, l’Italie et l’Espagne. On voit que le problème s’est même aggravé par rapport à l’édition 2016.

Dans ce rapport, les économistes et les statisticiens du FMI calculent, par rapport à la balance courante mais aussi à la balance des capitaux, les écarts du taux de change réel (soit corrigé de l’inflation) entre les pays. On voit que cet écart est aujourd’hui dramatique entre l’Allemagne, dont la monnaie est largement sous-évaluée, et la France l’Italie et l’Espagne. Si l’Euro n’existait pas, les taux de change se seraient modifiés, à la hausse pour l’Allemagne, et à la baisse pour les trois pays considérés. Ceci aurait corrigé les déséquilibres. Mais, l’existence de l’Euro interdit cette forme de correction des déséquilibres, et induit donc un avantage compétitif massif (de 20% à 25%) pour l’Allemagne. C’est ce qui explique dans une très large mesure la crise de ces économies et le processus accéléré de désindustrialisation qu’ils subissent.

 

External Sector Report – 2016

A – 01 – External sector report 2016 – copie

External Sector Report – 2017

A – 01 – 2017-external-sector-report

 

Les résultats des éditions 2016 et 2017 du External Sector Report sont édifiants. Dans l’édition de 2016, les résultats étaient les suivants, le chiffres positifs indiquant un surévaluation et les chiffres négatifs un sous-évaluation :

 

Tableau 1

Déséquilibre des taux de change réels (virtuels) entre pays

Point médian Point bas Point haut
France 6,0% 3,0% 9,0%
Allemagne -15,0% -20,0% -10,0%
Italie 5,0% 0,0% 10,0%
Espagne 7,5% 5,0% 10,0%
Ecart France/Allemagne 21% 23% 19%
Ecart Italie/Allemagne 20% 20% 20%
Ecart Espagne/Allemagne 22,5% 25% 20%

IMF, External Sector Report 2016, Washington DC, Résultats tirés de la table p. 35

Si l’on ajoute la sous-évaluation de l’Allemagne à la surévaluation des autres pays, on obtient alors un écart de taux de change théorique de 21% au point médian pour la France, de 20% pour l’Italie et de 22,5% pour l’Espagne. Aucune économie ne peut résister longtemps à un tel écart de taux de change, qu’il soit virtuel ou réel. Mais, sans l’Euro, la correction aurait été immédiate, et elle se serait traduite par une réévaluation de 10% à 20% pour l’Allemagne, et une dépréciation de 9% à 3% pour la France. On mesure ici ce que l’Euro coûte à l’économie française, mais aussi italienne et espagnole. On peut raisonnablement penser que l’Euro, de part la rigidité qu’il implique, est responsable d’environ 50% à 66% du chômage en France.

Or, ceci s’est aggravé en un an. Si l’on regarde les résultats de l’édition de 2017 de External Sector Report on constate les résultats suivants :

Tableau 2

L’écart de taux de change réel pour la France est passé de 24% à 28% avec l’Allemagne. Il est de 20% à 25% pour l’Espagne (qui applique une politique de dévaluation interne importante mais qui ne réussit pas à réduire l’écart) et de 22% à 26% pour l’Italie.

Ces chiffres nous disent plusieurs choses.

Tout d’abord, que l’Euro a aboutit à un déséquilibre massif au niveau des taux de changes virtuels. Comme l’Euro a supprimé la possibilité de rééquilibrer les niveaux par des dépréciations et des appréciations de taux de change, il ne laisse que deux solutions : la dévaluation interne ou les transferts budgétaires.

Ensuite, ces mêmes chiffres nous montrent que les politiques de dévaluation interne, suivies depuis des années par l’Espagne et l’Italie, et que veut mettre en place Emmanuel Macron et son Premier ministre Edouard Philippe, ne fonctionnent pas. Bien sur, la situation est aujourd’hui un peu moins grave pour l’Espagne et l’Italie par rapport à la France, mais de toute manière l’écart de taux de change virtuel, c’est à dire de compétitivité, est de plus de 20% par rapport à l’Allemagne. La leçon est claire : la dévaluation interne ne fonctionne pas.

Enfin, ces chiffres indirectement, nous disent que si l’on veut compenser ces déséquilibres par des subventions, le coût pour l’Allemagne sera tout à fait excessif. En admettant, cas fort peut probable, que la surévaluation puisse être combattue en France, Italie et Espagne par une politique de dévaluation interne rigoureuse, il faudrait que l’Allemagne compense encore à hauteur de 10% de son PIB. On voit que cette hypothèse est clairement impossible.

Dans ces conditions, seule une dissolution de la zone Euro, que ce soit par la sortie de l’un des trois pays cités ou par un accord global, apparaît comme susceptible de régler le problème. Sinon, c’est à la mort, par désindustrialisation et appauvrissement généralisé, des économies de la France, de l’Espagne et de l’Italie, que nous allons assister.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *