La Révolution d’Octobre: réflexion sur un centenaire

Alors que se rapproche le 100ème anniversaire de la révolution d’octobre, la nature du processus dans lequel cette dernière s’inscrivit, mais aussi qu’elle engagea continue de faire débat. Même si, aujourd’hui, les passions du XXème siècle sont en bonne partie retombées, cet événement continue de susciter polémiques et interrogations. L’économie soviétique a constitué tout à la fois une réalité, s’inscrivant sur près de 75 années, et un ensemble de modèles – implicites ou explicites – par rapport auxquels la plupart des observateurs se sont positionnés[1]. La multiplication des termes utilisés pour nommer cet ensemble, économie socialiste, socialisme réellement existant, planification centralisée ou encore économie centralement planifiée, témoigne de cette tension.

Contrairement à une idée qui reste encore fortement présente dans les manuels et l’historiographie, le système économique soviétique ne tire son origine ni de la révolution d’Octobre 1917, ni même d’une continuité idéologique allant de Marx à Lénine[2]. On peut discerner une genèse de ces caractéristiques, qui elle renvoie à une période antérieure à la révolution d’Octobre. Cela conduit à poser alors la question qui fâche : la Révolution d’Octobre fut-elle une révolution socialiste, s’inscrivant dans la continuité d’insurrections comme la Commune de Paris, ou fut-elle une révolution nationale-modernisatrice, comme l’ont été de nombreux mouvements qui se sont développés hors d’Europe, dans les pays colonisés, à partir de la fin de la guerre de 1914-1918. Ou bien, peut-être, fut-elle un mélange des deux ?

La Révolution d’Octobre a eut une lecture en Europe occidentale, qui est assez différente de celle à laquelle elle a pu donner naissance en Asie, en Afrique et en Amérique Latine. Cette lecture s’est développée essentiellement dans des mouvements politiques, eux-mêmes largement insérés dans une réalité locale particulière. C’est pourquoi, l’approche du centenaire de cette révolution va donner naissance à des interprétations largement divergentes, et cela au-delà même des oppositions politiques entre « socialistes » et « conservateurs ». Il faut donc examiner sa dimension nationale-modernisatrice, qui est tout aussi importante que la lecture « socialiste » qui en est le plus généralement donnée.

 

I. La Révolution d’Octobre fut-elle une « révolution socialiste » ?

 

Il est commode de prétendre voir dans le discours du marxisme de la Seconde Internationale l’origine des conceptions économiques des futurs dirigeants soviétiques[3]. Ceci n’est pas complètement sans fondements. On peut en effet trouver de nombreux emprunts tant à la vision du capitalisme qu’à celle d’un socialisme hypothétique d’un Kautsky, d’un Hilferding, pour ne pas dire d’un Parvus, chez les dirigeants bolchéviques qui faisaient partie prenante de cette communauté intellectuelle structurée autour de la social-démocratie allemande. Mais ceci reste loin d’épuiser la question; car cette continuité entre une théorie, elle-même évolutive et contradictoire, et la réalité d’une pratique est tout aussi trompeuse que la continuité que l’on pourrait supposer entre les conceptions des dirigeants et le système sur lequel ils ont régné.

Que les socialistes du début du XXème siècle, et tout particulièrement les bolcheviques russes, aient eu une vision constructiviste de la réalité sociale n’implique nullement que le constructivisme soit praticable dans la réalité. D’ailleurs, le fait de croire qu’une réalité sociale puisse se déduire de représentations constituées et cohérentes existant antérieurement revient à croire dans le même type de constructivisme que celui que l’on peut reprocher aux dirigeants bolchéviques Il ne s’agit pas ici de nier l’importance des systèmes de représentations, mais de les replacer dans leur contexte, et surtout de les considérer comme des systèmes évolutifs, en raison de l’apparition de dissonances cognitives plus ou moins importantes à la suite des effets inattendus des actions. Rejeter le monisme idéologique est au coeur même de la démarche qui consiste à critiquer le constructivisme absolu. Et, faire de l’idéologie la cause principale revient, quel que soit le jugement que l’on porte sur l’idéologie en question, à abonder dans le sens d’un constructivisme absolu.

 

Cette contradiction peut avoir un redoutable effet paralysant quand on s’intéresse à l’histoire sociale. Il est plus profitable de considérer trois sources à l’origine du système soviétique.

 

L’héritage russe

 

La première est incontestablement le modèle de développement mis en œuvre en Russie de 1885 à 1914[4]. Ce modèle résulte, lui même, des difficultés rencontrées lors de l’abolition du servage[5]. Marqué par une forte emprise de l’État sur l’activité économique[6], soit directement à travers l’action des entreprises publiques et le budget de la défense, soit indirectement par le biais de la politique monétaire[7] et fiscale[8], ce modèle s’est caractérisé par une croissance forte au moins jusqu’à la guerre Russo-Japonaise de 1904-1905[9]. Cette croissance a cependant recouvert un certain nombre de déséquilibres ; non seulement s’est elle largement faite au détriment du monde rural, sur lequel pesa un poids fiscal considérable[10], mais il est peu probable qu’elle ait pu aboutir à une convergence avec l’Europe occidentale. En effet, si il est incontestable que l’on voit se développer en Russie un groupe social d’entrepreneurs, ce dernier est traversé de clivages antagoniques.

On distingue nettement dans les premières années du vingtième siècle une opposition croissante entre des grandes entreprises, situées en Ukraine et dans le bassin qui va de la Pologne à Saint-Pétersbourg, souvent liées aux capitaux étrangers et tributaires de l’aide de l’État, et des entreprises moyennes et petites situées dans la région de Moscou, la région des Terres-Noires et sur le cours supérieur de la Volga, dont les propriétaires sont en conflit ouvert avec le pouvoir, tant pour des raisons économiques que politiques[11]. La collusion entre les milieux économiques liés au capital étranger et les cercles proches du Tsar, permettent aux premiers d’obtenir des seconds toutes les mesures nécessaires pour assurer leur domination. Ce qui va provoquer la colère des milieux économiques des petites et moyennes entreprises qui, de plus, considèrent qu’ils sont bien plus et bien mieux que leurs adversaires des grandes entreprises à capitaux étrangers, en contact avec la réalité du peuple russe, et donc à même de porter une projet modernisateur qui soit « national » et non lié au capital étranger.

 

Le poids des communautés religieuses, et en particulier celle des « vieux-croyants »[12] mais aussi la communauté juive, est considérable dans le développement de ce capitalisme autochtone. L’opposition entre les deux groupes tourna au conflit ouvert, tant pour des raisons économiques que pour des raisons politiques (le poids de la réaction orthodoxe) dans les années qui précédèrent immédiatement le premier conflit mondial. Le pouvoir tsariste fur mis en accusation par une partie de l’élite technique et entrepreneuriale, car il était considéré comme incapable de promouvoir les intérêts (ou du moins ce qui passait pour la représentation de ces intérêts) de l’Etat russe. De fait, une partie de l’élite instruisit, à partir de la défaite face au Japon en 1905, un procès en incompétence de l’élite tsariste et de Nicolas II. On peut donc considérer qu’une rupture profonde était survenue entre l’élite proche du Tsar et de certains de ses conseillers et cette élite entrepreneuriale et technique que West qualifie, dans sa thèse soutenue en 1975, de « progressistes moscovites » (même s’ils ne sont pas tous, et de loin, originaires de Moscou)[13]. De fait, l’Association du Commerce et de l’Industrie, constituée dès 1906[14], soit dans le tumulte de la Première Révolution russe, mais aussi dans des temps marqués par la défaite face au Japon et au traité de Portsmouth, symbolise bien cette cristallisation d’une élite économique modernisatrice et qui sera poussée, par l’inertie et l’impéritie de l’élite tsariste vers des positions politiquement modernisatrice. Le soubassement nationaliste, ou plus exactement « patriotique » de cette élite entrepreneuriale et technique ne doit pas être sous-estimé. Il n’est pas, en théorie, différent des thèses d’un Pobedonotsev sur ce point. Mais, celle élite va rapidement comprendre que le modernisation économique de la Russie est la condition nécessaire au rayonnement international du pays, et que cette modernisation économique n’est pas possible sans une modernisation politique.

 

Une croissance économique déséquilibrée

 

Ceci traduit un second déséquilibre, le fait que la croissance économique n’arrive pas à trouver des facteurs endogènes d’alimentation. Pour spectaculaire qu’ait été la croissance de 1885 à 1905, elle n’a pas induit un processus où l’enrichissement de certains groupes sociaux permettrait de fournir à l’économie son propre aliment. Ainsi, après la dépression entamée en 1903 et prolongée par la guerre de 1904-1905, la reprise de la croissance est très largement tirée par les commandes de matériel issues du budget militaire[15], ce qui conduit à relativiser les thèses sur le développement autonome du capitalisme en Russie[16]. A l’exception de la pression fiscale, les relations monétaires et marchandes mordent peu sur le monde rural[17] qui, et c’est une différence notable avec le schéma de développement de l’Europe occidentale au XIXème siècle, reste assez largement à l’écart d’une croissance portée soit par l’exportation (pour les matières premières) soit par les dépenses publiques.

 

Le système bancaire fut toujours en deçà des besoins de financement du développement industriel, en partie en raison du niveau de l’épargne, mais aussi en partie du fait de l’instabilité intrinsèque d’un secteur où l’on rencontrait des banques de nature très différente[18]. La combinaison d’importantes banques de dépôts, avec une structure de société par actions et souvent reliées à de grands établissements bancaires étrangers, et de petites banques qui sont souvent l’émanation d’entreprises industrielles auxquelles elles apportent par ailleurs un financement, n’a pas contribué à la stabilité du système bancaire. Cette instabilité a rendu le rôle de la Banque Centrale, soit directement soit indirectement, crucial pour le fonctionnement du crédit[19]. La Banque Centrale resta la principale source de refinancement des banques privées, même si les instruments varièrent dans le temps. Le réescompte passait ainsi de 30% à 12% des sources de refinancement entre 1895 et 1913 alors que les prises en pension de titres publics et privés montaient de 7% à 23% dans la même période, tandis que le crédit sur les comptes courants restait lui relativement stable avec une part oscillant entre 63% et 61%[20]. L’importance du crédit direct dans le refinancement est à noter, car on retrouvera cette procédure dans les années vingt comme l’un des modes de financement de l’économie. Il est donc à noter que, à cet égard, le pouvoir soviétique ne fera que continuer une pratique solidement établie par ses prédécesseurs.

Par ailleurs, on doit souligner la grande dépendance du système bancaire dans son ensemble par rapport aux opérations financières pilotées par l’État. Qu’il s’agisse du placement d’emprunts, publiques ou privés mais avec garantie publique, ou de la gestion de prêts bonifiés issus de la banque d’investissement émanant de la Banque Centrale, on est en présence d’un poids dominant de circuits de financement contrôlés par l’État. Dans ces conditions, parler d’une autonomie de l’entreprise bancaire face à la puissance publique est difficile. Si il est incontestable que quelques grandes banques, en particulier celles liées aux établissements français, allemands et belges et par qui transitaient le placement hors de Russie des grands emprunts, ont pu discuter d’égal à égal tant avec la Banque centrale qu’avec le Ministère des Finances, ceci n’est pas généralisable aux autres banques. De plus, la circulation du personnel de direction entre des postes dans l’administration et des fonctions dans ces établissements, les liens de parenté directs et indirectes, ont largement contribué à une collusion entre l’État et le secteur privé dans ce domaine.

 

L’héritage de la Première Guerre mondiale

 

Ceci conduit à évoquer une seconde source dans l’origine et la constitution du système économique soviétique, le processus de mobilisation de l’économie russe dans le cours de la Première Guerre mondiale[21]. Comme pour l’ensemble des belligérants, les dirigeants russes sont confrontés à une situation où la guerre moderne impose une brutale restructuration de l’économie afin d’obtenir l’augmentation rapide de certaines productions. Or, et c’est ici une différence majeure avec les expériences de mobilisation industrielle réalisées en Allemagne ou en France, cette restructuration se fera largement contre le gouvernement, dans un climat de quasi-insurrection des petits et moyens entrepreneurs contre la haute administration tsariste[22]. On retrouve là un effet direct de ce procès en incompétence dont on a parlé plus haut.

La constitution des Comités Militaro-Industriels ou VPK (Voenno-Promychlennie Komitety), fédérés par un comité central le Ts.VPK[23], est l’occasion pour les représentants du capitalisme autochtone, rassemblés autour du groupe moscovite de l’Association de l’Industrie et du Commerce, de tenter une alliance à la fois avec l’intelligentsia technique et avec les travailleurs[24]. La tentative de mettre en place des « comités de travailleurs » (ou Rabotchie Gruppy ) va aboutir à un conflit ouvert avec l’administration tsariste qui menacera d’arrêter les principaux dirigeants des VPK et d’interdire les organisations[25]. La dynamique de ce conflit s’éclaire quand on apprend que, dès 1914, un certain nombre d’industrialistes n’avaient pas hésité à soutenir des mouvements d’opposition clandestins, SR, menchéviques et même bolcheviques[26]. De même on retrouve dans l’organisation centrale des VPK L.B. Krasin, directeur de la branche russe de AEG-Siemens et militant bolchevique notoire, ainsi que nombre de responsables SR. Mais le conflit entre l’administration tsariste et les VPK n’est pas la seule caractéristique de la mobilisation de l’industrie russe. Celle-ci va donner naissance à une tradition d’administration de l’économie sous une double base, territoriale et par branches industrielles, à travers la coordination progressive entre les ministères et les VPK[27]. Cette structuration sera reprise telle qu’elle après la révolution d’Octobre, et va perdurer pendant pratiquement la totalité de l’histoire de l’URSS.

 

L’exemple allemand

 

Une troisième source est incontestablement l’expérience allemande de l’économie de guerre. Rappelons qu’elle a abouti à une forme souple, mais néanmoins coercitive, d’administration directe de l’économie[28] autour d’une agence centralisée des approvisionnements, le KRA. Elle conduisit certains de ses responsables, comme W.Rathenau, à parler rapidement de socialisme d’État, voire à se comparer, en 1918, aux bolcheviques russes[29]. Cette perception est d’ailleurs à l’époque partagée par les dirigeants bolcheviques eux-mêmes qui voient dans l’expérience allemande de l’économie de guerre un modèle opérationnel de planification[30]. Les séjours en Russie, au début des années vingt, de collaborateurs de Rathenau, ne pourront que renforcer cette tendance.

On doit d’ailleurs signaler que l’économie allemande a connu entre 1914 et 1918 un certain nombre de traits qui ont été par la suite considérés comme des caractéristiques de l’économie soviétique. On peut y trouver des cycles d’investissements, liés au problème de la pénurie, et même une tentative de collectivisation de l’agriculture[31]. Il est fondamental de comprendre qu’un certain nombre de représentations qui sont d’habitude considérées comme « typiquement soviétiques », par exemple le rôle néfaste d’une agriculture privée, la vision des dysfonctionnements de l’économie comme résultant d’un niveau de développement insuffisant, sont déjà constituées dans l’Allemagne de 1916/1917. Ceci, a contrario, prouve que ces représentations ne sont pas nécessairement le produit d’une « idéologie bolchevique » et encore moins le résultat d’un dogmatisme marxiste. Il est aussi important de comprendre que le cycle d’investissement qui se développe en Allemagne se déroule dans une économie où, formellement, la propriété privée est dominante.

 

II. De la Révolution d’Octobre à la NEP

 

Les trois sources évoquées vont jouer un rôle déterminant durant l’hiver 1917-1918. Rappelons que, dans les semaines qui suivirent la prise du pouvoir, il n’était pas question pour les bolcheviques de construire le socialisme dans la seule Russie[32]. L’objectif n’était que de durer, jusqu’à l’hypothétique révolution allemande. Ceci permet de comprendre pourquoi les premières mesures économiques ont été très timides, se limitant à la nationalisation des seules industries d’armement[33]. Dans la mesure où la révolution attendue tardait à venir, et où il fallait faire face à la guerre civile, le problème de l’organisation de l’économie devint une priorité[34]. Mais, à partir de ce moment là, les nouveaux dirigeants de la Russie vont être confrontés à la nécessité de considérer la dynamique de transformation que les VPK était en train de réaliser dans l’économie. Le projet « socialiste » et même internationaliste est obligé de se confronter au projet national-modernisateur dont les VPK étaient porteurs.

 

Le pragmatisme et l’idéologie

 

La question essentielle fut alors de remettre les usines en route dans un double conflit à la fois contre les propriétaires et contre une partie des ouvriers qui imposaient un « contrôle ouvrier » dans un certain nombre d’entreprises. Les étatisations, qui prirent la forme d’une propriété d’État ou municipale, furent alors l’instrument choisi pour reconstruire un contrôle gouvernemental sur l’industrie et imposer le principe du directeur unique[35]. Elles devaient donner sa cohérence à un système de gestion directement inspiré de ce qui avait fonctionné en 1916 et 1917. Le Comité Supérieur de l’Économie Nationale, ou VSNH, jouant le rôle du Ts.VPK et des départements ministériels, dont il gardait l’architecture ainsi que la grande majorité des administrateurs et fonctionnaires. Il faut tout de suite dire que l’étatisation complète de l’industrie ne faisait pas partie des projets initiaux du nouveau pouvoir. Les entreprises qui furnt soumises à une prise de contrôle ne furent initialement que des entreprises travaillant pour l’armée, ou des entreprises dont les propriétaires avaient décrété le lock-out. Il faut encore signaler qu’un nombre non négligeable d’expropriations résulta d’initiatives locales, sous la forme de mises sous séquestre ou de municipalisation.

 

La guerre civile obligea les bolcheviques à aller plus loin et plus vite qu’ils ne l’avaient souhaité, quitte à justifier cela a posteriori dans une apologie du communisme de guerre. C’est à cette époque, par exemple, que L. Trotsky se fit l’apôtre du travail forcé et de la militarisation des syndicats[36]. En fait, jusqu’à la fin de 1919, le VSNH freina les nationalisations et les municipalisations des entreprises et fit son possible pour maintenir en place les anciennes équipes dirigeantes des usines. L’étatisation de l’industrie ne fut complète qu’à la fin de 1920[37]. La logique même du raidissement de la contrainte et des pratiques de commandements aboutit à la quasi-destruction des relations monétaires et à une double crise agricole et industrielle.

Les conséquences sociales de cette dernière (révolte de Krondstadt, soulèvements paysans de Tambov) incitèrent le gouvernement à revenir vers des pratiques tolérant de larges espaces d’économie de marché. La NEP ne fut pas ainsi seulement la reconnaissance d’une liberté économique dans l’agriculture et le commerce. Elle se traduisit aussi au sein de l’industrie nationalisée par la montée des pratiques contractuelles remplaçant progressivement les commandes autoritaires. En fait, au début des années vingt, l’économie de ce qui était encore connu sous le nom de Russie soviétique était organisé en trois strates distinctes.

Un embryon d’organisme de planification (le GOELRO, qui devint le GOSPLAN) avait été constitué, avec l’aide de spécialistes allemands issus des organismes du KRA de l’économie de guerre. Les tâches de cette instance de planification étaient avant tout indicatives. L’industrie était contrôlée par le VSNH dans sa démarche globale et en particulier en ce qui concerne les priorités d’investissement et de reconstruction. Les entreprises étaient gérées de fait à travers des trusts décrits dans le décret du 10 avril 1923 comme :

« Des établissements industriels d’État autorisés par le gouvernement à opérer de manière indépendante en accord avec leur charte interne, sur une base commerciale et dans l’objectif de faire des profits « .

Ces organismes étaient donc dotés d’une large autonomie, autonomie qu’ils tentaient d’ailleurs régulièrement d’accroître au détriment du VSNH[38]. A cet égard, l’établissement de mesures de discipline financière, s’il entérinait cette autonomie, obligeait les trusts à une réelle responsabilité, en particulier en matière de prix.

 

La NEP

 

La NEP a longtemps eu mauvaise réputation. Pour les uns elle n’aurait été qu’une passade entre le communisme de guerre et la collectivisation[39]. Pour d’autres, un retour honteux au capitalisme et à ses inégalités[40]. Pour d’autres encore, une expérience intéressante mais condamnée du fait même de ses contradictions internes, et en particulier du développement trop lent de l’industrie ou du poids des koulaks à la campagne[41]. La NEP a eu aussi des défenseurs, tant du point de vue de l’analyse politique que de l’analyse économique[42].

En fait, la croissance économique sous la NEP constitue un paradoxe étonnant du point de vue de l’histoire économique. Elle ne peut être rattachée ni à la croissance russe des années 1885-1914, ni à la logique des années trente et ultérieures.

Pour la première fois dans l’histoire du développement industriel de la Russie[43] on est en présence d’une croissance forte, tirée avant tout par les gains de productivité. On pourrait penser que ceci est une illusion statistique, due au phénomène de remise en marche des usines arrêtées pendant la guerre civile. Il n’est pas douteux que l’on a assisté à un effet de récupération, au moins entre 1923 et 1925. Mais, le fait que la tendance se poursuive alors que la production soviétique dépasse celle de la Russie en 1913, et ce sur un territoire plus petit, de même que le fait que la productivité dépasse à partir de 1925 le niveau de 1913, montrent bien que la récupération est loin de tout expliquer.

 

Tableau 1

Le développement économique de l’URSS sous la NEP

Années Revenu national Production

industrielle

Dont industrie légère Production agricole
1913 100 100 100 100
1921 38    31 33 60
1925    nc 73 69 112
1926 103 98 90 118
1927 110 111 102 121

Sources : Annuaires soviétiques de la période, Kontrol’nye cifry narodnogo hozjajstva na…( pour 1925/26, 1926/27), et Kontrol’nye cifry narodnoe hozjajstva SSSR na…(pour 1927/28 et 1928/29), Moscou, diverses années. Voir aussi, Desjat’ let hozjajstvennogo stroitel’stva v SSSR, 1917-1927, Gosizdat, Moscou, 1928 ; E. Kviring, Otcherki razvitija promychlennosti SSSR, 1917-1927, Gosizdat, Moscou-Leningrad, 1929 ; V. Zagorsky, Les salaires et la réglementation du travail en URSS, BIT, Genève, 1930.

 

L’évolution de la productivité est particulièrement intéressante, et ce à deux titres. D’une part parce que la croissance antérieure, même lors de la phase de rapide industrialisation entre 1885 et 1905, s’était déroulée avec des gains de productivité très faibles[44]. Pour utiliser un langage désormais classique, on était en présence d’un schéma d’accumulation extensif, c’est à dire que la croissance reposait avant tout sur l’accroissement du volume total des facteurs de production. Ceci est d’ailleurs une caractéristique commune aux premières phases de la révolution industrielle en Europe et aux États-Unis. Dans une telle situation, la croissance dépend directement de l’investissement, qui lui-même dépend de la capacité à contraindre la consommation intérieure ou de la possibilité d’attirer des investissements étrangers.

Mais, non seulement l’Union soviétique de la NEP retrouve-t-elle rapidement des niveaux de productivité égaux, puis supérieurs, à ceux de 1913, mais le mouvement se poursuit jusqu’en 1929. Cette évolution, que l’on peut reconstituer à partir de diverses données de l’époque reste contestée par certains auteurs qui s’appuient sur des monographies sectorielles, portant presque exclusivement sur l’industrie textile et tout particulièrement les filatures de coton[45]. On peut penser que, bien souvent, il y a une confusion entre la dureté des conflits portant sur l’organisation du travail, conflits dont la réalité est indéniable[46], et le mouvement de la productivité. Il n’y a, en effet, pas de lien de causalité entre calme social et rationalisation, voir simplement développement de la productivité. Au contraire, l’expérience des pays occidentaux montre que les gains de productivité et les conditions de leur partage satisfaisant entre profits et salaires, sont liés à des conflits importants qui jouent un rôle très positif dans le processus.

 

Tableau 2

Évolution de la productivité et du Coût Salarial Réel sous la NEP

Années Productivité

horaire

1913=100

Productivité 1924=100 Salaire moyen,

en roubles constants

1924=100

Coût salarial réel

1924=100

1923 85,8 99,08
1924 86,6 100,00 100,00 100,00
1925 118,7 137,07 114,10 83,24
1926 142,5 164,55 144,80 88,00
1927 153,7 177,48 160,90 90,66
1928 184,3 212,82 182,10 85,57
1929 206,7 238,68 188,90 79,14

Sources : V. Zagorsky, Les salaires et la réglementation du travail en URSS, BIT, Genève, 1930 ; Ekonomitcheskie Obozrenie, Décembre 1925, pp. 268-271 ; J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière, rapports sociaux, Thèse de Troisième cycle, EHESS, Paris, Février 1980, pp. 296-313.

 

Ces gains de productivité étant sensiblement supérieurs à ceux des salaires réels, qui eux aussi connaissent une forte croissance, ceci implique que le coût réel du travail (le coût salarial réel obtenu en divisant le salaire par la productivité) baisse[47] pour les entreprises. En d’autres termes qu’il est possible de dégager des investissements supplémentaires sans pour autant avoir à contraindre la consommation. On peut s’interroger sur les causes d’une telle situation. Il est indiscutable qu’il y a eu, tant de la part du gouvernement et en particulier du VSNH, que de la direction des entreprises, une volonté constante durant cette période d’augmenter la productivité.

 

Les tensions sociales

 

Car, et c’est un élément qu’il faut garder à l’esprit, le succès économique que l’on vient de décrire n’est pas allé sans conflits. Grèves et manifestations ont été nombreuses de 1923 à 1926. Il n’y a, a priori, rien d’anormal à cela. La période de la reconstruction en France, de 1945 à 1955, a elle aussi été socialement agitée, ce qui n’a empêché ni la productivité de croître, ni la situation sociale des ouvriers de s’améliorer. La grande différence tient bien entendu dans les représentations, qu’il s’agisse de celle des dirigeants de l’État de l’URSS comme un État ouvrier, et dans les logiques de légitimation politique qui en découlent, ou de celles des ouvriers. Ces conflits ont produit des tensions fortes au sein de la population urbaine. Pour une fraction non négligeable de la classe ouvrière, ils témoignaient d’un retour au capitalisme, tandis que de nombreux dirigeants soviétiques n’hésitaient pas à stigmatiser les comportements « égoïsto-cupides » des ouvriers[48]. Ces conflits ne résultent pas d’une collusion entre directeurs, dirigeants syndicaux et ouvriers, s’unissant contre les directives du gouvernement. Ils traversent en réalités les différents groupes de manière transversale. Ainsi, les pressions politiques exercées sur l’appareil syndical vont provoquer une aliénation croissante des sections de base vis-à-vis des organes centraux. On trouve aussi des éléments de conflits importants au sein même de la classe ouvrière, entre « anciens » et « nouveaux » ouvriers, hommes et femmes, travailleurs qualifiés et non qualifiés[49].

Le fait que le chômage se soit développé simultanément, passant de 1 million à 1,4 millions de chômeurs enregistrés de 1925/26 à 1927/28, ne pouvait qu’aggraver les choses. Ce chômage est d’ailleurs un des arguments avancés à l’appui de la thèse d’un développement insuffisant de l’industrie. En réalité, une étude comparative du fonctionnement des entreprises et de la composition des chômeurs montre que le phénomène n’est pas lié à un rythme de développement insuffisant. D’une part le nombre des heures supplémentaires augmente considérablement dans la même période, pour représenter en 1928 l’équivalent d’environ 600 000 emplois annuels[50]. De l’autre, on constate que les entreprises qui licencient se livrent en réalité à un renouvellement de leur main d’oeuvre: en même temps qu’elles pratiquent d’importantes mises à pied, visant en général des syndicalistes ou des ouvriers actifs dans les mouvements sociaux de 1923-1925, elles vont chercher dans les villages du voisinage de nouveaux travailleurs. La forte montée des travailleurs syndiqués parmi les chômeurs, entre 1925 et 1927, est un autre indicateur de ce processus.

Il y a donc, globalement, un problème social important dans les villes, mais il n’est pas imputable à une croissance insuffisante. Ce qui le rendra encore plus grave sera sa gestion hautement politique, dans le contexte des affrontements pour le pouvoir qui se déroulent de 1925 à 1928. L’argument d’un développement insuffisant, car freiné par les « concessions » faites aux paysans dans le cadre de la NEP sera un bon moyen de canaliser le mécontentement au profit de Staline et de ses proches.

 

La NEP à la campagne

 

Ceci conduit à regarder les résultats de la NEP dans le domaine agricole, ce qui est une occasion pour tordre le cou à un vieux canard ; il s’agit, bien entendu, des koulaks dont la vulgate stalinienne, souvent reprise de manière a-critique dans les manuels occidentaux, nous dit qu’ils se seraient rapidement développés durant la NEP, au point d’avoir pu menacer, lors de l’hiver 1927/1928, le régime soviétique par une grève de la vente des céréales[51].

Quant on regarde le processus de différenciation sociale au sein de la paysannerie à la fin de la NEP, il faut d’abord le replacer dans le contexte d’une évolution plus large, débutant avant 1914[52]. Il est alors facile de vérifier que l’évolution a été très différente de celle supposée par les responsables soviétiques et leurs épigones. On peut utiliser alors deux indicateurs. Le premier est celui des exploitations agricoles, classées en quatre catégories suivant qu’elles ne possèdent pas de moyens de production (les exploitations très pauvres) ou qu’elles emploient des salariés agricoles (les exploitations capitalistes ou koulaks).

Suivant ce critère, on s’aperçoit que les exploitations dites capitalistes sont peu nombreuses, et qu’elles sont le moins présentes dans les zones de grande culture du blé. Les données du tableau 3, qui portent sur la RSFSR, sont confirmées pour l’Ukraine et la Biélorussie par d’autres sources, qui ont été largement exploitées par S. Grosskopf dans un ouvrage de référence déjà ancien[53].

 

Tableau 3

Répartition des exploitations paysannes

en RSFSR en 1926/1927

Exploitations « très pauvres » Exploitations « pauvres » Exploitations « moyennes » Exploitations capitalistes ou Koulak.
RSFSR 12,3% 21,0% 63,0% 3,7%
Région Ouest 9,7% 20,4% 67,7% 2,2%
Région Centre-Terres Noires  

10,2%

 

23,7%

 

63,8%

 

2,3%

Oural 15,9% 23,0% 56,7% 4,4%
Nord-caucase 16,1% 22,3% 55,8% 5,8%
Sibérie 11,0% 19,9% 62,4% 6,7%

Est considérée comme une exploitation très pauvre une exploitation dont le propriétaire ne possède ni instruments, ni animal de trait ; une exploitation pauvre est une exploitation dont le propriétaire possède soit des instruments soit un animal de trait. Une exploitation moyenne est caractérisée par son autosuffisance en instruments et en moyens de traction ; l’exploitation capitaliste par l’emploi d’un ouvrier agricole.

Source : A.I. Muralova, Narodnyj komissariat zemledelija RSFSR, Trudy zemplana pod obchtchej red. A.I.Muralova, vypusk XVI, Tchast’ 1-ja, Narkomzeml Izdatel’stvo, Moscou, 1928, pp. 35-36.

 

Un second indicateur possible consiste à regarder quelle était la proportion des salariés agricoles dans l’ensemble de la main d’oeuvre. Or, si en 1913 il y avait environ 3 millions de salariés agricoles pour 55,5 millions de paysans indépendants, leur nombre était tombé à 1,515 millions (agents communaux non-inclus) pour 61,2 millions de paysans indépendants en 1926-1927[54]. On voit ici ce que d’autres études avaient indiqué en leur temps[55], c’est à dire la prégnance du paysan moyen dans le contexte social de la NEP, et surtout la tendance à la réduction, et non l’accroissement, de la différenciation sociale à la campagne après 1917. Ceci est largement dû à la vitalité des communes rurales, mais aussi aux pratiques d’entraide spontanée, comme la suprjaga qui ont permis une meilleure utilisation des moyens disponibles[56]. Voilà qui conduit a regarder au plus près le problème des ventes de céréales, que l’on a qualifié de « grève des koulaks ».

La thèse de la vulgate veut donc que les koulaks aient suspendu leurs ventes de céréales, en raison de prix insuffisant. Cette explication est d’ailleurs reprise par des auteurs qui ne sont nullement suspects d’une quelconque sympathie pour les thèses staliniennes[57]. Pour comprendre ce qui s’est passé en réalité, il faut revenir sur les conditions de fonctionnement de l’agriculture russe. Contrairement à la perception des bolcheviques, les exploitations paysannes étaient très loin d’être autosuffisantes. Le problème était moins l’acquisition d’instruments ou de biens de consommation manufacturés (le textile) que l’acquisition de biens de base comme les allumettes, le pétrole des lampes, le sel, le thé et le tabac[58]. A cela il faut ajouter la nécessité de disposer d’un peu d’argent pour les impôts ou pour certains services, comme le médecin ou le vétérinaire, le cas échéant. Une simple baisse des prix n’avait aucune raison de se traduire par une réduction des ventes. Au contraire, le paysan ayant besoin d’une certaine somme d’argent, toute baisse du prix des céréales ne pouvait que l’inciter à vendre plus pour maintenir son revenu.

 

C’est très exactement ce que feront les ouvriers quand les salaires réels baisseront fortement après 1929 ; ils travailleront plus. La vraie question consiste à savoir si les paysans ont intérêt à épargner en monnaie ou sous d’autres formes. L’épargne en monnaie a un avantage, c’est qu’elle est complètement liquide. L’épargnant peut transformer cette épargne en consommation quand l’opportunité se présente. Elle a aussi un inconvénient : elle est susceptible d’une forte dévalorisation si les prix augmentent. Une épargne non monétaire permet de réduire ce risque, mais au détriment de la liquidité. Pour le paysan russe, la forme la plus logique de l’épargne non monétaire consistait à engraisser du bétail de boucherie, et ce d’autant plus que le prix relatif de la viande par rapport aux céréales avait fortement augmenté depuis 1913[59].

Une fois vendue la quantité de céréales permettant d’obtenir la somme minimale nécessaire pour satisfaire aux dépenses incompressibles, le paysan pouvait arbitrer entre poursuivre la vente ou utiliser ces céréales pour nourrir le bétail. Un autre arbitrage était par ailleurs possible. Comme la grande majorité des paysans pauvres et très pauvres vendaient leur récolte immédiatement, soit en septembre et octobre, les prix étaient plus bas qu’en janvier-mars. Vendre plus tard dans l’année économique (qui va de juillet à juillet) permettait alors de gagner plus d’argent pour une quantité identique[60].

Les données statistiques nous montrent que la collecte a brutalement faibli en octobre 1927[61]. Ceci ne concernait ni les paysans très pauvres, qui vendaient immédiatement en septembre, ni les exploitations les plus riches qui pouvaient attendre le début de l’année légale suivante. Le pic que l’on observe d’ailleurs à partir de janvier 1928 est largement dû à des mesures de réquisition. Ce sont ainsi les exploitations moyennes, et non les koulaks, qui ont ralenti le rythme des ventes. Compte tenu de l’absence de marchandises dans les campagnes, à la suite de l’approvisionnement prioritaire des magasins urbains dans le cadre de la campagne pour le dixième anniversaire d’Octobre, les paysans « moyens » ont ainsi choisi d’épargner une partie de leur revenu en engraissant le bétail. Une confirmation de cette explication peut être trouvée dans un rapport de cette époque notant que si les paysans pauvres vendent moins de blé, ils ont maintenu les ventes de betteraves et de porcs[62].

 

Faut-il réhabiliter la NEP ?

 

Que faut-il donc retenir de la NEP ? Elle ne fut certainement pas un chemin jonché de pétales de roses. Cependant elle a possédé une dynamique économique qui était parfaitement viable. L’exemple du spectaculaire développement de l’économie chinoise depuis le début des années quatre-vingt prouve d’ailleurs que l’on peut combiner une agriculture et une petite industrie privées avec une grande industrie étatisée et obtenir des taux de croissance très élevés, sans compromettre le niveau de vie.

Il faut à cet égard rappeler que la production de biens manufacturés ne provient pas à l’époque uniquement de l’industrie d’État. Le développement des kustari, ces semi-artisans, a été spectaculaire durant la NEP[63]. Non seulement ont ils été en mesure de développer des réseaux locaux d’activité et de commerce mais, dans certains cas, ils ont même pu s’étendre et commercer sur l’ensemble du territoire. Il faut ici abandonner la vision réduisant le kustar à l’artisan de village, le forgeron ou le savetier, pour appréhender un autre phénomène, parallèle à ces artisans, qui reproduit le domestic-system des débuts de la révolution industrielle. De très nombreux kustari travaillaient en effet pour des coopératives et des réseaux qui commercialisaient les produits et servaient aussi de centrales d’achat pour les matières premières. Il y a donc eu une véritable dynamique entrepreneuriale dans cette période, qui a pu s’articuler avec les pratiques de gestion de l’industrie d’État et faciliter dans certains cas son redémarrage et son expansion durant la NEP[64]. Les kustari étaient d’ailleurs bien plus souvent en conflit avec les commerçants privés, les nepmen, en raison des faibles prix d’achat pratiqués par ces derniers[65], qu’avec les organes économiques de l’État. Ceci explique la montée du mouvement coopératif parmi les kustari qui étaient intégrés dans une logique de commercialisation au delà de l’échelle locale.

Pourtant, les kustari ne furent pas mieux traités par l’État après 1928 qu’ils ne l’avaient été par les commerçants privés. Contraints d’entrer dans des coopératives strictement contrôlées, ils n’eurent pas d’autre issue que de disparaître en tant qu’activité particulière et d’aller se fondre dans la masse des migrants qui s’embauchaient sur les grands chantiers ou dans les usines nouvellement créées[66].

 

Le problème ne réside pas non plus dans les tensions sociales. A ce compte, on ne comprendrait pas la forte croissance de l’Europe occidentale de 1945 à 1970. Il faut admettre que les conflits sociaux peuvent être un élément de dynamique économique et non un obstacle. Par contre, il est clair que les formes de représentation de ces conflits dans le contexte de l’URSS de la NEP, tant au sein de l’élite dirigeante que dans une partie de la société, et en particulier dans les villes, ont joué un rôle profondément néfaste. Les modes de légitimation du pouvoir soviétique de cette époque, qui étaient très différents de ce que l’on observe aujourd’hui en Chine, la querelle de légitimité interne qu’il connaissait, non seulement vis-à-vis des diverses oppositions, dites de gauche et « unifiée », mais aussi vis-à-vis du mouvement social-démocrate européen par rapport auquel les dirigeants soviétiques étaient dans une logique de compétition, ont lourdement pesé. Il faut ajouter à cela l’absence ou le délitement des institutions qui auraient pu jouer le rôle de médiations de ces conflits ; la reprise en main de l’organisation syndicale, tout comme l’absence de pluripartisme, un élément sur lequel et les partisans de Staline et ses adversaires étaient pour une fois d’accord, ont aussi joué leur rôle.

Les représentations dominantes ont empêché non seulement de dire ce que l’on faisait (du développement et non la construction du socialisme), mais même de penser la réalité telle qu’elle se manifestait. Il ne s’agit pas seulement de dire ici que, dix ans après Octobre, la puissance du mythe était en URSS bien plus forte qu’elle ne l’était dans la Chine d’après la Révolution Culturelle. Contrairement aux dirigeants soviétiques, les dirigeants communistes chinois n’ont jamais tenté sérieusement de construire une internationale, ou aspiré à une hégémonie hors du biais étatique ; ils ont assumé bien plus facilement que les bolchéviques leurs taches de modernisateurs économiques, sans doute en raison des conséquences de la Révolution Culturelle.

On peut à l’évidence montrer tout à la fois combien l’appareil du parti a changé durant la NEP et à quel point il méconnaissait les réalités les plus simples des campagnes[67]. Ce sont des arguments connus, et tout à fait pertinents. Il convient cependant de ne pas sous-estimer les dynamiques particulières d’un système politique où se combine pluralisme et autoritarisme. L’absence de mode réglé de résolution des conflits issus d’une pluralité d’intérêt, la combinaison de formes de légitimité qui insistent soit sur la fidélité au chef[68] soit sur la fidélité, réelle ou apparente, à un discours, ont joué leur rôle dans la mise en place de comportements aboutissant au « grand tournant » de 1928.

 

III. La révolution d’Octobre en perspective

 

Si l’on regarde désormais ce que l’on appelle la « Révolution d’Octobre », on se rend compte que cette dernière est un phénomène autrement plus complexe que ce qu’en disent ses thuriféraires comme ses détracteurs. Pour les premiers, l’Histoire s’écrit simplement. Les bolchéviques ont su réaliser l’unité des peuples de Russie, et en particulier faire l’unité entre les paysans et les ouvriers sous la direction de ces derniers. Pour les seconds, cette « révolution » n’est pas autre chose qu’un « complot », piloté soit de l’étranger soit depuis certaines minorités (les juifs évidemment) de Russie. Mais, aucune de ces thèses ne se tient.

 

La Révolution d’Octobre a été l’aboutissement d’un processus qui a commencé bien avant l’année 1917, et même bien avant la guerre. Si la paysannerie russe occupe dans ce processus une place importante, si dans les faits immédiats le rôle de la classe ouvrière, regroupée à Saint-Pétersbourg et à Moscou a été important, ces deux classes n’auraient pas réussi à abattre le régime tsariste sans les contradictions qui minaient ce dernier. Il a fallu qu’une large partie de l’élite russe se détache du régime tsariste pour que ce dernier s’écroule. De ce point de vue, les aspirations à la modernisation économique d’une partie de l’élite ont joué un rôle au moins aussi important. Ces aspirations à la modernisation économique, qui débouchent rapidement sur une aspiration à la modernisation politique, trouvent néanmoins leurs origines dans un sentiment national puissant, que le régime tsariste n’a su ou n’a pu incarner.

Ce sentiment national s’exprime en Russie depuis la guerre contre l’empire ottoman de 1876-1877. Il souffre de la vision de la défaite, mais plus encore de la vision de l’incompétence que donne l’élite tsariste lors de la guerre contre le Japon en 1904-1905. Il va se radicaliser quand, après des premières semaines victorieuses, l’armée russe va subir de nouvelles défaites cette fois face à l’Allemagne en 1914. L’incapacité du régime tsariste à conduire la guerre sera le détonateur qui fera éclater ce sentiment national en un sentiment anti-tsariste dès 1916 et le début de 1917.

Ce sentiment national va resurgir avec l’intervention étrangère dès la fin de 1918. En un sens, le soutien des armées britanniques, françaises, des Etats-Unis et du Japon aux armées blanches sera leur baiser de la mort. Il permettra à un consensus patriotique de se souder, consensus qui se traduira par le succès des bolchéviques. La dimension nationale dans le succès de ces derniers ne pourra pas être reconnue directement. Mais cette dimension sera reconnue indirectement dans le tournant de la NEP, qui sera la forme politique d’une alliance avec ce que les communistes chinois appelleront, plusieurs dizaines d’années après la « bourgeoisie nationale ». C’est pourquoi la NEP ne doit pas être étudiée comme une simple « pause » ni comme une « politique économique ». Elle est, en réalité, une solution politique qui correspond aux fractures de la société russe depuis le début du XXème siècle, et elle est dans la continuité politique avec la Révolution d’Octobre.

 

Il est ainsi incontestable que l’économie soviétique, du temps de la NEP, avait des aspects d’économie mixte et qu’elle connaissait une dynamique organisationnelle allant dans le sens d’un développement combiné des activités privées et étatiques. Cette situation posait de délicats problèmes, tant d’un point de vue idéologique que, très concrètement, en matière d’organisation. Les tensions que l’on observe dans l’économie chinoise depuis les années quatre-vingt en sont un exemple[69]. Il est aussi incontestable qu’il y avait, dans certaines strates de l’appareil administratif, une nostalgie de la période du communisme de guerre. Il serait cependant profondément erroné de ne voir dans la NEP qu’un entracte avant le retour à une « normalité » soviétique. La construction du système tel qu’on l’a connu pour des décennies, et qui se fit à partir de 1928 fut suffisamment chaotique et dramatique pour montrer que la situation de la NEP avait sa propre stabilité qu’il a fallu consciemment détruire.

Mais surtout il a fallu détruire la forme de compromis qui s’était cristallisé entre le projet « socialiste » et le projet « national-moderniste », un compromis qui impliquait la cooptation dans l’appareil d’Etat « soviétique » de l’immense majorité des fonctionnaires de la Russie tsariste de 1917. Or, cette cooptation bloquait l’ascension sociale des cadres intermédiaires du parti, et en 1927-28 ces derniers étaient tous dévoués à Staline, dont les compétences étaient loin d’égaler celles des fonctionnaires de l’époque tsariste. Dès lors, on peut mieux comprendre les tournants successifs, et extrêmements brutaux, entre une ligne « gauchiste » puis une ligne de remise en ordre, qui caractérisèrent la fin des années 1920 et les années 1930.

 

NOTES

[1] Voir, Sapir J., “L’économie soviétique: origine, développement, fonctionnement”, Publié in Historiens et Géographes, n°351, décembre 1995, pp. 175-188

[2] Les interprétations téléologiques de l’économie soviétique ont été nombreuses ; citons ici sans prétendre à l’exhaustivité A. Besançon, Anatomie d’un spectre – l’économie politique du socialisme réel, Calmann-Levy, Paris, 1981 ; W. Laqueur, The dream that failed, Oxford University Press, Londres et New York, 1994. En fait, on peut montrer que le « marxisme » soviétique est à la fois assez éloigné de Marx, et le produit d’une histoire qui a sa logique propre, H. Chambre, L’évolution du marxisme soviétique – théorie économique et droit, Le Seuil, Paris, 1974 ; M. Rubel, Marx critique du marxisme, Payot, Paris, 1974 ; B. Chavance, Le Capital Socialiste, Le Sycomore, Paris, 1980.

[3] Voir ainsi l’analyse des conceptions « économistes » héritées de la Seconde Internationale, in C. Bettelheim, Les Luttes de Classes en URSS, première période 1917-1923, Maspéro-Seuil, Paris, 1974.

[4] Pour une analyse de ce dernier, A. Gerschenkron, « Economic Backwardness in historical perspective », in A. Gerschenkron, Historical Backwardness in Historical Perspective – A book of essays, The Belknap Press of Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1962. T.H. Von Laue, Sergeï Witte and the Industrialization of Russia, Columbia University Press, NY, 1963 ; idem, « The State and the economy », in C.E. Black (ed.), The transformation of the Russian society since 1861, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1960. K.C. Talheim, « Russia’s economic development », in G. Katkov, E. Oberländer, N. Poppe et G. von Rauch, (edits.), Russia enters the Twentieth Century, Temple Smith, Londres, 1971. R. Portal, « The industrialization of Russia » in J. Habakkuk et M. Postan (edits.), The Cambridge Economic History of Europe, vol. VI, part. II, Cambridge University Press, Cambridge, 1966.

[5] De Montlibert C.,, Le combat pour l’émancipation des serfs de Russie 1830-1861, Paris, Max Chaleil, 2015 et Idem, L’émancipation des serfs de Russie – L’année 1861 dans la Russie impériale, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2014.

[6] B.V. Anan’itch, « the economic policy of the tsarist government and enterprise in Russia from the end of the nineteenth century through the beginning of the twentieth century », in F.V. Cartensen (ed.), Entrepreneurship in the Imperial Russia and the Soviet Union, Princeton University Press, Princeton, 1983.

[7] O. Crisp, « Russian financial Policy and the Gold Standard at the end of the nineteenth century », in Economic History Review, vol. VI, n°2, 1953, décembre.

[8] Ce qui conduit un opposant à la politique de S. Witte à parler de « socialisme d’État » ; voir E. Tsyon, Les finances russes et l’épargne française, Calmann-Levy, Paris, 1885.

[9] P.I. Lyachtchenko, Istorija Narodnogo Hozjajstva SSSR, Gospolitizdat, Moscou, Vol.2, 1950. P.R. Gregory, Russian National Income 1885-1913, Cambridge University Press, Cambridge, 1985.

[10] T.H. Von Laue, Sergeï Witte and the Industrialization of Russia, op. cit.

[11] C. Goldberg, The association of Industry and Trade: 1906-1917, PhD., State University of Michigan, Chicago, 1974. J.L. West, The Moscow Progressists : Russian Industrialists in Liberal Politics : 1905-1914, Ph.D., Princeton University, princeton, 1975. R.A. Roosa, « Russian Industrialists and ‘State Socialism’ 1906-1917 », in Soviet Studies, vol. 23, n°2, 1972, pp. 395-417. J.D. White, « Moscow, Petersburg and the Russian Industrialists », in Soviet Studies, vol. 24, n°2, 1973, pp. 414-420.

[12] W.L. Blackwell, « The Old Believers and the rise of the private industrial enterprise in early nineteenth century Moscow », in W.L. Blackwell (ed.), Russian economic development from Peter the Great to Stalin, Praeger, New York, 1974.

[13] J.L. West, The Moscow Progressists : Russian Industrialists in Liberal Politics : 1905-1914, Op.cit..

[14] C. Goldberg, The association of Industry and Trade: 1906-1917, Op.cit..

[15] Voir K.F. Chatsillo, « O disproportsij v razvitij vooruzhennyh sil Rossii nakanunie pervoij mitovoj vojny (1906-1914), in Istoritcheskie Zapiski, vol. 83, 1969, pp. 123-136.

[16] Comme celles de R. Portal, in « The industrialization of Russia », op. cit.

[17] D. Atkinson, The end of the Russian land commune : 1905-1930, Stanford University Press, Stanford, 1983.

[18] S.I. Borovoj, Kredit i Banki v Rossii, Gosfinizdat, Moscou, 1958.

[19] I. F. Gindin, Gosudarstvennyi bank i ekonomitcheskaja politika tsarskogo pravitel’stva, Nauka, Moscou, 1960.

[20] I.N. Slansky (ed.), Gosudarstvennyi bank. Kratkii otcherk dejatel’nosti za 1860-1910 gody, Gosudarstvennyi Bank Izdatelstvo, St. Petersbourg, 1910, p. 54. Coll., Otchet za 1913, Gosudarstvennyi Bank Izdatelstvo, St. Petersbourg, 1914, p.14.

[21] L.H. Siegelbaum, The politics of industrial mobilization in Russia : 1914-1917, Macmillan, Londres, 1983.

[22] S. Zagorsky, State control of the industry in Russia during the War, Yale University Press, New Haven, 1928.

[23] L.H. Siegelbaum, The politics of industrial mobilization in Russia : 1914-1917, op. cit.

[24] P.V. Volubuev et V.Z. Drobizhev, « Iz istorij goskapitalisma n natchal’nji period sotsialistitcheskogo strojtel’stva SSSR », in Voprosy Istorii, n°9, 1957, pp. 113-121.

[25] L.H. Siegelbaum, The politics of industrial mobilization in Russia : 1914-1917, op. cit.

[26] Voir les documents de l’Okhrana publiés dans Istoritcheskii Arhiv, n°6/1959, pp. 8-13, et n°2, 1959, pp. 13-16. Voir aussi I.S. Rozental, « Russki liberalizm nakanune pervoj mirovoj vojny », in Istorija SSSR, n°6, 1971, pp. 52-70.

[27] A.L. Sidorov, Ekonomitcheskoe Polozhenie Rossii v gody pervoj mirovoj vojny, Nauka, Moscou, 1973.

[28] G.D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany : 1914-1918, Princeton University Press, Princeton, 1966.

[29] W. Rathenau, La Mécanisation du Monde, traduction française par J. Vaillant, Aubier Montaigne, Paris, 1972.

[30] V.I. Lenine, « Sur l’infantilisme de Gauche », in Oeuvres Complètes, Editions Sociales, Paris, 1961, vol. 27, p. 354.

[31] G.D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany : 1914-1918, op. cit.

[32] E.H. Carr, The bolshevik revolution 1917-1923, Penguin Books, 2 vol., Londres, 1966.

[33] H.R. Buchanan, « Lenin and Buharin and the Transition from Capitalism to Socialism », in Soviet Studies, vol. 28, n°1, 1976.

[34] S. Malle, The economic organization of the war communism, Cambridge University Press, Cambridge, 1985.

[35] V.Z. Drobizhev, « Sotsialistitcheskoe obobchtchestvlenie promychlennosti v SSSR », in Voprosy Istorii, n°6, 1964.

[36] L. Trotsky, Terrorisme et Communisme, UGE, Paris, 1963.

[37] V.Z. Drobizhev, « Sotsialistitcheskoe obobchtchestvlenie promychlennosti v SSSR », op. cit.

[38] Ch.L. Rozenfel’d, Organizatsija upravlenija promyshlennostju v SSSR, Gosplanizdat, Moscou, 1950, p. 216 et 223.

[39] Telle est la thèse de P. Craig Roberts, Alienation and the Soviet Economy, University of New Mexico Press, Albuquerque, NM, 1971.

[40] Thèse non seulement des historiens soviétiques officiels, mais aussi d’une partie de la littérature d’inspiration trotskiste ; voir ainsi J.L. Dallemagne, Construction du socialisme et révolution – Essai sur la transition du socialisme, F. Maspéro, Paris, 1975, voire chez des auteurs que l’on ne peut rattacher à ces courants comme W. Andreff, La crise des économies socialistes, op. cit.

[41] C’est par exemple la position de deux spécialistes parmi les plus réputés, comme A. Erlich, The Soviet Industrialization Debate 1924-1928, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1960. A. Nove, An Economic History of the USSR, Penguin, Londres, 1969 ; Idem, Economic Rationality and Soviet Politics, or Was Stalin Really Necessary, Praeger, New York, 1964.

[42] M. Lewin, Russian Peasants and Soviet Power, George Allen & Unwin, Londres, 1968 ; J.F. Karcz, « Thoughts on the Grain problem », in Soviet Studies, vol.18, n°4, avril 1967, pp.399-435 ; Idem, « Back on the Grain Front », in Soviet Studies, vol. 21, n°2, octobre 1970, pp. 262-294. J.R. Millar, « Soviet Rapid development and the Agricultural Surplus Hypothesis », in Soviet Studies, vol. 22, n°1, Juillet 1971, pp. 77-93. Signalons enfin une tentative pour envisager plus sereinement la société soviétique sous la NEP : S. Fitzpatick, A. Rabinowitch et R. Stites (eds.), Russia in the Era of NEP, Indiana University Press, Bloomington, 1991.

[43] Voir sur ce point, K.C. Talheim, « Russia’s economic development », in G. Katkov, E. Oberländer, N. Poppe et G. von Rauch (eds.), Russia enters the Twentieth Century, Temple Smith, Londres, 1971.

[44] Voir, P.R. Gregory, Russian National Income 1885-1913, Cambridge University Press, Cambridge, 1982.

[45] C. Ward, « The crisis of productivity in the New Economic Policy : rationalization drive and shopfloor responses in Soviet cotton mills, 1924-1929 », in S. White (ed.), New Directions in Soviet History, Cambridge University Press, Cambridge, 1992. J. Hatch, « The politics of industrial efficiency during the NEP : the 1926 rezhim ekonomii campaign in Moscow », in S. White (ed.), New Directions in Soviet History, op. cit.

[46] J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière, rapports sociaux, Thèse de Troisième cycle, 2 vol., EHESS, Paris, février 1980. Idem, Travail et travailleurs en URSS, La Découverte, Paris, 1984.

[47] Il faut souligner cependant que les données que l’on utilise ici, et qui ont été collectées dans des sources de l’époque, contredisent la thèse d’un auteur qui a travaillé sur cette période : W. Chase, Workers, Society and the Soviet State, Labor and Life in Moscow, 1918-1929, Illinois University Press, Urbana, 1987. La différence peut s’expliquer à la fois par le fait que cet auteur utilise prioritairement des données moscovites, mais aussi parce qu’il utilise comme mesure du mouvement des salaires l’évolution des normes et non les salaires réellement versés.

[48] Idem.

[49] Idem. Voir aussi, S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, Marcel Rivière, Paris, 1956.

[50] J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière, rapports sociaux, op. cit., calculs réalisés à partir des documents syndicaux et des sources du VSNH.

[51] Une bonne analyse critique de ce canard a été faite par M. Lewin. Voir son livre, La formation du système soviétique, Gallimard, Paris, 1987, et en particulier les chapitres 4 et 5.

[52] De bonnes analyses de ce processus se trouvent dans D. Atkinson, The end of the Russian land commune, Stanford University Press, Stanford, Ca., 1983 ; T. Shanin, The Akward Class. Political Sociology of Peasantry in a developping society : Russia 1910-1925, Oxford University Press, Oxford, 1972.

[53] S. Grosskopf, L’alliance ouvrière et paysanne en URSS, F. Maspéro, Paris, 1976.

[54] CSU, Kontrol’nye tsifry narodnogo hozjajstva na 1926-1927 god, Moscou, 1927. A. Kazakov, Ekonomitcheskoe polozhenie s-h proletariata do i posle Oktjabrja, Moscou et Leningrad, 1930.

[55] S. Grosskopf, L’alliance ouvrière et paysanne en URSS, op. cit. ; D. Atkinson, The end of the Russian land commune, Stanford University Press, op. cit.

[56] S. Grosskopf, L’alliance ouvrière et paysanne en URSS, op. cit.

[57] Voir ainsi A. Nove, An Economic History of the USSR, op. cit.

[58] Voir à ce sujet l’intervention de J. Millar in « Was Stalin Really Necessary ? A Debate on Collectivization », in Problems of Communism, op. cit.

[59] Ekonomitcheskie Obozrenie, n°7, 1929, p.190.

[60] S. Grosskopf, L’alliance ouvrière et paysanne en URSS, op. cit.

[61] A. Mendel’son, (ed.), Pokazateli konjunktury narodnogo hozjajstva SSSR za 1923-1924 / 1928-1929 , Gosizdat, Moscou, 1930, pp. 51-55.

[62] A. L’vov, « Itogi hlebozagotovitel’noj kampanii 1927-1928 goda », in Na agrarnom fronte, n°9, 1928, pp. 55-56.

[63] A. M.Enbaeva (ed.), Kustarnaja promichlennost ‘i promyshlovaja kooperatsija v natsional’noj respublike i oblatijah Beloruskoj SSSR, Gosizdat, Moscou, 1928. CSU., Melkaja promychlennost’ SSSR po dannym vsesojuznoj perepisi, Gosizdat, Moscou, 1933. V. Feigin, Kustarno-remeslennaja promychlennost’ SSSR, Gosizdat, Moscou, 1927.

[64] A. Buzlaeva, Leninskii plan kooperirovanija melkoj promychlennosti SSSR, Nauka, Moscou, 1969, pp. 69-71.

[65] V. Feigin, Kustarno-remeslennaja promychlennost’ SSSR, op. cit., pp. 60-62 et 121.

[66] A. Malikova, « O Sotsialistitcheskom preobrazovanii melkotovarnogo uklada v promychlennosti SSSR », in Istorija SSSR, n°4, 1963.

[67] M. Lewin, La paysannerie et le pouvoir soviétique, 1928-1930, Mouton, Paris-La Haye, 1966.

[68] On lira avec intérêt à cet égard l’article de A. Graziosi sur la constitution de cliques politiques soudées dès 1921. A. Graziosi, « At the roots of Soviet industrial relations and practices : Piatakov’s Donbass in 1921 », in Cahiers du Monde Russe, vol. XXXVI, n°1-2, 1995, pp. 95-138.

[69] Voir B. Chavance, « L’économie politique des réformes chinoises », in Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 19, n°1, 1988.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *