Vera Figner, la révolution et l’action violente

La publication de la première partie des mémoires de Véra Figner[1] est une contribution importante à notre compréhension de l’histoire de la Russie au XIXème siècle, et des mouvements révolutionnaires qui y ont pris naissance.

Ce petit livre nous donne le récit, à la première personne, d’une vie réellement extraordinaire. Elle est l’une des personnalités emblématiques des populistes russes[2], et elle est surtout un témoin privilégié du tournant que certains de ces populistes prirent vers l’action violente[3]. A ce titre, elle adhérera à la branche paramilitaire de l’organisation Narodnaya Volya (La Volonté du Peuple) dont elle deviendra une des dirigeantes et participera à la planification de l’attentat contre Alexandre II de Russie le 1er mars 1881. Arrêtée en 1883 à Kharkov et condamnée à mort en 1884, elle verra sa sentence commuée en une peine d’emprisonnement à vie et passera 20 ans dans la terrible forteresse de Schlusselbourg, Elle sera condamnée à la déportation en 1904 puis libérée en 1906[4].

Prenant alors la route de l’exil, elle sillonnera l’Europe pour attirer l’attention sur les terribles conditions de détention dans la Russie tsariste. Elle rentrera en Russie en 1915 et participera à la révolution de 1917 même si elle fut très critique sur les conditions de cette dernière. Devenue, selon les mots de Philippe Artières, une « icône de la Révolution », elle ne fut pas inquiétée par le nouveau régime. Elle devint alors l’un des principaux membres de la « Sociétés des emprisonnés et exilés », écrivant ses mémoires mais aussi de très nombreuses notices biographiques sur les populistes russes des années 1870-1880. Elle devint ainsi la « mémoire vivante » de ce mouvement et ses Œuvres Complètes furent publiées en 1932[5]. Elle mourut en URSS en 1942 à l’âge de 89 ans.

Vera Figner

Cette vie extraordinaire, elle l’a elle-même décrite dans un livre qui a la saveur âpre d’un témoignage. Elle y raconte son enfance, elle est née en 1852, celle d’une fille – dans une famille nombreuse – de la petite noblesse russe de province, en contact avec les serfs (le servage ne sera aboli qu’en 1861). Son premier contact est avec la forêt, cette forêt russe qui hante les esprits, où courent les loups, les ours, mais aussi les brigands, et les soldats déserteurs. Elle est élevée dans une famille aimante, mais dont le père, quoi que professant des opinions libérales, est très autoritaire. Faut-il y voir un lien de cause à effet, sur les six enfants survivants (deux frères sont morts en bas âge avant la naissance de Véra), trois filles deviendront des militantes populistes, et l’un de ses frères fera une belle carrière de ténor.

Vera Figner est alors influencée par Pissarev, un écrivain socialisant, mais aussi par le poète N.A. Nekrassov, l’auteur de « Pour qui fait-il bon de vivre en Russie »[6]. Ces lectures, ainsi que quelques autres, l’influence du cadre familial, et visiblement celle d’un oncle plus engagé que le père de Véra dans le mouvement libéral, vont conduire à la prise de conscience de cette dernière mais aussi celle de ses sœurs.

 

Les premiers chapitres du livre nous éclairent sur ce cadre familial, mais aussi sur les difficultés de l’enseignement reçu par les enfants Figner. Véra et l’une de ses sœurs se destinent à la profession de médecin. A une époque où cette profession est, en France, quasiment le monopole des hommes et ou la première femme médecin ne sera reçue docteur qu’en 1875, il n’était pas rare en Russie de voir, surtout dans les milieux libéraux, les filles choisir cette profession. Ainsi, en 1866, Nadejda Souslova devient la première femme diplômée par l’Ecole de médecine de Zurich[7]. En 1887, sur les 114 femmes inscrites aux études de médecine en France, seule 12 étaient françaises et 70 russes[8]

Les études de médecine ne sont pourtant pas faciles en Russie, et qui plus est en province. Une des professeurs de Véra Figner est inquiété pours ses idées. Mais la jeune femme ne se décourage pas. Si elle doit partir à l’étranger pour étudier, elle partira. Après un conflit avec son père, elle se décide donc d’aller étudier en Suisse.

 

Véra Figner part donc à Zurich, et elle y noue alors de solides amitiés dans les cercles révolutionnaires des « populistes » ou narodniki russes. Quant la Tsar exige, par un oukaze, que les étudiants russes doivent quitter Zurich à cause du risque de sédition, elle se rend à Berne pour continuer à étudier. Mais, l’appel de la politique est le plus fort. Elle rentre en Russie en 1876 comme militante de « Terre et Liberté » (Zemlija i Volja), et commence son activité de révolutionnaire.

A cette époque, « Terre et Liberté » se caractérise par un programme extrêmement vague. Bien entendu, tous les militants ont conscience de l’atroce misère des paysans russes. L’une des causes de cette misère était d’ailleurs bien connue : c’est le manque de terre, consécutif aux conditions mêmes de la fin du servage[9]. Mais une autre raison tient aussi dans le régime fiscal du Tsarisme. Véra Figner ici, se livre à une analyse assez judicieuse de ce qu’est l’Etat tsariste, un Etat qui existe en surplomb par rapport aux classes sociales.

Rapidement, cependant, les divisions surviennent entre ceux qui ont décidé « d’aller au peuple », en s’établissant dans les campagnes et ceux qui sont partisans d’une action plus urbaine. Rappelons que, dans les années 1870-1880, tout militantisme d’opposition est strictement interdit. La police politique est omniprésente, et la répression, quand elle tombe sur les militants, féroce. Vera Figner se range tout d’abord du côté des premiers. Elle part s’établir dans la campagne russe comme infirmière avec l’un de ses sœurs. Elle en laisse, en quelques pages, une description qui dit bien toute la misère, mais aussi tout l’obscurantisme borné de certains des petits fonctionnaires tsaristes. Elle y acquiert une immense popularité parmi les paysans, mais aussi son action suscite la haine de certaines des autorités.

Dénoncées, les deux sœurs doivent quitter la campagne en hâte. Dès lors, une autre vie commence.

 

Les dissensions au sein de « Terre et Liberté » sont devenues insurmontables. Bientôt se crée une nouvelle organisation, la « Volonté du Peuple » (Narodnaja Volja). Cette organisation est bien plus centralisée, mais surtout, elle se décide à prendre les armes. Devant la brutalité sauvage de la répression déjà des actes violents ont été commis. Le pouvoir tsariste les qualifiera de « terroristes ». Pourtant, quand Véra Zassoulitch, une autre figure de la jeunesse révolutionnaire, et accessoirement la sœur d’un des généraux du tsarisme le général Mikhail Zassoulitch, qui commandera la cavalerie russe dans la guerre Russo-Japonaise de 1904-1905[10], tirera sur le général de gendarmerie Trepof connu pour torturer ses prisonniers, elle sera acquitté par le tribunal de Saint-Pétersbourg. C’est dire si le recours à la contre-violence, celle du pistolet, ou celle de la dynamite, apparaît alors justifiée.

Philippe Artières cite, dans son introduction, l’article que Jean Longuet consacra, en 1913, à la question de l’action violente en Russie. Cette citation (p. 14) est importante. Car, Véra Figner, dans ses mémoires parle plus des dissensions politiques que du problème moral qui se posa alors aux révolutionnaires russes. Pourtant, à certaines phrases, on comprend que le choix de cette action violente ne fut pas facile et que ce problème moral s’est posé, à elle et à ses camarades. La violence sembla s’imposer dans un contexte de défaite politique et d’extrême violence de la répression. Jamais, les révolutionnaires russes n’acceptèrent l’idée d’actes aveugles, et ils cherchèrent toujours à soigneusement identifier leurs cibles. Cependant, quels que furent les scrupules de Vera Figner, une fois sa décision prise, elle alla jusqu’au bout. La détermination et l’esprit de sacrifice dont fait preuve Véra Figner ici impressionne.

Se ralliant à la branche armée de la « Volonté du Peuple », elle entra dans son Comité exécutif et, à ce titre, planifia la série d’attentats qui finirent par coûter la vie a Alexandre II. Elle dirigea de fait l’organisation, décapitée par la répression, et ce qu’elle décrit est aussi important. Elle fait preuve d’une volonté de fer, et d’un courage immense, réussissant à réorganiser cette organisation, dont elle assurait, dans les faits, la direction depuis Odessa. Les chapitres qui couvrent cette période peuvent se lire comme un roman d’espionnage ou un roman policier.

 

La fin du livre est consacré à l’arrestation de Véra Figner, à son procès, à sa condamnation à mort, et se termine au moment où, affaibli par les traitements qu’elle a subie, elle entend de la bouche de ses geôliers que sa peine est commuée en emprisonnement à vie, un sort qu’elle décrit alors comme « pire que la mort ».

Comme tel, ce livre est un témoignage passionnant, et souvent poignant, sur la prise de conscience et la progressive radicalisation de la jeunesse révolutionnaire russe des années 1870. C’est aussi un livre qui pose le problème de l’usage de la violence dans le combat politique. En cela, ce livre est aujourd’hui d’une particulière actualité.

En effet, on aurait beau jeu à assimiler la lutte armée des membres de Narodnaja i Volja au terrorisme. Mais, ce serait oublier un peu vite qu’il n’est jamais question de « terreur » dans leurs actions. Ce sont des actions violentes, incontestablement, mais qui sont toutes soigneusement ciblées pour éviter, autant que faire se peut, des victimes civiles.

On peut discuter de la pertinence politique de ces actions. Georges Plekhanov – considéré comme l’introducteur réel du marxisme en Russie – d’ailleurs, un moment proche du groupe de Véra Figner, s’en détachera non d’ailleurs parce qu’il récuse la violence, mais pour des raisons d’analyse politique. De fait, ces actions violentes, loin d’affaiblir l’Etat, tendent au contraire à renforcer l’appareil de répression et les côtés les plus autoritaires du régime tsariste. C’est ce qui condamnera la violence individuelle par opposition à la violence construite au sein d’une véritable stratégie et tactique politique.

Véra Figner dans les années 1930

De fait, la phase violente du mouvement révolutionnaire devait se tarir vite. Non que des assassinats ne se soient produits dans les années 1890 et avant la Révolution. Mais, les temps avaient beaucoup changé. La constitution des grands partis clandestins, le parti Socialiste-Révolutionnaire (SR) héritier des narodniki ainsi que le parti Social-Démocrate (avec ses différentes tendances) devaient émerger dans la période postérieure au livre, celle ou Véra Figner, enfermée dans la forteresse de Schlusselbourg fut une véritable « morte-vivante ». Mais, l’action de ces partis ne fut pas la seule à décider de l’avenir de la Russie. La guerre, celle de 1904-1905 puis celle de 1914 joua un grand rôle. Mais, surtout, la perte de légitimité du régime tsariste et la constitution de l’intelligentsia scientifique, technique et managériale en force d’opposition à ce régime furent des facteurs décisifs[11].

Mais, tout l’intérêt de ce livre est de nous permettre de comprendre tant la psychologie que la politique de cette génération de jeunes russes aisés qui se lancèrent, par révolte et par compassion, dans l’action révolutionnaire, et de le faire autour de la figure complexe et attachante de Véra Figner.

[1] Figner V., Mémoires d’une révolutionnaire, traduit par Victor Serge et édité et présenté par Philippe Artières, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps Retrouvé », 2017, 308p..

[2] Venturi F., Roots of Revolution: A History of the Populist and Socialist Movements in Nineteenth-Century Russia, New York, Alfred A. Knopf, 1960

[3] Broido V., Apostles into Terrorists: Women and the Revolutionary Movement in the Russia of Alexander II. New York: Viking Press, 1977 et Geifman A., Thou Shalt Kill: Revolutionary Terrorism in Russia, 1894-1917. Princeton, NJ: Princeton University Press, 1993

[4] Hartnett L-A., The Defiant Life of Vera Figner: Surviving the Russian Revolution. Bloomington, IN, Indiana University Press, 2014.

[5] Figner V., Polnoe sobranie sochinenii v semi tomakh, Moscou, Izdatel’stvo Vsesoiuznogo Obshchestva Politikatorzhan i Ssyl’no-poselentsev, 1932.

[6] «Кому на Руси жить хорошо» publié en 1864.

[7] Lipinska, M., Histoire des femmes médecins, Paris, ed. G. Jacques & Cie, Thèse de doctorat soutenue à la Faculté de médecine de Paris, 1900. 586 p.

[8] Schultze, C., Les femmes médecins au XIXe siècle. Paris, Ollier-Henry, 1888. p. 16.

[9] Von Laue T.H., Sergeï Witte and the Industrialization of Russia, Columbia University Press, NY, 1963

[10] Ceci est décrit dans Sapir J., La Mandchourie oubliée, Monaco, éditions du Rocher, 1995, 2011.

[11] Siegelbaum L.H., The politics of industrial mobilization in Russia : 1914-1917, Macmillan, Londres, 1983 ; Goldberg C., The association of Industry and Trade: 1906-1917, PhD., State University of Michigan, Chicago, 1974 ; Roosa R.A., « Russian Industrialists and ‘State Socialism’ 1906-1917 », in Soviet Studies, vol. 23, n°2, 1972, pp. 395-417


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *