Barcelone, et les fondements culturels du terrorisme islamiste

Les attentats de Barcelone et en Catalogne de jeudi 17 août nous renvoient à l’horreur de novembre 2015 (le « Bataclan »), ou du 14 juillet 2016 (l’attentat du 14 juillet à Nice). Ils nous rappellent l’urgence de la situation, tout comme cette urgence avait déjà été rappelée par l’attentat dont ont été victimes, il y a quelques jours, six militaires français à Levallois-Perret. Ils nous confirment que le terrorisme islamiste peut toujours frapper, comme il le fit ces derniers jours en Afrique, le 14 août à Ouagadougou (Burkina Faso), ou le 16 août au Nigéria. Ils nous font toucher du doigt la réalité du terrorisme islamiste qui n’est nullement en retrait et ceci en dépit des défaites subies en Syrie et en Irak, de Mossoul à Raqqa, en passant par Palmyre et Deir-el-Zor, par DAECH.

Si le terrorisme islamiste a acquis, du moins hors du Moyen-Orient, une vie qui est indépendante des événements en Irak et en Syrie, c’est avant tout parce qu’il s’enracine sur une détermination culturelle.

 

La dimension culturelle du terrorisme

Ce terrorisme islamiste, que certains éprouvent toujours beaucoup de mal à nommer, n’est pas réductible aux conditions sociales de ses acteurs, comme on le prétend parfois. En Europe, il a été, largement, le fait de personnes relativement bien insérées dans la société, dont certaines appartenaient à ce que l’on appelle la « petite bourgeoisie ». La dimension idéologique de ce terrorisme est indéniable. Il exprime le refus violent des sociétés occidentales par une petite minorité, mais une minorité qui a trouvé une oreille complaisante autour d’elle. Les différentes enquêtes montrent qu’aujourd’hui la pénétration des idées au nom desquelles ces actes atroces sont commis, va bien plus loin que les simples milieux que l’on dit « radicalisés ». Bien entendu, la très grande majorité de ceux qui disent approuver les idées des terroristes, qui affirment la supériorité des « lois de Dieu » sur celles de la République, qui développent les idées d’infériorité des femmes, ne commettront pas d’attentats. Mais, ils peuvent fournir le vivier dans lequel se développeront des acteurs potentiels d’attentats. Ils peuvent aussi fournir, que ce soit de manière passive ou de manière active, un soutien à ces derniers.

Il y a là un problème majeur, et un problème sur lequel on tend à se cacher les yeux. Cela montre que ce terrorisme là a une dimension largement culturelle. Aussi, la focalisation sur ce que l’on appelle le « salafisme » est-elle largement illusoire, et probablement contre-productive. Une organisation comme les Frères Musulmans, qui aujourd’hui se démarque du terrorisme en Europe (mais pas nécessairement dans les pays arabes) porte une responsabilité au moins aussi importante dans le terrorisme islamiste que les petits groupes « salafistes ».

Tant que cette dimension culturelle du terrorisme islamiste ne sera pas reconnue, nous sommes condamnés à voir se répéter ces actes atroces.

 

De l’unité de la culture politique

Cela implique une réflexion sur ce que l’on appelle la « culture », et plus spécifiquement sur la « culture politique ». Cette culture politique, c’est qui sert de soubassement à nos débats, ce qui permet d’établir un « langage commun » entre les différents participants à ce débat. D’ou, à l’évidence, l’importance de comprendre d’où vient cette culture politique. C’est l’histoire qui a structurée des peuples en Europe, avec des cultures politiques différentes.

Nous savons que nous vivons dans des sociétés hétérogènes. Cette hétérogénéité est religieuse ; c’est une évidence depuis le XVIème siècle et la Réforme en particulier. Elle est aussi sociale et depuis longtemps, avec la diversification des activités, des statuts et des intérêts matériels. Elle est désormais en partie culturelle. Cette hétérogénéité touche donc la totalité des aspects de nos vies. On peut considérer que cette hétérogénéité est nécessaire en cela qu’elle apporte un brassage permanent aux sociétés. Il serait facile de montrer l’enrichissement que la culture, et en particulier la culture politique, doit à cette hétérogénéité. Mais, elle est aussi profondément perturbatrice et facteur de crises et elle contribue à déstabiliser les individus. Si les individus peuvent fort bien continuer de faire vivre des cultures différentes, ils doivent, pour être des « citoyens », se référer à une culture politique unique, sans laquelle il ne peut plus y avoir de débats. C’est l’hétérogénéité constatée qui implique de construire une forme d’homogénéité.

Dans une société composée en effet de membres hétérogènes, il faut construire (et non imposer) une homogénéité politique si l’on veut que cette société puisse fonctionner et par là tout simplement exister. C’est cette homogénéité politique construite, que l’on peut nommer si on y tient « culture politique », qui permettra la convergence des anticipations nécessaires à la mise en œuvre de projets communs.

En cela, si l’on peut constater la réalité d’un pluri-culturalisme, le multiculturalisme ne peut constituer un projet politique viable pour une société. Admettre la pluralité des cultures politiques dans un Etat donné, c’est acter de l’impossibilité d’aboutir à un projet commun faute, justement, de ce « langage commun » que constitue la culture politique. Et, dans le cas de la société française, l’un des points essentiels de ce langage commun c’est la reconnaissance de la distinction entre la sphère privée et la sphère publique, distinction qui rend possible l’existence de la laïcité. C’est pourquoi, il faut rejeter avec la plus extrême fermeté les dérives communautaristes qui peuvent exister.

 

Qu’est-ce que le peuple

Il se fait que la question du « patriotisme » s’est retrouvée à nouveau sur le devant de la scène, et ceci grâce aux actions, et aux déclarations, de plusieurs champions sportifs, dont Patrice Quarteron[1]. Ce dernier a été violemment attaqué pour sa déclaration d’amour à la France. A l’inverse, certains voudraient aujourd’hui diviser la France en communautés, et c’est sans doute l’un des objectifs de ces militants qui tiennent un camp dit « décolonial », dont l’accès est interdit aux blancs. Mais, qui est blancs et qui est noir ? Les tentatives de classifications administratives, en particulier aux Etats-Unis, montrent bien l’extrême imprécision de ces termes.

Qu’est-ce qui fait donc un « peuple » ? Il faut comprendre que quand nous parlons d’un « peuple » nous ne parlons pas d’une communauté ethnique ou religieuse, mais de cette communauté politique d’individus rassemblés qui prend son avenir en mains. Un peuple, ce n’est jamais l’addition de communautés. Nous vivons dans des sociétés hétérogènes et l’unité de ces dernières se construit, et se construit avant tout politiquement. Cette unité n’est jamais donnée ni naturelle. Le peuple ne se définit pas par des caractéristiques ethniques, ou par une appartenance religieuse. On ne peut donc penser de « Peuple » sans penser dans le même mouvement la « Nation ». Et, la liberté du « Peuple » dans le cadre de la « Nation » s’appelle justement la souveraineté.

Les formes de cette constitution du peuple peuvent varier, en fonction de facteurs historiques et culturels, mais ils répondent aux mêmes invariants. Ce double mouvement fait émerger des personnes remarquables et Jeanne d’Arc est l’une de ces personnes. Daniel Bensaïd, qui fut un dirigeant et un penseur d’Extrême Gauche, de la Ligue Communiste au NPA, ne s’y était pas trompé[2]. Dans un entretien, quelque temps avant sa mort, il était revenu sur cette question, je le cite : « Jeanne d’Arc ébauche l’idée nationale à une époque où la nation n’a pas de réalité dans les traditions dynastiques. Comment germe, aux franges d’un royaume passablement en loques, cette ébauche populaire d’une idée nationale ?[3]». Fort bonne question, en effet. C’est celle du double mouvement de constitution et de la Nation et du Peuple qui est en réalité posée.

 

La lutte contre le terrorisme islamiste est militaire, policière et politique. Mais, elle est aussi culturelle. La compréhension de la nécessaire unité de la culture politique est ici fondamentale. C’est en combattant les idées qui fournissent le terreau du terrorisme que l’on en bâtira le tombeau définitif. Mais, pour cela, il faut tout d’abord reconnaître que ce terrorisme n’est as une fatalité ni même une importation de l’étranger.

Il faut, alors, se décider aussi à revenir sur le mise en cause, sournoise ou directe, de la souveraineté du peuple, en en particulier sur celle que promeut l’Union européenne. C’est elle qui ouvre ainsi toute grande la porte à la dissolution du peuple et de la Nation, et à l’émergence des communautés, que ces dernières soient religieuses ou ethniques. Il ne peut y avoir de peuple, c’est à dire de base à construction politique de la souveraineté populaire, que par la laïcité qui renvoie à la sphère privée des divergences sur lesquelles il ne peut y avoir de discussions raisonnables.

 

[1] http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/07/28/31003-20170728ARTFIG00241-quand-patrice-quarteron-donne-une-lecon-de-patriotisme-a-ceux-qui-haissent-la-france.php

[2] Bensaïd D., Jeanne de guerre lasse, Paris, Gallimard, « Au vif du sujet », 1991.

[3] http://www.danielbensaid.org/Il-y-a-un-mystere-Jeanne-d-Arc


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *