La Russie, entre les fantasmes de l’affaire Depardieu et la réalité

4 janvier 2013
Par

Le tumulte médiatique provoqué par l’attribution à Gérard Depardieu d’un passeport russe provoque une flambée d’opinions primaires sur ce pays. Il est loin d’être parfait, c’est entendu ; la corruption de l’administration y est importante, et reconnu par les plus hautes sphères de l’État, c’est une évidence. Le limogeage au mois de décembre du Ministre de la Défense et de plusieurs responsables des forces armées, est venu témoigner, s’il en était besoin, que cette question de la corruption est aujourd’hui capitale pour l’opinion. Mais la Russie est aussi un pays qui connaît une croissance non négligeable depuis plusieurs années.

Graphique 1

 

Source : Statistiques de la Banque Centrale de Russie
URL : http://www.cbr.ru/eng/statistics/print.aspx?file=macro/macro_12_e.htm&pid=macro&sid=oep

On constate que la croissance réelle du PIB reste supérieure à 3%, même si elle tend à se ralentir depuis ces derniers mois. La Russie, et c’est une évidence, n’est pas épargnée par la contraction de l’activité dans l’Union Européenne qui reste son principal client pour les matières premières mais aussi les produits semi-finis. La hausse des investissements en capital fixe est ici une bonne nouvelle, qui indique que l’économie russe continue de se moderniser. De même, la hausse du chiffre d’affaires du commerce de détail indique que la demande intérieure de la Russie reste forte. En un mot, l’économie va relativement bien, même si la Russie reste dépendante de la conjoncture européenne, ce qui est incontestablement un problème pour elle désormais. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le gouvernement et les grandes entreprises publiques financent de nouveaux réseaux de transport pour pouvoir alimenter l’Asie. L’ambition des industriels russes est de devenir le principal fournisseur de la Chine et de l’Inde en gaz et en pétrole, mais aussi d’augmenter leur part sur le marché de l’acier, de l’aluminium et des produits chimiques. Cette stratégie impliquera, dans les prochaines années, un effort particulier de modernisation de la métallurgie, mais aussi une montée en gamme de cette dernière. Par ailleurs, la modernisation de l’industrie de transformation, dans l’automobile, l’aérospatial et dans la construction navale, se poursuit. À terme, la Russie redeviendra un producteur de biens industriels, même si elle restera toujours un pays exportateur de matières premières.

Ce dynamisme économique a des conséquences sociales importantes.

Graphique 2

 

 

Le revenu monétaire des ménages a subi des chocs liés à la crise de 2008-2010. Mais globalement, l’évolution est restée positive. Le gouvernement a puisé dans ses réserves pour que la crise n’ait pas un impact trop important. Depuis la seconde moitié de 2010, le taux de chômage, calculé sur la méthodologie de l’Organisation Internationale du Travail, baisse régulièrement. Il atteint aujourd’hui 5,3% de la population active, un chiffre à méditer pour un pays comme le nôtre qui connaît un taux de chômage de plus de 10%…

Les réserves financières se sont reconstituées. La Banque Centrale de Russie détenait fin décembre 2012 532 milliards de dollars de réserve (406 milliards d’euros) ce qui représentait 17 mois d’importations… L’excédent commercial pour le mois d’octobre était de 14,5 milliards de dollars, et pour les 9 premiers mois de l’année (de janvier à septembre) de 150 milliards de dollars. Dans ces conditions, les deux fonds de réserve constitués par le gouvernement, le « fonds pour les générations futures » et le « fonds de stabilisation » ont vu leurs montants s’accroître largement.

Le déficit budgétaire devrait être compris entre 0,8% et 1,3% du PIB. Or, la croissance nominale de ce dernier est de 3,2% (en termes réels) auxquels il faut ajouter 6,5% d’inflation. Le ratio Dette/PIB continuera donc de baisser. Il est vrai qu’il est aujourd’hui à… 11% du PIB, soit un des plus faibles au monde pour un pays développé.

Alors, si l’on doit rappeler que la situation économique n’est malgré tout pas parfaite, que l’on pourrait (et que l’on devrait) faire plus et mieux dans le domaine de la modernisation et de la diversification de l’économie ; que la question sociale ne se réduit pas à la question du chômage et qu’il est important pour le développement même de l’économie d’accroître les garanties sociales des travailleurs et continuer de lutter contre la pauvreté, il est clair que la situation économique de la Russie est meilleure que celle de la zone Euro et que celle de la France. La Russie mérite mieux que les caricatures dont elle est l’objet en France. L’affaire Depardieu devrait au moins obliger commentateurs et journalistes à abandonner les clichés, parfois véhiculés par les Russes eux-mêmes, et à regarder d’un œil objectif l’évolution de la Russie.

Citation

Jacques Sapir, “La Russie, entre les fantasmes de l’affaire Depardieu et la réalité”, billet publié sur le carnet Russeurope le 04/01/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/669

Lire la suite

La Russie entre fantasmes et réalité

Traduction

English version : Russia, between fantasies of “l’Affaire Depardieu” and reality


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Types de publications, Notes, Thématiques, Russie

Laisser un commentaire

Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales
Fondation Maison des sciences de l'homme
creative-commons-by-nc-nd

Les billets publiés sur le carnet Russeurope sont placés sous licence Creative Common. Ils peuvent être repris à condition de citer l\'auteur, l\'url de la page correspondante, de ne pas modifier le contenu, de ne pas en tirer commerce.

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Présentation

Ce carnet a pour fonction de rendre accessible mes travaux, qu’il s’agisse de working papers, de note de positionnement ou de notes brèves, portant sur l’économie européenne et sur la Russie. Il comprend des textes qui portent à la fois sur la crise de l’Euro et les origines de cette crise et sur l’économie de la Russie (depuis les problèmes macroéco- nomiques jusqu'à ceux de l'économie régionale, en passant par la finance).

_____________________

This blog aims at the dissemination of some of my research works, including working papers, position papers or brief notes focusing either on the Russian economy (from macroeconomy to regional economics and finance) or on the European one, with a special attention to the Eurozone crisis.

Jacques Sapir

Jacques Sapir

Diplômé de l'IEPP en 1976, a soutenu un Doctorat de 3ème cycle sur l'organisation du travail en URSS entre 1920 et 1940 (EHESS, 1980) puis un Doctorat d'État en économie, consacré aux cycles d'investissements dans l'économie soviétique (Paris-X, 1986).
A enseigné la macroéconomie et l’économie financière à l'Université de Paris-X Nanterre de 1982 à 1990, et à l'ENSAE (1989-1996) avant d’entrer à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1990. Il y est Directeur d’Études depuis 1996 et dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il a aussi enseigné en Russie au Haut Collège d'Économie (1993-2000) et à l’Ecole d’Économie de Moscou depuis 2005.

Il dirige le groupe de recherche IRSES à la FMSH, et co-organise avec l'Institut de Prévision de l'Economie Nationale (IPEN-ASR) le séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie.


Carnets de recherche