La Mandchourie oubliée – Grandeur et démesure de l’Art de la guerre soviétique

Sapir-La-Mandchourie-Oubliee-Livre-855153554_MLLe 9 août 1945, plus d’un million d’hommes appartenant à plusieurs armées des forces soviétiques entraient sur le territoire de la Mandchourie, le Mandchoukouo, alors sous occupation japonaise.

En dix jours, la puissante armée japonaise du Kwantung était anéantie. L’Armée rouge signait là une victoire totale dont les conséquences géopolitiques, en Corée et au Japon, ont survécu à l’effondrement de l’Union soviétique. Exemplaires, les campagnes de Mandchourie de 1939 (Khalkhyn-Gol) et de 1945, totalement ignorées, constituent pourtant un point de repère théorique essentiel pour la compréhension de l’art de la guerre soviétique. Elles permettent en effet de connaître le potentiel d’une armée qui, après avoir absorbé les purges staliniennes et la surprise allemande, s’exprimera victorieusement à Stalingrad, Koursk, et sur l’opération Bragation de 1944.
Ce livre montre comment l’histoire militaire soviétique a plongé ses racines dans un passé tsariste dont la société russe tout entière gardait encore les signes de grandeur et toute la démesure. Il tente d’analyser comment la société soviétique a pensé le problème de la guerre et ce qui la définissait comme une grande puissance militaire.

Référence

Jacques Sapir, La Mandchourie oubliée – Grandeur et démesure de l’Art de la guerre soviétique, Éditions du Rocher, Paris, 1996, 293 pages

Comptes-rendus

Une critique dans la revue Vingtième Siècle (ici)

Une critique de 2009 (ici)

Une critique récente de 2013 (Historicoblog)


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *