Chômage: la marée noire qui nous menace

3 mars 2013
Par

L’explosion du chômage est désormais un fait incontestable. Le dernier baromètre de l’intérim, publié par Prisme (Baromètre Prisme Emploi National_Janvier 2013), indique que de janvier 2012 à janvier 2013, les effectifs de l’intérim ont baissé de 16,2%, l’effondrement étant particulièrement significatif dans le Bâtiment et Travaux Publics (BTP) avec une baisse de 23% et dans l’industrie avec 19,1%. On constate d’ailleurs que cet effondrement est proportionnellement plus important chez les cadres (16,5%) et chez les ouvriers qualifiés (17,9%). La vielle rengaine selon laquelle le chômage toucherait essentiellement les ouvriers non-qualifiés, et traduirait ainsi un défaut de qualification lié au système d’enseignement et de formation est ainsi battue en brèche. Notons que la chute de l’intérim est plus rapide que celle des emplois stables. On constate la même chose dans le rapport entre les CDD et les CDI. Ceci éclaire d’un jour cru les projets du gouvernement et du MEDEF qui veulent « faciliter » les licenciements dans le but supposé d’accélérer les embauches : en réalité, dans une période de récession, le démantèlement des obstacles juridiques aux licenciements ne peut qu’accélérer la montée du chômage et ceci sans aucune contrepartie. Ceci est une condamnation sans appel de l'accord signé par la CFDT avec la patronat. Car la hausse générale du chômage se poursuit inexorablement. Les chiffres sur la France Métropolitaine l’indiquent clairement et montrent que cette hausse date de la fin de 2010 mais s’accélère depuis peu.

Graphique 1

G1chom-global

Source: INSEE

Il est en effet de bon ton de faire porter la responsabilité du chômage sur le précédent gouvernement. Mais c’est oublier que les grandes orientations économiques, en particulier la « rigueur » budgétaire mise en place pour sauver l’Euro et articulée sur le TSCG, sont communes au gouvernement Ayrault comme au gouvernement Fillon, à François Hollande comme à Nicolas Sarkozy. L’accroissement du chômage depuis juin 2012 a été de près de 250 000 personnes. La prévision faite à la fin de l’été dernier d’un accroissement de 400 à 500 000 chômeurs de juin 2012 à juin 2013 est donc en passe de se réaliser. L’accroissement du chômage a fortement repris en janvier dernier.

Graphique 2

G2-chom Dares

Source: Ministère du Travail et des Affaires Sociales, DARES

L’accroissement du nombre des demandeurs d’emplois sur la France Métropolitaine, en incluant les trois catégories de la DARE, a été de 320 000 sur la même période. La progression au rythme de janvier nous donne donc un chiffre total de 560 000 demandeurs d’emploi supplémentaires fin mai 2013.

Graphique 3

Gr3-Chom DARES (ABC)

Source: DARES

Mais, ces prévisions supposent que nous restions dans les prochains mois sur une trajectoire inertielle. Or, rien n’est moins sûr. Les signes d’un possible effondrement de l’emploi salarié, en particulier dans l’industrie, mais qui se répercuterait sur l’ensemble des activités, se multiplient depuis les dernières semaines. Les statistiques des défaillances d’entreprises, recueillies par l’INSEE, sont l’un de ces signes.

Graphique 4

 Gr-4 def entrep

Source: INSEE

On voit nettement une accélération du mouvement des défaillances. Or, dans la situation actuelle, les PME/PMI, où se trouve concentré l’essentiel de l’emploi industriel, sont particulièrement fragiles. Une chute de la consommation, alors qu’elles ne peuvent attendre aucun soutien ni recours des exportations du fait du taux de change de l’Euro, serait en mesure de produire cet effondrement. Or, les dernières données montrent que cette chute de la consommation est en train de se produire. La chute de la consommation de biens manufacturés est importante. Elle est liée à la contraction du marché automobile, mais elle est loin de s’y réduire.

Graphique 5

 Gr-5-Consom

Source: INSEE

Que ce passerait-il si la consommation des ménages devait baisser de 4% à 5% ? Compte tenu des contraintes que s’est fixé de lui-même le gouvernement, ce n’est pas dans la consommation publique qu’il faudra attendre un soutien à l’économie. Par ailleurs, la baisse de la consommation entraîne la baisse de la production, qui elle-même entraîne une baisse de l’investissement. La relation entre la croissance du PIB et celle de la Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) est bien établie. En fait, rien de plus logique : les entreprises confrontées à des carnets de commandes peu remplis n’investissent pas, ou peu. Cela signifie qu’elles ne se modernisent pas non plus car pour se moderniser, pour faire progresser l’appareil productif, il faut renouveler le parc de machine et donc faire un pari sur les capacités d’absorption du marché. On comprend pourquoi, dès que le marché se réduit non pas seulement de manière relative mais de manière absolue, le pari sur le futur devient, ou est perçu, comme de plus en plus dangereux. C’est d’ailleurs particulièrement le cas si les ajouts en capital ont une forte spécificité, c’est-à-dire s’il faut s’attendre à une forte perte de leur valeur en cas de revente pour une autre utilisation. Or, la modernisation de l’appareil productif passe justement par des achats d’unités de capital qui sont toujours plus spécifiques. Progressivement donc, en cas de stagnation de l’économie et de contraction de la demande, c’est tout l’appareil productif qui est atteint par une atonie croissante. C’est en grande partie la raison pour laquelle l’investissement s’est littéralement effondré dans les pays soumis à une austérité draconienne qui a entraîné un fort repli de la production, comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne. On doit donc craindre qu’un tel mécanisme ne se mette en place en France, s’il ne s’est pas déjà mis en place, car la stagnation de l’économie dure depuis près d’un an.

Graphique 6

 Gr-6 Invest

Source: Calculs réalisés au CEMI-EHESS sur sources INSEE

Si ce scénario « noir » est celui qui se dévoilera dans les prochains mois, cela implique que l’accroissement du chômage sera supérieur à 40 000 personnes sans emploi par mois. Il faudrait donc s’attendre à plus de 480 000 chômeurs sur l’année 2013, soit à une hausse de plus de 700 000 depuis juin 2012. La progression du nombre des chômeurs sur l’année 2014 serait probablement aussi rapide, voire peut-être plus rapide avec une hausse du chômage qui serait comprise entre 500 000 et 700 000. Il n’est donc pas impossible que la France achève l’année 2014 avec un nombre de chômeurs, sur le territoire métropolitain compris entre 3,9 et 4,1 millions soit représentant plus de 13% de la population active (au sens BIT ou DARES catégorie A). Des phénomènes d’irréversibilité qui caractérisent un chômage de masse commenceraient à se manifester. Par contre, si la consommation se stabilisait, le nombre de chômeurs ne devrait pas excéder 300 000 en 2013 et sans doute 200 000 en 2014. Ce scénario, que l’on ne peut décemment qualifier de « rose », limiterait le nombre des chômeurs sur le territoire métropolitain à 3,4 millions à la fin de 2014, ce qui implique néanmoins un accroissement de 500 000 par rapport à janvier 2013. La différence entre les deux scénarii est essentiellement politique. Autant le gouvernement sera confronté à une montée lente des tensions et des problèmes sociaux et économiques dans le cadre d’un scénario de hausse « modérée » du chômage, autant ces mêmes problèmes prendront une tournure véritablement explosive si la consommation recule, comme on peut le craindre, et si le chômage voit sa progression accélérer.

Mais les conséquences d’une telle situation pourraient bien dépasser les tensions et mouvements politiques et sociaux. Avec un chômage autour de 4 millions, et un appareil productif dévasté, il deviendra très difficile de réamorcer un mouvement de croissance ultérieur. La France peut soit connaître une longue période avec un taux de chômage très élevé, soit même s’enfoncer toujours plus dans la récession puis la dépression. En fait, les conséquences d’une telle situation apparaissent tellement catastrophiques qu’il est difficile de faire des prévisions raisonnables.

On dira que ceci ne tient pas compte du contexte extérieur, et que la croissance américaine voir chinoise pourrait nous tirer d’affaire. Mais le contexte international est bien plus détérioré qu’on ne le croit (Zone Euro : pourquoi le potentiel de croissance est-il faible dans le reste du monde ? ). La véritable solution réside plutôt dans une rupture avec le « pacte de chômage » passé par l’Europe et mis en scène avec le TSCG et l’Euro.

Citation

Jacques Sapir, “Chômage: la marée noire qui nous menace”, billet publié sur le carnet Russeurope le 03/03/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/974

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Thématiques, Euro, Types de publications, Notes, Thématiques, Politiques de développement

Laisser un commentaire

Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales
Fondation Maison des sciences de l'homme
creative-commons-by-nc-nd

Les billets publiés sur le carnet Russeurope sont placés sous licence Creative Common. Ils peuvent être repris à condition de citer l\'auteur, l\'url de la page correspondante, de ne pas modifier le contenu, de ne pas en tirer commerce.

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Présentation

Ce carnet a pour fonction de rendre accessible mes travaux, qu’il s’agisse de working papers, de note de positionnement ou de notes brèves, portant sur l’économie européenne et sur la Russie. Il comprend des textes qui portent à la fois sur la crise de l’Euro et les origines de cette crise et sur l’économie de la Russie (depuis les problèmes macroéco- nomiques jusqu'à ceux de l'économie régionale, en passant par la finance).

_____________________

This blog aims at the dissemination of some of my research works, including working papers, position papers or brief notes focusing either on the Russian economy (from macroeconomy to regional economics and finance) or on the European one, with a special attention to the Eurozone crisis.

Jacques Sapir

Jacques Sapir

Diplômé de l'IEPP en 1976, a soutenu un Doctorat de 3ème cycle sur l'organisation du travail en URSS entre 1920 et 1940 (EHESS, 1980) puis un Doctorat d'État en économie, consacré aux cycles d'investissements dans l'économie soviétique (Paris-X, 1986).
A enseigné la macroéconomie et l’économie financière à l'Université de Paris-X Nanterre de 1982 à 1990, et à l'ENSAE (1989-1996) avant d’entrer à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1990. Il y est Directeur d’Études depuis 1996 et dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il a aussi enseigné en Russie au Haut Collège d'Économie (1993-2000) et à l’Ecole d’Économie de Moscou depuis 2005.

Il dirige le groupe de recherche IRSES à la FMSH, et co-organise avec l'Institut de Prévision de l'Economie Nationale (IPEN-ASR) le séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie.