La Russie et la nécessité d’une nouvelle politique économique (Séminaire Franco-Russe)

La Russie affronte aujourd’hui une période particulière de son histoire économique. Après s’être rapidement relevée de la crise de 2008-2009, elle doit aujourd’hui affronter une situation nouvelle où sa croissance ralentit fortement. Ceci est pour partie l’impact de la crise que traverse la zone Euro. L’Europe, et donc la zone Euro, représente, et de loin, le premier partenaire commercial de la Russie avec plus de 50% des échanges. Mais ceci n’est vrai que pour partie seulement. Ce ralentissement de la croissance présente donc des aspects inquiétants, et ce d’autant plus que, pour l’Institut de Prévision de l’Économie Nationale (IPEN-ASR) : « de faibles taux de croissance accompagné d’une contraction de l’investissement et d’une forte décélération du revenu réel des ménages sont absolument inacceptables pour un développement moderne de la Russie »[1].

Graphique 1

 Macro

Sources : ROSTAT, base de données.

Et il est vrai que c’est bien vers cela que l’on s’oriente si l’on en croit les données de ROSTAT. Ceci pose le problème du diagnostic que l’on peut porter sur l’état de l’économie russe aujourd’hui.

 

  1. I.              Quel diagnostic.

 

Le Séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers du développement économique de la Russie qui s’est tenu à Paris du 24 au 26 juin dans les locaux de l’EHESS, a montré le rôle crucial que joueraient dans ce pays les investissements comme moteur de la croissance. Leur développement est appelé à se faire dans le cadre d’une politique économique largement réorientée. La nécessité de cette réorientation est manifeste, non pas seulement parce que la croissance est aujourd’hui faible, mais aussi parce que le pays devra se développer dans une situation internationale troublée, tant d’un point de vue économique – et il est évident que la récession dans laquelle la zone Euro est plongée a des effets négatifs sur l’économie russe – que d’une point de vue politique.

La Russie est donc aujourd’hui confrontée à un véritable choix de politique économique. La nécessité d’un tel changement est soutenue par de nombreux économistes russes, de Sergueï Glazyev à Victor Ivanter, qui participait d’ailleurs au séminaire Franco-Russe. Il est courant de critiquer la politique précédente pour justifier la nécessité d’un changement d’orientation. Cependant, même s’il est clair que certaines des orientations économiques des dix dernières années n’ont pas été nécessairement les bonnes, la nécessité du changement ne vient pas des erreurs passées mais du fait que la précédente politique a épuisé la plupart de ses effets.

La politique économique qui a été mise en place en Russie à partir de 2004/2005 était elle-même une évolution de celle qui s’était imposée à partir de septembre 1998, à la suite de la grave crise financière que le pays avait connue. Dans un premier temps la priorité avait été donnée à la récupération de l’activité économique détruite dans les années 1994-1998 ainsi qu’au désendettement de l’État.

Ceci avait permis à la Russie de se relever extrêmement vite et de rembourser une partie de ses dettes par anticipations. Les discussions qui commencent à la fin de 2004 et qui se traduisent par des changements en 2005 ne remettent pas en cause les grandes orientations que l’on a après 1998, mais vont donner une plus grande priorité à la hausse des revenus des ménages et vont donner une certaine impulsion aux investissements publics. De fait, et avec l’aide de la forte hausse des matières premières que l’on connaît à cette époque, le pays va réussir à sortir une large partie de la population de la misère. C’est la un des effets de la politique conduite sous la présidence de Vladimir Poutine[2].

C’est dans les années 2004-2008 que se produit en Russie le « boom » de la consommation qui marque l’émergence d’une classe moyenne. Mais, c’est aussi durant cette période que l’on voit se produire une forte hausse de la productivité du travail. En fait, l’économie de la Russie s’est beaucoup transformée durant ces années et l’image d’une « stagnation » qui fut véhiculée par les déclarations du Président Dmitry Medvedev n’aurait pas pu être plus trompeuse.

En fait, loin de « stagner » comme ce fut la cas à la fin des années 1970 et dans les années 1980, l’économie a connu une progression de la productivité du travail très importante. C’est d’ailleurs ce qui lui a permis de résister aux effets de la réévaluation du taux de change réel. On constate en effet que, dans ces années, l’écart entre le taux de change et la parité de Pouvoir d’Achat (PPA) passe de 2,5 à 1,5. Ceci aurait d’ailleurs dû se traduire par une chute de la croissance comme l’a fait remarquer Anton Moiseev de l’institut de prévision de l’économie (INP-RAN) lors du séminaire Franco-Russe. Mais, en réalité, rapporté aux gains de productivité, cet écart n’a que peu bougé et reste, aujourd’hui encore légèrement supérieur à 2.

Graphique 2

Russie-Prod du Trav.giff - copie

Source : ROSTAT, base de données.

 

Dans le même temps cependant la Russie maintenait une politique financière extrêmement restrictive et délaissait les investissements en infrastructure. La combinaison de ces deux faits a été masquée par la forte croissance des années 2006-2008, mais elle a été révélée par la crise de 2008-2009. Même si la Russie a mieux traversé la crise que beaucoup de ses voisins, le contexte économique international très perturbé a commencé à peser sur la croissance et le rythme de cette dernière s’est fortement ralenti depuis l’été 2012. Ici, la Russie apparaît comme une victime collatérale de la crise dans la zone Euro.

Plus inquiétant encore est la chute de l’investissement. Ceci est particulièrement important car le pays commence à rencontrer des problèmes graves liés au manque d’entretien des infrastructures. La question du risque technologique induit par la faiblesse des investissements dans ce domaine avait été soulignée par Alexandre Nekipelov, qui fut le vice-Président de l’Académie des Sciences durant de nombreuses années, à de nombreuses reprises. De ce point de vue, on peut donc isoler les quatre facteurs suivants qui freinent la croissance de la Russie en dépit de bonnes conditions initiales et qui viennent ajouter leurs effets délétères à ceux d’une conjoncture internationale dégradée :

  • (i)             Le manque de financement tant pour le renouvellement d’une grande partie du parc des logements que des infrastructures.
  • (ii)           Un niveau extrêmement élevé d’hétérogénéité technique et technologique du capital fixe, niveau qui ne fait que traduire le poids des « dix années perdues » par la Russie du fait de la première phase de la transition de 1988 à 1998[3].
  • (iii)          Un mauvais cadre institutionnel pour organiser les interactions entre les innovateurs et inventeurs de nouvelles techniques et technologies et les investisseurs.
  • (iv)          Une politique monétaire dont le seul but est de maintenir la stabilité du taux de change du Rouble.
  • (v)           Une inégalité sociale excessive, se traduisant par le fait que les 20% des ménages les plus riches accumulent 47% du revenu total.
  • (vi)          Une profonde inégalité régionale.
  • (vii)        Le niveau de développement insuffisant des institutions et du système légal[4].

Ces facteurs exercent une influence négative sur le développement de l’économie mais aussi de la société dans son ensemble.

 

  1. II.            La nécessité de penser une stratégie de développement fondée sur les investissements.

 

Ces influences ne pourront être combattues que si la Russie se décide enfin à mobiliser les ressources disponibles et à faire de l’investissement une véritable priorité nationale[5]. Car le potentiel pour une forte croissance existe en Russie. Ce potentiel provient de la combinaison entre un puissant secteur des ressources naturelles et minières et une industrie de transformation qui doit se développer afin de répondre à la demande de consommation d’une société qui sort de la pénurie.

La nécessité d’une véritable stratégie de l’investissement s’affirme donc. Il faut que le niveau de l’investissement, et surtout la distribution tant sectorielle que régionale de ce dernier permette de développer rapidement le PIB.

En retour, un PIB croissant à une allure élevée attirera de nouveaux investissements. L’exemple du marché automobile russe, qui est aujourd’hui un des premiers d’Europe est éclairant à cet égard. Les investissements des sociétés étrangères pour produire en Russie entraînent d’autres investissements de la part de leur sous-traitants, mais aussi de la part des fournisseurs de matières premières (métaux et plastiques) utilisés dans la construction automobile.

Réaliser les changements structurels afin que se mette en place une croissance tirée par l’investissement est donc aujourd’hui une impérieuse nécessité. L’objectif est donc de reconstruire un tissu industriel cohérent et consistant qui permette d’équilibrer le poids du secteur des ressources naturelles et minières.

Les annonces qui ont été faites au Forum Économique de Saint-Pétersbourg qui s’est tenu juste avant le Séminaire Franco-Russe indiquent qu’une prise de conscience a eu lieu sur ce point. Lors de ce Forum il a été décidé d’engager des fonds importants (à hauteur de 13 milliards d’Euros) dans 3 projets qui ne sont que le début de cette politique :

  •     1. Restructuration  du Transsibérien.
  •    2. La construction d’une ligne TGV Moscou-Kazan .
  •    3. Construction d’une 3ème périphérique autour de Moscou.

Ces programmes viennent s’inscrire dans la continuité avec des projets déjà en cours. Ils devraient se continuer dans des projets concernant les investissements en Sibérie orientale ainsi qu’en Extrême-Orient, point sur lequel a insisté M. Dmitry Kuvalin (INP-RAN) lors du séminaire Franco-Russe. Mais la distribution par branche des investissements est révélatrice de certains problèmes.

 Graphique 3

 Invest - copie

Source : ROSTAT, base de données.

Si les investissements ont fortement progressé dans des branches comme les composant électroniques et la bureautique, ils ont aussi très fortement augmenté dans la chimie de base. Ils restent cependant faibles dans la branche des machines et équipements ou dans la métallurgie, activités où la Russie possède des avantages naturels importants. Un point encore plus important réside dans la distribution de l’investissement par type. La construction de bâtiments reste toujours élevée, et pas seulement pour le logement mais aussi de bâtiments à usage commercial et industriel alors que la part des machines et équipements de transport tant à baisser. Cela est inquiétant parce que cela implique que les investissements qui sont réellement capables de porter une modernisation de l’appareil productif restent limités.

De ce point de vue les innovations qui existent dans l’économie russe ont encore beaucoup de mal à se traduire en équipements nouveaux. Il faudrait donc non seulement accroître le niveau général de l’investissement mais aussi le recentrer sur l’essentiel. C’est à ce prix que la Russie pourra connaître la forte croissance dont elle a besoin en se fixant des étapes sur 2020 et 2030.

Tableau 1

Projections de croissance en Russie, %

Indicateur

2013-2015

2016-2020

2021-2025

2026-2030

Produit Intérieur Brut

  6.1

  7.0

4.6

4.1

   Dépenses de consommation finales:

  6.0

  5.2

4.4

4.0

Dont Ménages

  7.0

  6.2

5.1

4.5

           Gouvernement

  3.4

  2.0

1.5

1.5

         Institutions à but non-lucratif au service des ménages

  1.8

  1.0

0.5

0.5

   Formation brute de capital

13.9

11.2

4.6

3.2

        Dont formation brute de capital fixe

11.6

11.6

4.6

3.1

   Export

  2.1

  3.3

4.1

4.6

   Import

  9.7

  5.9

3.4

2.5

Source : V.V.  Ivanter (edit.) THE NEW ECONOMIC POLICY – THE POLICY OF ECONOMIC GROWTH, Mimeo, IPEN-ASR, Moscou, Mai 2013.

Graphique 4

Repart-Invest

Source : ROSTAT, base de données

 

  1. III.         La question des institutions financières.

 

Se pose alors la question de la politique monétaire qui pourrait accompagner un tel changement d’orientation. En fait, aujourd’hui, la Banque Centrale de Russie reste fidèle à sa stratégie de « ciblage d’inflation », stratégie très discutable tant dans son principe que dans son application en Russie[6].

Oleg Govtvan a montré, durant le séminaire Franco-Russe, que la politique de la Banque Centrale avait bien réussi à alimenter correctement les banques en liquidités, leur permettant d’assurer leurs fonctions de base, mais n’avait nullement fait baisser les taux d’intérêts qui restent très élevés, en particulier si l’entreprise ne peut proposer un collatéral à forte liquidité. Il est clair que, dans ces conditions, les banques ne pourront financer l’investissement.

Le départ de M. Koudrine du ministère des Finances, le remplacement de M. Ignatiev par Mme Nabiulina à la tête de la Banque Centrale sont cependant des signes qu’un tournant se prépare.

Mais, le développement d’une stratégie globale de l’investissement implique nécessairement de se poser la question du contenu en innovations de cet investissement. De ce point de vue, s’il est évident que le secteur des industries militaires a un important rôle à jouer, il faut comprendre que l’innovation implique aussi des processus d’hybridation entre diverses activités que ne favorise pas l’atmosphère de secret qui règne dans le secteur militaire. L’économie russe devra apprendre à marcher sur ses deux jambes, avec une forte contribution du secteur militaire mais aussi avec le développement de nouvelles entreprises innovantes issues des grandes universités et des centres de recherche.


[1] V.V.  Ivanter (edit.) THE NEW ECONOMIC POLICY – THE POLICY OF ECONOMIC GROWTH, Mimeo, IPEN-ASR, Moscou, Mai 2013.

[2] Sapir J., « Rossija posle Putina :Ekonomitcheskie i Social’nye Osnovy Polititchekoj Stabil’nosti » [La Russie après Poutine. Fondements économiques et sociaux de la stabilité politique] in N. Lapina (ed). Dva Prezidentskih Sproka V.V. Putina. Dinamika Peremen, Éditions de l’Académie des Sciences de Russie, Moscou 2008, pp. 112-142.

[3] Sur ce point Sapir J. (edit) La Transition Russe, Vingt Ans Après, (avec V. Ivanter, D. Kuvalin et A. Nekipelov), Éditions des Syrtes, Paris-Genève, 2012. Traduction en russe Rossijskaja Transformacija – 20 let spustja, Magistr, Moscou, 2013.

[4] V.V.  Ivanter (edit.) THE NEW ECONOMIC POLICY – THE POLICY OF ECONOMIC GROWTH, Mimeo, IPEN-ASR, Moscou, Mai 2013.

[5] Voir Sapir J., “La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance”, billet publié sur le carnet Russeurope le 24/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/532

[6] Sapir J., « Russia and the “new monetary consensus” note installée sur le carnet Russeurope le 11 novembre 2012, http://russeurope.hypotheses.org/506


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...