Les « fuites » de capitaux en Russie au-delà des conventions comptables

Le texte qui suit porte sur une question particulièrement importante: l’évaluation des « sorties » et des « fuites » de capitaux hors de Russie. On sait que cette question a donné lieu à des débats acharnés ces dernières années. Très souvent, l’estimation des « fuites » sert d’indicateur approché de la bonne, ou mauvaise, santé de l’économie russe. C’est pourquoi il importe de savoir ce que l’on mesure et de la faire avec le plus grand soin. Cette note fut initialement présentée lors du séminaire Franco-Russe qui s’est tenu à la FMSH à Paris en juin 2013 par Mme Hélène Clément-Pitiot, Maître de Conférences en économie et chercheur au CEMI-EHESS. Compte tenu de son importance j’ai décidé de la publier dans ce carnet.

 

Ces derniers mois, les «fuites de capitaux» en Russie ont donné lieu à des évaluations qui pourraient être qualifiées « d’émotionnelles » pour user d’un « russisme ». Une évaluation plus objective permet d’éclairer le sujet et d’en déterminer les causes pour replacer ce débat alarmiste à sa juste mesure et en relativiser l’impact. L’économie de la Russie contemporaine s’insère en effet dans un monde complexe, global et de plus en plus financiarisé. L’évaluation des transferts financiers se fonde sur la comptabilité de balance des paiements et sur une analyse économique précise des composants et des agrégats.

La fuite des capitaux (FDC) en Russie est un thème qui soulève facilement l’émotion. En effet, il ravive une vieille hantise. Il traduit de façon caricaturale un « effet de dépendance du chemin» (path dependency) qui est bien connu des théoriciens de l’économie des institutions[1]. C’est le souvenir des années 90, et en particulier de la crise d’août 1998, qui constitue l’arrière-plan de ce phénomène[2]. On se souvient qu’à cette époque des affairistes en tout genre accaparaient le plus possible de ressources en Russie, les convertissaient en instruments monétaires ou financiers et les expédiaient à l’étranger dans des paradis «offshore»[3]. Ceci a conduit, à travers divers désordres dans la sphère financière comme dans la sphère réelle, à la crise de 1998[4]. Cette dernière a profondément marqué les esprits des journalistes et des experts. Pourtant, il est indubitable que l’économie russe a profondément changé depuis cette époque[5]. L’insertion dans l’économie globalisée, mais aussi financiarisée[6], s’est accrue, et modifiée[7]. Il n’empêche ; les réactions des observateurs semblent marquées de manière indélébile par cet épisode. Il renaît chaque fois que la Russie est confrontée à des incertitudes économiques. Ainsi, depuis ces derniers mois, on a pu constater un retour de cette problématique au sujet de la Russie. Un certain nombre d’observateurs se font les spécialistes des «humeurs du temps» pour faire renaître les craintes vis à vis des fuites de capitaux en Russie. Ils ont développé à cet effet un lexique explicite[8] : «fuites croissantes, manque de confiance, risques sociaux et politiques» qui s’articulent avec une rhétorique de l’émotion, de la crainte et de l’insécurité.

Les enjeux de la construction d’une image économique de la Russie.

On peut penser que les européens, qui font face à une longue crise économique, doivent pouvoir se persuader qu’ailleurs, en particulier en Russie, la situation est toujours pire et en tout point conforme aux clichés qui peuvent être ravivés fort à propos. Ainsi s’amplifie l’idée que le climat des affaires en Russie est particulièrement préoccupant. Le message pourrait être anodin, s’il ne concernait et n’affectait qu’une frange superficielle de la population. Mais bien au contraire, ce message donne le «la» pour un grand nombre d’acteurs, et en particulier ceux qui sont les plus démunis pour accéder à une information objective de la situation économique russe. En effet, les grandes entreprises ne sont guère sérieusement handicapées par les aléas médiatiques pour fonder leur stratégie de développement en Russie. Leur expérience du terrain leur permet de s’affranchir du strict point de vue des media[9]. Ce sont les PMEs qui subissent le plus le trouble des humeurs médiatiques. Cette situation est particulièrement dommageable à l’heure où ce sont elles qui sont aussi particulièrement frappées par la crise économique européenne. La question de l’ouverture internationale, de l’accès à de nouveaux marchés et à de nouveaux partenaires déterminent les conditions de survie de leur activité. Parce qu’il leur est difficile d’avoir une expérience propre des marchés extérieurs, les PMEs françaises sont amenées à fonder des choix stratégiques à partir des a priori véhiculés par les humeurs médiatiques. Souvent confrontées à un panorama des opportunités russes bien trop pessimiste, elles renoncent à aller de l’avant. Il est étrange que les messages qui perturbent et handicapent sévèrement les PMEs françaises dans les choix d’Investissement et de développement soient si prégnants en France et, au contraire, le soient si peu Outre Rhin.

Cette asymétrie mérite d’être approfondie, car elle interpelle un mal « français » qui toucherait une partie de la communauté des experts. N’a-t-on pas vu la Chancelière Allemande, Mme Angela Merkel, présente au 17e Forum économique de Saint-Pétersbourg de juin 2013, féliciter les entreprises allemandes parce plus de 6000 d’entre elles développent des relations économiques avec la Russie. En France, on ne les compte qu’en centaines. L’enjeu économique, mais aussi politique, que représente une bonne information revêt ainsi un caractère déterminant. Il prend la forme d’un «coût d’opportunité» pour de nombreux acteurs économiques français. On devrait pouvoir  s’attendre que des économistes soient sensibilisés à ces enjeux et se soucient de fournir une information qui ne soit pas biaisée. Ainsi serait mieux garanti le bon fonctionnement des principes de la concurrence entre les entreprises européennes susceptibles d’intervenir en Russie. C’est précisément dans cette perspective qu’à été menée l’analyse qui est ici exposée. Elle aborde cette question des fuites de capitaux, question qui a joué un rôle caricatural en matière d’évaluation du climat des affaires dans l’économie russe depuis plusieurs mois.

« Fuite » et sorties des capitaux : éléments de langage.

La théorie économique définit précisément les fuites de capitaux[10] opérées par des acteurs privés. Le phénomène est relié à différentes caractéristiques du fonctionnement de système économique et de ses institutions : il s’agit soit d’une incertitude macroéconomique, ou d’une instabilité politique et institutionnelle[11], ou encore d’ un système financier faiblement développé avec des taux de rendement plus élevés à l’étranger. Dans un contexte de choix de portefeuille, tous ces facteurs induisent des risques accrus de perte de la valeur réelle des avoirs domestiques des agents privés, les obligeant ainsi à modifier la composition de leurs portefeuilles en faveur des actifs étrangers. Ainsi les agents privés transfèrent vers l’extérieur leur épargne, ce qui conduit à une baisse de l’investissement privé sur le territoire. Par conséquent, en diminuant le niveau de l’investissement privé, la fuite des capitaux pourrait réduire la croissance économique. L’utilisation classique du terme de fuite de capitaux («capital flight») se réfère aussi à un phénomène de spéculation monétaire hautement contagieux qui donne lieu à des transferts de fonds privés à travers les frontières[12]. Il s’agit de transferts suffisamment larges pour affecter le marché financier national, perturber la balance des paiements et mettre en cause la solvabilité du pays à court terme[13]. Ces questions ont été amplement traitées dans la littérature économique, et ont donné naissance à un débat important abordant l’utilité et la nécessité d’un contrôle des capitaux[14].

Ainsi la distinction entre les fuites («flight») et les sorties «normales» est une question de degré, du même ordre qu’une différence entre un «bank run» et des opérations normales de retraits. La cause la plus courante des fuites (ce que l’on appelle la « hot money ») est l’anticipation d’une dévaluation de la monnaie domestique. Mais on sait aussi que, passé l’épisode et la dévaluation, les flux en général retournent vers le pays d’origine. Le corollaire de ces définitions est que l’on devrait pouvoir mesurer de deux côtés les flux financiers en question. On pourrait ainsi évaluer directement les détentions dans des comptes étrangers, surtout «offshore», détenus par des résidents et calculer, au moyen de la comptabilité de la balance des paiements, ces flux en soustrayant les paiements pour les importations, le service de la dette, les variation officielles des réserves, du total des flux d’échange entrant (exportations, prêts reçus, investissements des multinationale, etc…). Une double question s’en suit alors, d’une part celle relative à la transparence des opérations et d’autre part celle concernant la question de savoir de quoi sont composés les agrégats. Dans cette dimension, la prudence est requise. Or c’est bien de cette prudence cependant que nos experts et journalistes spécialisées ont cru pouvoir se dispenser.

Tableau 1 :

Les chiffres bruts

2008

2009

2010

2011

2012

2013*

Milliards de US Dollars

133,7

56,1

34,4

80,5

54,1

30-35

(*) Estimation du Ministère de développement économique russe en avril 2013.

 

Une première observation s’impose. Ces chiffres fluctuent de manière considérable. Ne serait-ce qu’à l’observation de l’emballement dans les commentaires qu’ils ont suscités, les chiffres du tableau ci-dessus auraient dû attirer l’attention et inciter à la prudence.  Le doute pouvait quand même s’installer rien qu’à la vue de la dynamique de ces chiffres dans le temps. En effet, cette dynamique ne traduisait aucunement le processus d’amplification annoncé en grande pompe. Continuons l’investigation. La Banque Centrale de Russie publie aussi les chiffres des « erreurs et omissions » dans le calcul de la balance des paiements. Il est reconnu que ces chiffres constituent une bonne approximation des sorties illégales (les « fuites ») de capitaux.

Graphique 1

Erreurs et om

Source: Banque Centrale de Russie pour les chiffres « erreurs et omissions » sur la feuille « Balance des Paiements » dans la base de données. Chiffres trimestriels du PIB (en rouble) dans le Bulletin of Banking Statistics (divers numéros) et taux de change moyen par trimestre sur la base de données de la Banque Centrale de Russie.

 

On constate alors que si les montants fluctuent fortement d’un trimestre à l’autre, ils suivent un rythme régulier qui ne montre aucune tendance à l’aggravation depuis le quatrième trimestre de 2007[15]. Par ailleurs, ces montants rapportés au PIB sont faibles (compris entre 0,5% et 1%) ce qui permet d’en relativiser l’importance. Rappelons qu’en France, la fraude fiscale se monte entre 2% et 3% du PIB (de 40 à 60 milliards d’euros) dont une bonne part va à l’étranger. La Russie ne semble pas constituer un cas particulier de ce point de vue.

Un paradoxe intéressant.

Dans la conclusion d’un article publié en mars 2013 sur les investissements directs étrangers (IDEs), et publié dans le cadre des travaux du Think Tank de l’observatoire de la Chambre de commerce et d’industrie franco-russe, un «paradoxe» était justement signalé par un collègue. « En matière d’IDE, la Russie est une terre de paradoxe: considérée par la communauté des affaires comme largement corrompue, peu fiable en matière de droit de propriété et peu respectueuse de l’Etat de droit, elle figure néanmoins parmi les destinations privilégiées des investisseurs»[16]. Il aurait dû servir d’alerte pour donner matière à la réflexion plus attentive. Ce constat fut renforcé récemment. Au Forum Economique de St Pétersbourg (18-20 juin 2013) il fut affirmé que la Russie était devenue la «destination privilégiée des investisseurs». Lors de cette réunion, les experts du cabinet Ernst & Young, d’après leurs études sur échantillon ont pu affirmer que « la Russie est devenue le 6e pays le plus attractif du monde pour les IDE».

Pour expliquer ce «paradoxe», invoquer le fait que le monde est complexe et les individus irrationnels laisse un peu sur sa faim ! D’autant plus qu’il faudrait, en bonne logique, définir ce qu’est cette « rationalité » par rapport à laquelle on définit une « irrationalité ». On comprend que le fait que des individus peuvent ne pas partager l’opinion de certains experts à un moment donné peut difficilement être qualifié de comportement « irrationnel ». Dans cette logique, on peut certes accepter l’idée de l’incomplétude des individus et de l’information. Cette idée fonde une approche en termes de rationalité limitée[17]. Mais il faudrait aussi, toujours en bonne logique, l’étendre alors aux économistes. En réalité il est possible d’explorer une autre interprétation de ce paradoxe : la constitution d’une « convention ». Ce terme a été remis à l’honneur à la fin des années 1980[18]. Il signifie que les individus prennent un énoncé, juste ou faux, comme base de leurs calculs car il ne peuvent (ou n’ont pas le temps) de revenir à chaque fois à la base de la totalité du raisonnement. Les conventions dominent en particulier sur les marchés ou le temps est compté aux agents, et en particulier sur les marchés financiers[19]. Et c’est  d’ailleurs bien à cette vision que l’un des auteurs de l’analyse alarmiste se rattache[20]. Il est donc clair que certains experts ont cédé à la convention et restent dans un raisonnement inertiel en se polarisant sur des évaluations et conceptions communes qu’un regard attentif sur les chiffres, tels ceux relatifs aux «fuites» de capitaux, infirmerait.

Peut on distinguer « sorties » et « fuites » ?

Ce travail d’attention a bien été mené à la fin de l’année 2012 : une collaboration de différentes équipes d’économistes[21] a permis une mise à plat retentissante sur les sorties de capitaux en Russie. On peut la qualifier de «révolution «Ernst & Young»» parce qu’elle sonnait le glas de l’association du mythe du «Printemps russe» avec l’envol des fuites de capitaux. Elle revenait radicalement sur l’évaluation conventionnelle passée, qui était  ressassée partout à satiété des 81 milliards de sortie de capitaux de Russie sur l’année 2011. Les observateurs qui se sont laissés entraîner par le raccourci des politologues, s’étaient eux aussi empressés d’associer ce chiffre à des agitations politiques qui furent particulièrement médiatisées et hypertrophiées en France.

L’enjeu de cette étude fut de regarder dans le détail les données. Ce travail a abouti à un constat qui fut largement diffusé dans les media russes dans les deux derniers mois de 2012, pour souligner la rupture avec l’obsession de certaines figures économiques emblématiques du panorama médiatique habituel[22].

Ce rapport du cabinet Ernst & Young confirme les réserves qui avaient été formulées en son temps par le Président de la Banque Centrale de Russie (BCR) et concluent à une surévaluation massive des mauvaises sorties de capitaux qui seules peuvent être qualifiées de «fuites». Les sorties réelles des capitaux russes sont deux fois moins élevées que ce qui fut communément annoncée (40 et non 81). Doivent être exclues du calcul, les transactions qui, n’ayant pas d’effets dommageables sur l’économie, ne s’apparentent aucunement à des «fuites» :

  • -les achats d’avions immatriculés hors de Russie mais utilisés sur des vols intérieurs,
  • -les acquisitions d’actifs à l’étranger par des entreprises en pleine expansion internationale (croissance externe),
  • -Le remboursement d’emprunts contractés à des banques occidentales, les paiements des dividendes à des actionnaires étrangers
  • -Éventuellement aussi l’envoi de fonds vers des structures «offshore» revenant ensuite en Russie.

Le fait que des capitaux quittent la Russie n’est pas alors nécessairement un signe du mauvais climat d’investissement dans le pays, mais au contraire celui de son rôle croissant dans la mondialisation et de la stratégie des grandes firmes russes. Ces dernières, pour atteindre la taille critique imposée par un marché globalisé, ont tendance à recourir à la croissance externe, un choix qui peut être bien sûr discuté, mais qui est aussi celui des grandes entreprises d’Europe Occidentale.

Malgré ce travail et sa large diffusion, nombre d’observateurs occidentaux ont ignoré ou ont fait semblant d’ignorer les résultats, en continuant à mettre en exergue l’emballement des fuites de capitaux en Russie. Paradoxalement c’est dans une publication économique de la Chambre de Commerce Franco-Russe du printemps 2013 que l’anachronisme fut le plus visible: l’«inversion de tendance qui n’est pas observable dans les fuites des capitaux et qui reste importantes aujourd’hui»[23] ….propos qui sonnent de manière étrange et en aucun cas fondé au printemps 2013 ni même sur 2012, comme les études du cabinet  Ernst & Young l’attestaient depuis longtemps.Le travail mené par l’équipe de consultants (RDIF / E&Y) a eu pour effet de provoquer un «investissement de forme», -comme pourrait le qualifier les économistes des conventions[24]– afin de repositionner le débat dans le monde des affaires en Russie. Cet effort se devait être à la hauteur des stratégies de dénigrement qui étaient en cours pour  permettre un recadrage. Il est ainsi possible de mettre fin au paradoxe qui intriguait nos experts. On peut se rendre compte que la situation des sorties de capitaux en Russie est en réalité comparable à celle de beaucoup d’économies orientées vers l’exportation aussi diverses soient-elles comme le Koweit, la Norvège et le Japon[25]. La Russie reste à l’évidence un grand bénéficiaire de revenus d’exportation puisqu’elle exporte essentiellement, mais non exclusivement, des matières premières.

Graphique 2

G2-commerce

Source : Banque Centrale de Russie (statistiques des douanes)

Il est vrai aussi que son large marché intérieur accapare d’abord tous les efforts de diversification entrepris par le pays[26]. La dynamique des mouvements de capitaux est ainsi grandement influencée par les tendances mondiales et globales plus que par des facteurs économiques domestiques. Ce constat atteste que la Russie est bien une économie globalisée et il fait sens avec la remarque d’André Béloussov, vice-Ministre du Développement Économique à St Petersbourg en juin 2013[27].

Beaucoup de bruit pour rien ?

«Much Ado about nothing»?[28] Telle est en effet la conclusion qui pourrait être donnée à cet épisode. Pourtant, il ne s’arrête pas là. L’effet des conventions de jugement sur la Russie qui se propagent hors de cadres rigoureux du raisonnement se fait sentir très largement, et ces mécanismes peuvent affecter de façon perverse les débats économiques. Le plus surprenant est que l’estimation fournie par l’étude RDIF / E&Y ne fait que ressortir des tendances qui étaient déjà présentes dans les données publiées par la Banque Mondiale sur une base très régulière. Or, ces chiffres diffèrent de manière sensible de ceux plus globaux donnés par la Banque Centrale de Russie.

Tableau 2 :

Les chiffres des «fuites» de capitaux revisités (milliards de $)

2008

2009

2010

2011

2012

2013*

BCR, « sortie de capitaux »

133,7

56,1

34,4

80,5

54,1

30-35

Montant des erreurs et omissions**

-3,051

-6,394

-9,136

-12,106

 

-10,212

Banque Mondiale

***                            16,0                  9,3                  10,9             32,3

* Estimation du Ministère de Développement Economique Russe ;

** Chiffres fournis par la BCR

*** Chiffres calculés à partir des flux de capitaux privés, à partir des investissements directs et des investissements de portefeuilles

 

L’explication est pourtant simple. La méthodologie de la BCR est avant tout une méthodologie comptable. Elle ne peut en aucun cas se substituer à l’analyse économique. Les sorties de capitaux sont enregistrées à partir du poste «entrées / sorties nettes de capitaux du secteur privé», indicateur que calcule la BCR. Il est le solde net des actifs financiers étrangers des banques et autres secteurs privés, comprenant aussi le solde net «des erreurs et omissions». Sont aussi comptabilisés dans les sorties de capitaux des soldes de transactions économiques pour lesquelles l’évaluation binaire n’a pas de sens telles que les activités de fusion et acquisition (M&A) à l’international des sociétés russes ainsi que le remboursement des emprunts effectués en devises auprès des banques étrangères. Des mouvements vers l’extérieur sont donc « normaux ». À l’autre extrémité du spectre on a les « erreurs et omissions » qui constituent, en dehors de problèmes statistiques mineurs, la source « plus sûre » des fuites illégales. Le chiffre de la Banque Mondiale inclut ainsi des mouvements qui sont considérés comme « suspects », (paiements pour des transactions non effectuées ou dont le montant a été artificiellement majoré, remboursement de dettes inexistantes, etc…).

Si le montant de la ligne « erreurs et omissions » constitue une estimation minimale des « fuites », l’estimation faite par la Banque Mondiale constitue une évaluation bien plus raisonnable de ces dernières. La première ligne inclut quant à elle toutes les sorties, y compris celles qui sont liées à des opérations à la fois légales et légitimes. On notera que si ce chiffre est légèrement en augmentation, il reste dans des limites comparables à ce que l’on connaît dans les grands pays occidentaux.

Tableau 3

Une estimation de l’ampleur réelle des fuites de capitaux

2008

2009

2010

2011

PIB, estimé aux prix et au taux de change courants (milliards de dollars)

1645,99

1257,18

1494,21

1807,21

Fuites (estimation Banque Mondiale) en milliards de dollars

16,0

9,3

10,9

32,3

Fuites en % du PIB

1,0%

0,7%

0,7%

1,8%

On constate, certes, une augmentation pour 2011. Mais, cette augmentation reste dans les limites de ce que l’on connaît dans les pays d’Europe occidentale. Dans le cas français, un taux de 1,8% du PIB correspondrait à 36 milliards d’Euros. Or, la fraude fiscale (réalisée à 80% par les entreprises) se monte suivant la DRI et le Sénat à environ 30 à 40 milliards[29], chiffre qui pourrait même atteindre les 60 milliards suivant le magazine L’Expansion[30]. Si l’on y inclut « l’optimisation fiscale » par des moyens légaux (mais pas nécessairement légitimes) et dont une large part est liée à des opérations sur l’étranger, on arrive à des montants qui sont en réalité probablement supérieurs.

Ceci conduit à relativiser le phénomène des « fuites » de capitaux et de la fraude fiscale en Russie. Qu’elle existe est une évidence. Mais qu’elle représente comme on l’affirme parfois une proportion non négligeable de la richesse nationale est plus que douteux. Quant à affirmer que les évènements politiques de l’hiver 2011 ont provoqué un « mouvement massif », ceci est à l’évidence faux.

Que s’est-il donc passé ?

La vulgate médiatique dicte à l’homme de la rue, et même à l’observateur modérément informé, une appréciation binaire : les entrées sont bonnes et les sorties mauvaises. En matière d’économie mondialisée, cette dichotomie perd toute sa pertinence. Certes, le processus de financiarisation se traduit par l’ouverture de « fenêtres d’opportunité » pour les fraudeurs en tout genre ; un problème dont les États commencent d’ailleurs à prendre conscience. On rappellera à cet égard le changement d’attitude, certes contraint et forcé, des banques suisses… En réalité, si l’on regarde le phénomène avec l’œil de l’économiste, tous les mouvements brutaux, à l’entrée comme à la sortie, sont potentiellement dangereux. Certaines entrées de capitaux sont en effet le signe d’une crise imminente et un pur effet de spéculation[31]. C’est ce qui s’est passé en Russie lors du premier semestre 2008 à la fois sous l’effet de la crise des « subprimes » et sous l’effet de déclarations imprudentes du Ministre des Finances de l’époque, M. Alexei Koudrine. Mais il semble que rechercher une signification économique plus pertinente demande un effort de réflexion excessif pour certains experts soumis à la pression de l’opinion et du médiatiquement correct.

Les «observateurs» comprenaient assez bien que la période de crises des années 2008 et 2009 pouvait expliquer la croissance des sorties de capitaux mais ils ont, de façon hasardeuse, trop vite attribué la diminution des entrées et l’accroissement des sorties, résumées sous le terme de « fuites » sur 2011 et 2012, à l’insécurité politique de la période électorale. Pourtant, l’analyse des réserves de la Banque Centrale aurait dû leur indiquer qu’il n’y avait aucune comparaison à faire entre ces deux périodes.

 Graphique 3

G3-reserv

Source : Banque Centrale de Russie.

Le mouvement des réserves de change de la Banque Centrale de Russie l’atteste clairement.

La période de l’hiver 2011 au printemps 2012 se caractérisa en effet par des mouvements remettant en cause la légalité des différents scrutins qui s’étaient tenus en Russie. La presse occidentale s’est empressée de couvrir ces événements, mais en en accentuant les traits et l’ampleur de l’impact dans la société russe. Le biais enregistré sur l’évaluation des fuites s’apparente ainsi à une biais explicatif construit par l’émotion et dépourvu de fondement macroéconomique. L’appréhension de la diversité des sources de sorties de capitaux dans une économie mondialisée permet d’éclairer sous un angle plus juste les chiffres, mais aussi les dynamiques en œuvre.

L’impact de la crise financière et économique peut ainsi être revisité: Pour l’année 2011, comme pour la période 2008-2009, les sorties de capitaux de Russie s’expliquent par des mécanismes de nature économique liés aux dérèglements de la crise en Europe et dans le monde. Moins de capitaux s’exportent d’Europe et des Etats Unis et à l’inverse, les sociétés-mères se refinancent auprès de leurs filiales russes pour éviter que leurs problèmes de liquidité se transforment en problèmes de solvabilité. Le phénomène est important pour les groupes bancaires occidentaux ayant des filiales en Russie, comme la Société Générale ou la BNP qui ont du fermer des activités en Russie sur décision du siège. Finalement l’argent qui quitte la Russie en 2008 n’est, en partie, pas vraiment russe! C’est là un autre piège que révèle les enregistrements comptables de la BCR. Toute somme quittant la Russie est considérée comme « résidente », même si, en réalité, elle est entrée en Russie quelques mois plus tôt. Il faut donc faire un travail d’enquête minutieux sur ce sujet pour pouvoir démêler non pas tant le vrai du faux mais les « fuites » des sorties légitimes, et l’argent de sociétés russes de celui de sociétés occidentales établies en Russie.

L’accroissement des sorties qui fut enregistré pour 2011 pourrait aussi s’expliquer par l’aide financière apportée pour venir en aide aux Européens dans la stratégie de sauvetage de l’Euro sous diverses formes, au moins pendant une partie de l’année. De même le développement des investissements directs et l’achat d’entreprises étrangères (les achats de RZhD[32] en France par exemple) peut expliquer en partie des sorties de ce type à partir de 2011. L’année 2011 a marqué le début d’une expansion russe dans l’achat d’entreprises étrangères comme on l’a déjà indiqué, ouvrant des opportunités pour que des entreprises européennes puissent éviter le dépôt de bilan et les licenciements massifs. On peut aussi mentionner comme raisons légitimes:

  1. Encourager la sortie de capitaux peut être aussi un instrument de politique monétaire pour compenser les «inflows» et éviter des pertes de compétitivité dues à l’appréciation de la monnaie.
  2. L’activité des fonds d’investissement conduit naturellement aussi à des sorties de capitaux, qu’il s’agisse du développement des fonds de pension comme de l’activité des fonds souverains à l’étranger (par exemple au Bélarus en association avec des fonds chinois).
  3. Enfin on peut aussi montrer que les «mauvaises» sorties préfigurent souvent des retours.  Il a pu être estimé que les investissements transférés par la Russie de 2007 à 2011 sont retournés à hauteur de 80% en Russie[33].

Une enquête récente sur une période plus large a aussi été publiée[34] par le Global Financial Integrity (GFI) émanation d’anciens collaborateurs du FMI qu’on ne peut en aucun cas qualifier de complaisants vis à vis de la Russie. Ce travail tente de rassembler toutes les informations disponibles pour évaluer les flux financiers illicites en Russie et appréhender l’économie souterraine. Le GFI estime qu’entre 1994 et 2011, 211,5 milliards de dollars sont sortis de Russie et sur la même période 552,9 milliards sont re-rentrés. Les experts mettent en lumière une forme de blanchiment suivant la procédure qualifiée de ‘trade misinvoicing’[35].

Les sorties de capitaux de la Russie en comparaison internationale.

Une mise en perspective internationale à laquelle on a fait allusion dans le cours de cette analyse permet aussi de relativiser largement les émotions suscitées par les «fuites» de capitaux russes. Depuis la crise de 2007-2008, on assiste en effet, au sein des pays développés, à un regain d’intérêt pour les sorties de capitaux. Dès le début de la crise financière, l’intérêt s’est porté sur les paradis fiscaux, lieux d’accueil des fuites et sorties illicites de capitaux. Les chercheurs, les administrations et les parlementaires ont pris conscience du manque d’élément pour traiter et apporter des solutions aux problèmes et sont à l’origine de travaux détaillés[36]  en la matière:

  • –       En France, une enquête sénatoriale[37]a produit un rapport d’évaluation des sommes que représente l’évasion fiscale[38]. Il s’agit de 40 à 50 milliards qui manqueraient au budget chaque année ; c’est à dire près du 1/6ième du budget de l’Etat français.
  • –       En Allemagne : L’étude du centre de recherche de l’université de Goethe est en l’illustration, elle exhibe la part des engagements financiers de l’Allemagne dans les paradis fiscaux. En 2008, le chiffre atteint 18% du PIB et surtout il est important de noter que de 2007 à 2008, ce chiffre a enregistré une augmentation  de près de 4% du PIB.
  • –       Dans les pays européens les plus en crise, la dynamique des sorties de capitaux est très sévère, près de 100 milliards d’euros ont quitté l’Espagne en 2012! Et en Grèce, dans la période électorale de mai 2012, c’est 4 milliards d’euros qui quittaient la Grèce chaque semaine[39]. Il s’agit dans ces situations de dynamiques de crise particulièrement violentes qui n’ont rien à voir avec la dynamique des sorties de capitaux en Russie….ni qualitativement  ni quantitativement.
  • –       Enfin au niveau européen, c’est au sein du Parlement que le souci semble le plus vif : Le Président du Parlement Européen s’alarme d’une massive sortie de capitaux en Europe évaluée à 1 000 milliards d’euros pour l’ensemble de l’Europe et il souligne que ce sont «1000 milliards d’euros qui disparaissent chaque année à cause de l’évasion fiscale, qui pourraient par exemple être réinvestis dans l’emploi des jeunes»[40]

Une mise en perspective historique contribue également à relativiser l’ampleur des fuites de capitaux en Russie. Il apparaît que les sorties de capitaux sont très différentes maintenant par rapport à celles connues par le pays dans le passé[41]. En mesurant en proportion de la taille de l’économie russe, les sorties actuelles sont bien plus réduites. Une étude de long terme de la banque mondiale calcule que depuis l’année 1990 (soit sur 22 ans), l’économie russe a vu son PIB s’accroître de 166 %[42]. L’économiste en chef de la banque d’investissement Renaissance Capital, Ivan Tchakarov renforce cette évaluation de la croissance russe en soulignant que le PIB de la Russie a été multiplié par 20 en valeur nominale depuis 1990. Il s’établit à près de 2 000 milliards de dollars sur 2012 alors que les fuites de capitaux sont restées identiques. On peut donc estimer qu’elles ont diminué de 20 fois!

 

Les «conventions d’évaluation» sont bien à l’origine de la persistance des biais et des erreurs d’évaluations en ce qui concerne la Russie. Mais elles ont été renforcées par une convention plus générale, fondée sur la période des années 1990 et jamais sérieusement remise en cause. Alors que les discours économiques des experts rapportent toujours plus de calculs et de ratio, l’enquête menée ici en matière de «fuites» de capitaux en Russie met en avant le manque de soucis chez ces experts de connaître les déterminants des données mises en exergue. Un précédent majeur a entaché la réputation du monde des économistes et remis en cause la validité du seuil absolu de dette sur PIB, conventionnellement évalué à 90%, conformément aux résultats des célèbres économistes d’Harvard, Carmen M. Reinhart et Kenneth S. Rogoff[43]. Ce scandale a mis le doigt sur le fait, que d’une part des quantités considérables d’articles, d’ouvrages mais aussi de manuels sont obsolètes, mais d’autre part que des économistes médiatisés mais peu précautionneux portent des responsabilités «sociétales» : des millions de chômeurs et des milliers de suicides peuvent découler de politiques économiques de rigueur et d’austérité fondées sur les résultats de leurs travaux, depuis infirmés. Ces économistes fournissent aux média ce que le politique et les financiers veulent lire… C’est le drame présent de notre profession tel que le dénonce magistralement l’ouvrage de Jean-Pierre Dupuy,  «l’Ecomystification»[44]. Les fuites de capitaux sont amplifiées à souhait comme ont pu être justifiées économétriquement les convergences des économies européennes engagées dans l’euro et maintenant l’austérité pour assurer le respect des 90% de Reinhart et Rogoff ! L’assureur AIG qui s’est rendu célèbre dans la crise de 2007 n’a pas encore prévu de principe d’assurance face à ses erreurs. Refuser de voir et de rendre compte du réel par convention d’évaluation et de conformité à des attentes, conduit en effet à des paradoxes, mais aussi tout simplement à des erreurs qui frisent l’imposture.

Plaidoyer pour des économistes veilleurs et «donneurs d’alerte»

Le retour à l’éthique s’impose comme une nécessaire préoccupation des économistes[45] ; nos collègues britanniques ont placé la question au centre des débats du colloque de Londres de l’Association pour l’Economie Hétérodoxe de juillet 2013. Un premier pas éthique peut se faire simplement, en prônant un retour à la rigueur et au souci de la méthode dans la discipline économique. Sur l’exemple de l’évaluation des fuites de capitaux en Russie, c’est la légèreté en matière d’interprétation des résultats de la  comptabilité de la balance des paiements qui est en cause, à d’autres égards cela peut être l’économétrie sans rigueur qui devient bricolage et déshonore les auteurs. Une seconde exigence qui devrait s’imposer dans la profession serait une extrême prudence par rapport aux accents émotionnels de la presse. Dire et redire les évidences par  l’observation du réel et l’analyse, avec «voice and loyalty» selon l’expression tirée du fameux traité de A. Hirschman qui est sur le sujet fort à propos[46], constitue une forme pragmatique d’assurance contre l’emportement émotionnel. La mise en forme «marketing» de la «voice» pourrait contribuer à renverser l’opinion commune et la convention d’évaluation avant que la contagion ne l’emporte par laxisme.

Il s’agit ainsi de définir de nouveaux rôles, associés à la faculté de veiller à l’éthique de la profession d’économiste. Le chemin est encore long pour promouvoir au sein de la profession ces capacités de veiller et de donner l’alerte. Elles sont largement mises à mal actuellement par la normalisation de la discipline conformément aux grilles d’évaluation de l’AERES qui tend à homogénéiser la recherche sans prendre garde qu’elle ouvre ainsi la voie aux imposteurs[47].


[1] Chavance, B. « Formal and informal institutional change : the experience of postsocialist transformation », European Journal of Comparative Economics, Vol. 5, n°1, June 2008, pp. 57-71. (Traduction en russe dans Finantsovy Zhurnal (Moscou), n°1, 2011, Janvier). Voir aussi du meme auteur : L’économie institutionnelle, La Découverte, « Repères », Paris, 2007, 128p.

[2] Sapir J., (en coll. avec V. Ivanter, D. Kuvalin et A. Nekipelov), La Transition Russe, Vingt Ans Après, Éditions des Syrtes, Paris-Genève, 2012.

[3] Sapir J., « A l’épreuve des faits…Bilan des politiques macroéconomiques mises en oeuvre en Russie », in Revue d’études comparatives est-ouest, vol.30, n°2-3, 1999, pp 153-213.

[4] Sapir J., « Russia’s Crash of August 1998: Diagnosis and Prescriptions », in Post-Soviet Affairs, vol. 15, n°1/1999, pp. 1-36.

[5] Clément-Pitiot H., « Les mutations du capitalisme russe. Des perceptions extérieures à la réalité », le Courrier des pays de l’est, La documentation française, juin 2007.

[6] Clément-Pitiot H., « L’insoutenable légèreté de la globalisation financière », Revue de Défense Nationale, n° 745, pp. 33-42, décembre 2012.

[7] Sapir J., « Rossija posle Putina :Ekonomitcheskie i Social’nye Osnovy Polititchekoj Stabil’nosti » [La Russie après Poutine. Fondements économiques et sociaux de la stabilité politique] in N. Lapina (ed). Dva Prezidentskih Sproka V.V. Putina. Dinamika Peremen, Éditions de l’Académie des Sciences de Russie, Moscou 2008, pp. 112-142..

[8] «La fuite nette des capitaux privés de Russie s’élève déjà à 43 milliards de dollars en avril. A ce rythme le chiffre de 80,5 milliards enregistré en 2011 pourrait être battu.» trouvait-on dans l’expansion du 14 mai 2012 . L’agence de notation financière, Standard and Poor’s avait également évoqué les « incertitudes politiques ».( http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-russie-ne-parvient-pas-a-enrayer-la-fuite-des-capitaux_294248.html#HQRLGLubxz0zOfCP.99 )

«En revanche, les fuites de capitaux continuent à un rythme soutenu, notamment en provenance de Russie. Ce point traduit un manque préoccupant de confiance du secteur privé dans l’avenir de la région» Tableau de bord,  CERI 2012 Julien Vercueil «Les Etudes du CERI – n° 192 – Tableau de bord d’Eurasie – décembre 2012» p. 5

[9] Dans le cas français on pense à Renault (Moscou et Togliatti), PSA (Kalouga), Total ou encore Auchan et Leroy-Merlin dans la grande distribution.

[10] http://www.econlib.org/library/Enc1/CapitalFlight.html

[11] Sur ce point particulier, Shiller R.J., Irrational Exuberance, Princeton University Press, Princeton and Oxford, 2005, 2 édition.

[12] Gallegati, Mauro, Bruce Greenwald, Matteo G. Richiardi, and Joseph E. Stiglitz, “The Asymmetric Effect of Diffusion Processes: Risk Sharing and Contagion,” Global Economy Journal, 8, 3, 2008, available at http://www.bepress.com/gej/vol8/iss3/2

[13] Graciela L. Kaminsky & Carmen M. Reinhart & Carlos A. Végh, 2005.  » When It Rains, It Pours: Procyclical Capital Flows and Macroeconomic Policies” in Mark Gertler and Kenneth Rogoff, editors, NBER Macroeconomics Annual 2004, Volume 19, MIT Press, Cambridge (Mass.), 2005.

[14] Rodrik D., and Arvind Subramanian, “Why Did Financial Globalization Disappoint?” in IMF Staff Papers, Volume 56, Number 1, 2009, pp. 112-138. Blanchard, O. and J.D. Ostry, “The Multilateral approach to capital controls” on Vox EU, December 11th, 2012, URL: http://www.voxeu.org/article/multilateral-approach-capital-controls . Beattie A., “IMF drops opposition to capital controls” in Financial Time, December 3rd, 2012, URL: http://www.ft.com/intl/cms/s/0/e620482e-3d5c-11e2-9e13-00144feabdc0.html

; Gallagher K.P., Griffith Jones S. and J.A. Ocampo (ed), Regulating Global Capital Flows for Long-Run Development, Pardee Center for the Study of the Longer Range Future, Boston University, 2012. Ostry J.D., A. R. Ghosh, K. Habermeier, M. Chamon, M. S. Qureshi, and D. B.S. Reinhardt, « Capital Inflows: The Role of Controls”, International Monetary Fund, Staff Position Note 10/04, February 19th 2010. IMF, The Liberalization and Management of Capital Flows: An Institutional View, IMF, Washington, 2012.

[15] La Banque Centrale de Russie a mis à jour un fichier détaillé le 5 juillet dernier, des sorties et entrées de capitaux de 2005 à juin 2013 cf. ‘Net Inflows/Outflows of Capital by Private Sector in 2005-2012 and in January-June of 2013»

http://www.cbr.ru/eng/statistics/print.aspx?file=credit_statistics/capital_new_e.htm&pid=svs&sid=itm_49171

[16] cf. Le rapport sur l’année 2013 de l’Observatoire Franco-Russe 2013, présentée en avril 2013 à Paris. Regards de l’Observatoire franco-russe 2013, Cherche Midi. mars 2013, «Les investissements directs étrangers en Russie» p. 68.

[17] H.A. Simon, « Rationality as Process and as Product of Thought », in American Economic Review , vol. 68, n°2, 1978, pp. 1-16

[18] J.P. Dupuy et alii, « Introduction », in Revue Économique, vol.40, n°2, mars 1989, pp. 141-145.

[19] R. Boyer et A. Orléan, « Persistance et changement des conventions », in A. Orléan, (ed.),  Analyse économique des conventions , PUF, Paris, 1994.

[20] J. Vercueil, « Les approches évolutionnistes et institutionnalistes sont-elles complémentaires? La transition comme mise à l’épreuve », contribution au colloque Institutionnalismes et Évolutionnismes : confrontation autour des perspectives empiriques, Lyon, 2002.

[21] Ces équipes d’économistes ont été mobilisées à l’initiative des autorités du Fond souverain russe pour l’investissement direct (RDIF), associant le MGU (Université de Moscou – Intelligent Reserve Center) au bureau de Conseil international indépendant Ernst & Young, Russie.

[22] Certains économistes de grandes banques s’étaient spécialistes de l’agitation de la peur en la matière – paradoxalement c’est parfois les mêmes qui n’avaient pas vu la crise de 2008 venir en Russie, malgré des avertissements éclairés.

[23] Cf.  Regards de l’Observatoire franco-russe 2013, op cit p. 56.

On pourra s’étonner de cette obstination «automatique» alors qu’une baisse de 45% avait déjà eu lieu de 2011 à 2012 et qu’une nouvelle baisse de 23% sur 1 an venait d’être annoncée  par  A. Klepatch, Ministre du développement économique et diffusée dans la presse http://fr.rian.ru/business/20130411/198053424.html

[24] cf. Thévenot, L., 1986, « Les investissements de forme », in Thévenot, L. (ed.) Conventions économiques, Paris, Presses Universitaires de France (Cahiers de Centre d’Etude de l’Emploi), pp.21-71

[25] Alexander Ivlev, Directeur Ernst & Young Russie, «To be honest, Russia is not as bad as many people think – it’s doing quite well, actually. In fact, taking into account such indicators as capital outflow and FDI Russia appears to be in standard shape of an export-oriented country» http://www.forbes.com/sites/markadomanis/2013/01/03/a-further-clarification-on-russian-capital-flight-from-alexander-ivlev-managing-partner-for-ernst-and-young-russia/

[26] Vu la taille du pays la recherche de diversification des productions ne conduit pas systématiquement à une diversification des exportations.

[27] «Trying to prevent capital flight from Russia is useless and conflicts with international obligations of the Russian Federation» Andrey Beloussov, Minister of Economic development – 17e Forum St PET

[28] «Beaucoup de bruit pour rien» suivant le titre de la pièce célèbre de W.  Shakespeare

[31] Sapir J., « Vozmozhnosti i Riski ‘Gavani Stabil’nosti’ »  [Possibilités et risques d’un « havre de stabilité »] in Rossija v Global’noj Politike, n°2/2008, mars-avril. Consultable aussi sur le site, http://www.globalaffairs.ru/numbers31/9482.html

[32] RZhD, la «SNCF» russe a acquis 75 % du capital du groupe de logistique français Gefco, la filiale logistique de PSA, L’année 2012 confirme la diversification des investissements russes en France engagée depuis plusieurs années. cf. AFII, Rapport annuel 2012 des investissements étrangers créateurs d’emploi en France, mars 2013, http://www.invest-in-france.org/Medias/Publications/1972/Rapport-annuel-2012-des-investissements-etrangers-createurs-d-emploi-en-France.pdf

[33] Sur la période le montant sortant de Russie vers des structures «offshore» s’élève à 135,6 milliards de dollars et les flux entrants en Russie venant de ces mêmes structures s’élèvent à 113 milliards de dollars. http://www.rbcdaily.ru/politics/562949985349817

 Эксперты придумали, как сократить отток капитала в два раза, Анна Резникова 00:05, 18.12.2012

[34] Dev Kar, S. Freitas, (2013), Russia: Illicit Financial Flows and the Underground Economy , Global Financial Integrity february 2013 http://russia.gfintegrity.org/index.html

[35]  cf. A. Buehn, S. Reichler (2011), «Trade Misinvoicing: The Dark Side of World Trade» The World Economy, Wiley Blackwell, vol. 34(8), pages 1263-1287

Cette technique correspond à un écart entre la valeur des exportations ou des importations  par rapport à la valeur enregistrée auprès des autorités de contrôle. Sur la base d’un modèle économétrique avec des données de panel sur 86 pays de l’OMC de 1980-2005  les auteurs montrent que c’est l’existence d’un marché noir qui alimente le «trade misinvoicing» , en revanche l’évasion fiscale n’est pas significativement liée. Il mettent aussi en évidence que l’application de pénalités sévères est susceptible de diminuer la pratique.

[36] La méthode d’analyse des anomalies des comptes nationaux donne des ordres de grandeurs : Les impositions sont assises sur des grandeurs (revenus, patrimoines, consommation, …) que la comptabilité nationale quantifie avec une assez grande efficacité. En confrontant les produits théoriques de l’application des taux implicites d’imposition à ces assiettes avec leur produit effectif, on peut aboutir à des écarts qui constituent des indices de fraude.

[37] Commission enquête Sénat :http://www.senat.fr/rap/r11-673-1/r11-673-15.html

[38] «LES SOMMES QUE REPRÉSENTE L’ÉVASION FISCALE»

Fin juillet 2012, une commission d’enquête sénatoriale sur l’évasion fiscale a publié un rapport exceptionnel. Les sénateurs ont auditionné, d’avril à juillet, 130 personnes, dont 90 au Sénat et 40 autres lors de déplacements en Suisse, en Belgique, à Londres et à Jersey. Le rapporteur de la commission, le sénateur du Nord Éric Bocquet, témoignait alors : « Ce qui m’a le plus frappé, ce sont les sommes que représente l’évasion fiscale. Selon les estimations, ce sont entre 40 et 50 milliards qui manqueraient au budget [annuel] de l’État du fait des phénomènes d’évasion et d’optimisation. Sur un budget total de 275 milliards d’euros, ce ne sont pas des sommes négligeables. »

[39] 4milliards par semaine en Grèce : www.telegraph.co.uk/finance/financialcrisis/9270884/Debt-crisis-Greek-euro-exit-looms-closer-as-banks-crumble.html

[40] Martin Schulz: «On ne peut rêver d’Europe si on lutte pour survivre», entretien recueille par M. Meunier et N. Vandystadt, La croix 16/5/13

http://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Economie/Martin-Schulz-On-ne-peut-rever-d-Europe-si-on-lutte-pour-survivre-2013-05-16-960896

[41] «Capital flight now is also very different from in the 1990s» Ben Aris, Russia, beyond the headlines, Experts shed light on Russia’s capital flight, march 11, 2013 http://rbth.ru/business/2013/03/11/experts_reveal_the_truth_about_russias_capital_flight_23721.html

[42] l’Ukraine qui a porté tant d’espoir, n’a cru elle, que de 36% sur 24 ans d’après la même étude. L’amertume des ukrainiens face aux promesses européennes que la crise en Europe compromettent chaque jour d’avantage est bien compréhensible.

[43] Reinhart and K. Rogoff ont publié de nombreux papiers dont un article académiquement célèbre : “Growth in a Time of Debt.” (croissance dans un contexte de dette). Ils montrent que la croissance économique est notablement plus faible lorsqu’un pays a un ratio de dette sur PIB supérieur ou égal à 90%. Récemment un document de travail ( working paper)  co-écrit avec Thomas Herndon remet en cause la conclusion de Reinhart et Rogoff qui auraient oublié certaines données et effectué des pondérations inadaptées dans leur échantillon de référence.   cf. R. Pollin et M. Ash, Debt and Growth: A Response to Reinhart and Rogoff» The New York Times 29 avril 2013, http://www.nytimes.com/2013/04/30/opinion/debt-and-growth-a-response-to-reinhart-and-rogoff.htm

 . En somme l’idée de ces 90% comme seuil est justement stupide. Le plus grand scandale est que cette idée ait pub être prise au sérieux, dictant l’austérité dans des pays développés comme remède à la crise

[44] Jean-Pierre Dupuy (2012), L’avenir de l’économie. Sortir de l’éco-mystification, Seuil Flammarion, Paris, 292 pages.

[45] Peter Radford, “Ethics in Economics – Where Is It?” real-world economics review, issue no. 58, 12 December 2011, pp. 2-8, http://www.paecon.net/PAEReview/issue58/Radford58.pdf

[46] cf.   Albert O. Hirschman1970, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Cambridge, MA: Harvard University Press

[47] comme l’a très bien souligné le psychanalyste clinicien, Roland Gori (2013), La fabrique des imposteurs, Ed. Les liens qui Libèrent, Paris.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.