À nouveau sur le dossier du Point…

Bundesarchiv Bild 183-1987-1210-502, Polen, StukasUn lecteur de ce blog m’indique que Brice Couturier savait de quoi il parlait quand il utilisa à l’égard des souverainistes l’expression de « néo-cons ». En effet, Brice Couturier fut l’un de ces intellectuels, issus non de la gauche libérale mais du libéralisme de gauche, qui rallièrent la guerre de Bush, et qui écrivit dans une défunte revue, Le Meilleur des Mondes. Le chaos sanglant dont l’Irak a tant de mal à sortir, les « armes de destruction massive » inexistantes, les mensonges publics (et reconnus) de l’administration américaine, voici ce que Monsieur Brice Couturier et ses amis ont soutenu. Même le Secrétaire d’État américain à la Défense, le Général Colin Powell, qui proféra les dits mensonges à la tribune des Nations Unis, a reconnu que ces derniers « étaient une tâche sur sa réputation » (a blot on his record) (1). Avec de tels antécédents, on ne s’étonne plus du contenu du dossier. Mais, là ou Powell (sur les conseils de Dick Cheney et de Rumsfeld) avait joué gros, Couturier joue petit bras (2). On s’explique mieux les incohérences, et les erreurs même pas déguisées qui émaillent le dossier.

Quant à sa haine véritable de la Nation, on voit mieux d’où elle tire son origine. Oh, certes non de l’internationalisme, position respectable quoique contestable quand elle s’exprime sous cette forme. Non, si Brice Couturier voue aux gémonies la souveraineté de la France, et les souverainistes par la même occasion, c’est parce que son allégeance est acquise à la Nation américaine. Qu’il change donc de nationalité, et qu’il aille sévir sur les ondes ou dans la presse étatsuniennes, mais qu’il cesse de nous polluer l’air intellectuel ici. Monsieur Brice Couturier n’est donc qu’un nationaliste étranger, mais qui ne se donne pas pour ce qu’il est.

——

(1) « Colin Powell on Iraq, Race, and Hurricane Relief »20/20 (ABC News). September 8, 2005.

(2) DeYoung, Karen (October 1, 2006). « Falling on His Sword: Colin Powell’s most significant moment turned out to be his lowest »Washington Post.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *